AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Cause à effet. (Andrew)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thèdes Konstonhalu
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 27 juillet
▌Pays d'origine: Norvège
▌Statut: 2ème année

MessageSujet: Cause à effet. (Andrew)   Mar 15 Mar - 17:07

Le visage droit, les yeux presque clos, elle regardait le parc d’un air absent. Elle trébuchait plus qu’elle ne marchait vraiment. Le soleil se tassait sur elle. Toujours pas de vent, mais le temps était froid. C’était paradoxal. Elle aurait voulu quelque chose qui puisse faire voler ses cheveux. À cause de l’astre, le paysage changeait tout doucement. Elle avait pu voir le ciel virer du bleu foncé au bleu plus clair. Il n’y avait pas de nuage. Il faisait froid, mais c’était un froid étouffant, qui l’empêchait de respirer comme elle le voulait. Ca l’agaçait, plus que de raison sans doute, il fallait qu’elle s’énerve sur quelque chose à défaut de s’énerver contre elle-même. La chaleur, même à peine, commençait à se faire ressentir et la jeune fille respira à fond. Elle était un peu moins pâle, presqu’embarrassée. Il lui sembla un instant que le soleil écrasait ses soucis. Tout un rang de feuilles s'est bousculé dans le petit vent levé d'un coup, un temps un soupçon, son visage s'est crispé. La brise n’a pas eu l’effet escompté. Elle l’encercla et la pesait plutôt qu’elle ne la laissait respirer. Elle avança encore un peu. Elle a soufflé, a gémi, a soufflé encore. A tiré dramatiquement sur la peau de son visage, et aussitôt, a pris place un monologue anti elle-même interminable.

Tout ça c’était de sa faute, et uniquement sa faute. Thèdes avait beau se répéter cette phrase en boucle depuis une bonne heure, elle n’en comprenait pas encore les raisons. Elle l’avait bien cherché, oui, c’est vrai, c’était un choix, elle avait décidé par elle-même. N’empêche qu’elle s’en voulait. Elle avait envie de se donner une gifle. Être aussi passive lui donnait envie de vomir. Et, si elle l’était devenue au fil du temps, elle devait se ressaisir. Elle s’ennuyait. On fait quoi, déjà, quand on s’ennuie ?

Tard dans la nuit aussi, elle s’était ennuyée. Ca faisait une bonne heure qu’elle tournait dans son lit sans savoir quoi faire pour s’occuper. Elle connaissait ce changement brusque d’attitude. Elle en avait l’habitude, cependant, elle avait mit un certain temps avant de se décider à sortir du dortoir en n’oubliant pas de prendre de l’encore, une plume et un papier. Elle s’était installée à une table ronde, les yeux dans le vide. Aussi vite qu’elle le pût, comme pour ne pas trop y penser, elle avait écrit quelques mots sur sa feuille et, plus consciencieusement cette fois, y avait déposé sa signature. Elle ne s’était pas relut. Inutile d’en rajouter une couche. Elle était sortie de la salle commune avec la ferme intention d’aller au phare à hiboux sans être vue. Elle avait retint un frisson en y entrant. Comme toujours, il faisait frais. Elle se relut brièvement, attacha la lettre au hibou familial et s’en alla. Plus pour fumer que pour marcher, Thèdes s’était lentement avancée vers le parc. Et c’était là-bas qu’elle restait depuis quelques heures déjà.

Elle était trop oppressée et le pire, c’était qu’elle l’était par elle-même. Personne ne lui avait demandé de demander des nouvelles, d’en donner, d’attendre des heures. Elle l’avait cherché. Son père l’avait prévenue pourtant, ce n’était pas un secret « Éloigne toi de ta mère, coupe ce fichu cordon, tu es grande maintenant. » Oui et bien voilà, elle avait raté le cap. Il en existe d’autres dans le genre ? Ce serait bien qu’elle prenne le prochain.

Elle aimait sa mère. Elle l’aimait vraiment, mais surtout parce qu’elle savait que c’était réciproque. Inno avait été là à chaque instant, toujours, à quelques centimètres de sa fille, au cas où. Déjà, son départ pour l’école magique lui en avait fichu un coup, mais elle restait tout de même dans son pays. Ici, c’était une inconnue, et puis, c’était si loin de la Norvège… C’était sa mère qui l’avait poussée à venir, d’elle-même, Thèdes ne l’aurait pas fait. Inno, qui rêvait de magie, trouvait l’idée intéressante. Alors voilà, elle avait voulu faire plaisir à sa mère, elle avait voulu montrer à son père qu’elle n’était pas n’importe qui, que même si elle n’était pas un garçon, elle n’en restait pas moins brillante. Mais sincèrement, qu’est-ce qu’elle leur montrait aujourd’hui ? Une fille incapable de s’en sortir seule, pommée dans un pays qui n’est pas le sien, sans amis.

Ca aussi, c’était un problème. Thèdes n’était pas loquace. Elle s’était toujours contentée de l’amour de sa mère. D’ailleurs, il était clair qu’elle n’avait jamais aimé que sa mère. Elle avait eu quelques copains, par ci, par là, pourtant, mais rien de sérieux. Toujours du faux. Elle n’arrivait pas à s’attacher. Comment on fait, de toute façon ? C’est facile à dire, pas facile à faire.

Il fallait qu’elle se prenne en main. Qu’elle s’oblige, quitte à se torturer. Quitte à parler à n’importe qui, même le premier crétin fini qui passait sur son chemin. Ca ne ferait que l’aider, de toute façon.

Et, comme si Merlin entendait ses prières, elle vit à une centaine de mètres un garçon qui s’approchait d’elle.


« J’ai menti, d’accord ? Faîtes que ce ne soit pas un abruti… » pensa-t-elle en regardant le ciel.


Dernière édition par Thèdes Konstonhalu le Jeu 14 Avr - 16:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew McAllen
M.U.M
M.U.M
avatar



 
▌Né(e) le: 08 Avril
▌Pays d'origine: États-Unis
▌Statut: 6ème année

MessageSujet: Re: Cause à effet. (Andrew)   Mar 22 Mar - 15:29

" Vous devez diminuer votre consommation d’alcool, McAllen. À ce rythme-là, vous ne passerez pas les épreuves physiques du Ministère. "

Fait chier. Quel rabat-joie, ce prof ! Andrew entendait encore l’avertissement résonner dans son crâne depuis la veille au soir où dans la salle commune, il s’enfila quelques verres de whisky, par principe, mais aussi pour rire de ce con qui venait lui dire comment gérer sa vie. Andrew McAllen, membre des Cinq Plumes, n’arrosait pas les soirées avec de l’eau, qu’on se le dise. Et pas question de commencer à prendre le thé, ça non ! Il s’était couché frustré, pleinement conscient que malgré toute la colère qu’il pouvait ressentir contre son prof, ce dernier avait raison. S’il ne cessait pas d’enchaîner les concours de cul-sec et compagnie, son foie n’allait pas tarder à flancher d’ici quelques années. Pire que tout, s’il ne se reprenait pas en main, il ne pourrait jamais devenir Auror, et Andrew n’était pas prêt à sacrifier sa future carrière pour quelques soirées où se mêlaient alcool et filles, car il y avait malheureusement un monde par-delà les portes de l’université. Un monde auquel il ne pourrait échapper.

Il s’était levé à l’aube avec une légère gueule de bois, avait fait un tour rapide à la salle de bain pour ensuite sortir du château vêtu d’un jogging et d’une serviette accrochée au cou. Depuis qu’il s’était disloqué l’épaule en jouant au Quidditch le mois dernier, Andrew se concentrait davantage sur la course à pieds. D’autant plus qu’à cette heure de la journée, un silence complet régnait dans tout le parc. Tout ce qu’il pouvait entendre en courant, c’était le hululement des hiboux en passant près de la forêt. Inutile de dire qu’il était rare pour Andrew de se retrouver seul dans un endroit aussi calme. Il s’arrêta près du lac et en fixa la surface pendant de longues secondes avant de se pencher pour ramasser un caillou qu’il y lança, perturbant ainsi l’eau du lac à présent agitée de remous. Andrew tira sur la chaîne en argent que dissimulait la serviette autour de son cou et lança un regard incertain au pendentif qu’il remit en place en soupirant.

Lorsqu’il recommença à courir, Andrew remarqua rapidement une silhouette à l’horizon. Il ne pressa pas le pas, mais nota en s’approchant que la silhouette en question appartenait à une fille. Voilà qui débutait une journée en beauté ! Arrivant à sa hauteur, Andrew s’arrêta pour la saluer en bonne et due forme. Il s’épongea le front, entremêlant au passage quelques mèches de cheveux, s’appuya deux secondes sur ses genoux afin de reprendre son souffle pour ensuite adresser un sourire charmant à la jeune fille.


" Dire que j’croyais être le seul levé à cette heure ! Promenade matinale ? J’peux me joindre à toi ? J’ai assez couru pour aujourd’hui. "

S’inviter de la sorte tenait littéralement du talent, chez Andrew. La peur du ridicule ne l’atteignait pas, et encore moins le sens des convenances. Tout le monde était humain, merde. La preuve était qu’on ne lui disait jamais non, comme quoi il n’avait aucune raison d’arrêter d’enchaîner les invitations à gauche et à droite. Ses potes avaient néanmoins beaucoup rigolés lorsqu’il s’était lui-même invité à la réception des D’Eluage, cavalier auto-désigné de la fille D’Eluage elle-même qui avait aussitôt acceptée l’offre.

" Sympa le printemps, t’es pas d’accord ? "

Pour appuyer ses dires, Andrew respira une bonne bouffée d’air frais. Malloy lui aurait rit au nez à l’entendre déblatérer pareille connerie. Causer météo, et puis quoi encore ? Si Andrew aimait le retour de la chaleur, c’était pour le retour progressif des jupes, puis des bikinis en été. Surtout que c’était bien joli de parler de printemps comme ça, mais il faisait encore assez frais avec le vent. Andrew ne le remarquait tout simplement pas parce qu’il venait de courir un bon kilomètre et demi. Et puis pas con, le Plume. Avant de pousser une entrée en matière, il fallait d’abord tâter le terrain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thèdes Konstonhalu
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 27 juillet
▌Pays d'origine: Norvège
▌Statut: 2ème année

MessageSujet: Re: Cause à effet. (Andrew)   Jeu 24 Mar - 21:29

Ce mec courrait. Est-ce que cela pouvait être des choses susceptibles d’être faites aussi tôt le matin ? Est-ce ça ne pouvait pas prouver que c’était un dérangé ? Non mais sérieusement, à cinq heures du matin ? Plus aucun doute, il était malade. Bon, en même temps, elle aussi, elle était là. Et pas pour une raison particulière, en plus. Lui, au moins, il avait le privilège d’avoir une activité qui le faisait se lever tôt. C’était quoi déjà son excuse, à elle ? Bof, elle préférait ne pas y penser.

Quand il se rapprocha d’elle, bien sûr moment inévitable, Thèdes sentit qu’elle ne pouvait plus reculer. Elle avait promis. Elle se devait de se faire des amis, d’être sympathique, et ce même si c’était la chose la plus difficile à faire. Le garçon qui s’avançait vers elle était une plume, elle le savait, elle en avait entendu parler. N’étaient-ils pas connus pour être agréables ? Elle espérait que les rumeurs allaient s’avérer vraies. En plus, il était mignon. Il avait un joli visage, peut-être que ça allait être simple de lui parler. Quoi que, le problème n’était pas là de toute façon. La difficulté résidait surtout dans le fait qu’elle n’arrivait pas, après un certain temps, à garder le contact, à continuer à apprécier de manière constante.

Lorsque le jeune homme la salua, elle sourit.

« Bonjour. »

La petite brise était devenue plus importante et elle était à contre vent, ses cheveux volaient partout autour de son visage et elle les arrangea comme elle le pouvait, finissant par mettre toute sa chevelure sur une même épaule, espérant que cela suffirait. La plume l’interrogea sur le pourquoi de sa présence ici. Qu’est-ce qu’elle pouvait bien répondre ?

« J’ai eu du mal à dormir. Enfin, c’est surtout que j’étais ni endormie ni réveillée. Ca m’agaçait. Je suis venue ici pour réfléchir. J’ai lu dans un journal que l’air frais réveillait les neurones. Ca doit être vrai, je suis en pleine forme, maintenant. »

Elle mentait. Elle n’était pas réveillée pour un sou. La preuve, elle disait n’importe quoi.

« Et toi, tu cours souvent ici ? Et à cette heure-ci ? C’est sympa comme coin. »

Oui, c’était un endroit génial, vraiment. C’était elle ou la jeune fille sortait des bêtises à la seconde ?

« Bien sûr que tu peux venir. »

C’était bien la seule vérité qu’elle avait sortie. Elle ne supportait plus d’être toute seule. Toujours les mêmes pensées négatives. Et puis ce temps d’avant qui remontait sans arrêt. Insoutenable, c’était le mot. Pourtant, elle en avait cherché, mais il n’y avait que mot qui lui venait à l’esprit dès lors qu’elle pensait à certains souvenirs. Elle secoua la tête imperceptiblement et se concentra sur ce que disait le garçon.

« Le printemps ? Oui, c’est très agréable. Enfin, je ne suis pas sûre qu’en Irlande ce soit grandiose non plus. Mais bon, ce sera toujours mieux que la Norvège. Tu viens d’où ? Tu n’as pas du tout l’accent irlandais. »

Attendant sa réponse, Thèdes lui fit un sourire et s’assit en face du jeune homme qui lui était toujours debout. Ca ressemblait à une invitation à discuter, non ? Oh et puis, elle s’en fichait de toute façon. S’il venait, tant mieux. Sinon… tant pis.

« Au fait, je m’appelle Thèdes Konstonhalu. Je suis en première année de médicomagie. Et toi ? T’es ici pourquoi ? »

Elle le regardait répondre. Bon, la glace allait être brisée, et elle s’en sortait bien, et tout ça avec beaucoup de naturel, en plus. Elle se félicita intérieurement. Le vent, qui l’encerclait tout à l’heure, se fit encore plus doux et il semblait qu’il lui poussait des ailes. Les ailes de la sociabilité, peut-être.

Elle sortit de sa poche un paquet de cigarettes et en prit une. Quand elle allait les ranger, elle se dit qu’elle ne devrait pas s’arrêter en si bon chemin.

« Tu en veux une ? Enfin je dis ça, mais je ne suis pas sûre que ce soit bon après avoir couru… »


Dernière édition par Thèdes Konstonhalu le Jeu 14 Avr - 16:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew McAllen
M.U.M
M.U.M
avatar



 
▌Né(e) le: 08 Avril
▌Pays d'origine: États-Unis
▌Statut: 6ème année

MessageSujet: Re: Cause à effet. (Andrew)   Jeu 31 Mar - 18:17

Andrew n’avait jamais comprit comment quelqu’un, une fois dans son lit, pouvait ne pas s’endormir, Matelas moelleux et couvertures chaudes lui semblait pourtant plus que propices au sommeil. Et il n’y avait qu’une belle fille pour le tenir éveillé. Andrew pouvait trouver le sommeil partout, de jour comme de nuit. Il s’endormait souvent dans la salle commune, calé dans un divan, ou contre le tronc d’un arbre, à l’ombre, entre deux cours. Ivre, il pouvait dormir à même le sol, mais se réveillait courbaturé de partout au petit matin. Dans tous les cas, il dormait, quoi. Pas comme la moitié des Cinnacrow qui souffraient d’insomnies chroniques. Il avait visiblement oublié depuis longtemps les nuits blanches qui suivirent la mort de Lenna, à Salem. En effet, lorsqu’une personne avait du mal à dormir la nuit, les raisons n’étaient jamais très gaies. En même temps, les Cinnacrow étaient loin de respirer la joie de vivre, à quelques exceptions près. Andrew ne se sentait pas l’âme à consoler une jeune fille, surtout qu’il ne connaissait pour ainsi dire pas celle avec qui il se promenait, pour ne l’avoir croisé que deux ou trois fois seulement. Andrew lui adressa donc son plus beau sourire, qu’il considérait comme le meilleur remède aux soucis féminins.

" J’cours à peu près un jour sur deux, et je m’entraîne au Quidditch. Filière en police magique oblige, faut entretenir son corps, tout ça. "

Le sourire devenait douteux, et Andrew éclata de rire en se fourrant les mains dans les poches. La polygamie contribuait aussi à sa forme, mais Andrew aimait vraiment le sport, l’effort physique. L’un n’allait d’ailleurs pas sans l’autre puisque les conséquences de tant de sueur moulaient un corps pour ainsi dire de rêve, en toute modestie, pour le bonheur des dames, et malheureusement pour celui d’Andréas Levenrez aussi.

* Cette famille m’adore, y’a pas à dire Rolling Eyes *

" Pourquoi tu veux savoir si j’viens toujours courir à la même heure ? S’tu veux me revoir, t’as qu’à le dire, j’connais des tonnes d’endroits sympas. "

Direct, comme toujours. Le sourire charmeur en prime. Andrew connaissait bel et bien une multitude de lieux surprenants, ou alors il s’arrangeait pour qu’ils le deviennent. Avec son imagination débordante, il pouvait transformer n’importe quelle pièce du château en un lieu de rendez-vous digne de ce nom. Un art qui exigeait des années d’expérience et un talent naturel certain pour lire le cœur des femmes.

" Hey, t’as une bonne oreille ! J’viens d’Amérique, près d’la mer dans le Maine, et j’ai passé quelques étés en Californie aussi. "

Son meilleur pote, Alex, vivait là-bas. Lenna venait du Kansas et Julia habitait un autre état voisin. Au final, ils se retrouvaient là-bas à l’époque, parce que la plage, c’était cool, dans leurs têtes d’adolescents. Ils y passaient toutes leurs vacances avant de rentrer tous les quatre à Salem. Le véritable cliché californien avec les planches de surf et les parties de volley-ball au coucher du soleil. Depuis qu’il avait débarqué en Irlande, Andrew n’avait pas remit les pieds en Amérique, pas même pour revoir sa famille. Sa sœur était bien venue une fois lui rendre visite, mais sans plus. Andrew n’était d’ailleurs pas certain qu’il y rentrerait, une fois ses études terminées. L’Europe avait son charme, il s’y plaisait bien alors que l’Amérique, c’était si loin, en temps comme en distance. Il avait juré à Sarah de lui faire visiter l’Amérique un jour, mais il doutait que la Dorelly accepte vraiment de quitter le continent pour aller passer une semaine en tête à tête avec lui.

" Ça doit être sympa, la Norvège, tu m’feras visiter un jour ? "

Promesses en l’air. Pas trop d’espoir à mettre là-dedans. Tant mieux si elles se réalisaient un jour. Autant pour Sarah que pour Thèdes.

" Médicomagie ? Ma mère est médicomage, ça demande du sacré boulot, tu dois être douée. Moi c’est Andrew, futur Auror, ça en jette, hein ? "

Andrew ne fumait qu’à l’occasion, et il s’avérait que de rencontrer une aussi jolie fille en était une. Non mais franchement, avec ses longs cheveux de princesse nordique et ses grands yeux sombres, elle tombait pile dans ses cordes. Il se saisit de la clope et l’alluma.

" C’pas bon non plus pour une fille en santé magique ! Disons que ce sera notre petit secret. "

Amusé, il fit un clin d’œil à Thèdes, se demandant si la jeune fille ne redoutait pas de se trouver seule avec lui ou si, au contraire, elle faisait partie de ces filles qui savaient apprécier la compagnie d’un Plume. Étant donné l’absence de méfiance au creux de son regard, elle semblait être de la deuxième catégorie, au grand plaisir d’Andrew.

" Tu devrais remonter tes cheveux, ça t’irait bien, mais j’dis surtout ça à cause du vent. "

* Ou à cause de l’effet que peut avoir une nuque dénudée et quelques mèches qui y glissent… Miam ! *

Si Don Juan n’était pas le fruit de l’imaginaire de Molière, nul doute qu’il se retournerait dans sa tombe, à l’heure qu’il est.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thèdes Konstonhalu
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 27 juillet
▌Pays d'origine: Norvège
▌Statut: 2ème année

MessageSujet: Re: Cause à effet. (Andrew)   Dim 3 Avr - 18:16

Alors comme ça, la plume était en filière police magique... Curieusement, ça ne l'étonnait même pas. Il avait le physique pour après tout. Il faisait du sport, enfin s'entretenait, travaillait dur pour garder la forme (si bien sûr on n'évitait de parler de leurs célèbres soirées de débauche totale).

« Pourquoi tu veux savoir si j'viens toujours courir à la même heure ? S'tu veux me revoir, t'as qu'à le dire, j'connais des tonnes d'endroits sympas. »

Thèdes ne put s'empêcher d'éclater de rire. Si il voulait être direct, disons qu'elle aussi savait le faire. Cependant, elle n'était pas comme ces filles qui rêvaient des plumes ou quoi que ce soit et Thèdes n'avait aucune envie de finir de le lit de ce garçon (elle voulait profiter de la vie, d'accord mais elle avait une morale tout de même.) Mais après tout, quitte à s'amuser, le jeune homme en face d'elle serait toujours capable de la faire rire et c'était l'unique chose qu'attendait la brune de lui pour l'instant. Et c'est sans doute pour cela qu'elle ne rechigna pas sur cette demande de rendez-vous assez peu conventionnelle.

« Oui, on a qu'à se revoir, bonne idée. Ta tête me plaît bien, alors pourquoi s'en priver ? Et dans ce cas, tu n'as qu'à choisir le lieu, je te fais confiance, par contre, surprends-moi, le type resto, c'est pas trop mon genre. »

Relativement fière de sa répartie, elle se la répéta dans sa tête quelques fois et ne put s'empêcher de sourire doucement tout en caressant une mèche de cheveux : Du Konstonhalu tout craché, ses cousins seraient si fiers d'elle à cet instant... Elle se promit de leur écrire prochainement pour leur dire comment se passait son année.

« Waouh, les États-Unis, c'est super. J'ai eu l'occasion d'y aller quelques fois, mais toujours vers Seattle... On avait peu de chance de se croiser ! »

Son oncle, Preben, avait emménagé là-bas lorsqu'il s'était marié avec une américaine. Inno, sa mère, désirant ne jamais perdre contact avec ses frères avaient souvent envoyé sa fille chez lui pour lui faire découvrir de nouvelles choses. D'ailleurs, Thèdes n'avait pas failli à son devoir : c'était là-bas qu'avec ses cousins Asgeir et Erwin, elle avait fumé sa première cigarette, avait eu son premier petit ami et avait compris qu'elle voulait devenir médicomage. La jeune fille appréciait aussi les États-Unis pour ça : Cela lui avait permis de rester proche de sa famille tout en apprenant davantage sur elle même. Curieusement, elle se sentait plus chez elle lorsqu’elle se trouvait aux Etats-Unis que lorsqu’elle était à la maison, entourée de ses parents. Ca devait sans doute être le fait que son père n’était pas là à lui lancer des regards froids. Son oncle Preben, lui au moins, l’aimait comme elle était et, il lui arrivait, rarement mais quand même, de se dire qu’elle aurait peut-être été plus heureuse si elle n’avait pas eu le même père, et ce même si cela pouvait engendrer le fait qu’elle ne soit pas une sorcière.

« La Norvège ? Oui je te l'accorde, c'est génial, enfin je ne suis pas très objective, c'est mon pays. T'es sûr que t'as vraiment envie de visiter la Norvège ? Parce que si t'avais l'habitude de passer tes étés en Californie, tu vas trouver un énorme écart de température ! Mais je te ferais visiter ma ville avec plaisir en tout cas, si cela ne tenait qu'à moi. »

Elle n'était pas stupide non plus. Il était une plume et en plus, elle était présente lorsqu'il avait promis à Sarah de lui faire visiter l'Amérique. Tout ça, c'était des paroles en l'air, des phrases qui n'avaient aucun sens. Peut-être que, si Thèdes y arrivait, bien entendu, et que les deux devenaient amis (rien de plus dans l'esprit de Thèdes, c'était sûr et certain), elle prendrait un réel plaisir à l'emmener dans son pays et à lui faire découvrir ce que c'était vraiment la Norvège, mais il était clair qu'ils n'en étaient pas encore là et, que de ce point de vue, brusquer les choses ne servaient à rien.

« Douée, je sais pas... préparée, oui, en tout cas, et j'espère que ça suffira ! Auror... Oui, je te le confirme, ça en jette. Et puis, dis-toi que si je finis en vraie médicomage, lorsque monsieur se fera attaquer, je serai là à nettoyer les blessures ! »

En même temps, il n'y avait pas que sa future carrière qui en jetait. Andrew avait la tête de l'emploi aussi en même temps ce qui n'était pas pour déplaire à Thèdes, bien au contraire. Un instant plus tard, elle se rendit compte de sa fin de phrase. Elle resta un instant dubitatif, est-ce qu'elle avait réellement dit ça ou c'était juste dans sa tête ? Vu l'air de l'étudiant, Thèdes n'avait pas fait que penser, visiblement. Sauf que, et ce curieusement, elle ne se mit pas à rougir.

Thèdes regarda Andrew lui prendre une cigarette et sourit lorsqu'il l'alluma. Elle tira sur sa cigarette en détournant les yeux, le regarde encore rieur. Finalement, ce n'était pas un si mauvais début de journée grâce à sa rencontre incongrue avec le garçon. Thèdes n'allait peut-être pas jusqu'à dire qu'il avait illuminé sa journée mais il avait participé dans le fait qu'elle soit plus gaie.

« Oh, pour quelques cigarettes... Il faut savoir profiter de la vie, non ? Même pour une étudiante en santé magique comme moi, tu crois pas ? Mais si tu y tiens, disons que ce sera notre secret, je suis d'accord. »

Elle termina sa phrase par un petit rire clair qu'elle n'avait su contrôler sur le moment qui répondait à son joli clin d’œil. Toujours à contre vent, elle avait peur de brûler ses cheveux avec la cigarette et cela l'agaçait. Peut-être s'était-il rendu compte de son énervement puisqu’il lui donna le conseil de les attacher. Elle hocha la tête et le fit sans broncher. Bien qu’elle n’aimait pas avoir sa chevelure attachée (les élastiques cassent les cheveux, on ne le répèterait jamais assez, et sa chevelure était comme la prunelle de ses yeux), elle préférait cela à les avoir carrément enflammés.

Pendant environ une minute, Thèdes ne parla pas, se contentant de regarder Andrew sans aucune gène. Il était reposant, en fait, et il l'empêchait de penser ce à quoi il ne fallait surtout pas penser, et elle l'en remerciait encore pour ça.

Soudain, comme si une lumière venait de s'allumer dans son esprit, elle fit une remarque qui lui semblait totalement essentielle sur le moment.

« À ce que j'ai compris, tu es en cinquième année... T'as de la chance d'avoir passé autant de temps ici. Moi, je ne suis qu'en première, et je ne connais pratiquement personne. Je m'ennuie comme un rat mort, dans le coin en ce moment enfin, depuis que je suis arrivée, en fait. »

S'il était un minimum intelligent -et tout se jouait sur ce point, il fallait le dire-, il déciderait, après les quelques mots de la jeune à la prendre sous son aile. De toute façon, qu'est-ce qu'il avait à perdre ? Thèdes était mignonne, intelligente et en manque total de nouvelles expériences ! Il ne pouvait pas rechigner là-dessus quand même ! En plus, la jeune fille avait vraiment l’impression que c’était sa dernière chance, que sinon, tout serait fichu, pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew McAllen
M.U.M
M.U.M
avatar



 
▌Né(e) le: 08 Avril
▌Pays d'origine: États-Unis
▌Statut: 6ème année

MessageSujet: Re: Cause à effet. (Andrew)   Sam 23 Avr - 18:01

Tout le monde aimait Andrew McAllen. Beau, drôle, amusant, ambitieux, qu’est-ce qu’une fille pouvait désirer de mieux ? Andrew savait même jouer de la guitare, pour le côté artiste. Il ne se formalisait pas des chichis du quotidien. En vérité, Andrew McAllen possédait un savoir-faire remarquable. Le seul bémol était qu’il ne l’exploitait que pour draguer les filles, et trouver des idées foireuses à faire entre potes. Il étudiait bien pour devenir Auror, mais redoutait le jour où il le deviendrait. Un véritable gamin, voilà ce qu’il était. Un éternel adolescent qui aimait régner sur l’université comme le plus populaire bel idiot de l’école. Il le faisait si bien, pourquoi changer ? Les gens en redemandait. Qui plus est, être superficiel était si peu engageant.

" Si je choisis l’endroit, t’es prête à te plier aux exigences que ça demande ? "

Andrew lui lança un regard pétillant de défi. Si elle voulait être impressionnée en se faisant servir un rendez-vous hors du commun, il fallait oser au-delà de l’ordinaire.

" Parce qu’il y a un truc que j’ai envie d’faire depuis un moment, mais y’a deux prérequis. Le premier, c’est d’aimer boire, et le second, de porter un bikini. Alors, toujours intéressée ? Évidemment, c’est moi qui offre. T’aimes le whisky, ou c’trop fort pour toi ? "

Effectivement, Andrew traînait cette idée depuis quelques semaines, déjà. Il ne lui manquait plus qu’à trouver la fille qui serait assez dégourdie pour embarquer dans ce nouveau délire avec lui. Thèdes avait de la répartie, et ça leur permettrait de faire plus ample connaissance. Andrew sentait qu’elle aimait bien le jeu, allez savoir d’où lui venait une telle impression. Le feeling, comme on disait.

" Ah, et dernier détail, t’as pas peur des endroits clos ? Claustrophobie, tout ça ? "

De toute évidence, les paroles de son professeur étaient entrées par une oreille et ressorties par l’autre. Le voilà qui proposait du whisky à une jolie fille, les pauvres épreuves ministérielles recalées au second plan.

" Mais dis-moi, y’a quoi à voir, en Norvège ? Là d’où tu viens, par exemple, ta ville natale. J’sais même pas à quoi ça ressemble, la Norvège, t’sais. J’ai jamais vu de photos ni rien et pourtant, le paysage doit faire aussi classe qu’une plage de Californie, sur une carte postale, non ? "

Andrew se doutait que les norvégiens ne pratiquaient pas le surf, la température de l’eau ne devait pas le permettre, mais il devait bien y avoir autre chose à faire de tout aussi marrant. S’éloignant de l’orée de la forêt, le sentier bifurquant, Andrew lança un regard en biais vers Thèdes.

" Préparée, hein ? J’sais pas si l’un d’entre nous l’est vraiment. En tout cas, j’compte sur toi. "

Difficile de résister à l’envie d’aller se bagarrer avec le premier glandu rien que pour se faire soigner par une future médicomage aussi belle que Thèdes. Andrew s’amusa de sa propre pensée alors que le rire de la Cinnacrow résonnait dans sa tête. Cette fille avait un charme naturel. Elle ne collait pas à l’image de la Cinnacrow typique. Bon, après ça, le monde ne se réduisait pas aux maisons de l’université, mais ce qu’Andrew cherchait à se dire, c’était qu’elle avait quelque chose de spécial, tout bonnement. Il laissa pour la énième fois son regard s’attarder sur la longue chevelure de Thèdes pour ensuite observer la cime des arbres qui s’éloignait d’eux alors que le soleil se levait tranquillement. Il ne se retourna vers Thèdes que lorsqu’elle s’adressa à nouveau à lui, cette fois sur un ton différent.


" Raison de plus pour accepter mon invitation ! J’serai plus présentable, d’ailleurs, moins de sueur virile sur le front et tout ça. T’es libre, après demain soir ? "

Rien que ça, ben ouais ! Elle le disait elle-même, qu’elle s’ennuyait comme un rat mort, alors pourquoi attendre plus longtemps ? Il était inconcevable qu'elle refuse une telle offre, vu son degré d'ennui. Andrew n’y allait pas par quatre chemins, et il ne ressentait pas cette attitude déranger beaucoup Thèdes, au contraire. Il ne voyait pas pourquoi elle ne connaissait pratiquement personne au château, ni en quoi une première année trouvait si peu de charme à un nouvel endroit, ne serait-ce qu’en allait se balader au village, mais chose sûre, il se donnerait le privilège de mieux la connaître avant tout le monde. C’était bien la réputation qu’il avait, après tout, d’être le premier à connaître la moindre fille mieux que quiconque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thèdes Konstonhalu
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 27 juillet
▌Pays d'origine: Norvège
▌Statut: 2ème année

MessageSujet: Re: Cause à effet. (Andrew)   Lun 25 Avr - 20:09

« Je suis prête à me plier à tes exigences, bien entendu. »

Répondant au regard de défi que lui donnait Andrew, Thèdes ne le lâcha pas du regard jusqu’à ce que ce dernier continue sur sa lancée.

« Hum hum, pour ce qui est de porter un bikini, j’ai du mal à comprendre à quoi cela va servir mais si ça peut te faire plaisir. J’espère que toi aussi tu seras en maillot, sinon ce ne sera pas vraiment drôle… Le whisky, tu dis ? Trop fort ? Tu rigoles, j’espère ? Je suis championne des cul-secs, si tu veux tout savoir. »

À son grand désespoir. Il se trouvait que Thèdes aimait un peu trop l’alcool pour son propre bien. Non pas qu’elle en soit totalement dépendante, cela serait mentir, mais plutôt qu’elle adorait la sensation d’enivrement, si bien qu’il lui arrivait très souvent de boire toute seule, au calme et d’attendre les effets avec impatience pour savoir s’ils seraient différents de la dernière fois, ou bien identiques. Souvent, c’était la deuxième proposition qui s’opérait, cependant, il lui arrivait de se rendre compte, de temps en temps, que de nouveaux changements avaient fait état dans son corps.

« Nope ! Pas claustrophobe du tout ! Les endroits fermés me conviennent à la perfection. »

Thèdes avait la chance d’être autant à l’aise à l’air libre que dans un endroit clos. Elle avait du mal à comprendre les gens qui ne supportaient pas d’être dans un lieu fermé. Pourtant, elle arrivait tout de même à imaginer qu’une personne puisse angoisser dans un lieu dans lequel ils étaient bloqués par inadvertance, voire forcé, mais, la jeune fille, n’ayant jamais eu de problème de ce genre, avait tout même quelques problèmes à poser des mots sur ce qu’était cette angoisse.

Andrew lui demanda comment était sa ville natale. Elle laissa quelques secondes la question en suspens pour savoir quoi répondre exactement. Qu’avait Drammen de plus que les autres mis à part que c’était la ville où elle avait le plus de souvenirs ?

« Et bien… Déjà, Drammen est une ville au sud de la Norvège. Je ne vais pas te mentir en te disant qu’il y fait chaud, mais c’était toujours plus supportable qu’au nord. Je te dis ça parce que j’ai souvent eu l’occasion d’y aller et là, si t’es pas préparé, tu peux facilement geler sur place. Y a l’océan, mais là encore pour te baigner, faut être vraiment courageux. Y a beaucoup de forêts, sinon, mais ça c’est un truc typiquement norvégien. Y a quelques festivals, sinon, c’est plutôt sympa, avec beaucoup de musique et surtout pas mal d’ambiance ! D’ailleurs, si tu souhaites que je te fasse visiter ma ville, c’est surtout à la période des fêtes locales qu’il faut y aller. »

Elle avait décidé de s’arrêter en faisant une description relativement basique même si elle aurait pu continuer jusqu’à ce que la nuit tombe pour lui expliquer à quel point Drammen était une belle ville. La dernière partie était en fait plus pour faire joli qu’autre chose. Thèdes savait qu’il ne viendrait pas, elle n’était pas stupide non plus, mais elle imaginait que lui faire croire qu’elle était tombée dans le panneau relevait d’une bonne idée. Quand elle eut réfléchi plus longuement, elle se dit qu’en fait, c’était plutôt bête.

« Et, toi, ta ville ? C’est comment ? Comme Seattle ? »

Si c’était le cas, aucune raison qu’elle y aille. Seule ou accompagnée, d’ailleurs.

« Tu veux dire préparé au futur ? Là, je te l’accorde, personnellement, c’est encore trop dur pour moi. J’aimerais bien revenir au temps où j’étais enfant, où tout était beaucoup plus simple. Sinon, préparée au métier, je pense que je le suis. Je suis Thèdes Konstonhalu tout de même, et, de ce fait, je suis vouée à un grand avenir, à n’en point douter. »

Avec le futur uniforme qui lui serait donné lorsqu’elle serait enfin médicomage, Thèdes était persuadée qu’elle aurait fière allure, mais ce n’était pas tout, l’habit ne fait pas le moine et il lui en fallait aussi dans la tête pour être certaine d’être une parfaite, réputée, reconnue et douée médicomage. Tout ce qu’elle avait le pouvoir qu’acquérir, en soit, avec ses nombreuses heures d’études. Enfin, de toute façon, son avenir était déjà tracé, elle y arriverait, point final.

« Bien, mais n’en profite pas pour te battre avec n’importe qui. »

Elle rajouta un clin d’œil à sa phrase. Sa cigarette terminée, elle la jeta au loin et regarda un instant la forêt qui se posait devant elle. Pas recommandée ? C’était pile dans les cordes de Thèdes d’y aller juste pour ce mot. Elle y ferait une virée, un de ces soirs, lorsqu’elle ne dormirait pas et, peut-être qu’elle y emporterait une bouteille d’un alcool fort, comme de la vodka, par exemple. Tiens, cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas bu de la vodka, d’ailleurs, et, même si elle n’aimait pas spécialement cela, elle avait envie de retrouver les sensations qui étaient propres à une boisson aussi alcoolisée que l’on trouvait dans le nord.

« Bien, dans ce cas, j’accepte ton offre avec plaisir. »

Bon, il semblait à Thèdes qu’Andrew avait compris. Elle n’était peut-être pas tombée sur le crétin fini qu’elle imaginait mais elle espérait aussi qu’il ne se fasse pas trop de film. Bikini, d’accord, whisky, d’accord. Le reste, c’était encore à voir, et pas sûr voire certainement pas sûr du tout. De toute façon, elle verrait sur l’instant, mais, même totalement saoule, Thèdes avait conscience de ses actes, ce qui était un détail non négligeable lorsque l’on pensait pouvoir profiter d’elle. Après, la brune n’imaginer pas Andrew tentait de l’obliger à faire quoi que ce soit, mais la prévision valait mieux que n’importe quoi, dans ce monde, lui avait-on appris il y a fort longtemps.

« Ah et tiens, pourquoi un bikini, d’ailleurs ? Histoire que je me prépare psychologiquement, tu vois. »

C’était surtout pour savoir ce qui l’attendait réellement. Il ne voulait tout de même pas qu’elle se baigne dans le lac ? Non, c’était impossible, Andrew lui avait fait comprendre qu’il l’emmènerait dans un endroit clos, ce que ne pouvait être le lac, de toute évidence. Cependant, même si le plan ne lui plaisait pas vraiment pas, elle était prête à s’enfoncer tête baissée dans la gueule du loup, au point où elle en était, il n’y avait que ça pour l’amuser, malheureusement.


« Après-demain, tu dis ? Je serai là. Où est le rendez-vous ? »

Il lui semblait que, et même si cela lui parût totalement stupide, Andrew n’était pas vraiment celui qu’elle pensait, malgré sa réputation qui n’était plus à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew McAllen
M.U.M
M.U.M
avatar



 
▌Né(e) le: 08 Avril
▌Pays d'origine: États-Unis
▌Statut: 6ème année

MessageSujet: Re: Cause à effet. (Andrew)   Lun 9 Mai - 1:33

Même pas peur, alors ? Andrew esquissa un début de sourire. Qui aurait cru qu’une Cinnacrow accepterait une idée impliquant de l’alcool et très peu de vêtements ? Un minimum prudente, Thèdes lui demanda tout de même s’il allait lui aussi porter un maillot. Bon joueur, Andrew acquiesça d’un signe de la tête.

" J’te rassure, je vais en porter un, et c’est même très généreux de ma part, puisque je porte pas de haut, et toi si. Franchement pas équitable, si tu veux mon avis. "

Andrew espérait que Thèdes saurait y voir la plaisanterie, et non pas l’opportunité de lui foutre une baffe au visage. Le maillot était réellement nécessaire, là où il voulait l’emmener. Elle pourrait très bien débarquer avec un maillot une pièce au lieu du bikini, mais vu la trempe de Thèdes, Andrew la croyait suffisamment bonne joueuse pour se plier aux règles au lieu de les contourner. Surtout si Andrew lui promettait originalité et amusement. Il sentait que Thèdes acceptait surtout parce qu’elle s’ennuyait. Les choses commençaient souvent comme ça, avec un coup de pouce du hasard, et une idée tentante impossible à refuser.


" Prépare-toi à être surprise ! T’en auras le souffle coupé, j’préfère te prévenir ! "

La boucle étant bouclée pour leur rendez-vous, Andrew écouta Thèdes lui parler de la Norvège alors que le sentier les ramenaient tranquillement au château. Andrew imaginait les noms de villes plus tordus, alors que Drammen se disait et mémorisait très bien. Il se doutait que là-bas, la température serait à l’opposée de celle qu’on retrouvait en Californie, même dans le sud du pays. Les festivals par contre, ça pouvait être vachement sympa ! C’était certainement pas chez lui qu’on en trouvait. Les touristes qui choisissaient le Maine oour leurs vacances le faisaient pour la proximité de la mer. Hors saison, les seuls à se dorer sur les plages étaient les crabes et les goélands.

" D’accord, j’viendrai lors de la saison estivale, dans ce cas. "

Thèdes lui retourna la question, et Andrew s’arrêta deux secondes pour y songer.

" J’sais pas, je suis jamais allé à Seattle. Le Maine, c’est assez paumé, en fait. J’habite à York, près de la mer. C’est très rocailleux, y’a des roches et des cailloux partout. Pas mal de vent, aussi. Et honnêtement, à part pêcher et manger du homard, les gens font pas grand-chose. C’est une ville côtière à l’autre bout du monde. Assez tranquille dans son genre, quoi. Du moins, quand j’y suis pas, tu t’en doutes bien ! "

Andrew ponctua sa description d’un large sourire et envoya valser au loin sa cigarette.


" Tu connais pas l’utilisation d’un bikini ? "

Avant de recevoir un regard noir, il rigola pour détendre l’atmosphère, bien prêt à garder le mystère jusqu’à la fin. En partie, en tout cas, parce que le lieu de rendez-vous dévoilait la moitié du truc. Pas cool, mais Andrew ne pensait pas pousser sa chance jusqu’à demander à Thèdes de se bander les yeux et de lui faire confiance pour la conduire où bon lui plairait. C’était déjà pas toutes les filles qui, au premier contact, acceptaient non seulement d’aller boire de l’alcool fort en tête à tête avec lui, mais en bikini, de surcroît.

" Retrouve-moi à la rivière souterraine, dans deux jours, à 19h. Ne te fies pas aux apparences, c’est tout c’que je peux te dire d’autre. "

Fallait pas croire Andrew généreux au point de laisser la chance à une jolie fille de se préparer mentalement à subir le phénomène qu’il était. Andrew avait plus d’un tour dans son sac, et l’effet de surprise était un atout important à ne pas dévoiler avant l’heure. Au fond de lui, il était persuadé que Thèdes ne parviendrait pas à deviner ce qu’il préparait, quand bien même il lui donnait rendez-vous à la rivière. Quoi qu’il en soit, il avait déjà hâte d’y être, mais pour l’instant, ils venaient tous deux de rejoindre la porte du château. Andrew s’arrêta sur le seuil et jeta un coup d’œil à l’horizon. Le soleil se levait, éclairant les plaines embrumées. Il reposa son regard sur Thèdes et lui décocha un sourire charmeur.

" J’me sauve, j’ai un amphi dans une heure. "

Et une douche chaude à prendre, avant ça.


" Merci pour la promenade, et à très bientôt ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Cause à effet. (Andrew)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Cause à effet. (Andrew)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S.W.Y.N ¤ Someone Wants You Nuts ¤ :: •• EXTÉRIEUR •• :: » Le Domaine de S.W.Y.N :: Le Parc-
Sauter vers: