AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Pluie de cervelle et bourrasque d'idées [Miss Calliope et Mister Alister ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tao Lyngheid
C.A.M
C.A.M
avatar



 
▌Né(e) le: 3 décembre
▌Pays d'origine: Norvège, République Tchèque
▌Statut:

MessageSujet: Pluie de cervelle et bourrasque d'idées [Miss Calliope et Mister Alister ]   Jeu 10 Mar - 17:23

Il avait passé l'après-midi là, sous le toit vitré de la serre, installé à l'une des extrémités d'une longue table de bois qu'il avait débarrassée des pots et sacs de terre qu'il y avait trouvés à son arrivée. Il travaillait, désormais indifférent à la fleur penchée sur son épaule. Elle suivait, de sa tête de pétales violets en forme de cloche, les mouvements de la plume de Tao sur le parchemin et semblait même intéressée, émettant à l'occasion des sons suraigus difficilement interprétables mais qui ressemblaient tantôt à des « gningning! » ou encore à des « gnongnong! ». Docilement, son invité corrigeait selon ses humeurs car il avait appris, déjà, au cours de son petit séjour, que son hôte parfumée pouvait se faire très convaincante. Son corps de liane s'étirait à volonté et l'étau qu'elle en faisait était étonnamment persuasif. Ses fautes finiraient par le tuer, avait songé Tao, mi-sérieux mi-blagueur.
Les autres pensionnaires de l'endroit s'étaient jusqu'à présent montrés, pour la plupart, plutôt tranquilles. Peut-être le soleil y était-il pour quelque chose. Il frappait de tous côtés, au grand plaisir, plus ou moins évident dépendant des spécimens, des plantes de cette section des serres. Le vaillant étudiant qui y avait élu domicile n'en était pas moins heureux. Non seulement disposait-il d'une grande clarté, mais aussi de la chaleur, qu'il trouvait tout-à-fait confortable, dans son t-shirt. Il avait posé sa veste sur la table, à côté de rouleaux de parchemins, d'un flacon d'encre, d'une tasse contenant un pétillant liquide ambré et d'un cartable de cuir duquel avaient déboulé quelques dragées surprises.
Outre le bruissement occasionnel de quelques feuillages et le grattement de la plume sur le papier, le silence régnait en maître sur le lieu. D'ici, on voyait le bâtiment principal de l'université, mais également ce qu'il restait des tours de Dorelly et Cinnacrow, pour autant qu'on leur fit face. Mais Tao leur tournait le dos. Et quand bien même il aurait levé la tête pour regarder au loin, il se serait heurté au mur de vert que composaient les nombreuses lianes d'un de ces végétaux, plutôt qu'au village de Bourg-en-bière décorant l'horizon.
Sourcils froncés, épaules voûtées, il travaillait sur sa thèse, en attendant qu'ils arrivent.

Eux, dont il avait entendu les noms une fois... une fois et demie, peut-être. Fois et demie qui n'avaient pas suffit à inscrire ces noms et prénoms dans sa mémoire. Il n'avait pas été surpris, lorsque les résultats du tirage avaient été affichés. Il avait simplement regardé autour de lui, en rangeant ses mains dans ses poches, et s'était reculé tranquillement, se faufilant au travers la petite foule qui se resserrait sur le babillard. Il était demeuré à l'écart quelques minutes, c'est-à-dire presque deux, puis s'en était allé en haussant les épaules. Tant pis, il leur écrirait. Il n'avait pas envie de chercher, et surtout, il avait faim. Puis, en engloutissant quelques patacitrouilles, il s'était souvenu qu'il avait déjà lu le nom D'Eluage quelque part, et qu'on lui en avait parlé. Une famille de sangs-purs de type plutôt fiers et pédants, d'après ce qu'il avait compris. Pourvu que la fille ne soit pas du genre à cracher sur les sangs-mêlés et à pratiquer des avada kedavra sur des elfes de maison, avait-il espéré en essuyant sa moustache de lait du revers de sa main. Et l'autre, le McFarlane, devrait se contenter, jusqu'à leur rencontre, d'un point d'interrogation en guise de visage.
Deux gars une fille. Ce constat ne lui avait rien inspiré. Rien de constructif, encore. Mais Tao n'angoissait pas tellement, à l'idée de ce concours. C'est dire s'il avait vraiment conscience d'y participer. Il était certes question d'un numéro, d'une prestation, mais tout cela était encore loin, et tellement vague qu'il ne trouvait pas matière à s'enthousiasmer. Il s'était tout bonnement, et sagement, tourné vers sa thèse.

Mais aujourd'hui, c'était différent. Un peu. Cela devenait plus concret. À se demander l'intérêt de participer à ce genre d'activité. Pourtant, c'était presque de bon coeur, qu'il s'était imaginé le faire. Jusqu'à ce que là, ici, sous un toit incolore chauffé par le soleil, une fleur se servant de son épaule comme d'un fauteuil, assis devant des mots, à attendre qu'ils arrivent, eux, les plus ou moins anonymes... Jusqu'à ce que là, il se demande : mais qu'est-ce que je vais faire? Pendant un instant, qui dura au moins quatre longues secondes, il oublia qu'il savait jouer du piano. Il éprouva un grand soulagement à s'en souvenir et sourit pour lui-même en s'ébouriffant le toupet.
Il roula le parchemin de sa thèse et le mit de côté, en sortit un autre et se remit à écrire. Il écrivit son nom. Et en dessous, vis-à-vis un chiffre un, il dessina un bonhomme allumette jouant du piano. Vis-à-vis le chiffre deux, il représenta un autre bonhomme, mais qui tenait sur sa tête. Il s'arrêta au chiffre trois, auquel il ne sut quel griffonnage jumeler.

Sept groupes, qu'ils étaient. Dont l'un comptait Lae. Elle s'était retrouvée avec deux blondinets. Tao se grattait distraitement la joue en imaginant sa petite soeur aux côtés de ces deux types. Il essayait de se convaincre qu'il n'aurait pas voulu être avec elle. Si le hasard les avait faits coéquipiers, il n'aurait pas travaillé. Il aurait passé son temps à plaisanter et aurait probablement ignoré le troisième membre du groupe. Ça n'aurait pas été intentionnel, mais il l'aurait fait. Il en aurait profité pour voir Lae plus souvent, tout simplement. Mais elle l'aurait peut-être ramené à l'ordre, en fin de compte... Peut-être. Ou pas. Il sourit. Le jour du spectacle, ils ne se seraient pas présentés et auraient passés la journée, la soirée, quelque part ailleurs, loin, occupés à oublier tout le reste, sans même s'en rendre compte.

Ses bonhommes sans visage l'interpellaient. Il en revint à eux et en ajouta un troisième qui, plume à la main, dessinait un de ses semblables, plus petit. Voilà qui résumait tout à fait Tao Lyngheid, nota Tao Lyngheid en riant tout seul. Plus bas sur le parchemin il dessina trois autres bonhommes, dont l'un plus plantureux que les deux autres, autant que faire se peut. Et ils avaient tous trois des cheveux. Cette pauvre Gabrielle qui se retrouvait avec Mani. Remarque, se dit Tao, peut-être qu'en vérité, c'est-à-dire en dehors de l'infirmerie, elle est... différente. Enfin, forcément, du moins souhaitons-le lui, mais... Bref, il se comprenait. Et puis, ne voulait-elle pas se réincarner en chat. C'était tout qu'un signe, ça.
Ouais, bof. Il commençait à s'ennuyer. Heureusement, l'heure du rendez-vous approchait. Il le devinait à l'orientation du soleil (absolument pas), car il avait oublié de ne pas oublier sa montre, encore une fois, ce matin.
Quand le loquet de la porte cliqueta, Tao tourna vivement la tête dans cette direction. La fleur sur son épaule en fit de même et tinta. Mais avant d'être surpris en pleine attente désespérée, il se remit à griffonner. Il dessina un cerveau au Tao dansant et, se faisant, lança un :

- Salut! shooté à la bonne humeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope D'Eluage
M.U.M
M.U.M
avatar



 
▌Né(e) le: 23 Mars
▌Pays d'origine: France
▌Statut: 6ème année

MessageSujet: Re: Pluie de cervelle et bourrasque d'idées [Miss Calliope et Mister Alister ]   Jeu 31 Mar - 9:00

Calliope avait presque oublié le rendez-vous de ce matin. Les jours précédents avaient été bien remplis et ils étaient passés à une vitesse grand V, pour son plus grand bonheur. S’il y avait bien une chose qu’elle n’aimait pas, c’était de s’ennuyer. Elle trouvait nombreux moyens de se distraire et n’était pas difficile à ce niveau mais certaines journées vides la désespérait. Parfois, elle avait envie de sortir, de profiter de ce temps libre pour se retrouver, et d’autre elle avait juste envie d’oublier qu’elle allait gâcher environ seize heure d'affilées. C’est la seconde option qu’elle avait décidé d’adopter la veille au soir. Au programme, dormir le plus longtemps possible pour raccourcir la journée, faire en sorte que ses repas occupent au moins trois heures -elle avait l’habitude des dîner à rallonge et était plutôt douée pour les reproduire- et éventuellement se laisser bercer par la musique en travaillant pour les prochains cours.

C’est ainsi que lorsque les rayons du soleil finirent par traverser une des fenêtres du dortoir, son premier réflexe fut de rabattre sa couverture sur elle. Seulement, elle finit par étouffer en dessous du tissus et sa deuxième réaction fut alors d’envoyer valser celui ci au sol. Elle attrapa sa baguette qui était posée sous son oreiller et chercha d'instinct les mots pour un sortilège qui ferait disparaître ce fichu soleil, même s’il devait être près de onze heure. Hélas, aucun ne vint et elle due se résoudre à faire fonctionner son cerveau. Des tas de sorts inutiles emplirent son esprit, suivis de souvenirs de cours, d’un devoir qu’elle devrait rendre à une date bien précise. Quel jour étions-nous d’ailleurs? Elle se redressa en sursaut lorsque la réponse lui vint. Le programme était à changer, elle était censée retrouver son équipe pour discuter un peu du festival. La journée ne serait peut-être pas si longue, finalement.

Elle sortit de son lit et après une douche suivie de l’habituel rituel féminin consistant à se coiffer - ce qui n’était pas mince affaire vu la longueur de ses cheveux - et à ajouter une touche de maquillage, elle enfila une tunique bleu ciel ainsi que des bottes. Avant de partir elle attrapa une veste et fila du dortoir. Il lui fallait aller grignoter quelque chose et puisqu’elle était levée, en profiter pour renvoyer son hibou à Valérian. Elle lui joindrait peut-être une lettre, si elle avait le temps.

Ces précédentes activités finies, elle passa les portes de l’université en vu du rendez-vous et elle songea à ce qui l’avait amené à se retrouver dans cette situation. Le festival, Calliope avait souri lorsqu’on lui en avait parlé. Elle appréciait les distractions et le Dorell’artre en serait assurément une. Professionnels et étudiants travaillant et s’échinant avec tant d’ardeurs pour le plaisir des yeux du public, quel événement! La date s’était rangée dans un coin de sa mémoire et vu l'effervescence que cela provoquerait elle ne risquait pas de l’oublier, elle.
Seulement, la française se trouvait à présent participante... sur un simple coup de tête, une montée d’égo. Ahnkïr lui avait demandé si elle participait et il avait cet air si... complaisant! Elle n’avait pas pu se retenir, elle avait plongé bêtement dans la provocation subtilement tournée. «Bien sûr, que j’en serai, avait-elle dit.» Elle avait poussé la chose jusqu’à inscrire son nom sur un vulgaire bout de parchemin, parce qu’elle n’avait qu’une parole, lorsqu’elle ne comptait pas mentir dès le départ. Tout de même, elle avait l’habitude de la provocation, elle savait y faire avec ces gens là en temps normal mais lui... il l’énervait quoiqu’il dise et se contenir était un effort de tout les instants. Enfin, passons. Il est trop tard pour faire demi-tour à présent et les serres n’étaient qu’à quelques pas. Elle n’avait absolument pas réfléchis à ce que pourrait être son rôle dans cette représentation. Faire décoration ne devait pas faire partie des choix proposés et même si elle tenait plutôt bien ce rôle lorsqu’elle décidait de se mettre en valeur, il n’était évidemment pas question que ce soit l’image que l’on retienne. Les portes du lieu convenu étaient désormais à portée de main mais elle ne connaissait pas vraiment ses deux coéquipiers bien qu’elle ait déjà vu Alister, elle ne pouvait se targuer de savoir grand chose sur lui. Qui était l’autre déjà? Elle savait son nom familier au moment où elle l’avait lu mais son prénom ne l’était pas. Certaines de ne l’avoir jamais vu, elle avait simplement dû croiser quelqu’un de sa famille un jour.


S’il faut, au fond, ils étaient du genre à limite l’agresser à cause de l'excitation provoqué par festival pour savoir ce qu’elle savait faire? Bien, attendons un peu avant d’entrer... Calli était douée pour mentir, très mais encore une fois ça ne lui serait pas utile excepté si elle avait à blablater des idioties si grandes qu’en temps normal personne ne pourrait y croire et puis «Salut, je mens très bien c’est de famille», Il y avait quand même mieux comme première approche. Plus sérieusement, elle savait chanter, plutôt bien. A part ça, sa passion pour les animaux et ses études en créaturologie lui permettaient d’être capable d’apprivoiser certains d’entre eux et les traîner dans une numéro ne serait alors qu’une formalité. Cependant, cela prendrait du temps. Bon ce n’était pas grand chose mais ils allaient devoir faire avec après tout. Il lui restait encore sa magie dans laquelle elle se débrouillait bien, au pire.

Elle laissa son habituel sourire remplacé l’air concentré sur son visage et pénétra dans la serre, le son de la porte aussitôt accompagné par un «Salut» lancé par une voix masculine. C’était donc lui, la personne sur qui elle n’avait pas réussis à mettre de visage. Bien, il n’avait pas l’air de mordre c’était déjà ça. Elle répondit en essayant de mettre un peu de conviction et d'enthousiasme dans sa voix chantante:

«Bonjour! Cela fait longtemps que vous attendez?»

Elle s’avança un peu et voyant les nombreuses feuilles sur ce qui servait de table, ajouta:

«Vous travailliez? Ah, désolée j’ai oublié de me présenter, pour la forme. Calliope D’Eluage, je suppose que vous êtes Tao?»


Elle vouvoyait toujours les gens, la première fois. Présentation faites, si cela ne gênait pas l'homme, elle aviserait de faire autrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Pluie de cervelle et bourrasque d'idées [Miss Calliope et Mister Alister ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S.W.Y.N ¤ Someone Wants You Nuts ¤ :: •• EXTÉRIEUR •• :: » Le Domaine de S.W.Y.N :: Les Serres-
Sauter vers: