AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  


 

Partagez | 
 

 La vie. Bien agiter avant l'usage. [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Matthews Schepper
M.U.M
M.U.M
avatar



MessageSujet: La vie. Bien agiter avant l'usage. [terminé]   Jeu 30 Juin - 18:39

Quel tristesse qu’un jour de pluie, l’on ne peut rien faire, l’herbe est mouillé , les bancs trempés… Il ne restait plus que la salle de musique. Matthews aimait la musique mais il aimait par-dessus tout jouer de la guitare au grand air, là ou il pouvait sentir l’humidité de l’herbe lui effleurer les narines pendant qu’il posait ses doigts sur son instrument. Une drogue, voilà ce qu’était la musique, une chose dont il ne pouvait se passer . Il avait eu sa première guitare à l’âge de 6 ans et les cours suivirent, il eu d’ailleurs le meilleur joueur de guitare manouche en guise de professeur. Dès l’âge de 10 ans il savait monter et descendre toutes les gammes en moins de deux minutes et même en arpège si cela lui prenait. Autant dire qu’il fut très rapide un petit prodige, comme si la musique était une vocation … Malheureusement vivre de musique c’est comme vivre d’amour et d’eau fraiche, soit impossible. Il le savait très bien, son grand père n’avait pas eu besoin de le bassiner bien longtemps pour le convaincre à entrer dans une école supérieur de magie.

N’ayant rien à faire il entra dans la pièce musical, curieux de voir quel instrument pouvait se cacher derrière… Une guitare mieux que la sienne? Un piano sans doute voir même une batterie. Il entra donc et fut surpris de découvrir Eleiakin planté à l’entré contemplant le piano qui se tenait devant elle.

« Bonjour, comment vas-tu ? »

Matthews avait déjà remarquer Elei quelques jours au par avant dans la salle commune, mais le discussion n’avait pas était au rendez vous avez tout ce monde, pourtant elle lui avait sauté aux yeux. Il est vrai que Swyn était réputé pour ces demoiselles aussi mignonnes et belles les unes que les autres mais elle ressortait quelque chose d’autre. Était ce ces cheveux bouclés? Ou le fait qu’ils soit court? Ou sinon ses yeux vairons qui lui donnait un charme irrésistible.. Il était impossible à Matt de décrire ce qui l’a attiré chez elle, c’est un fait voilà tout, une chose impossible à expliquer .

« Tu ne te souviens surement pas de moi, on ne s’est vu qu’une seule fois dans la salle commune ! »

Comment retenir quelqu’un en une seule fois quand on lui a à peine adressé la parole ?! .. Les chances pour qu’elle se souvienne de lui étaient minces mais possibles après tout, c’est pas comme s’il passait inaperçue non plus ! Il décrocha sa guitare de son épaule et la sortie de sa housse pour l’accorder - dans un premier temps -, il descendit et remonta les gammes en guise d’échauffement et commença à jouer une morceau d’accompagnement, quelque chose de calme typique d’une musique d’ambiance.

« Toi aussi tu t’es fait surprendre par la pluie ? Que les jours sont tristes quand il pleut, on ne peut rien faire sans se mouiller… je ne sais pas toi mais je trouve cela -presque- agaçant »

Quel sujet banal et inintéressant qu’est la pluie ou bien le beau temps cela revenait au même. N’y avait il pas de sujets plus intelligent et constructif ? Néanmoins pour des présentations il n’y avait - selon lui - rien de tel que de commencer sur des sujets sans importances, une façon pour Matt de savoir si son interlocuteur avait réellement envie de parler ou s’il ne lui apporter aucune importance particulière, pourquoi perdre son temps si la personne ne veut pas partager?! Ce qui ne l’empêchait pas au fond de lui d’espérer qu’elle aussi parle à son tour, ainsi il saurait qu’il ne l’agace pas.


Dernière édition par Matthews Schepper le Mer 4 Avr - 12:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleiakin Dreamtrue
M.U.M
M.U.M
avatar



 
▌Né(e) le: 2 décembre
▌Pays d'origine: Afrique du Sud
▌Statut: 4ème année

MessageSujet: Re: La vie. Bien agiter avant l'usage. [terminé]   Mer 28 Sep - 17:30

Une goutte. Puis deux. Puis trois. Puis des dizaines, des centaines. Une infinité qui s’enchaine bruyamment. Eleiakin lève le nez de son carnet à dessin et soupire. Elle hait l’été irlandais, c’est très simple, ce n’est pas un été, c’est un automne en continue jusqu’au première neige. Parlant de neige, elle a trouvé une coupure de presse parlant de chutes de neiges exceptionnelles du côté de Durban, à l’ouest, confirmée par un hibou de ses grands-parents maternels, faisant de part de la météo . Avec coupure de courant et tout le bazar. Même chez les sorciers, la circulation en balai avait été déconseillée ainsi qu’un certain nombre de chose comme minimiser le vol de hibou ou interdire l’usage de portauloin. Préférez la poudre de cheminette, qu’il disait. Seulement, il y a une chose que ces charmantes autorités ont oubliée. C’est que l’Afrique du Sud, c’est le Royaume Uni et qu’en dehors des grandes artères, le réseau ne dessert pas grand-chose. La faute à qui, après tout ? Elle pose son carnet et ressort la lettre pour se la remémorer. Passer les nouvelles météorologiques, pas grand-chose de très intéressants. Si, la recette de madeleine au citron et au miel qu’elle avait demandé au grand étonnement de son grand père qui ne se rappelait pas d’avoir une petite fille cuisinière. Elle est retranscrite en afrikaans d’une écriture manuscrite et appliquée, sous prétexte que Monsieur Van Schloek aurait trop mal au cœur d’arracher une page du livre de recette de sa propre aïeule, même si le bouquin en question aurait été une copie magiquement faite … ou alors faite avec une photocopieuse. Passons. Elei se traduit mentalement les ingrédients. Botter, Beurre … Il y en a une livre de frigo. Eiers, Œufs … Il n’y en a plus. Elle entoure. Suurlemoen, le citron … Il n’yen en a pas non plus, Sout, Meel en suiker, le sel, la farine et le sucre, il y a. Heuning, le miel. Bénéfice du doute.

Eleiakin repose son regard sur la fenêtre et le dehors. La pluie ne semble pas vouloir s’arrêter. Elle calcule mentalement. La superette de Bourg en Bière est à une dizaine de minute de SWYN. Plus le temps qu’elle se perde Soupirs, grand soupirs. Elle fixe maintenant son imperméable lie de vin. Serais tu capable de me protéger, très cher et faut-il que j’attende une accalmie ? Mais quand l’accalmie ? Il pleut quasiment tous les jours en Irlande. Et la moyenne de température ne dépasse 23 °. La pluie et le vent refroidie tout, il fait à peine 15 ° dehors. Elle se lève et tire sur son pantalon vert impérial et refait le nœud de son haut à manche longue. Pas le choix, il faut qu’elle y aille. Elle attrape son parapluie à motifs d’oiseaux, sa sacoche multicolore et met son manteau. Elle a l’impression de flotter dans ce vêtement et quand la pluie s’engouffre dans le parapluie, elle frissonne. Toute véhémence de motivation s’éloigne. Ce serait stupide de s’arrêter là. Elle ferme les yeux et s’éloigne.

Quand elle revient, chargée de ses sacs, elle s’empresse d’aller dans ma salle qui sert de foyer, avec la petite cuisine. Dégoulinante d’eau, elle calcule mentalement le chemin qu’elle doit faire pour rejoindre la fameuse salle. Ouvrant la porte, elle baisse les yeux. Raté. Ça, Elei, ça s’appelle de la salle de musique. Il n’y a pas de four dans la salle de musique, ni de moule à madeleine, de fouet à pâtisserie ou de saladier. Il y a un piano, un beau piano droit en bois laquée, surement très âgés mais bien accordé selon les élèves musiciens de sa maison. On y trouve aussi un certain nombre de partitions. Eleiakin ne sait pas lire la musique .Voilà une langue qui manque à son arsenal polyglotte. Elle sait l’écouter, c’est tout ce qui compte. Ce n’est pas son rôle de produire ou de fabriquer de beaux morceaux. Et pourtant … Leia pose son imperméable sur une patère et se décharge de ses sacs . L’instrument l’intrigue . Elle chasse les quelque mèches bouclées accrochées à son front et s assoit sur le tabouret. Elle relève le couvercle et appuie sur une touche blanche, au hasard . Puis sur une deuxième, une noire. La musique a une langue , qui s’écrit avec de petites bulles dans une nomenclature

Soudain, elle sursaute et se retourne, laissant le couvercle se refermer dans un grand bruit, comme un enfant pris en flagrant délit de vol de sucrerie . Elle ouvre la bouche pour répondre mais la referme . Avec une question sur le bout de la langue . Qui est ce type ? Punaise de mémoire des noms et des visages . Elei réfléchit . Salle commune . Salle commune . Non, navrée , je vois vraiment pas . Elle s’assit en tailleur sur le tabouret de piano , posant ses mains sur ses chevilles . Cherchant dans l’espèce de trombinoscope qui s’est constitué peu à peu dans sa tête . Je cherche … un type à la peau clair … un peu plus âgés que moi . Un tatouage au niveau de l’œil … Cheveux longs noirs . Navrée, je ne trouve vraiment pas . Un bruit attire son oreille . Guitare Mais pas le bruit attendu . Non, Eleiakin ne sais pas qu’il faut accorder une guitare avant d’en jouer . Elle pense que guitare et Piano s’accorde de la même manière , c’est-à-dire une fois tous les six mois .
« Et bien … du coup , comme on ne s’est vu qu’une seule fois … Cela ne te dérange pas si je te redemande qui tu es ? »

Elle a ouvert les yeux , détourne le regard avant de murmurer

« Concerto de Aranjuez. »

Sans aucun accent , pourtant elle n’a aucune notion d’espagnol . Mais c’est un excellent perroquet, son don des langues vient de là. Plus que d’une intelligence . Elle compare , assimile vite des bases de langues comme on assimilerait des formules mathématiques . Après , il n’y a plus qu’à se faire un répertoire de vocabulaire puis de lire , beaucoup, régulièrement . Aucun génie . Juste de la répétition . Simple robot

« C’est …. Le seul morceau que je connaisse avec une guitare … c’est un truc que tout le monde connait et ….. (Revirement de sujet ) Je suis juste sortie faire des courses pour des madeleines, enfin pour les faire avec du Suurle…. Citron et du miel , c’est une recette de ma famille , je voulais essayer.. »


Visage d’enfant contrit

« Puis de toute façon, il pleut 360 jours par an dans ce pays, je crains que les jours restants soit passés alors faut faire avec . Puis chez moi, il neige dans une partie du pays alors …je gagne au change »


Dernière édition par Eleiakin Dreamtrue le Mar 6 Déc - 10:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthews Schepper
M.U.M
M.U.M
avatar



MessageSujet: Re: La vie. Bien agiter avant l'usage. [terminé]   Sam 26 Nov - 13:40

Il ne pu s’empêcher de sourire en voyant cette jeune discrète et confuse de s’être fait prendre les main dans le sac. Elle réfléchissait, cela se voyait, un peu comme un enfant ne sachant pas de quoi on lui parle, un peu comme une bêtise passée et oublié dont on tente de se souvenir. Il accorda sa guitare, commença un morceau et s’arrêta essayant de venir au secours de cette plumentine -selon lui - un peu désorientée.

« Sans soucis, Matthews Schepper !! Tu es Eleiakin, si je ne me trompe pas ?! »

Il attendais en guise de réponse une confirmation de son prénom. Un petit oui c’est exact ou non ce n’est qu’un long surnom, mon prénom, lui est … Mais rien !
Artiste dans l’âme, Matt faisait attention à tout, au contexte, aux odeurs, aux gestes … Tout! Elle ne paraissait pas à son aise et ce dernier le ressentait, il ne savais malheureusement pas comment faire pour qu’elle puisse se décontracter. Il continua donc de jouer en se disant que s’il n’y faisait pas attention elle prendrait un peu plus ses marques.

« Concerto de Aranjuez. »

Il la regarda, étonné qu’elle lui sorte ceci de façon naturel. Pas de prénom, juste le titre d’un concerto fait à plusieurs instruments. Ils ne souleva pas ses propos, fit comme s’il n’avait pas entendu le titre et continua sur un ton détaché .

« Alors comme ça tu aimes cuisiner . Ta recette de famille m’a l’air vraiment délicieuse… »

Il continua de l’écouter, sortir sa baguette de sa house à guitare, ensorcela les quelques instruments nécessaire présent dans la pièces et commença à jouer le dit Concerto. La guitare n’avait plus de secret pour lui, le cinna avait apprit à en jouer depuis l’âge de 6ans à la manière des tziganes. Une corde par an, d’abord en descendant la gamme puis en la remontant… une échauffement quotidien de 1h30 sans compter le nombre d’heures à jouer par la suite. Depuis sa plus tendre Enfance, il ne se passait pas un jours sans que celui-ci caresse les cordes de sa bien aimé, il ne vivait que pour la musique. Après presque 20ans d’entrainement intensif et d’acharnement les efforts étaient payant, il savait parfaitement bien jouait. Ses doigts étaient devenue souples et dotés d’une dextérité égalant les plus grands de ce monde. Il était capable d’improviser à tout moment ou encore de jouait n’importe quelle musique d’oreille tant que lui en donnait l’air.
Matthews ne jouait pas pour montrer à Elei Oh combien il était doué, non cela il n’en n’avait rien à faire. Peut lui importait de savoir s’il jouait bien aux yeux de quelqu’un, il savait pertinemment qu’il se débrouillait, ce n’était pas nouveau pour lui . Non il voulait avant tout lui faire plaisir. Si celle-ci s’était retrouvé dans cette salle, c’est qu’elle en aimait le son qui en sortait ou qu’elle s’était laissé attiré tout simplement. Elle aimait donc la musique. C’Est-ce qui résonné dans la tête du Cinna.

« Il peut pleuvoir, la musique réchauffe et apporte le soleil pour celui qui veut. Demande moi un morceau je te le jouerais. »

Lui qui d’habitude si frivole, si libertin… Il lui était impossible de vouloir lui faire des avances. Elle lui paraissait bien trop fragile pour être courtisée comme toute les autres femmes. Elle lui faisait pensé à un oiseau en cage, ne connaissant rien d’autre que ses barreau doré, meurtrie, introverti ne demandant qu’à connaitre l’extérieur. Bien trop douce et docile pour avoir un mauvais caractère. Il ne savait pas expliquer pourquoi mais il était attiré par celle-ci… Un peu trop sans doute, il voulait la connaitre, savoir ce qu’elle aimait, ce qu’elle n’aimait pas. A ce moment précis, Samantha, Ludivine, Marine, Kate… n’existaient plus ! Comme si tout autour n’existait plus et qu’il ne restait plus que Eleiakin devant lui , devant ses yeux, obturant tout le paysage alentour .


« D’où viens tu ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleiakin Dreamtrue
M.U.M
M.U.M
avatar



 
▌Né(e) le: 2 décembre
▌Pays d'origine: Afrique du Sud
▌Statut: 4ème année

MessageSujet: Re: La vie. Bien agiter avant l'usage. [terminé]   Mar 6 Déc - 15:41

. Sursaut calme puis hochement de tête. Ah parce qu’en plus, tu connais mon prénom. Et en entier, s’il vous plait. D’habitude, les gens se contentent d’Elei ou de Leia. Plus rarement Akin. Mais surtout Elei, qui se confond avec un surnom du prénom Eleina. Comme ça, plus de question méchante ou déplacée. Dans le topo « Tu t’appelles vraiment comme ça ? » ou « Tes parents avait bu et fumer quoi avant de te donner ton nom ? » ou simplement un rire, qui la met mal à l’aise. Certes, son prénom est tout sauf commun. Il n’y a pas de Sainte Eleiakin. Mais son prénom étant une composition de plusieurs, il y a donc plusieurs interprétations. Elle a été prise d’une curiosité. Alors elle a fouillé la bibliothèque, elle a cherché dans des livres de traductions ou dans d’autres livres. Pour la première lettre, le premier E. Il se rapporte à Elisabeth. En hébreux, cela signifie « Dieu est mon serment » Premier intrigue. Le premier prénom est censé être le choix de Saskia. Et Saskia est tout ce qu’il y a de plus anticlérical, anti religieux, enfin bref anti tout ce qui se rapporte à ce qui se passe en haut et après la vie. Elei l’entends encore sermonner, parler, s’énerver .Quand bien même il y aurait quelqu’un là-haut, elle lui en voudrait. Il lui a pris ses cinq frères, faisant d’elle la dernière de sa famille. Et puis, religion et magie, ce n’est pas compatible, mais alors pas du tout. Alors pourquoi Elisabeth. Pourquoi ? Elle n’osera jamais lui demander. Trop peur de lui demander, de la blesser. Sa mère doit rester dans son esprit une femme au fort caractère, cette espèce d’image inaccessible. Ses parents sont une image inaccessible. Elei a toujours été exclus quand ils sont tous les deux. Ou alors, elle ne s’en souvient pas. Les bons souvenirs qu’elle a, c’est soit qu’avec sa mère, soit qu’avec son père. Jamais les deux. .Parce qu’elle n’a pas de souvenirs de, par exemple, Noël en famille les réunissant tous les trois. Et quand ils sont ensemble, ils forment un monde soit de disputes, soit d’amour sur un petit nuage. Elei secoue la tête, elle chasse l’image une énième fois de sa chambre d’hôpital. Là, ils étaient ensembles. Tous les trois. Et eux ensembles à son écoute, leur réflexions inquiètes figée sur elle, leur fille. Malaise. Quand elle y repense, elle en a toujours une boule à la gorge. Ce n’était pas normal. Il lui faut un monde de normalité, à Elei, pour survivre à la réalité. Quelque chose qui doit être normal .Pour elle mais pas forcément pour les autres.

Calme et rassurant. Matthew remplis les critères. Eleiakin se laisse apprivoiser, tout doucement. Aucun geste brusque de sa part. Une maitrise de la musique. Attirée par ces bruits harmonieux. Elle penche la tête, retrouvant son enfance. Elle ne jouera jamais de musique, elle se l’interdit. Pour ne pas perdre le plaisir de l’écouter. Doucement, elle se rapproche de lui, même si restant à bonne distance. Mélodie, fait tomber barrière et peur, donne un peu de courage . Il lui dit que la musique est un soleil a elle tout seule. Elle ne peut l’acquiescer. Oui, la musique apporte la chaleur à qui sait l’écouter et c’est pour cela qu’elle l’aime tant. La musique fait ce que elle ne saura jamais faire. Rassurer, la rassurer elle . Ce qui lui semble tant impossible. Lui faire oublier qui elle est un instant. Ce maigre sac de chair et d’os , qui risque de se briser à chaque impact trop fort . Qu’il soit mental ou physique. Le Concerto d’Aranjuez , le mouvement adagio résonne doucement , triste et heureux à la fois , avec ses instruments ….

« …. Je ne pensais pas que la magie pouvais faire des choses pareilles …C'est magnifique »

Simple murmure.Cette dernière remonte dans son estime. Son aversion par la magie s’est construite lors de son inaptitude à la pratiquer. C’est un miracle d’ailleurs que sa bourse ait été renouvelée et elle soupçonne Madame Kalawei d’y être pour quelque chose. Il faudra qu’elle la remercie d’ailleurs. D’une manière ou une autre. Ne plus pratiquer la magie n’a pas été un handicap. Elle n’en n’a même pas ressentit un manque. Elle qui se présente comme la plus moldus des sangs purs n’avait peut-être pas tort en se disant ainsi. Son visage se décrispe peu à peu , devient plus expressif , presque souriant . Un morceau ….

« Je …. Ne connais pas les titres, ni les auteurs … ma culture musicale est tellement limitée. Je suis stupide, je sais .Je dois connaitre certains noms, sans plus mais je ne sais pas les associer à une mélodie … Mais comme je chante tellement mal …Et puis je ne voudrais pas te déranger.»


Elle rougit presque et elle tire sur son pantalon. Elle tire le tabouret de piano pour s’approcher de lui un peu plus.

« Je viens …. De Stellenboch … c’est en bas à gauche sur la mappemonde … En Afrique du Sud. Mais je fais de mon mieux pour cacher mon accent …. Toi, tu es britannique, non ?Ton anglais est plus chic et stylisé que le miens dans son vocabulaire et sa prononciation … enfin surtout sa prononciation. De bonne Famille ? Tu parles aussi peut être une autre langue, pas apprise comme on le fait à l’école . .. Bilingue par ta famille…. Une langue à voyelle, avec beaucoup de o, de i et de a . Où tout se prononces et où parle vite. Donc pas le français. Italien peut être ? Mais je m’avance trop. »


Embarrassée de s’être mise en avant ainsi. Elle lui fait confiance, voilà tout.
« Mais je manque à tous mes devoirs, je dois avoir dans mon sacs des chocolats …. A l’alcool , fait maison , tu en veux ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthews Schepper
M.U.M
M.U.M
avatar



MessageSujet: Re: La vie. Bien agiter avant l'usage. [terminé]   Mer 4 Avr - 12:45

Il aurait pu l’écouté parlé pendant des heures. Il aimait le timbre de sa voix douce et calme, cette façon de parler qui lui était particulière. Elle paraissait si farouche en début de conversation et semblait s’apaiser maintenant, une ambiance qui devenait posé alors qu’il jouait toujours de la guitare pour accompagner l’instant.

Elle lui racontait d’où elle venait, lui glissant par la même occasion quelque petites informations qui ne tombaient pas dans l’oreille d’un sourd même s’il se contenté tout juste de sourire sans rien ajouter.
Il ne la connaissait pas et pourtant il l’aimait bien, elle changeait de toutes les filles qu’il avait pu connaitre. Toutes ces filles vides et sans intérêt qui s’émerveille facilement et avec qui il est dur d’avoir une conversation puisque tous les mots leur manques. Alors que elle, elle s’émerveillait mais elle parlait, elle communiquer et partagé ses idées même si elle parlait beaucoup, elle se laissait aller. Elle devait se sentir à son aise. Une idée appuyée quand elle prit le tabouret pour s’approcher de lui .
Elle lui parla de son accent, de sa ville, lui posant également des questions sur lui-même… Elle semblait intéressée par sa personne, par ce qu’il pouvait être ce que était rassurant en somme.

Elei se laissait emporter par tout ce qu’elle pouvait avoir dans sa tête et cela plaisait à Matt, elle paraissait naturelle sans chichi ni fioritures quelconque! Elle était gênée quand elle réalisait qu’elle parlait beaucoup et devenait rouge faisant ressortir ce petit côté timide qu’il découvrait peu à peu. Matt trouvait cela adorable et mignon, il voulait qu’elle parle encore, qu’elle lui dise ce qu’elle faisait de ses journées ou même ce qu’elle ne voulait pas faire tant qu’elle parlait cela lui convenait.

Lui qui d’habitudes frivol et très peu respectable, changé d’un seul coup ! En temps normal il aurait déjà essayé de faire quelque chose ou de la charmer .. Comme il avait fait pour Samantha et pour qui rien n’avait été compliqué elle ne s’était pas fait prier. Mais là … rien de tout cela, en ce jour de pluie il ne tentait rien avec elle. Il profitait de l’instant, écoutant ses mots s’aligner les uns à la suite des autres.

Et puis elle était belle Elei avec cette lumière éclairante, capable d’aveugler un non voyant. Elle reflétait la beauté naturelle d’un ange, une pureté incontestable que même un menteur invétéré serait en devoir de reconnaitre.

En ce jour de pluie, il n’avait rien a faire de mieux que de l’écouter lui proposer des chocolat à l’alcool ou des confiserie de toutes sortes. Et puis la questions ne s’était même pas posé, il allait resté avec elle toute l’après midi s’il le fallait, tant qu’elle restait là! Cela aurait été du gâchis de gâcher un tel moment … si précieux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La vie. Bien agiter avant l'usage. [terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La vie. Bien agiter avant l'usage. [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S.W.Y.N ¤ Someone Wants You Nuts ¤ :: •• ÉTABLISSEMENT •• :: » Premier étage :: La Salle de Musique-
Sauter vers: