AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  


 

Partagez | 
 

 Annabel Lee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Annabel Lee
M.U.M
M.U.M
avatar



 
▌Né(e) le: 23 août
▌Pays d'origine: Angleterre
▌Statut: 5ème année

MessageSujet: Annabel Lee   Dim 8 Mai - 1:06

Lee, Annabel

«In this kingdom by the sea
The winds blew ou- Euh, ta gueule ? »



I. Identité

ÂGE : 22 ans

DATE DE NAISSANCE : 23 août

SIGNE ASTROLOGIQUE : Lion

NATIONALITÉ : Britannique

BAGUETTE MAGIQUE : Bois de pin, cendre de goule. De taille moyenne, elle est plutôt épaisse et légèrement convexe; elle ne présente pas d'aspérités apparentes mais laisse sur la main une empreinte tactile un peu rêche.


II. Dossier Scolaire

MAISON : Plumentine

ANNÉE D'ÉTUDES : Cinquième

FILIÈRE OU SPÉCIALISATION OU SUJET DE THÈSE : MUM Créaturologie après un ACAII de DCFM

PROJET D'AVENIR : L'avenir, c'est ce qui est à venir, hein. Donc pas de précipitation. Et puis pourquoi faire des plans sur la comète alors que vous risquez à tout moment de mourir d'une pneumonie foudroyante, sans doute provoquée par cette -foutue- humidité typiquement irlandaise ? Officiellement, Annabel se trouvera bien un poste quelconque au Ministère, parce que la majuscule rassure Maman. Officieusement, les couloirs souterrains et autres chaussures vernies, merci bien. Avec un peu de chance, ces années d'études encore à venir traceront à notre dilettante un parcours confortable menant à quelque chose. Sinon, il ne restera qu'à s'engager dans une organisation terroriste sorcière, ou à initier l'élevage industriel des doxys en poudre.

ÉCOLE DE SORCELLERIE DANS LAQUELLE VOUS AVEZ OBTENU VOS ASPIC :Poudlard. Peu original, mais que voulez-vous ?


III. Portrait

TAILLE : 1,75 m

DESCRIPTION PHYSIQUE : Ann a des pieds de danseuse.

Aucun autre qualificatif ne pourrait les résumer. On jurerait deux vaguelettes, déliées, souples, modelées pour le mouvement. Les orteils comme des gouttes se tordent en mémoire des pointes qu'ils soutenaient, dans une vie antérieure. Tendons et ombres se cambrent avec délicatesse sous le tissu épidermique; les ongles souvent mal coupés leur semblent un prolongement logique, un vernis théâtral. Ces pieds sont des pièces de tangram, des mains, les spectres d'une pantoufle de vair. Leur creux prononcé souligne l'étroitesse des appuis qui s'affirment en hématomes, comme une opposition entre terre et ciel. C'est gracile, habile, modéré.
Voilà pour ce qui, à la limite, peut être qualifié de "féminin" dans l'aspect extérieur d'Annabel.

Il n'est pas grand, pas petit non plus. Sa démarche tantôt sèche, tantôt veloutée, toujours sporadique, dépend entièrement de l'inclinaison du dos: assez droit la plupart du temps, il s'affaisse les jours de flegme ou de contrariété. Ses jambes sont solides et comme informes, faites d'un bloc, le genou n'y saillant presque pas; trop courtes par-rapport à son buste, elles confèrent à l'ensemble une touche bancale et dysharmonique. Sans être gras, cuisses et mollets sont également épais. Cette partie inférieure du corps en manque cruel de contrastes -pieds mis à part, souvent voilés par l'écrin des chaussettes- se conclut par un fessier plat qui ne paraît pas différer de la jambe, de sorte que les hanches semblent posées à mi-cuisses.

Ces hanches, justement, sont ridiculement étroites, même pour un garçon -elles ne dépareilleraient pas sur la physionomie d'un pré-adolescent. Le torse est long, sinueux, la première paire de côtes aussi précisément dessinée que les larges clavicules. Malgré un thorax qui s'évase bien plus franchement que l'abdomen, Annabel est doté d'épaules anguleuses auxquelles s'accrochent comme de justesse de longs bras maigres, quoique encore une fois la différence d'épaisseur du membre soit peu criante avant et après l'articulation. Si la main est elle aussi mesquine et osseuse, les doigts ressemblent davantage à des boudins légèrement effilés, à la corne inégale.
Il pourraient atteindre les genoux, ces bras, s'il se crispaient moins.

Au-dessus d'un cou gallinacesque, le Plumentine présente une tête ovale dont la forme tient du mélange entre l'oeuf et la momie. Son visage tout en longueur, tout en arêtes opte pour l'opposition entre un front bombé et un menton aussi marqué qu'étroit. Des joues creuses, un nez mi busqué, mi-retroussé, une grande bouche aux dents mal rangées, vaguement jaunies et crénelées.. D'un point de vue objectif -ou presque-, on peut le dire: Ann est plutôt laid. Sous ses sourcils circonflexes, deux petits yeux un peu bridés -deux yeux bleus. Mais pas ce bleu limpide ou profond qu'on pénètre avec une fallacieuse impression de sincérité, non. Plutôt un bleu passe-partout. Il a quand même une face de rat, et des cernes, des fois.

Ses cheveux sont blonds, clairs, raides, mi-longs. Ce n'est pas parce qu'on a un prénom de fille qu'il faut se cantonner aux coupes militaires pour le démentir. Souvent lâches, désordonnés, il s'en préoccupe peu. Ses goûts vestimentaires lui font préférer le noir, le rayé à la limite; il a horreur des habits larges. Il arbore parfois des imprimés aux connotations nettement métalleuses, un peu par hasard, puisqu'il n'a jamais éprouvé l'envie de mieux connaître cette religion. La pigmentation de sa peau est typiquement britannique: blanche, difficilement rendue aduste, elle passe au rose par plaques sous l'effet de la chaleur ou de la colère.

Un timbre de voix sans aucune intonation caractéristique servira de point virgule.



DESCRIPTION PSYCHOLOGIQUE : Ann est aigri.

Enfant, il était d'un naturel timide, conciliant, peu apte à prendre la parole sans bafouiller ou rougir, concluant chacune de ses interventions par un sourire gêné. Jusqu'à ses huit ans, ce fut "Oui Maman", "Oui Monsieur", "Merci Madame". Il aimait apprendre, quoique envisageant le savoir -ainsi que le monde- avec une sourde angoisse, se percevant insignifiant par-rapport à 'tout ça'. S'il s'intéressait peu aux autres, c'est peut-être parce qu'il les craignait; à moins que ce ne fut cet air d'absence, de naïveté -il n'avait pas compris que tel quidam est plus vivant qu'une pierre. Avant son entrée au collège, il commença à sortir de son retrait inconscient; mais il resta, pendant toute sa scolarité à Poudlard, un camarade effacé, de moins en moins sérieux, s'indignant des résistances qu'il rencontrait autour de lui et cependant trop procrastinateur pour vouloir y remédier autrement que par une colère sourde. A sa majorité, il était devenu moins sinistre, plus sarcastique, déjà. L'existence n'était plus pour lui une question de vie ou de mort, et il préféra laisser le lamento de côté pour le remplacer par une vaste et faillible indifférence.

Il se rejoua sa genèse, pour décider que sa personnalité schopenhauerienne et grandguignolesque était la conséquence des avanies qu'il avait dû subir par ce maudit prénom de fillette. C'était net, clair, pratique. Mais Mary, son petit frère, paraissait vivre pour lui prouver qu'une telle stigmatisation n'était pas une fatalité. Ann jeta aux bubobulds l'empirisme, et en conclut seulement qu'il avait un fichu caractère.

Si le jeune anglais apprécie modérément l'Irlande, il ne supporte pas ses habitants. Ils sont roux, stupides, pathétiques, irlandais, quoi. Il doit y avoir par là un soupçon de haine atavique. Mais les français non plus ne s'attirent pas ses faveurs -écoutez comme ils écorchent Shakespeare-, pas plus que les allemands -ouais, Heil Voldemort- ou les chinois -si vous faisiez moins d'gosses, y aurait assez de place chez vous pour que vous n'alliez pas étudier ailleurs. Il est xénophobe, d'une certaine manière; pourtant, il n'aime pas davantage les anglais. Il en faut peu pour lui déplaire: une fille qui pleure résume son sexe, un gars qui drague de même -et vice-versa. Les types polis sont méprisables, les incivils fatigants. Ann est borné, mais il ne croit pas vraiment à ses préjugés. En fait, il n'aime pas les gens, c'est tout. Trouver une excuse pour les mésestimer, c'est toujours s'occuper.

Il n'est pas pour autant asocial si l'on comprend dans l'idée de sociabilité celle de vie en communauté; la solitude l'ennuie. Souvent un peu imprévisible, du moins d'humeur changeante: faussement spontané, toujours railleur, parfois aisément déstabilisé, la plupart du temps résigné. Il se laisse emporter par de brusques accès de colère, par des instants commiséreux à grands renforts de sourires hideux; il aime parler pour avoir l'impression d'écraser, de jouter, d'échanger. Il s'entend mieux avec ceux qui ne se laissent pas arrêter par ses provocations incessantes, ses hontes passagères, sa mesquinerie. Peut-être cherche-t-il vraiment quelque chose chez les autres, en les disséquant par l'ignorance. Il a de l'humour, quand même. Il est grotesque, puis vainqueur, ou l'inverse. Un bon fond, dirait-on.

Au-delà de toute considération morale, il ne faut pas s'y tromper: Annabel se fout des gens -parce que 'de tout', ça faisait vraiment trop 'no future'. Ce n'est peut-être pas conscient. Il se trompe lui-même en amplifiant ses réactions, en s'inventant des émotions pour donner du relief à ce qui n'en a pas. Il est dialectique, plus indifférent qu'il ne voudrait l'être, ou tel qu'il peut sembler l'être au premier abord. La métaphysique, tout ça, rien à carrer, les sentiments c'est pour de faux. On s'amuse comme on peut -et c'est là qu'il se fait illusion, car cela ne l'amuse pas du tout. Il est plus manipulateur qu'il en a l'air, moins gouverné par ses passions que ne le laisseraient parfois croire ses excès.

Il a l'esprit mathématique et synthétique. L'Art, comme on dit, fait partie des choses qui l'agacent. S'ils entrent en contact, il s'attelle à le désosser.
Ann est un ectoplasme de courage. Il est lâche, quoi. Dans tous les sens du terme. On ne peut pas compter sur lui, et sans doute ne le cache-t-il pas. Il évite comme la peste toute confrontation avec les idées désagréables et classe tout ce qui ne se démontre pas dans le domaine du "peuh". Sa hantise est la souffrance physique, hantise accentuée par le fait qu'il soit plutôt faiblard. Il suffirait d'une menace tangible un peu trop appuyée pour lui faire perdre toute contenance.

La plupart du temps, il est éteint, ou grommelle dans son absence de barbe -signe de bonne santé s'il en est.

ATTITUDE SCOLAIRE : D'une manière générale, distante. Disons qu'à la base, Annabel est un frustré: s'étant découvert une passion pour l'arithmétique et la géométrie vers ses dix ans, il a pris comme une trahison irrémissible la lettre l'appelant à Poudlard -il avait fait son primaire parmi les moldus, et ses parents n'avaient jamais insisté sur la suite de son parcours. Lui, il voulait aller dans un collège privé de Londres, pas dans cette école de gamins tout fiers de leurs pouvoirs forains, manquant aux plus élémentaires devoirs de l'éducation. Il conçut dès ce jour une haine farouche à l'égard de Dumbledore, et fut hâtivement réparti à Serpentard à cause de cette colère passagère -notamment. S'il s'est depuis réconcilié avec les études magiques, il n'a pas moins fait du flegme et du vague mépris envers les professeurs un principe inconscient -s'il oublie vite, il a dans certains cas la rancune tenace. Pour résumer, disons qu'il ne croit plus à l'utilité bien nette du savoir et toise avec amusement les passionnés. Il n'en reste pas moins que, suivant son humeur, certaines choses puissent l'intéresser énormément. Il ne considère les enseignants que comme des réceptacles à la matière qu'ils enseignent, leur présence étant alors un mal nécessaire. Ses notes n'ont jamais été excellentes: il est trop concis, trop hâtif, ne parvient pas à s'investir sans que la problématique ne dévie vers des intérêts plus personnels. En classe, c'est l'élève entre deux rangs, qui prend des notes de temps en temps, qui baille lorsqu'il ne veut pas s'avouer que ça lui plaît.


SIGNE DISTINCTIF : Peut-on trouver moins inédit qu'une cicatrice, dans ce genre de catégorie ? Annabel en possède pourtant une fort jolie, qui court tout le long du mollet gauche. Ne laissez jamais votre cadet jouer avec les couteaux avant sa majorité sexuelle.

Le Plumentine est persuadé d'être porteur d'une maladie génétique orpheline, transmise par son sorcier de père chez qui le gène n'était pas actif. Selon le rapport d'autopsie de la mémé qui n'y a pas survécu (..à la maladie, pas à l'autopsie), ou plutôt du médecin, la 'gêne' devrait être présente chez l'un des deux garçons.

On le surnomme "Ann". A ne pas prendre comme diminutif affectueux: c'est souvent le nom sous lequel il se présente, pour limiter le ridicule qu'il peut y avoir à l'énoncer complètement. Des Ann masculins, il y en a eu. Avant.


IV. Situation

SANG : Mêlé

SITUATION FAMILIALE :

William Lee, 46 ans, pater.

Mr Lee, c'est l'original. Celui qui se veut dandy sans vraiment avoir compris ce que cela signifie, ou qui s'ingénie à l'oublier. C'est un grand blond à la mâchoire carrée, pas franchement agréable à regarder, mais aux yeux étonnamment doux. Il porte des hauts de forme, connaît son Wilde; a une fâcheuse tendance à s'extasier devant rien et tout. C'est lui le sorcier. S'il a épousé sa femme, c'est peut-être par fascination pour ce monde moldu qu'il ne connaissait pas, et dont elle était la première tenante à portée de main.
Comme d'autres choses, cet émerveillement lui est passé. William a un sens de l'humour bien à lui. Les prénoms de ses fils ressortent de son initiative: avez-vous déjà joué à Mister & Miss untel have a child ? On pourrait en faire, des jeux de mots, des références. Notre première fille s'appellera Annabel ! C'était tout de même un pari risqué: si la pauvre enfant avait été laide.. Mais tout se passa pour le mieux, puisque ce fut un garçon. Le géniteur, fort enthousiasmé, obéit à ses pulsions de scientifique avec cette petite expérience amusante. "Je ne connais pas encore vos deux filles. Annabel Lee, Mary Lee, c'est charmant, vraiment. Quel âge ont-elle..?" "Vous savez, ce sont des fils..". Pour obliger les bambins à assumer leur patronyme, on passa outre les seconds noms.
William n'est pourtant pas retors, ni même sadique: son aîné le qualifierait plus volontiers d'immature. Il aime ses enfants, mais leurs vies lui sont assez indifférentes; il les aime dans l'instant. Voilà longtemps qu'Ann ne lui en veut plus, et qu'il éprouve plutôt pour lui une sorte d'affection voilée de mépris.


Olivia Lee, 44 ans, madre.

Rien à déclarer ? Olivia est petite, sèche, brune. Elle est transparente. C'est une moldue. Elle a laissé ses fils aux mains de son mari, avec un dédain dépité, puisqu'elle ne pouvait vivre son rêve d'amour fantasque et d'enfants surdoués. Elle sourit peu, n'est pas démonstrative. N'aime plus William, mais puisqu'il est là.. Elle aussi est là, elle vit à côté. Son premier-né la considère un peu comme une étrangère avec qui il n'a pas grand-chose d'autre en commun que le sang; et puis, sept ans d'internat suivis de quatre années d'études, ça oblitère le tout.

Mary Lee, 16 ans, cadet.

Mary, lui, pourrait jouer les filles: il est petit, fin, d'une joliesse indéniable; les boucles blondes du père, les yeux noirs de la mère. La voix aiguë de l'androgyne. Il est faussement angélique, comme on dit; il mène ses camarades, possède un certain charisme assorti à une réserve calculée. On ne dirait pas un garçon, mais il n'aime que les femelles, et il sait jouer de sa face poupine. Malgré leurs tempéraments pas toujours bien assortis et leurs années d'écart, les deux frères s'entendent bien. Même s'il garde les pieds fermement ancrés au sol, Mary s'est inspiré de quelques bizarreries du père: il a des passions impromptues, surtout en ce qui concerne les langues étrangères. Il a un petit côté agoraphobe lorsqu'il est éloigné des murs sécurisants de Poudlard et de sa société. Il chante comme personne, et il n'aime pas chanter.

Les Lee sont une famille de petits bourgeois relativement aisés et vivent dans la banlieue cossue de Londres, assez éloignés du monde sorcier, à la vérité -bien que les études des deux fils contribuent à les relier au monde magique.


ORIGINES : Angleterre

LOISIRS : Les mathématiques. Le jeune homme n'a pas renoncé à cette obsession -davantage que passion- qui s'est renforcée au fil des années, domaine dans lequel il se montre plutôt doué. Il ne néglige pas parfois d'aller faire un tour du côté de la physique ou des sciences, mais c'est là vraiment son univers de prédilection. Il ne conçoit pas qu'on ne puisse y être réceptif, et hausse volontiers les sourcils face aux difficultés que peuvent rencontrer des néophytes.
Il n'a jamais beaucoup apprécié la lecture, les histoires d'univers parallèles et ce genre de choses -il est donc relativement inculte en littérature moldue comme sorcière, et corollaires, d'ailleurs, ce qui ne le dérange en rien. Il se hasarde parfois vers la philosophie, qui l'agace vite par la stérilité de ses conclusions. Pourtant, il lui arrive de feuilleter, les jours de grand désœuvrement, et particulièrement pendant l'été, de la science-fiction sorcière bon marché qui ne lui laisse aucun souvenir par la suite.

Toute éducation un peu privilégiée doit s'agrémenter d'un peu de musique, musique qui fait vibrer les coeurs et les âmes, toussa. Ann a toujours apprécié le solfège, joue du saxophone et se bat pour que l'on considère ce savoir-faire comme une science formelle plutôt que comme un art.

Les sciences humaines, la philologie, merci bien. Ce n'est pas dans le domaine de la communication que l'anglais serait spontanément allé mettre son nez, aussi est-il peu doué en langues étrangères -il a quelques notions d'allemand, parce que son école primaire l'enseignait, mais ô, que ces souvenirs sont diffus. Seulement, il parle un italien vacillant depuis que Mary s'est intéressé à cette langue; lorsqu'il s'était obstiné, un été, à n'ouvrir la bouche que pour citer Dante, il avait bien fallu échanger avec les moyens du bord. Depuis, il connaît même le sonnet le plus connu d'Angiolieri -mais passerait pour hargneux en le citant.

Allez savoir pourquoi, Ann a toujours eu un contact facile avec les animaux et autres créatures, sans pour autant leur vouer une adoration particulière. Tenez, quand il était petit, il faisait du poney; c'est moins dangereux que le Quidditch. C'est sans doute la raison de son MUM créaturologie. Pas le poney, le contact. Mais oui, les bestioles l'intéressent; il a le sentiment rationnel qu'il y a beaucoup à trouver par là, et c'est par là qu'il cherche lorsqu'un brusque accès de fièvre lui rappelle la conviction de dizaines de jeunes sorciers, à savoir que la magie n'est pas exploitée autant qu'elle le pourrait -le devrait ?

Le sport, très peu pour lui -à part la marche, peut-être, et encore. Ses muscles présentent l'ineffable avantage de ne jamais crier par manque d'exercice. Peut-être sont-ils neurasthéniques; ça ne lui manque pas. Peut-être devrait-il s'essayer à la danse, pour contenter la forme de ses pieds.

Depuis tout jeune, il s'est entraîné, avec son frère, au lancer de couteau, le second domaine dans lequel il possède désormais un niveau tout à fait honorable. Donc si, ça fait quand même une potentielle activité physique. Un poignard pourrait même être plus rapide qu'une baguette magique. Plus coupant, indéniablement.



V. Autres

CHANSON THÈME : Ca.
Avec ça.
Ou pas.

REPARTISSEZ DIX POINTS DANS LES CINQ CATÉGORIES SUIVANTES :
(pas plus de cinq points par catégorie)


gentillesse :
puissance magique : ° °
humour : ° °
courage :
intelligence : ° ° ° °


VI. Complément d'Informations

HISTOIRE DE VOTRE PERSONNAGE : "Sous un ciel d'encre, des enfants jouent à lancer leurs couteaux":lala: Euh, non.

QUESTIONS/RÉPONSES :

1. Quels résultats a obtenu votre personnage à ses ASPIC ? Une moyenne d'Acceptable, peut-être un ou deux Effort Exceptionnel de ci de là, voire un Optimal, un ou deux Piètre.. Rien de bien brillant.
2. Pourquoi a-t-il décidé de continuer ses études à l’université ? Pour éviter d'avoir à choisir autre chose, et par curiosité, un peu.
3. Quel est (ou fut) l’état d’esprit de votre personnage en arrivant à S.W.Y. N ? Quand je sortirai d'ici, je serai devenu humide. Ça me fatigue déjà, tiens.
4. Cette année, qu’est-ce que votre personnage a amené dans ses bagages pour l’université ? Des trucs.
5. Votre personnage accorde-t-il de l’importance à la Magie noire ? Si oui, pourquoi ? Oui, parce qu'elle ne semble pas délimitée par de piètres considérations morales. Science avec conscience n'est que ruine de l'âme.
6. Si Voldemort n’était pas défait, votre personnage le suivrait-il ? S'il avait vaincu, oui, par crainte de représailles. Sinon, pourquoi se compliquer la vie ?
7. Qu’est-ce que votre personnage pense des Moldus ? Ce mot, c'est quand même très humiliant.
8. Et des Cracmols ? Celui-là j't'en parle même pas.
9. De quoi votre personnage a-t-il peur ? De tout ? Sinon, de la douleur.
10. Quelqu’un tend une fiole d’Amortentia devant votre personnage, qu’y sent-il ? L'odeur des ongles sales, de la cendre de goule, des nombres non définis sur R.


SUR CINQ, VOTRE PERSONNAGE...

…veut être populaire :
…veut changer le monde :
…veut trouver l’âme sœur :




A titre indicatif :

Quel âge avez-vous ? 18 ans. Enfin, plutôt 19. /passe sur le couplet fuitedutemps.
Comment avez-vous connu S.W.Y.N ? Par comptes-rendus élogieux.
Qu'est-ce qui vous a poussé à vous inscrire ? Le design/ le niveau rp / le soin apporté à.. tout/ le masochisme.
Un commentaire/critique/suggestion à faire ? Nope.







[Juste deux points égocentrés qui n'ont peut-être rien à faire ici, mais:
-J'suis pas sûr que l'avatar soit aux normes, mais je n'arrive pas à le redimensionner, donc..
-Il ne me semble pas avoir lu quelque chose à ce sujet dans le règlement ou ailleurs (si c'est une faute d'inattention, frappez-moi. Pas trop fort.) mais comment ça se passe, concernant les suppressions de compte ? Par exemple, je ne pense pas pouvoir commencer le rp avant deux semaines, et, d'une manière générale, j'aurai probablement des périodes d'inactivité qu'il ne me viendrait pas à l'esprit de signaler, mais n'ai en aucun cas l'intention de disparaître de suite. Et comme je sais que certains forums ne font jamais le ménage dans les comptes tandis que d'autres sont des maniaques de la corbeille..
]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Poulenard
Direction
Direction
avatar



 
▌Né(e) le: 27/01/1958
▌Pays d'origine: France.
▌Statut: Direction

MessageSujet: Re: Annabel Lee   Dim 8 Mai - 10:31

Voilà une fiche qui me rend fier d'être le Directeur des Plumentines ! Je sens déjà la jalousie de mes collègues ... Mouahahahah.
Soit, soit. Je te valide avec plaisir, donc.

- J'suis pas sûr que l'avatar soit aux normes, mais je n'arrive pas à le redimensionner, donc :

Celyn Creedpeur a écrit:
Pour ce qui est des avatars, je propose une taille standard de 150*250. Elle est recommandée mais pas obligatoire. Si vous souhaitez une image plus grande, la largeur maximale doit être de 175 pixels et la hauteur de 325 pixels afin de ne pas trop déformer le forum dans vos messages.

Merci d'en tenir compte. Si à l'heure actuelle vos avatars ne correspondent pas à ces dimensions, je vous invite à les modifier. Pour cela vous pouvez bien entendu demander l'aide de personnes douées en logiciel de retouche d'images via la partie Graphisme.
    En résumé :

    blue #____Taille standard - recommandée - : 150*250 px.
    gris #____Taille maximum : 175*325 px.

Celyn Creedpeur a écrit:
cling METTRE UN AVATAR cling

J'ai trouvé l'avatar qui me plait, comment procéder ensuite ?
    { green 2/ Tout en restant sur le site, on enregistre sur son ordinateur l'avatar en question.

[Afin d'alléger la bande passante des sites d'avatars, il faut impérativement importer l'image sur son ordinateur, et ne pas la lier directement depuis le site où elle a été trouvée.]

Ici, l'image s'enregistre sous le nom de avatarsfilles49.png.

    { green 3/ Une fois enregistré, je dois maintenant uploader l'avatar sur un site d'hébergement d'images.

Sites d'hébergement d'images :
Je prends comme exemple Zepload, qui se présente ainsi :

En cliquant sur Parcourir..., je recherche l'image de l'avatar sur mon ordinateur, puis je clic sur Heberger !

Une fois l'image hébergée, Zepload me communique un Lien direct de l'image. Je copie ce lien.

J'ai l'url de mon avatar, que dois-je en faire maintenant ?
    { green 4/ Il ne me reste plus qu'à retourner sur mon profil sur le forum S.W.Y.N.

Je sélectionne l'onglet Avatar.
J'y trouve trois propositions :
- Envoyer l'Avatar depuis votre ordinateur
- Envoyer l'Avatar depuis une URL
- Lier l'Avatar à partir d'un autre site : Vous devez ne vous préoccuper que de cette ligne uniquement, sinon votre avatar n'apparaitra pas dans le bon format.
    { green 5/J'enregistre, et c'est terminé, l'avatar s'affiche correctement !

Si l'avatar que vous souhaitez mettre est de votre création, ou que vous l'avez retouché, il vous suffit de prendre cet explicatif à partir de l'étape 3.

Si tu as l'image de base de ton avatar, tu peux aussi faire une demande ici, Celyn se débrouillant admirablement bien pour faire des avatars simples et tout beaux tout propres.

-Il ne me semble pas avoir lu quelque chose à ce sujet dans le règlement ou ailleurs (si c'est une faute d'inattention, frappez-moi. Pas trop fort.) mais comment ça se passe, concernant les suppressions de compte ? Par exemple, je ne pense pas pouvoir commencer le rp avant deux semaines, et, d'une manière générale, j'aurai probablement des périodes d'inactivité qu'il ne me viendrait pas à l'esprit de signaler, mais n'ai en aucun cas l'intention de disparaître de suite. Et comme je sais que certains forums ne font jamais le ménage dans les comptes tandis que d'autres sont des maniaques de la corbeille.. :

Des recensements sont faits régulièrement, les membres qui n'y répondent pas présents sont supprimés, à moins qu'ils aient signalé une longue absence. Ni laxistes, ni maniaques de la corbeille, je dirais fleur2
Une absence de deux, ou même trois semaines sans préavis n'aura aucune conséquence, même si on préfère un message quand ça dépasse ce temps. Bon nombre de membres ont déjà passé le cap du lycée, on sait ce que c'est d'être dans les études supérieures ou même dans la vie active. De toute façon, un message te sera envoyé si jamais tu risques une suppression de compte, avec un délai suffisant pour que tu puisses donner un signe de vie avant exécution.

D'autres questions ? Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Annabel Lee
M.U.M
M.U.M
avatar



 
▌Né(e) le: 23 août
▌Pays d'origine: Angleterre
▌Statut: 5ème année

MessageSujet: Re: Annabel Lee   Dim 15 Mai - 19:51

Pas d'autres questions mais un détail: j'ai dû faire erreur en renseignant le questionnaire, mais mon personnage est bien en MUM créaturologie, et non pas Police magique.

Merci pour tout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Poulenard
Direction
Direction
avatar



 
▌Né(e) le: 27/01/1958
▌Pays d'origine: France.
▌Statut: Direction

MessageSujet: Re: Annabel Lee   Lun 30 Mai - 4:19

Hélas, nous ne pouvons corriger cette regrettable erreur, tu vas devoir éditer la fiche de ton personnage, sa place est à présent en Police Magique. Hmmbref. Corrigé, tu peux gambader librement avec les autres élèves. Bon jeu ! star
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Annabel Lee   

Revenir en haut Aller en bas
 

Annabel Lee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S.W.Y.N ¤ Someone Wants You Nuts ¤ :: •• ACCUEIL •• :: » Registres :: Etudiants-
Sauter vers: