AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les potins de monsieur T.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hélios T.K.E Campbell
Professeur
Professeur
avatar



 
▌Né(e) le: 23 Juillet
▌Pays d'origine: Royaume-Unis - Ecosse
▌Statut:

MessageSujet: Les potins de monsieur T.   Lun 4 Aoû - 14:04

La meilleure méthode pour parler de ma vie privée c'est le mensonge.
[Nick Nolte]

"Pour ce qui est de la vie privée, chacun est libre, en quelque sorte. Si un professeur 'sort' avec une étudiante, il serait prié de faire ça le plus discrètement possible. Afin d'éviter les ragots autour de lui, et de mettre l'étudiante en mauvaise position."

[Dixit Celyn Creedpeur]



Comme souvent, l'ombre ne s'était pas encore retirée. Comme souvent, les rayons chatoyants de l'astre solaire n'avaient pas encore décidé d'illuminer le Hall dans son intégralité. Et comme d'habitude, une ombre claudicante se profilait, à la lueur d'un Lumos hésitant. Le spectre n'avait pas d'apparence humaine si l'on considérait la longue traine qui épousait chacun de ses mouvements saccadés. Cet étrange apparition avait parfaitement conscience que l'heure à laquelle elle arpentait les couloirs n'était absolument pas une heure à faire ce genre de chose. Ceci dit, il faisait bien ce qu'il voulait, et puis c'est tout.
Enfin, le temps promettait d'être ensoleillé, à en juger par la douce chaleur qui émanait déjà de l'extérieur. Cette chaleur... L'homme grimaça. Il en avait plus qu'assez de ce mercure qui n'en finissait de monter, plus qu'assez de ces températures irréelles...


"Ce temps est si... pfiiiooout" grommelait-il sans cesse.

Ces paroles incompréhensible autant qu'incohérentes se perdaient dans les couloirs, incessamment répétées, chaque fois qu'une phrase disparaissait, une seconde venait prendre la relève, résonnant encore et toujours sur les murs irlandais. Tout ceci nous menait inexorablement au panneau d'affichage. Pourquoi donc ? La faute à l'imagination débordante du si délicat professeur de Vol, qui avait, en tout impunité, eut la manifestement brillante idée d'afficher les ragots de l'université à la vue de tous.
Mesquinerie pure ou simple envie salace de mettre un peu d'ambiance ? La première option était la plus certaine. On pouvait toujours espérer un revirement miraculeux, selon lequel ce cher Hélios serait presque devenu gentil mais... Perdu ! En tout cas, le long parchemin que se trimballait le si charmant professeur de vol depuis son bureau contenait plus ou moins quelques révélations, assaisonnée à la plume Campbell.
Pour faire plus vrai. Soi disant.


Tap Tap Tap

Les dalles de marbres joignaient leurs chants aux supplications d'un La Flèche toujours satisfait de son sort puisqu'après tout, le temps était...

"Pfiiiiooouuut..."

Quelques pas et supplications plus tard, Hélios se trouva enfin face au panneau d'affichage. Le silence reprit sa place et les oiseau chantèrent presque à nouveau. Jusqu'à ce que...

"Bouse de dragon et Troll en chaleur ! On se tait ! Nom d'un chaudron de Dorelly, ils pourraient faire place nette de temps en temps... Screugneuplouf de Directeurs..."

Plus va-t'en-guerre que jamais, le professeur grogna encore quelques insultes de son cru et déplaça quelques affiches pour se ménager une place confortable afin de placarder son long et compromettant parchemin à la vue de tous. Dans sa jeunesse, Hélios avait toujours aimé ce genre de choses, insolentes, dérangeante. Même lorsque cela le concernait, il se faisait un plaisir de lire et d'infirmer (ou confirmer) tout potins, menant une enquête minutieuse à chaque phrase louche. Il en était de même lorsqu'il était lui même l'auteur du 'Closer' de SWYN, l'enquête en moins pour certaines, puisqu'il les inventait sur l'instant.
Afin de ne pas éveiller les soupçons sur sa personne, il s'était lui-même inclus par deux fois.

D'un coup de baguette, Hélios déroula et fixa son cher parchemin, qui arborait pompeusement un SWYN doré et animé, fierté de son auteur qui avait passé la nuit à se pencher sur la présentation de la chose.
Plus bas, en petites lettres rouges, figuraient la mention "Potins presques certifiés véridiques de Mr T."
Mr T étant le nom de l'acteur jouant le très sexy Barracuda dans l'Agence Tout Risque... Mais dans ce cas, le T signifiait surtout le prénom Trevor, ridiculement ridicule d'Hélios.

Citation :
SWYN
Potins presques certifiés véridiques de Mr T.


  • Le Professeur Jude semble avoir une préférence pour une certaine élève...
  • Grace D'Elmata-Mayor ronfle la nuit
  • Sven O'Well aurait des vues sur une de nos deux directrices
  • Le Professeur Campbell ne boit que du cidre, malgré ses dires
  • Mélite d'Orcy semble s'être prise d'affection pour un garçon...
  • Maela Rowan a été aperçue à Bourg-en-Bière avec un homme d'âge moyen, séduisant et sexy

  • Roxanne Degast n'est jamais entrée dans les dortoirs pour y passer la nuit

  • ...

Ayant laissé de la place pour permettre aux élèves d'écrire la suite ou d'en rajouter lui-même, Hélios paracheva son oeuvre par une petite note en bas de page.


Citation :
- Mes amitiés, Mr T.-
PS : Recherche journalistes et paparazzis.

Hélios tourna le dos au panneau d'affichage et rebroussa chemin, direction son bureau, pestant contre la chaleur et le temps qui devenait de plus en plus...


"-Pfiiiiooout..."

et

" Screugneuplouf..."


[Désolée, impossible de résister I love you
PS : Je n'ai pas mis l'intégralité de ce qu'Hélios aura pu écrire sur ce parchemin, libre à vous d'en rajouter ou de vous rajouter star ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélios T.K.E Campbell
Professeur
Professeur
avatar



 
▌Né(e) le: 23 Juillet
▌Pays d'origine: Royaume-Unis - Ecosse
▌Statut:

MessageSujet: Re: Les potins de monsieur T.   Sam 28 Fév - 16:57

    Le temps. Etrange n'est-ce pas ? Entité immuable et paisible, bien trop occupée à passer son chemin pour attendre ceux qui lui courent après. Deux mois déjà que le dernier papier de Mr T avait fait sensation. Depuis, Hélios n'avait toujours pas trouvé un moment à lui pour se consacrer à la rédaction de son nouveau parchemin.
    Et puis, il fallait également noter que quelques élèves n'avait pas vraiment apprécié les révélations plus ou moins véridiques qu'il avait placardé à la vue de tous. Il n'était pas étonnant de voir les étudiants se méfier et chercher à démasquer Mr T. Ce n'était pas chose aisée donc, de se pencher sur les histoires que chacun préférait garder pour lui...

    Qui sème le vent récolte la tempête...
    \o/

    Qui sème le vent court après son chapeau.

    Ainsi, comme la fois précédente, le soleil n'était toujours pas levé que le Professeur de Vol cheminait gaiement vers le tableau d'affichage. Son parchemin fraîchement achevé sous le bras, Hélios s'apprêtait encore une fois à sévir. SWYN n'avait qu'à bien se tenir, une nouvelle vague de potins certifiés -presque- véridiques allaient secouer le campus et mettre un peu d'animation dans la vie d'étudiants médiocres, trop transparents pour vraiment attirer l'attention du professeur.

    Hélios se trouvait désormais face à son dernier exploit journalistique. Il en était presque fier. Il faut dire que son annonce avait fait sensation et qu'il avait pris grand plaisir à observer le fruit de ses investigations affoler les étudiants soucieux de préserver leur vie privée.

    La Flèche déroula son parchemin avec un soupir joyeux et alcoolisé, fleurant bon le whisky écossais. Cette fois, il s'était surpassé. Façon de parler bien sûr.
    Difficile de faire mieux que la dernière fois côté potins. Ceci dit, le parchemin était plus fournis, organisé... Pour chacun puisse retrouver joyeusement son nom.
    Les cibles ? Hélios avait longuement observé la multitude d'étudiants pour ainsi sélectionner les plus affectés par ses ragots.
    On y retrouvait donc Mélite, que le professeur n'avait pas vraiment eu l'occasion de croiser mais qui, aux dires de certains, étaient tellement attachée à son protocole qu'elle ne manquait pas de s'offusquer de telles allégations.
    C'était peut-être un peu facile. Mais tellement jouissif...

    Enfin bref. Sa fidèle bouteille de scotch d'une main et son parchemin de l'autre, Hélios placarda son affiche d'un coup de baguette et avala une grande goulée de Whisky avant de reculer pour mieux contempler son oeuvre.
    Pompeusement intitulé "Potins vraiment certifiés véridiques de Mr T.
    Le parchemin à potins magiques que les stars s'arrachent.", histoire de varier les plaisir, le tabloïd de campus s'organisait autour de plusieurs catégories, pour une meilleure fluidité de lecture.
    Citation :

    Potins vraiment certifiés véridiques de
    Mr T

    Le parchemin à potins magiques que les stars s'arrachent.

    Curiosités :
  • Nastassia Maïakovski semble attacher de l'importance à un certain directeur Ivanov, qui outre son origine russe pure souche n'est pas des plus intéressants.
  • L'infirmier Fortuet semble se livrer à d'étranges trafics d'après les Fantômes.

    Amour peut-être ?
  • Csilla Winterl & Andràs Eberfeld entretiennent un relation plutôt ambigue.
  • Grace d'Elmata-Mayor & notre Loup-Garou de Zakalowsky semblent s'être trouvés quelques atomes crochus. Espérons que les ronflements de la demoiselle n'empêchent pas Wilheim de grogner.
  • Kathy Yuna & Imaë Zahry filent le (trop) parfait amour. Il serait temps de secouer le petit couple.
  • Allister McCornwell et Alyrah Leyume sont en passe de faire de même mais leur avenir reste incertain. Surtout si le grand dadais écossais préfère le monstre du Loch Ness.
  • Notre chère directrice Kalawei est une croqueuse d'hommes. Elle semble en avoir déjà mis quelques uns dans sa poche dont le Directeur Valdas et son confrère le Professeur de Vol.

    Travail
  • La grève des Elfes de Maison ne fait pas l'hunanimité, surtout quand il s'agit de faire le ménage sans magie. Il semblerait que quelques étudiants ne se privent pas pour tirer au flanc et en profiter pour se consacrer à leurs loisirs tandis que d'autres font de leur mieux pour améliorer la vie de l'université pendant la grève.

    Bal d'Halloween
    Cette année encore, le Bal aura fait quelques victimes.
  • On aura pu voir Mélite d'Orcy totalement snober la salle de Bal et lui préferer les dortoirs de Cinnacrow et le Phare à Hiboux.
  • La bande des Cinq Plumes a finit avec plus d'un verre dans le nez, visiblement incapables de tenir l'alcool correctement.
  • Eloy d'Ollenburg a légèrement flirté avec une Cinnacrow

    [...]
  • [Libre à vous de rajouter certaines choses, je suis à court d'inspiration, mais j'éditerais si j'ai d'autres idées Rolling Eyes ]


Dernière édition par Hélios T.K.E Campbell le Mar 10 Mar - 12:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les potins de monsieur T.   Sam 28 Fév - 21:53

Que dire sur les potins de Mr T, sinon qu’ils faisaient jaser ? Ándrás ne prenait pas particulièrement part à ces histoires. D’abord, parce qu’elles ne le concernaient pas, et ensuite parce que ça ne l’intéressait tout simplement pas. S’il n’était pas réputé pour être des plus matures, au moins n’avait-il pas cette manie d’entretenir des rumeurs dont l’auteur de ces dernières n’avait pas suffisamment de cran pour aller au bout de son audace en signant son véritable nom. Cette petitesse d’esprit qui se croyait grand avait le don de provoquer un soupir las chez le jeune hongrois pour qui l’honneur avait une place de choix dans son rang de valeurs. Mr T n’avait frappé qu’une fois, aussi il y avait un moment qu’on n’en entendait plus parler. Certains, comme Ándrás, s’en réjouissaient, soulagés que les discussions tournent autour de sujets différents. D’autres, plus mesquins et rieurs, se désolaient de ne pas voir une nouvelle annonce en passant devant le panneau d’affichage.

Quoi qu’il en soit, Ándrás ne s’attardait généralement pas devant le panneau d’affichage. Les nouvelles de l’université ne l’intéressaient absolument pas, et encore moins celle du monde magique extérieur. Aussi passait-il sans y accorder d’attention, sauf quand, comme ce samedi matin, trop de personnes y accordaient de l’attention. Ándrás avait ralenti, incertain de ce qui se passait si tôt le week-end devant ce fichu panneau pour faire glousser les filles. Trois filles de cinquième, pour être exact. Elles murmuraient entre elles, pointant un parchemin en plein centre du panneau, à la vue de tous. Ándrás pensa d’abord à un nouveau bal organisé par la direction, c’était après tout l’annonce favorite de la majorité, mais une voix aiguë sur sa gauche le fit douter de sa supposition.


" Hey, toi là-bas ! "

Le jeune hongrois s’arrêta et se retourna vers l’une des filles de cinquième qui le héla.


" C’est à moi que tu parles ? "

" Ouais, c’est à toi. Tu es bien Ándrás Eberfeld, non ? "


" Oui, c’est bien moi. Pourquoi ? "

" C’est vrai ce qu’on dit ? Que tu aurais des atomes crochus avec Csìlla Winterl ? "


* Q… QUOI ?! *

Il manqua de s’étouffer, mais se reprit rapidement.


" C’est faux ! Jamais je ne fraterniserai avec un Winterl ! D’où vous tenez ça !? "

" Oh, t’énerves pas. On demandait, c’est tout. C’est Mr T qui l’a dit, pas nous. "

Mr T ? Les filles s’écartèrent du panneau, et Ándrás s’en approcha pour lire l’annonce ; Csìlla Winterl et Ándrás Eberfeld entretiennent une relation plutôt ambiguë. Et c’était classé dans la rubrique d’amour ?! Outré par les propos qu’il venait de lire, Ándrás avait les yeux écarquillés. C’était un scandale ! Du n’importe quoi ! Il arracha l’annonce sur le champ, mais une nouvelle, identique à la précédente, réapparue par magie sur le panneau. Il répéta son geste une dizaine de fois sans obtenir de résultat différent. Pantelant, en proie à une colère grandissante, Ándrás ne pouvait supporter la vue de son nom aux côtés de celui de Csìlla Winterl classés dans la catégorie amourettes. Son âme criait à l’hérésie ! Il se tourna vers les trois filles d’un regard assassin.

" Ce Mr T n’est qu’un racontar de bas étage, un imposteur ! Des hommes comme lui, sans vergogne et sans morale, ça me dégoûte ! "

Chose sûre, il venait de convaincre trois personnes dans le château qu’entre lui et Csìlla Winterl, il n’aurait jamais rien d’autre que de la haine. Les filles acquiescèrent, intimidées, malgré leurs années de plus, par la réaction d’Ándrás. Elles marmonnèrent de brèves excuses et s’en allèrent, le laissant tout seul prostré devant l’annonce.


" Se permettre de jouer avec les gens, c’est dégueulasse. "

Pour qui se prenait ce Mr T ? Trouvait-il si comique de rabaisser les gens et de les insulter ? N’avait-il rien de mieux en tête comme source d’amusement ? Bouillonnant de rage, Ándrás serra les poings au creux de ses mains moites. Sa consolation était qu’au moins, personne portant le nom d’Eberfeld ou de Winterl n’allait croire en ces conneries.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les potins de monsieur T.   Dim 1 Mar - 1:17

Aucun Winterl ni Eberfeld n'y croirait? Ce n'était pas si sûr. Chacun aurait sûrement quelques secondes de doute, même très brèves. Et Átyás ne serait sûrement pas celui qui laisserait passer cette rumeur le plus vite. Si de tels potins étaient racontés, c'était nécessairement qu'ils avaient été inspirés.

Ce matin, donc, Átyás étant plutôt matinal en général, il avait décidé de faire un petit tour jusqu'aux serres pour voir si enfin les Bardanes avaient fleuri. Leurs pétales était l'élément essentiel d'un philtre revigorant dont le jeune Plumentine était en plein préparation. Une fois prêt, il sortit de la salle commune et prit une barque des Rivières Souterraines pour parvenir jusqu'au hall. Il en profiterait au passage pour voir quel était le programme de la semaine suivante en ce qui concerne les groupes de nettoyage.
Sur son épaule, Deszidérius fermait les yeux, se laissant bercer par le flot de la rivière, à la fois reposant et inquiétant dans ce calme souterrain. Il ne les rouvrit qu'une fois arrivé à bon port. Le jeune hongrois descendit de l'embarcation et emprunta les marches menant aux hall. A cette heure, il s'attendait au calme plat dans l'imposante pièce, et pourtant, des voix de fille résonnaient, en provenance du panneau d'affichage. Átyás s'avança un peu, puis marqua une pause. Son frère était là, apparemment hors de lui, pour changer, et adressait la parole à ces trois filles qui apparemment semblait à la fois intéressées et gênées par ce qu'il pouvait leur raconter. Elles finirent donc par lui dire quelques mots et s'en aller, apparemment soulagées de pouvoir quitter son frère.

Átyás continua alors de s'avancer vers le panneau, et finit par arriver derrière son frère alors que celui-ci s'excitait encore tout seul contre on ne savait quoi, ce qui ne manqua pas de faire soupirer Átyás.


« Dégueulasse, dégueulasse... Ne soit pas si méchant avec toi-même, même moi je ne dirais pas ça de toi. »

Il eut un petit sourire en coin et reporta aussitôt son attention sur les diverses annonces fixées sur le panneau. D'un regard tranquille, Deszidérius en fit de même. Après, allez savoir s'il savait lire ou non...
On ne pouvait pas le louper, ce deuxième volet des potins de Mr T. En plein milieu elle trônait, attirant tous les regards, même ceux qui tentaient tant bien que mal de la fuir. Átyás s'était juré de ne pas prêter attention à ce genre de futilités infantiles, mais là, c'était trop frappant pour être ignoré plus longtemps. Surtout quand on remarque que son propre nom de famille est écrit dessus. Átyás eut d'un coup une petit montée d'adrénaline, qui redescendit bien vite en remarquant qu'il n'était pas concerné. Ou presque.


« ... entretiennent une relation plutôt ambigüe... »

Átyás se tourna vers son triplé et le fixa:

« Ca n'aurait rien eu d'étonnant... si ça n'avait pas été classé dans la catégorie Amour. »

Il ne faisait pas forcément confiance en ce genre de ragots, mais quand même. Ce genre de coïncidence ne naissait jamais seule, et Átyás savait que par le passé, Csilla et son frère n'étaient pas des plus... distants. Il voulait juste en avoir le coeur net.

« Rassure-moi. Ceci est totalement faux et... tu n'as rien fait qui aurait pu laissé sous-entendre à qui que ce soit qu'entre vous il y ait une certaine... relation, j'espère. Tu connais Csilla autant que moi, voire plus. Tu sais à quel point elle est capable de faire faire des choses aux gens sans qu'ils ne se rendent compte que leurs actes soient interprétés d'une toute autre manière... »

Il arracha l'annonce et vit celle-ci réapparaître aussitôt. Apparemment, son frère avait aussi déjà essayé, car une dizaine de feuilles de papier trainaient déjà sur le sol.

« Simplement, tâche de ne pas faire n'importe quoi. Je ne voudrais pas que le nom d'Eberfeld soit ridiculisé, et encore moins par les Winterl, pour une histoire stupide. Il s'agit de ne pas se faire prendre au piège. »

Il était passé de taquin à sérieux en un quart de seconde. Il savait à quel point Ándrás pouvait agir sans réfléchir selon ses instincts. Et si Csilla voulait parvenir à ses fins, elle ne se priverait sûrement pas d'utiliser cette faiblesse. Peut-être qu'Átyás était trop méfiant ou paranoïaque mais peu importe. Il avait, autant à l'égard des Winterl que des bruits de couloir, l'habitude de rester sur la défensive.


Dernière édition par Átyás Eberfeld le Mar 21 Avr - 14:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les potins de monsieur T.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les potins de monsieur T.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S.W.Y.N ¤ Someone Wants You Nuts ¤ :: •• ÉTABLISSEMENT •• :: » Rez-de-Chaussée :: Le Panneau d'Affichage-
Sauter vers: