AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  


 

Partagez | 
 

 La notte ~ Concerto, souvenirs & rencontre [PV Alister]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amelia Farrell
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 27 Novembre
▌Pays d'origine: Angleterre
▌Statut: 2ème année

MessageSujet: La notte ~ Concerto, souvenirs & rencontre [PV Alister]   Dim 27 Fév - 19:18

Samedi, à peine huit heures du matin. Il était encore bien tôt pour la plupart des étudiants, qui profitaient de ne pas avoir cours pour se prélasser sous leur couette. Pourtant, dans le couloir du 1er étage, résonnaient, solitaires, les notes aiguës d'une flûte traversière.

Debout devant la fenêtre, la joueuse profitait de la pâle lueur du soleil levant, tout juste suffisante pour déchiffrer sa partition. Concentrée, la jeune fille semblait avoir fait abstraction de tout ce qui l'entourait, l'oeil fixé sur la portée en face d'elle. Les phrases musicales s'égrenaient, d'abord hésitantes pendant le Largo, puis plus affirmées au fur et à mesure que la musicienne prenait de l'assurance. Cela faisait plusieurs années qu'elle n'avait pas joué ce morceau, et si les notes lui paraissaient toujours couler de sources, la flûte en solo, elle, sonnait étrangement à ses oreilles. L'absence du violon se faisait sentir. Si Alban avait été là...

Soupir. La pause prévue pour le solo de violon et le silence qui remplaça l'instrument ne firent que lui rappeler plus cruellement à quel point son frère lui manquait. Ce morceau, ils l'avaient toujours joué à deux. C'était même un des préférés de son jumeau, qui l'appréciait pour sa légèreté et son originalité. De toute façon, Alban avait toujours aimé Vivaldi. Depuis que sa maladie l'avait forcé à poser son instrument, Amelia n'avait plus jamais ressorti aucune de ces partitions si souvent lues. Elle les emportait avec elle chaque année, les conservant précieusement dans sa valise, mais se refusait à les ouvrir de nouveau.

Et puis, ce matin-là, prise d'une envie soudaine, elle avait saisi la première des partitions de la pile, rapidement, comme une voleuse, et s'était enfuie vers la salle de musique. A l'heure qu'il était, il y avait peu de chance pour que quiconque la surprenne. Le moment était idéal pour ressasser de vieux souvenirs, et essayer de s'en libérer. Après tout, il n'y avait pas de raison. Ce morceau n'appartenait pas à Alban. Et si elle trouvait parmi les étudiants quelqu'un disposé à l'accompagner, plus tard, ça ne pourrait qu'être bénéfique.

Résolument, la demoiselle porta la flûte à ses lèvres et ré-attaqua le morceau du début, de manière volontaire. Les notes conservaient leur délicatesse aiguë pendant que ses doigts couraient avec agilité sur les clés. La mélodie s'éleva de nouveau, aérienne. Le Presto, énergique, s'écoula de la flûte comme s'il était doté d'une vie propre. Fermant les yeux, Amelia se mit à jouer de mémoire, tentant de retrouver les sensations qu'elle avait autrefois, en jouant.

Las, le son ne faisait pas naturel. D'un mouvement brusque, la jeune sorcière éloigna l'instrument de ses lèvres, écrasant un juron. Avec dépit, elle repoussa sa flûte loin d'elle sur la table et referma la partition.

"Pourquoi est-ce que je n'y arrive plus ?"

La frustration étouffa la fin de sa phrase, lui donnant un air plaintif. Elle n'atteignait donc plus la perfection, sur un morceau joué de si nombreuses fois ? Pourquoi ? Elle avait pourtant bien respecté chaque signe inscrit sur le papier jauni, tenu le rythme demandé, joué avec légèreté mais fermeté... Comme la parfaite petite concertiste qu'elle était sur ce morceau autrefois. Alors que se passait-il donc ? Etait-ce la seule absence d'un violoniste qui posait problème ? Si Alban avait été là, il aurait pu lui répondre... Là, elle n'avait aucun moyen d'évaluation.

Avec un reniflement exaspéré, elle s'assit sur le coin de la table, soupira. Et se mit à chanter doucement, distraitement, tout en regardant par la fenêtre. La mélodie n'avait pas de paroles, ce n'était qu'une succession de notes lancées à tout va, mais pour Amelia, elle avait un sens. C'était la chanson que chantait Anna aux jumeaux, dans leur petite enfance. La berceuse qui apaisait toutes les rancœurs et toutes les peines. Celle qu'elle chantait à Alban, quand elle allait le voir à la maison de repos. Comme le concerto qu'elle avait joué, cette comptine restait pleine de souvenirs.

Il fallait qu'elle se calme. Tout ça n'était pas si important. Qu'elle se calme, et qu'elle passe à autre chose. Qu'elle joue quelque chose de gai, qu'elle avait appris récemment, par exemple. Sans qu'elle s'en rende compte, quelques larmes avaient coulé. Elle les essuya machinalement, reprit sa flûte, et allait se mettre à jouer quand elle se rendit compte que la porte était restée entrouverte. Il valait mieux éviter d'attirer du monde ici... A pas lents, son instrument toujours à la main, elle avança pour pousser le battant quand elle sentit une résistance. Quelque chose bloquait le panneau de bois. Quelque chose ? Ou quelqu'un ?

"Hé, qui est là ?"

Une autre question n'osa pas franchir ses lèvres, et resta en suspens. Depuis quand était-il là, et qu'avait-il vu ?

~

[HRP : Bouh, c'est tout moche. Si ça ne te va pas, n'hésite pas à me le dire, je modifierai^^']


Dernière édition par Amelia Farrell le Jeu 31 Mar - 10:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alister McFarlane
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 11 mai
▌Pays d'origine: France
▌Statut: 1ère année

MessageSujet: Re: La notte ~ Concerto, souvenirs & rencontre [PV Alister]   Lun 28 Fév - 13:04

D'ordinaire, cela ne ressemblait pas à Alister de se lever si tôt un samedi. Mais il se trouve que le retour progressif des beaux jours l'avait poussé à s'extirper du lit plus tôt pour profiter du soleil naissant et de la rosée matinale dans le parc du château.

Après avoir avalé un bon petit déjeuner pour tenir la journée, Alister s'était dirigé vers le hall principal pour entamer sa petite balade solitaire. Il était presque arrivé à la porte quand il se rendit compte qu'il avait joué les égoïstes. Et Arwen alors? N'avait elle pas droit de profiter de la fraîcheur et du beau soleil?

Arwen, c'était sa chouette. Elle était magnifique avec son plumage mordoré et doux comme de la soie. Ses yeux, d'un violet intense tâcheté de noir, reflétaient une grande intelligence. Alister avait complètement craqué en la voyant. Pour lui, c'était une amie à part entière. Il était sûr qu'elle l'écoutait quand il se confiait à elle.

Malheureusement, ces derniers jours, elle avait été malade. A croire qu'elle avait attrapé un coup de froid. Alister avait prit soin d'elle et à présent elle se remettait sur pattes. Alister s'était donc dit qu'elle pourrait bien l'accompagner ce matin. Sortant de ses pensées, Alister arriva dans sa chambre et ouvrit la cage de sa chouette.


"Viens ma chérie. Excuse moi de t'avoir oubliée."

Arwen sortit de sa cage et vint se poser sur l'épaule de son maître. Il pouvait à présent se mettre en route. Sourire aux lèvres, le jeune homme arrivait près de la salle de musique quand il entendit un air connu joué à la flûte. Il reconnut Vivaldi, bien qu'il ne connaissait pas le titre du morceau. N'étant pas pressé, il s'arrêta près de la porte et écouta un peu. Rien ne pressait aujourd'hui par cette belle journée.

La musique cessa soudainement et Alister se rendit compte que la porte était restée entr'ouverte. Il pouvait voir la grande fenêtre de la salle qui laissait le soleil inonder la pièce de sa lumière. Mais il ne vit pas la personne qui jouait. En revanche, il entendit une faible voix féminine.


"Pourquoi est-ce que je n'y arrive plus ?"

Elle avait l'air agacée... frustrée. Puis elle se mit à chanter doucement une musique qui cette fois-ci était inconnue à Alister. Il se demandait s'il devait entrer ou pas. Il aimait beaucoup la musique et aurait aimé le dire à la mystérieuse musicienne. Qu'il connaissait peut-être d'ailleurs? Il n'avait pas reconnu la voix. Mais d'un autre côté, l'étudiante derrière la porte ne désirait peut-être pas être dérangée.

Finalement, il se décida à entrer. Mais il n'avait pas entendu que la personne se déplaçait aussi. Si bien que quand il voulut pousser la porte, il rencontra une résistance. Il sursauta presque en entendant la voix d'Amelia, cette fois-ci clairement reconnaissable. Alister avait une bonne mémoire, ils ne se connaissaient pas vraiment mais avaient fait rapidement connaissance dans la Salle Commune un soir. Arwen poussa un petit cri et s'ébouriffa les plumes. A la question "Qui est là", Alister répondit.

"Hola, du calme! Y'a quelqu'un derrière la porte. C'est Alister. Si tu veux bien me laisser entrer..."

Là dessus, Alister lâcha la porte et attendit que la jeune femme lui ouvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amelia Farrell
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 27 Novembre
▌Pays d'origine: Angleterre
▌Statut: 2ème année

MessageSujet: Re: La notte ~ Concerto, souvenirs & rencontre [PV Alister]   Lun 28 Fév - 14:44

Curieusement, la réponse à sa question fut tout d’abord un cri de chouette. Son mystérieux visiteur était donc accompagné par un de ces merveilleux animaux. Tout de suite, il acquit quelques points de capital sympathie dans l’esprit d’Amelia. Une chouette n’aurait pas supporté la compagnie de quelqu’un de désagréable, et se serait envolée loin de lui. Cela rassurait déjà un peu la jeune sorcière sur l’identité de celui qui se tenait derrière la porte.

Et puis, il finit par répondre, se présenter. Par lui demander de se calmer. Se calmer ? Avait-elle été si brutale en poussant la porte ? Des fois, prise par une impulsion, il arrivait que la demoiselle mette plus de force dans ses actes qu’elle ne le prévoyait, mais tout de même, elle n’était guère musclée. Avec un regard perplexe en direction de ses mains, elle assimila l’information. Alister... Elle le connaissait assez peu, mais lui avait un peu parlé dans la salle commune, récemment. Aucune raison de l’enfermer dehors, d’autant qu’il n’avait vraiment pas l’air méchant. Et puis, elle voulait voir la chouette.

Prenant une grande inspiration, Amelia frotta vigoureusement ses yeux encore humides et tira la porte vers elle.

« Vas-y, entre ! Désolée si je t’ai fait mal avec la porte, je pensais qu’il n’y avait personne et euh... je ne voulais pas que quelqu’un m’entende du dehors, en fait. »

Un peu embarrassée, la jeune femme se recula, ouvrant la porte en grand afin de laisser le Dorelly entrer, ce qu’il fit, bien évidemment. Le détaillant d’un air circonspect, l’œil d’Amelia fut aussitôt attiré par la chouette posée sur l’épaule d’Alister. Qu’est-ce qu’elle était belle ! Bien sûr, la sorcière trouvait tous les animaux beaux, en général. Même aux plus horribles créatures, elle réussissait à trouver un charme. Mais dans ce cas précis, cela sautait aux yeux. Son plumage brillant montrait que son maître en prenait bien soin, ce qu’elle nota en silence, tout en admirant l’oiseau. Et bien sûr, sa première question fut pour elle. Tendant la main presque timidement vers la chouette, elle demanda :

« C’est ta chouette ? Comment elle s’appelle ? »

Toujours aussi ignorante des bonnes manières, la petite Amelia. Comme cela faisait jaser les voisines, lorsqu’elle habitait encore chez ses parents ! Non contente de changer de couleur de cheveux comme de chemise, la gamine Farrell, comme on l’appelait, osait les apostropher gaiement sans même les saluer ! Le respect se perdait... Au moins, elle souriait, était gaie et gentille, rétorquaient quelques voisins plus tolérants. Mais cela n’aidait guère, et les commères avaient rapidement fait de ses passages dans le quartier un enfer de ragots. Surtout quand elle avait quitté la maison pour étudier à Poudlard. Aujourd’hui encore, quand elle y retournait, les vieilles dames se retournaient sur son passage, la dévisageaient sous le nez d’un air méfiant.

Avec un soupir, la sorcière chassa ces souvenirs désagréables dans un coin de sa tête. Alister ne se vexerait sans doute pas qu’elle ne l’ait pas salué dans les règles, non ? Il n’était pas comme beaucoup de ses camarades de maison – comme sa voisine de dortoir, par exemple – si à cheval sur les convenances. Enfin, la demoiselle l’espérait. Ce fut donc avec un grand sourire qu’elle enchaîna sans transition, avec une question qui lui trottait par la tête :

« Qu’est-ce que tu fais debout si tôt ? Tu ne préfère pas la chaleur de ton lit au froid du petit matin ? »

Admirez la délicatesse du langage, le tact de la Cinnacrow ! Plus direct, comme question, on ne pouvait pas. Heureusement qu’elle avait un air plutôt joyeux, parce que l’interrogation aurait presque pu sembler agressive sinon.


Dernière édition par Amelia Farrell le Jeu 31 Mar - 10:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alister McFarlane
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 11 mai
▌Pays d'origine: France
▌Statut: 1ère année

MessageSujet: Re: La notte ~ Concerto, souvenirs & rencontre [PV Alister]   Mar 1 Mar - 19:42

La porte de la salle de musique s'ouvrit doucement et Alister vit enfin le visage d'Amelia qui avait encore les yeux un peu rougis par les larmes. Il ne s'était donc pas trompé sur l'identité de la Cinnacrow. Celle-ci le laissa donc entrer dans la pièce, ce qu'Alister fit. C'était un bel endroit, comme tous ceux du château bien sûr mais Alister aimait la musique et tous ses instruments dont il pouvait voir d'ailleurs ici quelques exemplaires rangés. Il aperçut aussi une flûte traversière posée un peu plus loin. C'était probablement celle de la jeune musicienne. Alister lui sourit.

"Salut. J'espère que je ne te dérange pas."

Le sorcier fut amusé de voir Amelia tout de suite s'intéresser à sa chouette. Ses yeux semblaient briller d'intérêt pour l'oiseau nocturne, Alister se dit donc qu'elle devait apprécier les animaux, ce qui était une qualité pour lui. Pour satisfaire sa curiosité, il tendit donc le bras et la chouette vint s'y poser dans un petit battement d'ailes. Il lui caressa le dessus de la tête et répondit ensuite à sa question.

"Elle s'appelle Arwen. Et oui c'est la mienne. Je l'ai depuis que je suis entré à Beauxbâtons, elle était toute petite à l'époque. Elle ne m'a jamais quitté et je me suis toujours occupé d'elle. C'est une vraie amie. N'est-ce pas Arwen? Tu peux la toucher si tu veux, elle est très sociable."

La chouette, qui avait compris qu'on parlait d'elle poussa un petit cri affectueux et mordilla le doigt de son maître. Il était difficile de croire qu'Amelia, un instant plus tôt, n'allait pas bien car Alister voyait pour le moment une jeune sorcière plein d'entrain, souriante et insouciante, comme une enfant. Cela la rendait d'autant plus agréable à regarder et Alister se dit finalement qu'il pourrait passer un petit moment sympathique avec elle, histoire de faire plus ample connaissance.

Amelia n'avait pas plus tôt poser sa première question qu'elle enchaîna avec une seconde. Alister sourit de plus belle.


"Eh bien, tu ne comptes pas épargner ma salive, par Merlin! Je comptais m'offrir une petite balade dans le parc du château. Je trouve ce beau soleil agréable et j'ai envie d'en profiter avant que les autres étudiants ne se lèvent. Puis c'était l'occasion pour Arwen de voler un petit peu. Elle est restée dans sa cage plusieurs jours, étant malade. Elle va mieux maintenant."

Alister se dit qu'il pourrait éventuellement lui proposer de la suivre si elle voulait et si elle ne comptait pas jouer plus longtemps. Enfin, il verrait selon la tournure que prendrait la discussion. D'ailleurs, ce fut à son tour de lui parler.

"Le matin, tôt, on peut aussi avoir des surprises comme notre rencontre. Je suis content de te voir, on ne se connait pas très bien, c'est le moment de se parler. Enfin, si tu veux bien. Tu comptais peut-être te remettre à jouer? A ce propos, j'ai beaucoup aimé ce que tu jouais. J'ai reconnu Vivaldi."

Alister espérait tout de même ne pas la gêner en parlant de cela, puisque deux minutes avant elle semblait vivre un mauvais moment avec sa flûte...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amelia Farrell
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 27 Novembre
▌Pays d'origine: Angleterre
▌Statut: 2ème année

MessageSujet: Re: La notte ~ Concerto, souvenirs & rencontre [PV Alister]   Mer 2 Mar - 15:11

Un rapide coup d'oeil à Alister après son entrée lui avait suffi pour comprendre qu'il avait noté ses yeux rougis. Bien essayé, petite Amelia, mais avec ta peau si claire, on ne cache pas sa tristesse si facilement ! Il était assez vexant d'imaginer que quelqu'un ait pu la surprendre dans un état de faiblesse avéré. Les larmes, c'était quelque chose de presque obscène pour beaucoup de ses camarades. L'émotivité excessive de la sorcière, qui avait du mal à jouer sur les apparences, la dissimulation, lui était rarement pardonnée. Aussi avait-elle eu une légère poussée rancunière envers le Dorelly, heureusement vite dissipée par son ton amical.

Bien évidemment, lui, l'avait saluée. Se fustigeant intérieurement pour son manque de manières - décidément la conversation polie, ce n'était pas son fort - la demoiselle lui avait simplement répondu d'un sourire. Non, il ne dérangeait pas. Enfin, plus maintenant. Même si elle se demandait ce qu'il avait entendu - la berceuse restait quelque chose de très personnel, et qu'il l'ait écoutée la gênerait sans doute un peu - elle se rendit rapidement compte qu'avoir de la compagnie si tôt dans le matin ne la dérangeait pas, bien au contraire. Surtout quand ladite compagnie était accompagnée d'une aussi charmante chouette.

Amelia avait toujours aimé les animaux. Petite, déjà, elle passait du temps à la fenêtre, à écouter les oiseaux chanter. Elle espionnait les écureuils dans la forêt, pistait les animaux plus gros à la trace. Elle tombait le plus souvent sur des chiens, mais ne sachant pas reconnaître les traces, elle s'était une fois mise dans l'embarras en découvrant la tanière d'une mouffette. Chanceuse, la fillette avait échappé de justesse au jet fétide, et avait pris ses jambes à son cou sans demander son reste. L'histoire avait fait le tour de sa famille, et il arrivait encore fréquemment qu'on lui demande des nouvelles de son amie la puante. Ahah.

Pourtant, si elle adorait les créatures, la sorcière n'avait jamais envisagé d'exercer un métier auprès d'eux. Elle craignait leur souffrance, et se refusait à tenter de les apprivoiser, ou même de les approcher. Elle aimait les observer dans leur milieu naturel, se plaisait à admirer leur beauté, leur ingéniosité, mais cela s'arrêtait là. La douleur d'un animal la touchait en plein coeur, mais ce qu'elle voulait soigner, elle, c'étaient les hommes. Cette orientation future ne l'empêchait pourtant pas de rendre visite aux hiboux à la volière, de s'aventurer dans la forêt - chose déconseillée - ou d'admirer les compagnons de ses camarades. La demoiselle eut donc un sourire rayonnant quand Alister lui expliqua les origines de sa chouette.

"Arwen alors ? Tu sais que tu es magnifique, toi ?" fit-elle en lissant délicatement les plumes de la tête de l'oiseau. "Tu as de la chance d'avoir une telle compagne, dis donc. Elle a l'air de beaucoup t'aimer."

Ses dernières paroles respiraient la nostalgie. Un peu jalouse, peut-être ? A peine. Amelia avait toujours voulu un animal de compagnie. Et ce n'était pas faute de ramener à la maison tous les petits chats blessés et/ou abandonnés qu'elle trouvait dans le quartier ! Semi-compréhensifs, Anna et Allan les accueillaient (presque) toujours avec le sourire et... les emmenaient chez le vétérinaire, puis les faisaient adopter. Au grand dam de leur fille ! Mais Anna étant allergique aux poils d'animaux, la fillette avait fini par comprendre qu'il était inutile de supplier, et qu'elle n'aurait pas de petit compagnon bien à elle.

Son entrée au collège lui avait redonné quelque espoir. Les chouettes et les hiboux, ça n'avait pas de poils, n'est-ce pas ? L'oiseau ne pouvait donc gêner Anna ! Tout son enthousiasme était retombé quand Allan lui avait expliqué avec tact que leurs voisins risquaient de n'être guère tolérants quand ils découvriraient l'oiseau de nuit. Déjà qu'ils n'étaient pas beaucoup aimés... Pour ne pas causer d'ennuis à sa famille, Amelia s'était alors résignée. Et, ses amis ayant souvent des animaux, elle avait profité de leur compagnie avec joie.

Et voilà qu'elle découvrait Arwen la belle. Complètement fascinée, la sorcière admirait les jeux de lumière sur le plumage de la chouette. En voilà une qui s'était découvert une fan. Cela ne l'avait tout de même pas empêchée d'exprimer sa curiosité sur la présence d'Alister dans les bâtiments, si tôt. Cela sembla l'amuser. C'est vrai qu'Amelia était capable d'être un vrai moulin à questions - et encore, là elle était très calme - quand on l'encourageait un peu. Elle éclata donc de rire à la remarque sur la salive, et déclara sans malice :

"Il faut bien s'exercer un peu à parler ! Sinon, l'on en perd la pratique. Je ne fais donc que t'aider !"

Et puis, elle tilta quand il mentionna la maladie de la chouette. Arwen, malade ? La pauvre... Amelia la voyait pour la première fois, mais cela l'ennuyait beaucoup. Pourvu que cela ne soit pas grave. Enfin, elle avait l'air en bonne forme. C'était une bonne idée de la faire profiter du soleil et de l'air frais, cela ne pouvait que lui faire du bien. D'un signe de tête, la sorcière salua l'initiative. Alister avait vraiment l'air de tenir à sa chouette, ce qui ne pouvait que lui attirer la sympathie de la jeune femme. Elle allait exprimer son approbation, quand il reprit la parole.

Admirant toujours la chouette, elle l'écouta d'une oreille, et sursauta quand il déclara avoir entendu du Vivaldi. Ah. S'il avait écouté le concerto, c'est qu'il était là aussi pendant la berceuse. Ah. Voilà à peu près tout ce que son cerveau réussit à exprimer, tandis qu'elle devenait écarlate. Tournicotant une mèche entre ses doigts, la sorcière se rendit compte avec effroi que ses cheveux, par un mécanisme totalement inconscient, avaient décidé de virer à un splendide rouge cerise. Horreur ! Elle n'avait rien contre le rouge, bien sûr, mais se sentait assez idiote de s'être embarrassée comme cela. Son changement ne fit qu'ajouter à sa confusion, et elle resta silencieuse quelques minutes, ramenant sa chevelure à une couleur plus habituelle - si tant est que le bleu pouvait être considéré comme une coloration capillaire fréquente. Puis, se raclant la gorge, elle reprit petit à petit une voix normale :

"Con... Contente qu'elle aille mieux, la pauvre. C'est une bonne idée de l'emmener prendre l'air ça... lui fera du bien. J'irai bien aussi, tout à l'heure. A force de rester à l'intérieur, vu le froid, on sent vite le renfermé !"

Et elle laissa échapper un petit rire étranglé à sa pitoyable plaisanterie. Magnifique. Reprends tes esprits Amelia, ce n'était qu'une chanson ! Il n'a aucun moyen de savoir à quel point elle compte pour toi, de même que le concerto. Amelia, allez !

"Désolée, ça m'a un peu... gênée de savoir que tu étais là depuis le début. C'est vrai que c'est une surprise, le matin, d'habitude il n'y a personne ! Mais tu as bien reconnu, c'était Vivaldi. La Notte, concerto pour flûte et violon, d'où mes ... difficultés. Enfin bref ! Comme tu es là, au moins, je ne m'obstinerai plus pour l'instant à chercher la perfection sur ce morceau ! Je ne pensais pas forcément rejouer, mais si tu veux que je te joue un morceau..."

Bien joué, le changement de sujet. Expliquer brièvement, puis glisser sur les raisons de ton embarras... Pour une fois qu'elle faisait preuve de quelques miettes de raison, en matière de conversation. Par chance, elle était revenue à une couleur normale, et son visage semblait apaisé. Ouf, petite fille, les apparences sont sauves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La notte ~ Concerto, souvenirs & rencontre [PV Alister]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La notte ~ Concerto, souvenirs & rencontre [PV Alister]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S.W.Y.N ¤ Someone Wants You Nuts ¤ :: •• ÉTABLISSEMENT •• :: » Premier étage :: La Salle de Musique-
Sauter vers: