AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Et le Ministère arriva.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alekseï Ivanov
Direction
Direction
avatar



 
▌Né(e) le: 7 janvier 1974
▌Pays d'origine: Russie
▌Statut: Direction

MessageSujet: Et le Ministère arriva.   Lun 19 Juil - 0:34

Ce matin-là aurait pu être semblable à tous les autres. Et il fallait avouer qu'il avait bien commencé pour l'être. Un petit-déjeuner des plus banals dans la Grande Salle, avec quelques rares collègues présents et une énième lettre du ministère. Cette lettre aurait pu être comme toutes autres, annonçant l'absence d'avancée dans l'enquête menée au ministère, tandis qu'à S.W.Y.N, les recherches ne donnaient pas grand chose de plus. Mais non. Ce matin-là, il avait fallu que ce soit différent. Alekseï savait que ses vacances ne seraient pas celles dont il avait l'habitude, mais il ne se doutait pas qu'elle seraient aussi liées à l'université. Ou plutôt que lui-même devrait y rester aussi lié.

La lettre indiquait la venue de Howard Cirenpompe et de deux aurors. Visiblement, il y avait du nouveau. Seulement, la lettre n'indiquait rien de plus que l'heure de leur arrivée. La venue de Cirenpompe enchantait déjà très peu Alekseï, mais si en plus on leur cachait des éléments de l'enquête qui le concernait directement en tant que directeur de S.W.Y.N, les relations entre le ministère et la direction promettaient d'être tendues. Peut-être certaines choses ne se disaient-elles pas par hibou. Il attendrait leur venue pour mettre tout cela au clair.

Peu de temps avant le dîner, donc, Alekseï avait du accueillir leurs hôtes sans la compagnie de Celyn, qui était allée se renseigner sur l'évolution de l'état de santé de Maela directement sur le terrain. Son absence n'arrangeait en rien l'agacement du directeur quant à ce débarquement soudain. Il avait fallu leur trouver un endroit au rez-de-chaussé pour aménager ce qu'ils nommèrent leur quartier général à S.W.Y.N. . Pendant toute cette organisation, on avait fait comprendre à monsieur le directeur qu'il ne pourrait rien savoir des nouveaux éléments qu'avait le ministère à propos de ceux qui avaient tué des étudiants dont il avait la responsabilité avec sa collègue. Il n'était donc pas bien placé pour savoir? Très bien, alors il ne dérangerait plus messieurs les bureaucrates jusqu'au dîner.

C'est donc sur un ton plutôt formel et assez peu chaleureux, il fallait bien l'avouer, que ce soir-là, dans la Grande Salle, Alekseï présenta aux étudiants et aux membres du personnel leurs nouveaux invités.


« Mesdames, mesdemoiselles, messieurs je vous prie. »


Il attendit que le silence se fasse à travers les rangs et poursuivit :


« J'ai... l'honneur, de vous informer de la venue en ces lieux de trois représentants du ministère, dirigés par Monsieur Cirenpompe ici présent. Ils nous ont été envoyés afin de faire progresser l'enquête concernant l'ordre de l'Ouroboros plus rapidement. Je vous prie de leur accueillir parmi nous comme il se doit. Mr Cirenpompe, je vous laisse le soin de développer un peu plus les raisons de votre visite. »

Le visage sérieux et sans expression particulière, le directeur se rassit à côté du siège occupé par Celyn Creedpeur, qui était à présent de retour et dont le visage blême n'annonçait rien de bon quant à la santé de Maela. Il dirigea alors son regard vers Howard Cirenpompe pour écouter ce que le ministère avait (ou non) à leur apprendre.

[ Libre après réponse de Mr Cirenpompe ! ]


Dernière édition par Alekseï Ivanov le Lun 19 Juil - 12:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Howard Cirenpompe
Commissaire d'Enquête
Commissaire d'Enquête
avatar



 
▌Né(e) le:
▌Pays d'origine:
▌Statut:

MessageSujet: Re: Et le Ministère arriva.   Lun 19 Juil - 12:08

"Merci bien, Mr Ivanov."

Assis à la table du personnel, le commissaire d'enquête se leva et vint se placer devant la table, face aux étudiants, suivi de ses deux aurors. Il portait un costume noir des plus sobres, qui reflétait clairement le caractère officiel de sa venue.

" Je me présente : Howard Cirenpompe, responsable de communication entre le bureau des aurors et le ministre et dans la situation présente, commissaire d'enquête. Pour mener à bien ma mission ici, je suis accompagné de Sylvia Longteeth et Clint O'Stwood, tous deux aurors et compétents dans leurs domaines. "

Ses derniers mots furent accompagnés de signes de têtes en direction de ces deux collègues qui hochèrent la leur pour saluer l'assemblée. La jeune femme affichait un air sérieux tandis que le second auror affichait un léger sourire qui le faisait paraître sympathique. Visiblement, ils n'étaient pas là pour parler, cette tâche étant totalement attribuée à leur supérieur.

" Comme l'a si bien précisé votre directeur, nous sommes ici pour accélérer un peu les choses. Pas que le travail effectué ici par les membres du ministère déjà présents et vos professeurs ne soit pas satisfaisant, bien entendu. Nous n'aurions pas cette prétention. En réalité..."

L'homme au menton généreux et à la cravate serrée baissa légèrement la tête comme pour dévisager chaque étudiant un par un par dessus ses lunettes grises.


"... nous avons une idée claire quant à l'identité de deux d'entre vous qui auraient été complice de ce drame. Oui, deux d'entre vous ont volontairement aidé l'Ordre de l'Ouroboros à s'introduire dans l'université. Nous ne sommes ici que pour confirmer ce que nous savons déjà et éventuellement trouver d'autres complices, maintenant que nous savons que la menace vient aussi de l'intérieur. "


Des murmures s'élevèrent à travers les trois tables à la suite de cette annonce. Sans cligner des yeux, l'envoyé du ministère attendit que le silence se fasse de nouveau et reprit :

" Evidemment me direz-vous, il semble stupide d'annoncer une telle chose alors que ce soir-même les coupables pourraient prendre leurs jambes à leurs cous et s'enfuir, mais il n'y a pas à s'en faire à ce propos. Les deux coupables sont encore bel et bien au sein de l'établissement, et toutes les issues sont à présent scellées jusqu'à nouvel ordre. Je crains que ce dîner ne soit pas l'un de vos derniers cette année, comme il était prévu. Votre séjour ici risque de se prolonger quelques temps. Et quelque soit l'avis de vos familles d'ailleurs; ordre du ministre lui-même. "

Cette fois, au lieu de murmures, des paroles de protestations se firent entendre un peu partout, même au sein de la table du personnel. Tous sans exception allaient être privés de vacances pour une durée indéterminée.

"Je répète, rien ne sert de protester ni de négocier, cette décision est définitive. C'est un décret que je tiens ici-même dans mon bureau. Et justement, mon bureau... Sachez que nous avons à présent ici un quartier général au rez-de-chaussée. Vous pourrez y être convoqués à n'importe quel moment et serez obligés de vous y présenter à l'heure convenue. Il s'agit d'une enquête criminelle, toute absence pourra être considérée comme un délit. De la même façon, si vous avez des informations à nous faire passer, le moindre comportement observé, ou autre, n'hésitez pas à demander un rendez-vous avec moi-même ou à vous adresser à l'un de mes collègues. Si vous préférez l'anonymat, ce qui est compréhensible, une boite au lettre a été mise à votre disposition à l'entrée du quartier général. Toute information sérieuse sera évidemment consciencieusement prise en compte. Merci de ne pas y poster des âneries pour nous faire perdre notre temps..."

Le commissaire d'enquête jeta un oeil en direction de ses collègues qui, semble-t-il, n'avaient rien à ajouter.

"Très bien, je pense vous avoir mis au courant de façon claire. Les coupables seront arrêtés en temps voulu. En attendant, je vous suggère d'essayer de passer l'été le plus agréablement possible au sein de votre chère université."

A ces mots, Howard et ses collègues retournèrent à leur place pour profiter d'un festin qui était loin d'être le dernier de l'année à préparer pour les elfes. Le discours étant fini à présent, les étudiants ne se gênèrent pas pour manifester plus bruyamment qu'à l'habitude commentaires et mécontentement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Et le Ministère arriva.   Ven 6 Aoû - 12:49

Alors comme ça c'était Howard son prénom.
Étrange, si Colleen avait dû poser un nom sur ledit Mr. Cirempompe elle l'aurait sans doute appelé Bob, ou Barney, voire Bobby Junior III s'il appartenait à l'une de ces familles américaines stupides et manquant cruellement d'imagination qui pensait que nommer leur progéniture du nom de leurs aïeux s'avérait être un quelconque hommage envers ceux-ci. Bobby s'était donc présenté, ainsi que ses deux acolytes que Colleen dévisagea longuement de ses deux grands yeux bleus où l'on pouvait lire un certain mépris mêlé à une totale hébétude.
Un simple coup d'oeil à la seule femme Auror du lot suffit à Colleen pour reposer discrètement sa deuxième part de gâteau aux noisettes à la crème de praline. Elle était mince, trop même, mais cela suffisait à la Cinnacrow à se sentir immédiatement coupable.

Elle n'était pas sans ignorer l'attaque qui était survenue quelques temps auparavant - dans la nuit du 21 au 22 à partir de 2h34, mais qui compte ? - et, tout comme ses camarades, Colleen ne se sentait pas rassurée à l'idée que le Ministère n'avait toujours pas trouvé les coupables de l'agression. Après tout, des dizaines d'élèves avaient péri dans la bataille, mais qu'est-ce que Bobby ou ses deux bourreaux en avaient à faire ? Colleen savait d'expérience que la liste d'attente pour les inscriptions à S.W.Y.N s'allongeait d'année en année, ce n'était pas un peu de ménage qui allait les ennuyer n'est-ce pas ?
Se renfrognant, Colleen maugréa dans son coin contre ces sorciers, parfois haut placés, qui considéraient toujours qu'une perte moldue était toujours moins importante que celle d'un sorcier. Ah comme ils semblaient beaux, frais et honnêtes ces discours de professeurs sur la tolérance vis-à-vis des Moldus, mais Colleen n'en croyait pas un traître mot, surtout pas de la part d'Aleksei Ivanov depuis qu'elle avait entendu dire qu'on lui avait proposé le poste de professeur d'Etude des Moldus et que celui-ci avait refusé pour se consacrer aux sortilèges. Ah mais oui, Cul-de-bouteille - y'avait qu'à voir ses lunettes à triple foyer pour comprendre ! - se sentait toujours plus viril avec sa baguette entre les mains, c'était un homme après tout, alors il était professeur d'enchantements, pas d'étude des Moldus. Bien entendu, cette information lui avait été livrée de manière tout à fait confidentielle par une première année ayant échoué à son dernier devoir de sortilèges, mais qu'importe. Une source est une source, et c'est "off the record".

En y repensant, Colleen songea donc à sortir son manuel d'Etude des Moldus de son sac lors du discours assommant de Bobby et ne s'aperçut même pas qu'au fil de sa lecture - au moins après les trois premières lignes - elle grignotait une nouvelle part de gâteau aux noisettes.
Cependant, elle fut rapidement tirée de sa lecture par une voix qui s'élevait à la table de derrière, celle de Plumentine. Une jeune femme, plus âgée que Colleen, venait de riposter contre les paroles de Cul-de-bouteille et Colleen ne pouvait qu'approuver ce réflexe, quoiqu'elle en ait dit.
La Plumentine ne passait pas inaperçu, et Colleen était persuadée qu'elle avait lancé cette remarque afin de bien se faire entendre de tout son entourage, petite Princesse. Certains autour d'elle sourirent, d'autres approuvèrent d'un signe de tête tandis qu'un autre s'occupait seulement de la dévisager avec des yeux de merlan frit.
Colleen fronça les sourcils prête à riposter, mais elle n'en fit rien, comme d'habitude. Lorsque Colleen sentait la rage monter en elle, la plupart du temps, elle se vengeait sur son calepin où elle notait toutes ses médisances, mais jamais elle n'aurait oser les dire en face, question de survie et bien évidemment de pudeur. Ainsi, tout ce qu'elle ruminerait désormais sur la Plumentine finirait couché sur le papier mais pas en combat de fierté, et cela lui convenait très bien.
Posant son manuel d'Etudes des Moldus sur la table des Cinnacrow où quelques étudiants murmuraient des accusations sur l'un ou l'autre de leurs camarades - y compris Colleen, elle l'aurait juré ! - la jeune femme se retourna complètement sur son banc pour faire face à la Plumentine et lui tapota d'un doigt sur l'épaule.


* L'interpeller ne servirait à rien, aucune chance qu'elle me remarque *


" Excuse-moi, je peux vous emprunter la confiture ? Il n'y en a plus à notre table..."

Colleen ponctua sa demande d'un sourire timide, presque angélique si ses doigts crispés sur son calepin n'avaient pas trahi sa nervosité. Elle qui ne s'adressait que rarement à quelqu'un venait de poser une question à l'une des filles les plus en vue de l'université - ou du moins elle en avait l'air - et s'attendait même à une réponse de sa part ! En son for intérieur, Colleen s'efforçait de contrôler sa respiration et de calmer son coeur qui battait la chamade à l'idée de se faire rejeter par quelqu'un qui n'avait rien à faire de la confiture de la table des Cinnacrow.

* Idiote, j'aurais pu demander quelque chose de plus spirituel *

Elle tendit alors la main, bien que tremblante, et considéra que cet acte de courage ne devait pas être vain. Elle embraya donc aussitôt, non sans une certaine hésitation sur les mots qu'elle choisissait. Ce ne serait pas la première fois qu'un étudiant la prendrait pour une étrangère tant elle mettait parfois du temps à élaborer certaines de ses phrases en public. Pourtant, Colleen avait la plume facile et pouvait écrire des lignes de roman sans hésiter, mais l'oral restait l'une de ses plus grosses faiblesses.


" A moins que quelqu'un compte nous empoisonner..." ajouta-t-elle d'un air moqueur.

Afin d'étayer sa remarque, Colleen jeta un œil à la table des Plumentine en prenant soin de ne viser personne en particulier. Elle avait pris le parti de l'humour, même si elle savait ses tentatives de plaisanterie en public plutôt vaines et insipides. De plus, elle était dans la bonne maison pour savoir que certains étudiants ne supporteraient pas l'idée de voir ses camarades insultés ou moqués de la sorte et accordaient toute leur attention aux recherches de Bobby. Colleen, elle, sentait que la Plumentine n'avait que faire de ces dernières accusations et ne serait pas la première à suspecter tout le monde. Il n'y avait qu'à voir l'air sur son visage : elle soupirait. D'ennui sûrement, de fatigue peut-être également puisque Colleen savait que les étudiants comme elle - probablement en CAM - passaient des nuits entières à travailler. En tous cas, elle, c'est ce qu'elle ferait.

Elle tenta de nouveau un sourire, qu'elle espéra pas trop niais, mais repensa tout à coup à la fameuse part de gâteau aux noisettes qui ripostait désormais dangereusement dans son estomac.


* Et si j'avais du chocolat entre les dents ? *
Revenir en haut Aller en bas
Celyn Creedpeur
Direction
Direction
avatar



 
▌Né(e) le: 27 Août
▌Pays d'origine: Ecosse
▌Statut: Direction

MessageSujet: Re: Et le Ministère arriva.   Sam 7 Aoû - 22:37

« Je regrette, il n’y a rien de plus à faire. Vous voyez bien, malgré les différentes informations données depuis son réveil, elle ne semble pas parvenir à retrouver la moindre bribe de son passé.

- Je comprends… pensez-vous que cela peut changer ?

- Oui, bien sûr. Seulement, le traumatisme est du à un sortilège puissant et bien réalisé. Il lui faudra prendre sur elle pour parvenir à surpasser une telle amnésie. Cela pourra prendre un an comme vingt… vous m’en voyez désolé. C’est déjà une bonne chose que son corps se remette de ses blessures. Le problème est d’ordre mental, ce ne sont pas des séquelles qui peuvent être guéries en un claquement de doigt. Elle ne sera plus la Maela Rowan que vous avez connu, mais rien ne l’empêche de repartir sur un autre pied. Il faut laisser le temps au temps. Pour le moment, c’est beaucoup trop tôt. Nous l’aidons à retrouver des réflexes quotidiens et à se réhabituer à certaines choses. Mais il est impensable qu’elle puisse reprendre son ancienne fonction.

- Je m’en doutais. Je voulais toutefois m’assurer qu’elle aille bien, tenez moi au courant de l’évolution de son état.

- Bien entendu. Elle est entourée de spécialistes, nous faisons au mieux. »

Celyn s’était ensuite levée, avait remercié le Dr. Shoren responsable du service de psychomagie de l’hôpital de Clifden où se trouvait Maela, et était sortie. En début d’après-midi, elle s’y était rendue pour pouvoir être auprès de sa collègue et amie. Le Dr. Shoren lui avait expliqué que la présence de personnes proches pourrait l’aider à retrouver des éléments de sa mémoire, c’est pourquoi elle avait fait le déplacement. Sur place, elle y avait retrouvé une Maela affaiblie mais souriante, qui lui avait répété, une nouvelle fois « On se connait, c’est ça ? ». Elle semblait se faire à l’idée que Celyn ait pu être une de ses collègues. L’écossaise avait pris le temps de lui rappeler son ancienne fonction, l’université, ses collègues et le plus d’éléments possibles. Mais rien à faire, Maela ne se souvenait de rien et semblait avoir développé une grande difficulté à se concentrer. Un rien la distrayait et Celyn ne pouvait que se faire à l’idée qu’effectivement, sa co-directrice de S.W.Y.N n’était pas en capacité de reprendre son poste, même après le repos nécessaire pour qu’elle se remette de ses différentes blessures.

Autant vous dire qu’en reprenant le chemin de l’université, en fin début de soirée, son moral n’était pas au beau fixe. Malgré le courrier de l’hôpital et sa première visite, elle n’avait pu s’empêcher d’espérer que Maela retrouve progressivement la mémoire ou des connaissances relatives à ses anciennes fonctions. Mais rien à faire, c’était peine perdue. « Laisser le temps au temps », c’est bien beau, mais S.W.Y.N était dans une situation catastrophique, et Celyn ne pouvait la relever toute seule. Fort heureusement, elle avait Alekseï à ses côtés et le reste de l’équipe pédagogique dont le plus gros s’était remis de l’attaque, mais il fallait reconstituer une base solide. Les remplacements des membres du personnel victimes de l’attaque étaient en cour de réflexion, et il lui faudrait songer également à trouver une nouvelle directrice pour Plumentine. A cette pensée, le nœud dans l’estomac qui ne la quittait plus vraiment se noua d’autant plus, alors qu’elle traversait le portail de S.W.Y.N. Pour le moment, Celyn s’était contentée d’expliquer à l’équipe de Direction que l’état de santé de Maela ne s’améliorait pas, mais elle était restée évasive et n’avait statué sur rien. Bientôt, cependant, il lui faudrait prendre une décision à ce sujet.

Mais le moment était mal choisi. Très mal choisi. En effet, plus tôt dans la journée, les directeurs avaient reçu un courrier leur indiquant la venue d’une délégation du Ministère qui avait pour objectif de faire avancer l’enquête au sujet de l’attaque qu’avait subi l’établissement. Et cette délégation n’était menée par nul autre qu’Howard Cirenpompe l’un de ces grattes papiers vantards qui parlaient la plupart du temps pour ne rien dire. Cette annonce voulait clairement signifier que le Ministère doutait des capacités des directeurs à gérer cette enquête. Celyn n’avait jamais apprécié l’ingérence du Ministère dans les affaires de l’université. Elle savait qu’une telle venue était légitime, mais si elle se montrait la plupart du temps courtoise lorsqu’elle croisait ainsi des membres du Ministère, les savoir dans son université de manière imposée l’irritait au plus haut point. Elle n’avait toutefois pas décalé sa visite à la Clinique et avait laissé le soin à Alekseï de les accueillir. Elle savait que lui aussi n’était pas du genre à courber le dos devant les manigances ministérielles mais ferait ce qu’il fallait faire pour que les aurors et Cirenpompe soient convenablement installés. Elle espérait toutefois en apprendre plus quant au motif de leur passage. Lorsqu’elle arriva dans le Hall d’entrée, elle réalisa qu’il était assez tard et le calme dans l’université ne signifiait qu’une chose, le diner dans la Grande Salle n’allait pas tarder. Elle pressa donc le pas et rejoignit le table du Personnel par une porte dérobée en n’interrompant que de quelques secondes le discours de son collègue Ivanov et alla s’asseoir rapidement. Parmi le Personnel, tous observaient les invités du Ministère d’un regard tantôt critique tantôt étonné, et cela s’accentua d’autant plus lorsqu’Howard Cirenpompe expliqua la raison de cette venue. L’historienne dévisagea distraitement les deux aurors qui l’accompagnait, elle avait déjà eu l’occasion de croiser Sylvia Longteeth dont le sérieux avait fait parler d’elle quelques mois auparavant, mais son collègue lui était totalement inconnu.

Essayant de ne rien relever des formules ironiques employées par Cirenpompe, Celyn ne pouvait s’empêcher d’afficher un air crispé. Elle sentait que tout cela n’annonçait rien de bon, et elle avait raison. Lorsque le commissaire d’enquête indiqua clairement que deux étudiants de l’établissement étaient suspectés, le sang de la directrice ne fit qu’un tour. Comment osait-il cibler ainsi des étudiants, alors qu’il n’était pas là au moment des faits et que les éléments de l’enquête rapportés jusque-là n’indiquaient rien de semblable ? Comment même pouvait-il se permettre de faire ainsi dans le scandale, accroissant sans doute l’angoisse et la panique au sein de l’université ? Le tact n’était visiblement pas dans ses capacités. Passablement irritée, Celyn porta un verre d’eau à ses lèvres, espérant peut-être se calmer ou du moins cacher son agacement. Peine perdue. L’homme continuait à faire dans le grandiloquent, et en entendant la suite de ses propos, Celyn ne put se retenir. Elle fit claquer le verre sur la table et se leva. Elle retint les mots qui lui brûlaient les lèvres afin de voir ce que Cirenpompe avait encore à ajouter… ainsi, le Ministère prenait bel et bien le contrôle de l’établissement sans que rien n’ait été discuté avec la direction ? Le Ministère faisait-il donc si peu confiance en Celyn et Alekseï pour diriger correctement cette enquête ? L’établissement était donc mis en huit-clos comme ça, du jour au lendemain ? Et elle ne pouvait avoir son mot à dire ? Une colère sourde montait progressivement en elle. Après la déception quant à l’état de Maela, ça. Ce n’était vraiment pas un bon jour pour mettre Celyn Creedpeur de mauvaise humeur, je vous l’assure. Déjà, dans la Grande Salle toute entière les conversations s’élevaient. Ainsi, Cirenpompe prenait l’établissement en main, empêchant des vacances amplement méritées pour chacun et faisait renaître encore plus fort un sentiment d’insécurité et de panique… Toujours levée, Celyn dominait la pièce et dévisageait avec un regard empli de mépris l’homme qui venait d’achever son discours et retournai à sa place. Déjà des propos cinglants se faisaient entendre par moment, dans la salle. Le directrice prit alors sur elle, fit quelques pas et s’avança sur l’estrade où se trouvait la table du personnel. Arrivée au pupitre, elle s’adressa aux étudiants :


« Je vous en prie, calmez-vous. Croyez-moi, je suis toute aussi surprise que vous de cette nouvelle. Il faut croire que le Ministère aime faire dans le sensationnel et l’alarmiste. Je regrette cette décision, mais je crains que nous ne puissions que la respecter. Mr. Cirenpompe dit suspecter deux personnes, je suppose que c’est une tentative pour vous déstabiliser. Une tentative à laquelle je n’adhère absolument pas. »

Elle jeta un regard lourd de sens aux trois membres de la délégation ministérielle, avant de poursuivre :

« C’est pourquoi je vous demande de faire preuve de sérieux et de sincérité. Si vous êtes convoqués, répondez avec honnêteté, sans délations mal placées. Soyez honnête avec vous-mêmes, et souvenez-vous bien que c’est en demeurant soudée que l’université se relèvera de cette tragédie. Plus vite Mr. Cirenpompe mènera ses interrogatoires, plus vite l’enquête - ou tout du moins ce moyen d’action - arrivera à son terme. Ne paniquez pas outre mesure, et pensez à écrire à vos proches pour les rassurer que tout va bien. Bon appétit à tous. »

Elle s’était retenue de hurler dans la salle le fond de sa pensée quant à une telle méthode, et alla se rasseoir à sa place. Là, elle posa ses yeux sombres sur Howard Cirenpompe et lui lança :

« Je suppose que vous êtes bien content d’avoir fait votre petit effet ? Enquête ou non je tiens à vous rappeler que c’est encore l’équipe de direction de S.W.Y. N qui gère l’université. Pourquoi ne pas nous avoir informés de tout cela ? Nous aurions pu le communiquer plus… subtilement. Cela relève quasiment de la séquestration ! Vous ne pouvez vous permettre de mettre ainsi en quarantaine des étudiants déjà largement éprouvés par cette affaire. »

Elle dévisagea tour à tour ses collègues en espérant trouver des soutiens parmi eux. Elle ne pouvait concevoir que cet homme à peine débarqué fasse ainsi sa loi. Tous avaient connu une tragédie, ils n’avaient guère besoin de tout cela.

« Et les familles, y avez-vous pensé ? Croyez-vous réellement qu’après cette attaque elles soient d’avis de laisser leurs enfants dans cet établissement en période estivale ? Et traités comme des suspects qui plus est ? Nous voulons tous savoir comment l’Ordre de l’Ouroboros est parvenu à s’infiltrer dans l’établissement, toutefois, je ne vous permettrais pas de juger les membres de cette université comme des criminels. Tous sont innocents jusqu’à preuve du contraire, merci de vous en souvenir. Et cela vaut également pour vous, Miss Longteeth et Mr. O’Stwood. »

Ceci étant dit, elle se servit ensuite un verre de vin. Oui, si elle voulait calmer la colère qui l’habitait, il lui fallait bien ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Et le Ministère arriva.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Et le Ministère arriva.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S.W.Y.N ¤ Someone Wants You Nuts ¤ :: •• ÉTABLISSEMENT •• :: » Rez-de-Chaussée :: La Grande Salle-
Sauter vers: