AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  


 

Partagez | 
 

 Amelia Farrell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amelia Farrell
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 27 Novembre
▌Pays d'origine: Angleterre
▌Statut: 2ème année

MessageSujet: Amelia Farrell   Dim 6 Fév - 22:37


FARRELL Amelia
Nous sommes faits de l’étoffe dont sont tissés les vents


Identité
ÂGE : 19 ans.
DATE DE NAISSANCE : 27 novembre.
SIGNE ASTROLOGIQUE : Sagittaire.
NATIONALITÉ : Anglaise par papa et irlandaise par maman, elle a quand même hérité de traits légèrement asiatiques grâce à sa grand-mère, chinoise exilée à Londres.
BAGUETTE MAGIQUE : Très fine, elle mesure 26 cm, est taillée dans du bois de noisetier et contient une plume de phénix

Dossier scolaire
MAISON : Cinnacrow.
ANNÉE D'ÉTUDES : 2ème année.
FILIÈRE : ACAII Santé Magique.
PROJET D'AVENIR : Devenir médicomage itinérante/intégrer Ste-Mangouste. Elle n’a pas encore choisi entre les deux options. En tout cas, la médicomagie, elle en rêve depuis la découverte de la maladie d’Alban. Puisque personne ne trouve les causes – et encore moins le remède – de cette étrange langueur qui l’affecte, ELLE, elle le découvrira.
ANCIENNE ÉCOLE DE SORCELLERIE : Poudlard.

ATTITUDE SCOLAIRE : Dans les matières qui l’intéressent (en fait toutes celles de son cursus) elle sera très appliquée, au point d’avoir beaucoup de mal à supporter les échecs. Pour le reste, elle est polie avec les professeurs, comme avec tout le monde, et va rarement dans les autres cours que ceux de son cursus. « Trop d’instruction tue l’instruction tue l’instruction, » dirait-elle. Une seule exception : l’option Vol/Quidditch qu’elle suit pour se défouler. Et bien sûr, la musique qu’elle pratique depuis ses six ans.


Portrait
TAILLE : 1m57 tout juste, à son grand désespoir.
DESCRIPTION PHYSIQUE :
Délicate et mignonne, voilà la façon dont un observateur indulgent pourrait qualifier Amelia. D’autres, plus sévères, diront qu’elle est trop maigre, trop petite, trop plate, trop pâle. Difficile de trouver un juste milieu. Mais une chose est sûre, qu’on la trouve jolie ou non, la jeune femme attire les regards. Ne serait-ce qu’à cause de ses cheveux d’une jolie couleur bleu ciel pour le moins intrigante. Les gens qui ne la connaissent pas parient toujours pour savoir si cette couleur, curieusement assortie à ses iris du même bleu, est naturelle, résulte d’une teinture ou d’un sort de transformation.

En fait, cette apparence est voulue par la jeune femme : en effet, celle-ci possède un don, chose surprenante chez une née-moldue. Elle peut modifier la couleur de ses cheveux, la forme de son visage, la couleur de ses yeux... etc. Ce n'est pas quelque chose de forcément flagrant, mais ça peut être utile pour se déguiser rapidement - même si elle reste quand même reconnaissable - et passer inaperçue. Et c'est ce don, la métamorphomagie, qui permet à Amelia d'arborer cette couleur de cheveux pour le moins originale. Elle a aussi parfois envie de changement, et se livre donc à des extravagances capillaires de temps à autre, mais la forme cheveux longs + couettes + couleur bleue est celle qu'elle revêt le plus souvent.

Si l’on considère aussi le reste de sa personne, ses membres fins comme des brindilles, son visage aux traits ciselés et son teint clair, on se rend compte que ses cheveux seuls ne suffisent pas à expliquer l'intérêt qu'elle peut provoquer. En effet, de loin, Amelia ressemble à une poupée. De porcelaine. Non qu’elle soit figée - au contraire elle est vive et expressive – mais plutôt qu’elle dégage une impression de fragilité. Comme si un souffle de vent pouvait suffire à la faire décoller du sol. Comme si elle allait se briser si on lui posait une main sur le bras.

Cette impression est accentuée par son visage. Mobile, expressif, on retiendra surtout les yeux clairs comme de l’eau, dans lesquels on peut plonger. Ses sentiments s’y reflètent facilement, et son regard est franc. Son nez, lui, est légèrement retroussé - c'est voulu, elle l'aime bien comme ça, donc lui fait garder toujours cette forme - et dénote un caractère volontaire, légèrement porté sur la farce et la joie de vivre. Sa bouche, elle, a tout ce qu’il y a de plus banal : des lèvres roses, des dents blanches. Il faut noter que ses traits rappellent légèrement la chinoise sa grand-mère. Ses yeux sont très légèrement bridés. Rien de très visible, mais un observateur attentif le remarquera.

Sinon, voyons donc le grand complexe de la jeune femme ! Son corps qui est resté plutôt ... plat. Amelia a peu de formes : une poitrine présente, mais peu développée. Une taille mince, un ventre plat, mais en contrepartie, elle a des hanches peu garnies et de petites fesses. Pas de quoi affoler un homme, quoi.

En harmonie avec ses formes encore enfantines, Amelia apprécie les vêtements clairs et colorés. Ils lui rappellent l’innocence. Il faut aussi qu’ils soient pratiques, jolis et légers. Bref, elle est souvent en robe, et bouge comme si elle avait un pantalon. Heureusement que ses dessous ne sont pas forcément très révélateurs (mais joliment brodés/couverts de dentelle/colorés) ! Ses cheveux, dans la même logique, sont le plus souvent attachés en deux couettes, sans originalité. Et elle ne se maquille pas, ne porte que peu de bijoux.
Pas étonnant qu’elle fasse moins que son âge !

DESCRIPTION PSYCHOLOGIQUE :
Amelia ? C’est une émotive. Très expressive – la moindre de ses émotions transparaît sur son visage, ce qui la rend incapable de mentir – elle est facilement déroutante pour son entourage, qui la voit passer du rire aux larmes sans comprendre forcément pourquoi. En général, elle est souriante, plutôt gaie et pétillante. Même si ça peut changer assez rapidement, selon les circonstances. Amelia, en fait, elle est comme un ciel d’Irlande : on ne sait jamais quand il peut se brouiller, et même s’il fait beau le matin, il peut pleuvoir le soir. Elle est mentalement en accord avec sa condition de métamorphomage : changeante.

Assez lunatique, elle est facilement blessée par ce qui ne va pas comme elle veut, ainsi que par les remarques des autres. Elle prête en effet une grande importance au regard des autres. On a beau lui dire que ça ne sert à rien, elle a beau se le dire elle-même, savoir que quelqu’un ne l’apprécie pas lui porte toujours un coup. Elle est sans doute trop perfectionniste et idéaliste, mais elle aime que les choses aillent dans son sens. Que quelqu’un ne l’aime pas est une offense à sa volonté. Ça ne la vexe pas, mais la rend malheureuse.

Par ailleurs, elle est plutôt maniaque. Ou perfectionniste. Elle aime que les choses soient bien faites, et déteste être prise en défaut. Quand quelque chose ne va pas, elle a tendance à s’enfuir, tourner les talons pour ne pas avoir à répondre aux questions. Une mauvaise note lui portera ainsi un coup au cœur, tout comme le fait de rater un sortilège – ce qui demeure assez rare, car si elle n’est pas d’une grande puissance, et n’a pas une gamme illimitée de sortilèges à sa disposition, ceux qu’elle possède, elle les maîtrise. Tout ça parce qu’elle s’investit énormément dans ce qu’elle fait. Même si elle change souvent de centre d’intérêt. Elle a tendance à papillonner, à se passionner pour un sujet puis, celui-ci maîtrisé, à s’en désintéresser pour un autre.

Avec les gens, qui l’entourent, elle est très spontanée. Voire même trop. Elle n’hésite pas à dire ce qui lui passe par la tête, ce qui ne va pas sans froisser quelques sensibilités. Et ces personnes vexées, elle n’en tiendra pas compte. « Il n’y a que la vérité qui blesse. » dira-t-elle évasivement. Avec raison, certes. On comprendra donc qu’elle n’est pas toujours à l’aise en société « chic » où l’hypocrisie et le mensonge sont rois. Elle n’aime pas ménager les gens, or, c’est justement ça qu’on lui demande ! Mais sa franchise a aussi ses avantages : quand elle apprécie quelqu’un, elle n’hésite pas à lui dire. Elle est donc très proche de ses amis, et se lie facilement, une fois qu’on a dépassé ses manières brutes.

Par ailleurs, ça rejoint ce qu’on en disait précédemment, mais elle place une grande confiance dans les gens qui l’entourent et supporte mal d’être déçue. Un ami qui la trahit – et le mot trahison est assez vite prononcé avec elle – et elle ne lui fera plus jamais confiance. Piquera une crise, et refusera de lui parler avant des mois.

Oui, car Amelia est un peu excessive. Elle se laisse facilement dépasser par ses émotions. Lire des romans tristes est pour elle une épreuve. Aller voir un film triste ? Elle en sortira en larmes ! Pour le rire, c’est la même chose. Si elle trouve quelque chose drôle, elle peut partir dans des crises de fou rire qui durent parfois... longtemps... longtemps... Bon, ça suffit maintenant ! Et pire encore, quand quelqu’un lui plaît, voire même un peu plus, elle est complètement dépassée. Oui, il semblerait qu’elle n’ait pas encore dépassé le stade de la paralysie, des bafouillements, des rougissements. Elle ne saura pas jouer de son charme, ou plus précisément, elle ne pourra être charmeuse qu’avec quelqu’un qui ne lui plaît pas (aucun intérêt donc).

SIGNE DISTINCTIF :
Elle est toujours en train de manger. En général, des sucreries. Les sucettes à la framboise ont sa préférence. Sinon, elle possède un chat. Surnommé Arthur, sans que quiconque sache pourquoi, il est roux rayé de blanc, vif et malin. Parfois trop.
Et puis, bien sûr, c’est une métamorphomage. Elle peut donc soudainement changer au niveau physique, ce qui est assez déroutant pour ses interlocuteurs. Elle, ça l’amuse.


Situation
SANG : Née-Moldue.
SITUATION FAMILIALE :
Mère-grand, d’où viens-tu ? Mamie Farrell était chinoise. Partie faire ses études à Londres – chose rare en son temps, qu’une jeune fille parte à l’étranger ! – elle y a rencontré l’amour en la personne d’Aidan Farrell, et n’en est plus partie. De leur union est né Allan Farrell, papa d’Amelia et Alban. Le jeune Moldu avait également été doté de trois autres frères.

Du côté maternel, Anna Farrell, de son nom de jeune fille Connelly, descend d’une longue famille d’irlandais de pure souche. Elle a rencontré Allan dans la rue, alors qu’il venait de se faire jeter d’un bar. Ramassant ce jeune homme bourré mais intéressant, elle l’a ramené chez elle, et hébergé. Une fois dégrisé, ils ont noué une amitié, et cela a petit à petit évolué jusqu’à leur mariage.

Allan et Anna ont toujours été très proches de leurs familles, et ce fut un déchirement quand ils réalisèrent qu’ils ne pourraient plus leur rendre visite régulièrement à cause des phénomènes étranges qui avaient lieu autour d’Amelia. Ses grands-parents (des deux côtés) sont en effet très superstitieux. Depuis son entrée à Poudlard et la maîtrise de ses pouvoirs, ils ont renoué contact, et Amelia voit régulièrement ses grands-parents. Elle leur voue une grande affection, mais ne peut leur confier grand-chose sur le monde où elle vit. Ils désapprouvent grandement la couleur excentrique de ses cheveux.

Amelia est proche de ses parents, qu’elle intrigue et déroute parfois avec ses sautes d’humeurs. Ils sont très intéressés par ce qui fait son univers, et ont toujours trouvé que ses « capacités particulières » étaient une bonne chose, même si c’était parfois inquiétant. Pour résumer, ils sont plutôt fiers de leur fille, et elle les aime beaucoup.

Mais celui qu’elle adore, sa moitié, son double, c’est Alban. Son jumeau. La séparation des deux enfants pour qu’Amelia aille à Poudlard a été dure. Depuis la maladie d’Alban, Amelia se conduit avec lui un peu comme une mère poule, surprotectrice. Elle est toujours inquiète pour lui, et dès qu’elle le voit elle se met à babiller, à s’agiter autour de lui, à remonter ses couvertures, retaper son oreiller... Il la trouve irritante, il leur arrive de se disputer, mais malgré tout ils s’adorent. C’est en partie pour lui qu’Amelia fait des études en Santé Magique.

ORIGINES : Elle est née dans la banlieue de Londres et y a toujours vécu.

LOISIRS :
¤ En premier lieu, il y a la flûte traversière. Amelia a découvert cet instrument à l’âge de cinq ans, et a aussitôt exprimé le désir d’en jouer. Depuis, la musique et elle, c’est le grand amour. Elle trimballe ses partitions partout avec elle, et elle s’est même mise au chant. Il n’est donc pas rare de la croiser en train de chanter.
¤ Après, viendrait sans doute le vol. Pas tellement le Quidditch, ce jeu ne l’intéresse pas plus que ça. Mais elle adore la sensation qu’on a lorsque l’on s’éloigne de la terre. Sentir le vent siffler à ses oreilles, la vitesse... etc. Elle ne pourrait pas s’en passer.
¤ Ensuite, elle alterne des activités comme les promenades (dans le château, dans le parc... etc.), le shopping, les activités avec ses ami(e)s et la cuisine (surtout la préparation de pâtisseries) sans en privilégier aucune. A part la lecture, bien sûr, mais ce n’est pas pareil.
¤ Enfin, elle aime aller de temps en temps rendre visite aux animaux qui servent pour le cours de soins aux créatures magiques.


Infos diverses
Le printemps, de Vivaldi.
......................................

RÉPARTIR 10 POINTS :
(pas plus de cinq points par catégorie)

  • gentillesse : ***
  • puissance magique : **
  • humour : **
  • courage : *
  • intelligence : **
Infos diverses
SURNOM(S) Mel', 'Lia, et rien de très original sinon…

5 MOTS :
(pouvant être liés au personnage)

  1. Loyauté
  2. Lunatique
  3. Musique
  4. Soin
  5. Douceur


Histoire du personnage
Londres, un soir de novembre. Deux jumeaux criaient joyeusement de concert dans la salle d’accouchement, sous le regard attendri mais épuisé de leur mère, une solide irlandaise. Son mari, jeune londonien à l’ascendance clairement asiatique, avait l’air réjoui mais semblait également être sur le point de vomir. Une attitude typique chez les jeunes papa, paraît-il. Bref, une famille de moldus ordinaires à la figure heureuse.

Tout commença tranquillement. Une petite vie de famille joyeuse, ponctuée par les nouvelles découvertes des bébés. Mais cette calme apparence devait bientôt sauter.

« Ciel, Allan ! Amelia a les cheveux verts !
- Qu’est-ce que tu raconte, allons chérie, tu vois bien qu’ils sont roses... » fit son mari d’un air distrait avant de s’exclamer d’un air abasourdi : « Roses ! Elle a les cheveux roses... Qu’est-ce que c’est que cette bizarrerie ? »

Et il dut s’asseoir sur un fauteuil, trop ébranlé. Le couple resta devant le berceau quelques heures, à observer leur fille gazouillante changer de couleur de cheveux, et même de visage. Et puis ils décidèrent de n’en parler à personne, de peur qu’on leur enlève leur fille.

Les années passèrent, plus ou moins agitées mais heureuses. La petite famille s’habitua à voir des phénomènes étranges autour d’Amelia. D’abord ses changements d’apparence, et puis, petit à petit, on constata que les objets avaient parfois une attitude étrange avec elle. Le paquet de céréale qui venait se nicher dans sa main, à l’autre bout de la table... Le hochet qui lévitait autour de sa tête... Au départ surpris, choqués, les parents d’Amelia s’habituèrent à ces drôles d’aventures qui arrivaient à leur fille. Heureusement, son frère jumeau Alban semblait lui tout à fait normal. Loin d’être jaloux de ce qui arrivait à sa sœur, il cherchait plutôt à l’imiter, et il arrivait fréquemment qu’il se teigne clandestinement les cheveux, au grand désespoir de sa mère.

A l’extérieur, ça ne se passait pas aussi bien. Les Farrell durent couper le contact avec leurs parents et frères et sœurs qui, très superstitieux, n’auraient pas accepté ces manifestations de bizarrerie. Les voisins, eux, les considéraient avec méfiance depuis qu’ils avaient vu une des transformations de la petite Amelia. Certains avaient même tenté de les faire expulser du quartier, en vain. Même si la petite famille avait pu conserver sa maison – on n’était plus au temps de l’inquisition ! – ils subissaient une certaine mise à l’écart.

Les enfants du quartier n’avaient pas le droit de s’approcher des petits Farrell. « Attendez, leurs cheveux ont des couleurs si extravagantes ! Ce ne sont que des enfants ! Comment leur mère peut-elle laisser faire cela ? De toute façon, cette famille est bizarre. Surtout la fille, Amelia, » pérorait une voisine. A l’école, c’était la même chose depuis que des manifestations étranges avaient eu lieu, si bien qu’on avait dû retirer les jumeaux de l’école. Anna les instruisait à la maison. Pourtant, loin de souffrir de cet état de fait, les deux enfants étaient heureux, juste tous les deux. Alban s’émerveillait régulièrement des métamorphoses de sa sœur. Loin de s’en effrayer, comme leurs parents, il tentait plutôt de les imiter, avec plus ou moins de succès.

Et puis la petite fille atteignit l’âge de onze ans. La lettre de Poudlard éclaircit bien des mystères autour de la jeune sorcière, mais causa un petit drame. Eh oui, Amelia devait partir ! Se séparer de ses parents, de ses amis, mais pire encore, de son jumeau Alban auquel elle était chèrement attaché. La séparation se passa assez mal, malgré la promesse de l’enfant de revenir à chaque congé, et ce fut la mort dans l’âme qu’Amelia partit pour Poudlard.

Mais elle finit par s’y épanouir, et par digérer l’absence de son jumeau. Sociable, elle se fit des amis sorciers, comme elle, et grandit naturellement comme toute jeune fille de son âge – même si elle restait irrémédiablement petite. Pour Alban, cela n’alla pas aussi bien. En effet, peu après le départ de sa sœur, le garçon sombra dans la mélancolie, devint apathique et irritable. Le psychiatre consulté conclut à une légère dépression, à la crise d’adolescence... Mais l’état du jeune Moldu ne s’arrangea pas avec le temps, et à l’âge de 12 ans, il était devenu si faible et si indolent qu’il ne pouvait plus suivre une scolarité normale. Personne ne comprenait ce qui arrivait, et l’humeur de chacun des membres de la famille aurait pu devenir bien sombre si Alban lui-même n’avait pas gardé un certain courage et une grande joie de vivre, qui était contagieuse.

La santé d’Alban déclina rapidement l’année qui suivit, et il finit par être hospitalisé peu après son treizième anniversaire. Les médecins moldus ne savaient que faire contre son mal, et si son état ne se dégradait ni ne s’aggravait, ce n’était certainement pas grâce à leurs soins. Le jeune garçon, une fois stabilisé, fut transféré en maison de repos moldue. Il était trop faible pour continuer une vie normale, à la maison, mais suffisamment rétabli pour quitter l’hôpital. Il y est toujours, continue à se battre et à sourire. Amelia va le voir tous les jours lorsqu’elle est en vacances. Elle a essayé de l'emmener chez un médicomage, puis deux, puis trois, mais personne n'a jamais trouvé quel était le problème.

C’est l’impuissance qu’elle a ressentie face à sa maladie qui l’a motivée à devenir médicomage : si personne ne pouvait le soigner, ELLE elle y arriverait. Et elle ne laisserai plus jamais dépérir quelqu'un les bras ballants. C’est donc tout naturellement qu’Amelia décida de poursuivre ses études à SWYN, une fois ses ASPIC en poche.


Complément d'informations
QUESTIONS/RÉPONSES :
  1. Quels résultats a obtenu votre personnage à ses ASPIC ?
    Optimal en botanique, soins aux créatures magiques, potions, sortilèges.
    Effort Exceptionnel en métamorphose et défense contre les forces du mal.
    Piètre en Histoire de la magie.
  2. Pourquoi a-t-il décidé de continuer ses études à l’université ?
    Pour réaliser son rêve : devenir médicomage et pouvoir soigner tous ceux qui en ont besoin.
  3. Quel fut l’état d’esprit de votre personnage en arrivant à S.W.Y. N ?
    Impatiente, mais redoutant un peu ce qui allait lui arriver. Avide d’apprendre et de rencontrer des gens.
  4. Cette année, qu'il y a-t-il dans les bagages de votre personnage ?
    Des vêtements, des tonnes de vêtements. Et beaucoup de confiseries : bonbons, chocogrenouilles, dragées surprises, mais aussi des friandises plus banales, en vente dans les magasins moldus. Pas mal de livres, deux ou trois peluches (mais chut, vous ne les avez pas vues !). Et puis bien sûr son balai, sa flûte traversière et ses partitions. Un foulard appartenant à Alban, qu’elle met sous son oreiller la nuit, et autour du cou la journée.
  5. Votre personnage accorde-t-il de l’importance à la Magie noire ? Si oui, pourquoi ?
    Un petit peu. Mais ce n’est pas de l’intérêt, plutôt qu’elle en a peur.
  6. Si Voldemort n’était pas défait, votre personnage le suivrait-il ?
    En tant que Née-Moldue, elle aurait plus tendance à le fuir ou le combattre. De toute façon, elle serait traquée par les Mangemorts à la base.
  7. Qu’est-ce que votre personnage pense des Moldus ?
    Ils sont comme les sorciers : des humains. Et sa famille entière en fait partie, alors bon.
  8. Et des Cracmols ?
    Rien de particulier, seulement qu’ils doivent mal vivre le fait de ne pas posséder de magie.
  9. De quoi votre personnage a-t-il peur ?
    De la gelée. Elle est terrorisée par la gelée sous toutes ses formes (ça va de la méduse au pot de confiture). Sinon, pour être plus sérieuse, elle a peur que ses proches subissent des sévices à cause des membres de l’Ouroboros/des anti-Moldus. Elle a peur aussi que la maladie d’Alban s’aggrave et qu’elle ne puisse rien y faire.
  10. Quelqu’un tend une fiole d’Amortentia devant votre personnage, quelle(s) odeur(s) y sent-il ?
    Une odeur de fleurs délicates mêlée à des parfums plus sucrés de confiseries. A la fin, elle sentira aussi une odeur plus amère de plantes médicinales.

SUR CINQ, VOTRE PERSONNAGE... :
    …veut être populaire : **
    …veut changer le monde : ****
    …veut trouver l’âme sœur : ***


DERRIÈRE l'écran

Quel âge avez-vous ? ; 19 printemps.
Comment avez-vous connu S.W.Y.N ; Toute seule comme une grande grâce à un top-site/un partenariat, je ne me souviens plus (Alzheimer, déjà ?). Et après, Ek’cureuil et Jack, qui sont aussi sur Esplumoir, m’ont poussée à m’inscrire.
Qu'est-ce qui vous a poussé à vous inscrire ? ; Le contexte, le design classieux, et les deux cités là-dessus.
Un commentaire/critique/suggestion à faire ? ; RAS commandant !








Dernière édition par Amelia Farrell le Dim 6 Mar - 23:51, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celyn Creedpeur
Direction
Direction
avatar



 
▌Né(e) le: 27 Août
▌Pays d'origine: Ecosse
▌Statut: Direction

MessageSujet: Re: Amelia Farrell   Mar 8 Fév - 17:33

Et bien, voici une très jolie fiche Smile ! J'ai pris plaisir à la lire, le personnage est très bien présentée. Comme tu le sais, ton don a été accepté, nous avons donc une nouvelle métamorphomage dans l'université !

Je valide le tout, et j'espère que tu parviendras à développer ton personnage comme tu le désires. Une nouvelle fois, bienvenue ! et bon RP parmi nous ^^ !


Dernière édition par Celyn Creedpeur le Mar 8 Fév - 18:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amelia Farrell
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 27 Novembre
▌Pays d'origine: Angleterre
▌Statut: 2ème année

MessageSujet: Re: Amelia Farrell   Mar 8 Fév - 17:46

Merci beaucoup ! =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amelia Farrell
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 27 Novembre
▌Pays d'origine: Angleterre
▌Statut: 2ème année

MessageSujet: Re: Amelia Farrell   Jeu 24 Fév - 12:08

Hop !
Fiche remise à neuf avec les nouveaux codes. :3
Quelques points ont été très légèrement modifiés dans l'histoire, aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Amelia Farrell   

Revenir en haut Aller en bas
 

Amelia Farrell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S.W.Y.N ¤ Someone Wants You Nuts ¤ :: •• ACCUEIL •• :: » Registres :: Etudiants-
Sauter vers: