AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 You want to draw, I want to sleep - pv.Yume Egashi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: You want to draw, I want to sleep - pv.Yume Egashi.   Dim 3 Avr - 15:16


    www.Thème}

    Trop chaud. Il faisait trop chaud. Le soleil l'aveuglait, l'enflure, il peut pas briller moins ? De toute façon dès qu'il fait plus de 15°, pour lui il fait chaud. Lui ? Oui, le truc en train de marcher habillé d'une veste rouge balancé négligemment sur l'épaule, d'un t-shirt noir et d'un jean de la même couleur, faut dire qu'en Russie, son pays natal et où il vait passé toute sa vie, la température est beaucoup plus basse, et venant juste d'arriver dans ce bled, il n'était pas encore habitué à la « chaleur » qu'il y faisait. Le peu de gens qui l'avaient vu passer avaient du le prendre pour un fou, ce qu'il était surement, mais bon, il n'avait fait aucun commentaire. Heureusement pour eux. Faut dire que les coups d'oeil assassin que Alexander lançait par-ci par là suffisait à éloigner les pauvres élèves qui n'avait rien demandé. Et puis, il y avait beaucoup de personnes différentes dans l'académie, mais les Albinos qui se trimbalaient à moitié nu était plutôt rare - très rare même. Enfin bref, vous vous demandez comment un lapin blanc se trouvait ici, en Irlande. Ce matin-là, le jeune homme était arrivé. En avion, vous imaginez ? Dès que ces affaires avaient été rangés, il partit visité un peu son prochain habitat pour les prochaines années. Prendre ses repères, quoi. Il n'y avait rien de spécial à ça, il était resté sage depuis, n'embêtant personne - les regards noirs, ça compte pas. C'était rare, la plupart du temps, il ne pouvait pas s'en empécher. Mais non, à la place, l'albinos avait exploré la tour commune des Cinnacrow, avant ; en arrivant, il avait vu le hall d'entrée, puis, il s'était rendu au terrain de Quidditch, les gradins étaient immenses, à son ancienne école, il en avait fait un peu, mais celle-là ne l'avait jamais vraiment botté. Pourquoi ? Il aimait pas trop les hauteurs, l'avion, il ne l'avait pris que parce que sa chère mère avait tenue à l'accompagner au moins jusqu'à l'aéroport irlandais, elle l'avait alors scotché pendant tout le trajet. L'horreur. Il était enfin tranquille. L'amour à gogos, tout baveux de bons sentiments s'étaient pas son truc.

    Vert, il se trouvait dans un parc - probablement. Il y avait plusieurs arbres éparpillés partout. Dans un coin, il en vue un parfait. Il faisait assez d'ombre pour un faire un petit somme. Excellent. En trois enjambés, il y fut. En moins de temps pour le dire il avait envoyé balader sa veste, s'était étalé contre l'arbre, peut-être un chène, et s'endormait déjà. Il ne rêvait pas souvent, mais pour une fois, comme on dit l'exception confirme la règle. Mais bon, il aurait préféré ne pas rêver. Il rêva de son enfance. Un jour bien particulier quand sa mère lui annonça que les pouvoirs, la magie, le fantastique existaient bel et bien. Que ce n'était pas irréel. Il devait avoir six ans à l'époque, il n'avait pas crue sa mère à cette époque, Alexander faisant déjà preuve d'un esprit très critique. Et puis sa mère, voilà quoi, elle aimait trop les histoires. Même si quelques années plus tard il eu la confirmation que sa mère ne mentait pas. Hum. Sa somnolence prit fin brutalement. Il avait senti quelque chose, quelqu'un le regardait. Il avait pris l'habitude de faire attention quand quelqu'un, ou quelque chose, l'observer. On sait jamais. Il resta dans sa position, c'est-à-dire allonger, les jambes allongés, les bras croisés sur son torse et la tête légèrement penché vers le bas. Il ouvrit les yeux, regardant autour de lui, il apperçu un peu plus loin, adossé aussi à un arbre. Elle avait de longs cheveuxnoirs, et sur ses genous se trouvaient un calepin où elle dessinait - surement - avec énergie. Elle le regarda. Où devrais-je dire l'étudia. Un peu plus et il se sentirait gênée. Elle replongea dans son cahier tandis que lui se relevait. Il n'allait quand même pas laisser une occasion comme celle-ci passer. Récupérant sa veste, il s'approcha de la jeune fille qui ne devait pas être plus âgée que lui. Tout en souriant, il l'interpella d'une vois suave.

      « Je suis donc si beau ? »
Revenir en haut Aller en bas
Yume Egashi
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 17/01/1991
▌Pays d'origine: Japon
▌Statut: 3ème année

MessageSujet: Re: You want to draw, I want to sleep - pv.Yume Egashi.   Dim 3 Avr - 17:46

Une journée comme les autres, encore et encore. Un astre lumineux mais non son favoris éclairait le monde, mettant en avant le ciel aux teintes plaisantes bien qu'elles non plus ne rêvetent pas le caractère idéal aux yeux de l'étudiante qui préférait la nuit. Yume Egashi avait eu envie de prendre l'air, sortir un peu de ces couloirs dont elle ne voyait jamais la fin, de ces allées dallées qui la traînait irrévocablement vers une destinée qu'elle n'arrivait pas à lire. Yume, elle est parfois trop aimable avec les gens pour leur dire combien ils l'ennuient et surtout elle est trop rêveuse. Elle se souvint vaguement qu'elle n’avait pas vraiment d'ami au Japon étant petite, sûrement dû au fait qu’elle n'aimait pas jouer avec les autres même si elle aimait être avec eux, elle voulait dessiner. Elle voulait capturer la magie du monde sur ses dessins... Elle avait vite compris cependant que ce n'était pas ce qui l'attendait. Non le monde n'était pas un jeu, ce n'était pas un rêve... ou plus précisemment, ce monde n'était pas son rêve. Impossible alors d'y accomplir ses espérances. Aurors comme ses parents? Non. Elle avait choisit pour de secrètes raisons une toute autre section, et elle n'était pas mauvaise dans ça... mais cela s'arrêtait la, puisqu'elle n'arrivait même pas à la connaître, cette fichue destinée.

Revenons en à nos invisibles moutons: elle avait donc eu envie de sortir de l'université elle-même. Les niaiseries de certaines personnes ne l'intéressaient pas et il n'y avait rien de mieux qu'un tour au parc pour être tranquille, elle l'avait appris dès le premier jour de son arrivée à Swyn. Ainsi la japonnaise marchait t-elle. Son kimono rouge assortit à ses lèvres était agité par un léger vent au même titre que ses cheveux qui volaient sauvagement tandis que ses yeux vides paraissaient ailleurs. Elle n'était qu'à demi consciente des gens qui passaient. Ses doigts glissèrent sur les feuilles d’un arbre, appréciant la texture inconsciemment. Elle lâcha un soupir d'aise. Qu'il était bon d'être au calme! Elle allait flâner quelques minutes, puis elle entamerai un devoir... Il valait mieux commencer à l'avance non? Si on ne voulait pas trop travailler d'un coup... Yume n'aimait justement pas faire tout à la dernière minute c'est vraiment trop épuisant.

Epuisant hein? Elle ferma les yeux, se laissant guider par le reste de ses sens... et perdit tout lien avec la réalité quelques minutes. Rêveuse, bien trop rêveuse... Les autres ont sans doutes raison, elle est irrattrapable Yume et alors? Tout allait bien ainsi...

S’extirpant de ses pensées, elle sortit de son sac - sans cesser de marcher- un vieux bouquin qui ressemblait plus à une relique qu'à autre chose, puis se mit à parcourir les lignes de ce dernier tout en prennant garde à éviter toute collision avec un arbre. C'était long et ennuyant... Si elle s’arrêtait pour faire cela, elle décrocherait à coup sûr. Retenant un baillement, elle se plongea plus sérieusement sur son étude de runes. Dechiffrer les écrits c'était vraiment un coup à attraper une migraine...

Malgré tout ses efforts, elle ne pu d'ailleurs rester concentrée plus de quelques minutes. Sa mine contrite en voyant le peu qu'elle avait avancé aurait sûrement fait rire n'importe qui, mais pas elle. Non vraiment... Elle leva le nez de son livre et aperçut, à quelques mètres d’elle, un homme endormi. Vu son air encore juvénile c’était sans doute un étudiant. De plus, s’il s’était agit d’un professeur, ils en auraient été informés. Elle n’approcha pas, se contentant de le regarder. Elle était sûre de ne l’avoir jamais rencontré et bien que l’université fut trop grande pour y connaître tout le monde, elle gardait toujours une esquisse de ses membres. Or elle savait qu’elle n’en possédait pas de lui. Elle n’aurait pas oublier un tel style. Décidée à résoudre cette absence, elle rangea son bouquin pour attrapa son carnet de dessin qu’elle avait toujours avec elle, ainsi qu’un crayon. Elle aurait aimé se servir d’un autre outil vu la richesse des couleurs alentours mais là où les paysages ne bougeaient que peu, les humains étaient trop actif pour qu’elle prenne le risque de se retrouver avec une oeuvre inachevée. Elle irait donc au plus simple.

Une page vierge s’ouvrit devant elle et son poignet se mit en action. Pour les grandes lignes, son regard ne quitta pas l’inconnu. Ce fut rapide. Pour la suite, ses yeux vaquaient de la feuille à l’élève, marquant de temps en temps une pause pour corriger des traits. Alors qu’elle était loin d’avoir finit de saisir les détails, les yeux s’ouvrirent. Voilà qu’on osait fausser son dessin? Elle n’eut guère le temps d’ajouter quoique ce soit à la feuille. Il s’était levé. Elle reteint un soupir contrit, surveillant son approche. Le crayon passa dans sa main gauche, qui tenait également le carnet tandis que la droite saisissait sa baguette. Elle aurait bien lancé un sort d’immobilisation pour achever ce qu’elle avait commencé mais il risquait de ne pas bien le prendre. Elle attendit donc. Lorsqu’il fut suffisamment proche et que sa voix rompit l’harmonie du silence, elle leva ses yeux vers celui de l’étranger. Elle scruta les prunelles de son interlocuteur un moment.

- C’est une couleur intéressante. Je savais bien, que je n'aurai pas dû opter pour le noir et blanc.


Oui, Yume parlait parfois seule. Souvent, même. Avant qu’elle n’en oublie la présence humaine à ses côtés, elle se décida à répondre.

- Doit-on se contenter de capturer sur papier ce qui est beau? De plus, tout le monde sait que la beauté est subjective. Je trouve les arbres plus beaux que toi, en un sens. Pourtant c’est toi que je dessinais.

Elle marqua une pause le temps de voir si l’autre ne s’était pas vexé. Elle avait cette habitude de dire les choses comme elles sont, sans ressentir quoique ce soit au moment de ses dires mais tout le monde ne le prennait pas toujours ainsi.

- Vois-tu, j’ai pour habitude de dessiner tout les étudiants que je rencontre. Comme je ne peux pas me rappeler de tous, ça m’aide à me souvenir et puis, j’aime bien. Lorsque je croise quelqu’un sortant de l’ordinaire ça me donne plus envie encore d’en garder une trace. Tu m’ennuies cependant, car je n’ai pas eu le temps de terminer. Vous les humains, n’êtes vraiment pas coopératif.


Elle nota en son fort intérieur que, ces humains, elle était censé en faire partie mais ne s’attarda pas sur ce détail. Elle remit en place une mèche de ses cheveux tout en réfléchissant. On lui avait enseigné une chose appellée politesse et rappelé pendant des années qu’il était important d’en user à chaque fois. Pourquoi faire, avait-elle demandé. On lui avait répondu que c’était ainsi, point. Cette phrase l’avait rendue réticente à cette coutume mais elle l’avait toujours appliquée par respect pour sa famille et elle-même.


- Peut-être t’ai-je dérangé, au fait? Je ne demande presque jamais l’avis des gens lorsque je les dessine. Surtout s’ils dorment, tu comprends bien.


Avant de retomber dans des quasi monologues, elle acheva.


- Yume Egashi, je suis en 2ème année de symbolisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: You want to draw, I want to sleep - pv.Yume Egashi.   Mer 6 Avr - 14:11

    Noir. C'était la couleur de ses yeux, à ce moment. Elle le fixait, l'étudiant. Quand tout d'un coup son cri et gare, elle se mit à parler toute seule. Ne répondant pas à sa question. Elle marmonna comme quoi que c'était une couleur intéressante, et qu'elle n'aurait pas du opter pour le noir et blanc. C'est vrai quoi, le rouge, la couleur de ses yeux, mériterait une meilleure considération d'un gris/noir. Enfin bref, il aurait pu penser des heures sur la couleur de ses yeux - sujets, fort palpitant en passant - mais la jeune femme décida, enfin, à répondre à sa question.

      « Doit-on se contenter de capturer sur papier ce qui est beau? De plus, tout le monde sait que la beauté est subjective. Je trouve les arbres plus beaux que toi, en un sens. Pourtant, c'est toi que je dessinais. »


    Vexé. Il aurait pu l'être, mais bon, il n'allait pas monter sur c'est grand chevaux pour si peu. Un arbre plus que lui ? Comparaison à analyser, un de ses jours, peut-être. Et puis, il commençait vraiment à s'amuser et pour toute réponse à la jeune fille, il lui fit un de ses sourires les plus charmants. Et la laissa finir sa tirade ou son monlogue comme vous préférez.

      « Vois-tu, j'ai pour habitude de dessiner tous les étudiants que je rencontre. Comme je ne peux pas me rappeler de tous, ça m'aide à me souvenir et puis, j'aime bien. Lorsque je croise quelqu'un sortant de l'ordinaire ça me donne plus envie encore d'en garder une trace. Tu m'ennuies cependant, car je n'ai pas eu le temps de terminer. Vous, les humains, n'êtes vraiment pas coopératif. »


    Ohoh. Il n'était donc pas ordinaire ? Il aurrait parier que si pourtant, il en fut absolument choqué. Ou pas. Snif. L'ennuier ? Il avait l'habitude d'ennuier les gens, mais la plupart du temps il le faisait exprés. Là, il n'avait presque rien fait. Et oui, ce n'est qu'un être humain, quelle tristesse, un peu plus il se prendrait pour un dieu, et, elle, c'était un extraterrestre ? Alexander la regardait toujours amusé, elle remit en place une méche de ses cheveux noirs comme ses yeux, tout en reprennant la parole.

      «  Peut-être t’ai-je dérangé, au fait ? Je ne demande presque jamais l’avis des gens lorsque je les dessine. Surtout s’ils dorment, tu comprends bien. »


    C'est vrai, elle n'aurait pas pu, mais il en avait rien à faire -qu'elle l'ai dérangé. Il n'eu pas le temps de lui répondre que déjà, elle enchainait.

      « Yume Egashi, je suis en 2ème année de symbolisme.  »
      « Yume … Rêve ? C'est marrant comme nom. Moi, c'est Alexander, et si sa t'interresse, je suis en premier année de DCFM, mais en faite, t'es plus vieille que moi ? »


    Il dit ça avec un sourire polie comme si, cette conversation était bien. Il la regarda, il était toujours debout et elle assise. Il lorgna sur le dessin et s'apperçut, aprés un rapide examen.

      « Tu dessine bien, il laissa planer quelques secondes avant d'enchainer, mais tu a raison le noir et blanc, ça ne me met pas du tout en valeur. »


    Il lui prit le carnet des mains. Le trourna dans tout les sens, regarda quelques minutes, analysant le dessin.

      « Il est pas encore fini, hein ? je t'ai dérangé en plein travail. Tu a l'intention de le continuer ? »

    Le jeune homme n'attendit pas la réponse de Yume, il lui rendit le cahier et s'assit à coté d'elle, étalant ses jambes.
Revenir en haut Aller en bas
Yume Egashi
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 17/01/1991
▌Pays d'origine: Japon
▌Statut: 3ème année

MessageSujet: Re: You want to draw, I want to sleep - pv.Yume Egashi.   Dim 10 Avr - 9:22

Elle s'était tue car il était nécessaire parfois d'entendre les réponses des autres. Enfin, c'est ce que voulait une fois de plus la politesse. Si elle suivait son propre raisonnement, saisir les mots n’avait pas d’importance. Il lui suffisait d’écouter les sons, les intonnations, la plus petite hésitation, le moindre tremblement et de regarder. Pas seulement en surface, il fallait voir, réellement. La japonaise passait souvent le temps de cette façon, en observant les gens. Pour pouvoir faire des dessins qu’elle jugeait réussis, elle avait mis des années. Pas à cause de son coup de crayon qui lui était plutôt bon dès le départ mais à cause des expressions qui manquaient de véracités. Il lui fallut du temps pour comprendre que c’était ce qui faisait toute l’importance d’un croquis. Là où certains peuples comme les indiens pensent qu’une photographie peut leur voler leurs âmes, Yume croit qu’un dessin peut la répliquer sans dommage. Elle redressa la tête lorsque l’inconnu prit la parole.

« Yume … Rêve ? C'est marrant comme nom. Moi, c'est Alexander, et si sa t'interresse, je suis en premier année de DCFM, mais en faite, t'es plus vieille que moi ? »


Son nom, marrant? Elle en doutait fortement. Si les gens trouvaient qu’il lui allait à merveille à cause de sa tendance certaines à toujours être dans les étoiles et à parler de choses impossibles à réaliser, elle se souvenait surtout de la symbolique première qu’il avait eu pour ses parents. Yume, en hommage à ce qu’elle incarnait pour eux. Ils avaient rêvé cet enfant si dur à avoir, ils avaient douté si fort de la réalité de ce petit être grandissant dans le ventre de Miyuki que voilà ce qu’elle était devenue au jour de sa naissance. Yume. L’étudiante se concentra à nouveau sur Alexander, puisque tel était son nom.

« Tu dessine bien, il laissa planer quelques secondes avant d'enchainer, mais tu a raison le noir et blanc, ça ne me met pas du tout en valeur. »

Bien sûr qu’elle avait raison mais c’était de sa faute à lui après tout, si ça ne rendait pas bien. Il n’avait qu’à pas être endormi à ce moment là. Si ses yeux avaient été ouverts, elle y aurait vu leur intéressante couleur et aussitôt aurait souhaité pouvoir la retranscrire fidèlement. Parce que maintenant qu’elle l’avait vue, elle était sûre que le dessin serait imparfait sans elle. Ce ne serait pas ce jeune homme, sur le papier. Ce ne serait qu’un jeune homme. Inadmissible nuance.

Elle se raidit lorsqu’il prit son carnet. C’était personnel. Trop pour être saisit à la volée comme ça. Ce qu’il contenait était bien plus que ses oeuvres à elle. Elle se retint de le récupérer par la magie, surveillant seulement qu’il ne tourne pas les pages mais non. Il semblait surtout intéressé par ce qu’elle venait de commencer.


« Il est pas encore fini, hein ? je t'ai dérangé en plein travail. Tu a l'intention de le continuer ? »

Elle attendit qu’il fut assis pour le regarder à nouveau dans les yeux. Ayant récupéré son précieux objet elle retint un soupir. C’était évident, que le dessin était incomplet. Sur celui-ci, l’étudiant était entouré de vide, déjà. Avez-vous déjà vu quelqu’un flotter dans le vide absolument? Franchement... En plus de ça, il manquait tout les petits traits, les plis, les ombres qui mène vers un résultat aboutis. Elle s’amusait à tapoter son carnet fermé avec ses ongles, créant un bruit assez énervant à la longue. Sans cesser, elle reprit enfin la parole.

«Si tu es en première année alors oui, je dois avoir un an ou deux de plus, selon quand tu es né. J’en suis à ma seconde, symbolisme.»


Elle n’aimait pas vraiment l’emploi du mot vieille, même s’il était plus là pour comparer que pour la qualifier. Elle aurait tout le temps d’être vieille, ou pas d’ailleurs mais ce n’était sûrement pas du haut de ses vingt et un ans maintenant qu’elle l’était à présent. Ses yeux sombres glissèrent sur le reste du visage d’Alexander, comme si elle y cherchait quelque chose d’autre qu’elle aurait pu oublier sur le papier, ses yeux à part.


«Sinon, tu as vu juste. Il est bien loin d’être terminé, quand à la couleur je n’aime pas trop revenir sur un dessin quand je le juge finis mais je ferai peut-être une exeption pour passer celui-ci sous aquarelle. Le soucis c'est que tu t'es déplacé et que tu m’as vue alors même si j'aimerai le finir cela va me prendre plus de temps que prévu.»


Il faudrait que le jeune homme reprenne une position similaire, qu’il soit dans le même état d’esprit et qu’ensuite elle s’occupe du lieu où il s’était installé initialement. Autant dire qu’il y avait peu de chance que ça arrive.


« Je n’aime pas que les gens posent lorsque je les dessine. Ca fausse leurs attitudes et donc, ça influe également ce qu’il en ressort. Un peu comme une mauvaise imitation. Pour que je le finisse il faudrait que tu parviennes à faire totalement abstraction de moi, que ta position soit la même et que tu ais en tête les même chose que tout à l’heure afin que ton expression ne soit pas modifié. »


Elle se retint d’ajouter que ça, personne n’en avait jamais été capable ce qui aurait sans doute dû la contrarier. A la place elle se contentait toujours de transferer grâce à la magie, les dessins inachevés dans un autre carnet qui en contenaient plusieurs. Dans certains cas, les gens étaient partis avant qu’elle ne finisse, dans d’autre un échange avait fait changer ce qu’il ressentait et là où le dessin commencé respirait la joie, elle se devait de le recommencer pour la peine. Le fait que les gens bougent n’étaient pas vraiment gênant, au fond. Elle était capable de figer un mouvement dans son esprit pour le reproduire mais ce qui ce dégageait de la personne, seule cette dernière pouvait l’influer.

« En revanche je peux faire une autre esquisse de toi, si l’occasion se représente.»

Elle était toujours si neutre, dans son ton, qu’on pouvait avoir l’impression de parler à une machine à qui on aurait implanté une sorte d’intelligence artifielle sans pour autant la gâcher avec les émotions. Yume rangea son carnet, cessant donc de le marteler mais garda sa baguette en main, par habitude. Elle n’était pas très douée pour faire la conversation mais elle aimait bien être avec les autres. Tant qu’ils n’étaient pas trop bruyants. Réitérants ses efforts elle continua:

«Tu viens souvent ici? Au parc, je veux dire.»


Elle lissa un pli sur son kimono, avant de reprendre, maladroite:

«Tes yeux, c’est leur vrai couleur?»

Nous étions dans une université sorcière après tout et il suffisait presque d’un coup de baguette magique pour modifier n’importe quoi. Il aurait pu faire ça. S’arrachant un demi sourire bien qu’elle n’en ressente pas le besoin au fond d’elle, elle attendit tout en caressant l’herbe de sa main libre.

[HRP: #af73a7, le code couleur de Yume ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: You want to draw, I want to sleep - pv.Yume Egashi.   

Revenir en haut Aller en bas
 

You want to draw, I want to sleep - pv.Yume Egashi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S.W.Y.N ¤ Someone Wants You Nuts ¤ :: •• EXTÉRIEUR •• :: » Le Domaine de S.W.Y.N :: Le Parc-
Sauter vers: