AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Au club des (fausses ?) abstinentes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adélice Tombétoile
M.U.M
M.U.M
avatar



 
▌Né(e) le: 18 Août
▌Pays d'origine: France
▌Statut:

MessageSujet: Au club des (fausses ?) abstinentes.   Jeu 28 Jan - 20:21

C’est mouvementé chez les Plumentine…mais y’a aussi du grabuge chez les Cinnacrow.
Petite interview chez les corbeaux ~

C’est courageux, un journaliste. C’est audacieux, un journaliste. C’est même suicidaire, un journaliste. Parce qu’on vous aime, on a décidé de percer pour vous le mystère de l’antre secrète des Cinnacrow. Il y fait froid, très froid. Nous tenons prévenir au préalable que la tâche a été ardue. Pattinson et d’Evendim ont été particulièrement hostiles à notre égard et ont refusé catégoriquement de dire quoi que ce soit. D’Orcy a tenté évidemment de nous jeter dehors tout en nous insultant subtilement, heureusement que notre petite Louise est venue à notre rescousse. Voici la retranscription de ce reportage périlleux signé Adélice et Mani !

Tant qu’à se jeter dans la gueule du loup, nous nous dirigeons immédiatement vers Lyndis d’Evendim. Non seulement elle est froide, mais elle est islandaise, c’est pour dire. Et le problème, avec elle, c’est qu’elle ne se contente pas de nous ignorer comme les autres, elle aime emmerder le monde. Est-il utile de préciser qu’elle affectionne particulièrement la magie noire ? Ca se lit sur sa tête.

Mani :
Eh, d'Evendim, ça te dit de répondre à quelques questions sur le quotidien des Cinnacrow ?

Lyndis :
Pourquoi perdrais-je du temps à vous répondre ?

Mani :
Parce que les gens meurent de curiosité à propos de votre quotidien qui semble si... Passionnant *grand sourire*, et que je suis certaine que tu meurs d'envie de participer à la cohésion de notre belle communauté *sourire encore plus grand*.

Lyndis :
Qu’est-ce que vous voulez savoir exactement ?

Mani :
Mais tout, voyons, de la couleur de ta chemise de nuit à tes lectures interdites.

Lyndis :
Si tu veux accroitre ta libido, va demander à quelqu'un d'autre, Leverenz.

Et on suivra son conseil... c'est qu'elle vous gèlerait n'importe qui, la d'Evendim... Nous ne sommes pas sûres qu’elle nous aurait conseillé de nous adresser à Anne Pattinson, cela dit. Mais comment disions-nous, déjà ? Ah oui, c’est audacieux, un journaliste. Pattinson est raide comme un manche à balai, et elle est anglaise. Quand on a dit ça, on a tout dit. C’est une marrante, quoi.

Adélice :
Et toi Pattinson, si charmante et si chaleureuse, tu répondrais à nos questions ?

Anne :
J’ai un sérieux doute là-dessus.

Mani :
Ca veut dire oui ou non, en langage Cinnacrow ?

Anne, s’éloignant de nous avec un air mauvais, et allant s’assoir sur un divan, du genre pimbêche offensée :
Le concept de sous-entendu est visiblement au-delà de tes capacités, Leverenz.

Et l’ironie, au-delà des tiennes, Pattinson ? Charmante, on vous le disait.

Adélice :
Toujours aussi accueillants, ces corbeaux…

Mani :
Bon les deux autres veulent pas, on tente d’Orcy ?

Pour les chanceux qui ne connaîtraient pas Mélite d’Orcy, c’est la même que les autres, en un peu plus vieille, et en encore plus coincée. Une française, issue d’une famille du style noble depuis vingt-mille générations. Avec elle, on doit se fendre la poire, en soirées. A ce stade-là, on n’espère même plus des réponses. C’est juste follement amusant.

Un Cinna lambda, tout aussi agréable :
Mais qui les a laissées entrer ?

Mélite :
Léocadie, évidemment.

Mani :
De toute façon on est là, tu peux bien répondre à deux ou trois questions, non ?

Mélite :
Je pourrais, oui. Mais non.

Louise :
Laissez tomber, c’est une tête de pioche.

Mélite :
Interrogez plutôt Léocadie. Entre esprits vides, vous devriez vous comprendre.

Louise :
Je t’enquiquine d’Orcy ! Allez, ouste !

Oh, Louise Léocadie, sainte Louise, qui, après nous avoir fort gentiment donné le mot de passe de l’aile des Cinnacrow, s’apprête à nous révéler une foule d’histoires passionnantes sur ses compagnes de dortoir. Elle tombe à pic.

Mani :
Bah tiens, justement, Louise, comment tu fais pour vivre dans cette ambiance ? *regard moqueur à Adé* T’as vu à quoi t’as échappé, Adé ?

Adélice :
Par Merlin, ouais j’ai eu chaud !

Louise :
Oh bah je survis hein. De toute façon je suis pas souvent dans le coin. J’aime bien trainer dans le château. Pis de toute façon j’ai l’habitude. Ca va faire depuis mes onze ans que je supporte la d’Orcy. C’est comme si on était nées ensemble. Brrr, rien que d’y penser j’ai la nausée !

Adélice :
Ah, c’est vrai que vous étiez déjà dans la même maison à Beauxbâtons *sourire nostalgique*.

Mani :
Et elles sont amies, entre elles ? Parce que, la comédie des éternelles solitaires, c’est un peu gros, non ?

Louise :
Non, pas vraiment. Ca ne marche pas comme ça chez les sang-pur.

Adélice :
Oui, pas d’amis, juste des alliances.

Mani :
Des alliances ?

Adélice :
Des alliances politiques. C’est toujours bien vu de fréquenter les enfants qui viennent de familles puissantes. Ca peut mener à des mariages, l’obtention d’une voix pour un vote, etc. Enfin bref, je vous épargne les détails.

Mani :
J’te remercie !

Louise :
C’est la loose d’être un Sang Pur, en fait.

Mani :
Tu es fiancée, toi, Louise ?

Louise :
Bigre ! Bien sûr que non, mon sang est plus que mêlé ! Dans le genre plus « impur » tu peux pas faire mieux que les Léocadie !

Mélite :
Et elle s’en vante…

Louise :
Je te zut d’Orcy. Je. Te. ZUT !

Mani :
*regard prudent en direction des Cinna, qui se sont éloignées comme si nous avions une forme de peste particulièrement contagieuse* Mais alors, il n’y a vraiment jamais AUCUN garçon, dans leur vie ?

Louise :
Oh si, certaines ne sont pas aussi prudes qu’on peut le croire. Surtout Anne. Je l’ai vu fricoter avec un Dorelly là…je sais plus son nom…Mince…Fichtre, c’était un truc comme Antoine ? Antonio ? Euh non, Anthony !

Mani :
Anthony Osward ?!

Louise :
Oui c’est ça !

Adélice :
Ho ho…scandale !

Mani :
J'avais entendu dire qu'elle était sorti avec Bryen Mahinui. Décidément, comme sainte-nitouche, on fait mieux. A quand Andrew McAllen ?

Anne (levant les yeux au ciel, avec exaspération) :
Le bouffon du panneau d'affichage peut aller se rhabiller, vos aberrations saugrenues dépassent largement les siennes.

A croire qu’elles utilisent des oreilles à rallonge. En tout cas, cette Anne Pattinson, c’est une sacrée menteuse. Ils n’ont pas un code d’honneur, les sang-pur ? Parce que Louise n'est pas la seule à l'avoir vue avec le petit Dorelly. Un bon joueur de quidditch, Anthony Osward, soit dit en passant. Mais il a mauvais goût. Parait qu'il lui porte son sac, parfois. Si c'est pas mignon. Le bouffon du panneau d’affichage, c’est Mr T. Personne ne sait qui se cache derrière ce ridicule pseudonyme, d’ailleurs. Un redoutable paparazzi. Mélite en sait quelque chose. N’est-ce pas, Mélite ? Oh bah tiens, elle n’a même pas tressailli, elle. Faut croire qu’elle ne nous entend vraiment pas.

Louise :
Peuh, faut pas croire. Elles cachent bien leur jeu. Je suis sûre que d’Orcy rêve secrètement de ton demi-frangin, Mani.

Mani :
Du p’tit génie ?!

Elias Jensen, qu’il s’appelle, celui-là. Mais on n’a pas vraiment besoin de vous le présenter. Lui, on voit sa tête partout. Avec quatre autres têtes, souvent.

Louise :
Bah qui d’autre ?

Adélice :
C’est vrai que t’étais pas là quand c’est arrivé, Mani…

Mani :
Cette histoire de bal ? Non mais j’y crois pas, à celle-là.

Louise :
J’y étais aussi, c’est vrai de vrai.

Mani :
Il l’avait vraiment dans les bras, évanouie ?

Adélice, riant aux éclats :
Ouaip, bien beurrée comme il faut.

Mani :
Vous êtes sûres qu’il l’avait pas tout simplement assommée ?

Louise :
On a peut-être trafiqué sa boisson… J’aurais du mener mon enquête !

Mani :
Je croyais qu’elle fréquentait d’Ollenburg.

Adélice :
C’est parce que c’est son fiancé potentiel. Elle n’a pas trop le choix. Les mariages arrangés n’empêchent pas d’avoir une relation à côté. C’est même fréquent vu qu’on ne se marie pas par amour.

Mani :
Misère, j'en veux pas comme belle-soeur, moi. Elias est une tâche.

Louise :
Je le plaindrais presque…

Mani :
Et d’Evendim, alors ? Aussi flippante que les petits le racontent ?

Louise :

Bouh, m’en parle pas. Elle et Nastassia, dite Nasty, forment la paire.

Mani :
Elle aime autant la magie noire qu’on le raconte ?

Louise :
Oui, et elle ne s’en cache pas. De toute façon, elle a une mauvaise aura cette fille. C’est le mal incarné.

Mani :
Ca doit être gai, vous soirées au coin du feu.

Louise :
Si tu savais….M’enfin en ce moment ça râle dans le dortoir. Rory fait des cauchemars et il est super bruyant quoi. Je crois qu’il ne manque plus grand chose à d’Orcy pour l’endormir pour de bon….

Adélice :
Au fait, tu dois être contente que la Reine des glaces s’en aille, non ?

Louise :
Waip, dès qu’elle part, je fais péter la Bièraubeurre ! Mais bon, apparemment, c’est pas encore fait…

Adélice :
Ah ? D’Orcy hésite ?

Louise :
J’en sais trop rien. Tu dois en savoir plus que moi à ce sujet non ?

Adélice :
Je demanderai les derniers potins à ma mère…

Mani :
Et pour nos amateurs de potins, justement, d’Evendim sort-elle de nouveau avec Seamus Black ?

Louise :
Les deux sont sortis ensemble ?

Mani :
Dans leur école de sorcellerie, paraît-il.

Louise :
Je n’étais pas au courant. Je mènerai mon enquête et vous ferai mon rapport !

Adélice :
Brave petite.

Mani :
Y’a pas à dire, c’est sympa, d’avoir une alliée chez les Cinnacrow. Pendant qu’on y est, d’Evendim combattait de quel côté pendant l’attaque ?

Louise :

Franchement je sais pas trop…elle me paraissait aussi surprise que nous. Quant à dire qu’elle est malheureuse de ce qui est arrivé à nos camarades, c’est une autre histoire…

Mani :
Creedpeur choisit drôlement ses chouchoutes, quand même.

Adélice :
En même temps, c’est Creedpeur…rien que son nom en dit long sur la personne.

Mani :
Elle est si stricte qu’on le dit, comme directrice de maison ?

Louise :
Oh ça va, ça pourrait être pire. J’en souffre pas en tout cas. De toute façon, rien ne peut être pire que Beauxbâtons.

Adélice :
Haha, je confirme.

Mani :
Moralité, j’ai l’impression que les Cinnacrow devraient regarder un peu de leur côté avant de critiquer tout le reste.

Adélice :
Et puis comme dit si bien notre chère Louise, on vous enquiquine !

Louise :
Yeah !

Toute la difficulté, ensuite, était de repartir vivantes. Mais elles étaient tellement soulagées de nous voir déguerpir qu’aucune d’entre elle n’a levé sa baguette. Aucune d’entre elle n’a dit au revoir, évidemment. Faut pas rêver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Au club des (fausses ?) abstinentes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S.W.Y.N ¤ Someone Wants You Nuts ¤ :: •• ÉTABLISSEMENT •• :: » Rez-de-Chaussée :: Le Panneau d'Affichage-
Sauter vers: