AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 En attendant Godot euh... Ricardo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elias Jensen
M.U.M
M.U.M
avatar



 
▌Né(e) le: 5 Octobre
▌Pays d'origine: Danemark
▌Statut: 5ème année

MessageSujet: En attendant Godot euh... Ricardo   Ven 23 Jan - 22:35

L'avantage d'être en MUM Objets & Transports magiques, c'est qu'on vous laisse pas mal de liberté. Bien entendu, il y a des cours obligatoires, mais il y a aussi beaucoup de travaux à rendre, et de schémas d'expérience ou autres. Elias aimait bien sa filière, pour être honnête. Depuis longtemps il se passionnait pour les créations, principalement dans le domaine des transports, et avait été reconnu très jeune comme petit prodige, avec son amélioration révolutionnaire de la propulsion des balais de course, bien que rappropriée par l'entreprise Nimbus. S'il avait réalisé cette invention à l'âge de 13 ans, il était resté dans l'ombre suite à un vol de maquette. Il fallut attendre ses 18 ans pour qu'une enquête menée par un journaliste le mette en lumière comme le créateur originel, bien que Nimbus nie les faits. Tant pis, les erreurs du passé restent passées, on ne l'y reprendrait plus. Étant désormais en cinquième année de MUM, les professeurs responsables de la filière leur demandaient de plus en plus de faire leurs preuves, tant le domaine de l'invention est vaste et que la folie y côtoie souvent le génie. Le génie... Pour Elias, pas besoin de se questionner. Il savait qu'il en était un, avait une multitude de croquis de préparation sur un carnet conservé dans sa table de chevet, et des idées pleins la tête. Des idées réalisables, bien entendu.

Ce jour là, il était donc question de montrer ce qu'il valait. C'était son rendez-vous du mois avec l'un des professeurs chargés du suivi des étudiants d'OTM. Pour le coup, il était tombé sur le professeur Cortéz, professeur qu'honnêtement, il avait du mal à cerner. Déjà, alors qu'il était en ACAII, il se demandait parfois s'il devait rire ou pleurer quand il était en cours avec ce professeur. Il ne pouvait pas dire que c'était un mauvais enseignant, mais il n'était pas assez novateur au goût du danois. S'il était bien une chose qu'Elias ne supportait pas quand il était plongé dans ses idées de création, c'était qu'on lui rabâche la réglementation sur la sécurité, et patati et patata... Combien d'inventeurs étaient bridés par de telles barrières ?

L'heure du rendez-vous était fixée à 15h. Carton à dessin sous un bras, sac sur l'autre épaule, il avait pris la direction du laboratoire, réservé pendant une heure pour l'entretien qu'il avait avec le professeur Cortéz. Une fois arrivé, il était un peu en avance. Le laboratoire n'était pas en libre accès, la porte était fermée. Il posa donc son sac et son carton à dessin et s'adossa contre le mur proche de l'entrée de la salle. Il avait sans doute le temps de s'en griller une. Il sortit alors un paquet de cigarettes, en prit une, l'alluma d'un rapide incendio et la porta aux lèvres, se délectant de la nicotine qui s'infiltrait dans sa bouche.


* Il a pas intérêt à me faire un sale coup le vieux... *

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ricardo Cortéz
Professeur
Professeur
avatar



 
▌Né(e) le: 27 mars
▌Pays d'origine: Portugal
▌Statut: Professeur

MessageSujet: Re: En attendant Godot euh... Ricardo   Jeu 29 Jan - 17:18

Rien n'était plus barbant pour un professeur aussi expérimenté que Mr Cortéz que de devoir évaluer les études faites par des dizaines d'étudiants novices. Surtout qu'il s'agissait de sa spécialité et que les jeunes ne faisaient que répéter ce qu'il savait déjà depuis des années. C'est donc d'un air blasé que le professeur déambula dans le couloir des labos pour se rendre à l'un de ces nombreux entretiens qu'il avait autant à subir qu'à faire subir. Histoire de ne pas passer pour un touriste, il avait sur lui quelques petits dossiers, qui lui seraient complètement inutiles pour ce qu'il comptait faire, outre le fait que sur une feuille étaient notés l'identité et les projets de l'étudiant en question. Et encore, il n'était même pas certain qu'il jette un oeil dessus pendant le rendez-vous. D'ailleurs il ne l'avait même pas fait auparavant.

15h. Arrivé au niveau du labo, il aperçut un jeune étudiant en train de fumer sans gêne dans le couloir, près d'un sac et d'un carton à dessin. Il ne releva pas, lui-même étant adepte de tabac, même si, comme le voulaient les années, c'était d'une manière bien différente. C'était un élève qu'il avait déjà eu les années précédentes.


« Ah, bonjour. C'est donc votre tour, Jensen... » dit-il en soulevant les sourcils, les lunettes tournées vers son interlocuteur.

Oui, il arrivait à Cortéz de se souvenir parfois des noms de ses étudiants, si ceux-ci sortaient un peu du lot. Jensen était sans doute l'un des moins passifs de cette filière, venant souvent poser des questions relevant d'un certain niveau qui dépassait parfois celui qu'il avait en ACAII, mais qui apparemment, lui paraissaient « nécessaires ». Ricardo n'avait parfois pas la moindre idée de ce dont il voulait parler, mais faisait toujours mine de saisir le sens des propos de l'étudiant, n'hésitant pas à le faire dévier sur des sujets proches qu'il maitrisait en revanche totalement. Chose qu'il n'avouera jamais.


« Finalement, il y a peut-être une petite chance pour que ce soit moins ennuyeux que ce que j'avais prévu... »

Affichant un sourire narquois, il fouilla dans une poche intérieure de son gilet en laine bordeaux pour en sortir sa courte baguette magique. Il tapota sur la serrure qui aussitôt émit un clic. Ce geste, il le faisait depuis des lustres, c'en était presque devenu un réflexe. Seuls les baguettes de professeurs était capable de déverrouiller les salles de cette manière, d'après un mécanisme magique mis au point par un sorcier il y a des siècles, dont Ricardo se fiche de savoir le nom... D'un deuxième coup de baguette, les rideaux étaient ouverts, et la lumière fut.

« Bfff, je t'en prie, installe-toi, fait ce que t'as à faire... »

Pour sa part, il s'installa au bureau principal, posant ses dossiers et mettant son gilet bordeaux sur un porte-manteaux, laissant place à une magnifique chemise jaunâtre. A peine eût-il fini de faire tout ça en quelques secondes, qu'il se tournait vers le MUM, prêt à l'assaillir de questions, des plus précises aux plus surprenantes. Manches retroussées, il posa ses mains sur l'une des tables d'expérience en fixant le jeune homme, l'air impatient.

« Alors, mon garçon, qu'est-ce que tu vas me présenter aujourd'hui? Hein? Dis-moi... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elias Jensen
M.U.M
M.U.M
avatar



 
▌Né(e) le: 5 Octobre
▌Pays d'origine: Danemark
▌Statut: 5ème année

MessageSujet: Re: En attendant Godot euh... Ricardo   Mar 4 Aoû - 12:19

Fumer dans les couloirs était interdit, disait-on. Oui, mais Elias s’en moquait. A cette heure-ci de la journée, les trois quarts des étudiants de l’université étaient en cours, à la bibliothèque ou à l’extérieur, en train de profiter du beau temps. Alors pourquoi se priver ? Certes, il aurait pu craindre le courroux du professeur Cortéz, mais connaissant le bonhomme, il n’y avait pas de quoi s’inquiéter… Et puis, il valait mieux faire passer l’attente de cette manière qu’en se tournant les pouces. Soufflant avec nonchalance la fumée en regardant d’un air vague le mur en face de lui, Elias ne pensait concrètement à rien. Il savait ce qu’il dirait à l’enseignant, et même si le sujet de son expérimentation ne le passionnait pas plus que cela, mais il savait ce qu’il dirait. Et verrait bien les commentaires qui lui seront faits.

Il finit par entendre un bruit de pas assez lourds, provenant de la droite du couloir. Au loin, la silhouette caractéristique de l’homme petit et trapu dont la chevelure grisonnante fuyait le sommet de son crâne. Il avançait à pas lents, visiblement tout aussi enthousiaste que l’étudiant, qui, il fallait l’avouer, ne s’attendait pas à une merveille de motivation de la part du professeur. Il était bien connu que Monsieur Cortéz avait des attitudes et une pédagogie assez particulière. Il maîtrisait certaines choses, certes, mais se contentait bien souvent du strict minimum, et face à des questions parfois poussées, se contentait de hocher la tête en silence. Heureusement que d’autres professeurs du MUM OTM remontaient le niveau… c’était en tout cas ce que pensait Elias, qui esquissa un sourire en se rappelant l’air jaloux d’Alex quand il lui avait appris que Cortéz serait le professeur chargé de son entretien.

Lorsqu’il arriva au niveau du Plumentine, ce dernier éteignit sa cigarette au sol et la glissa derrière son oreille. Elle était à peine entamée, c’aurait était du gâchis ! En réponse au professeur, il murmura un rapide :


- ‘jour.

Il récupéra son sac et son carton à dessin, et attendit que la porte soit ouverte. Bien qu’il entendit la remarque plutôt sympathique du professeur, il ne prit pas la peine de la relever, étonné presque que l’homme puisse douter de l’intérêt de sa création. Il était Elias Jensen, tout de même. Il savait ce qu’il faisait. Un « clic » caractéristique lui permit de savoir que la porte était désormais déverrouillée et il entra à la suite de Ricardo. Alors que le professeur faisait un peu de lumière, Elias posa son sac sur une chaise puis déplaça d’un coup de baguette un tableau noir à roulettes qui lui permettrait d’expliquer sa création. Il ouvrit ensuite son carton à dessin sous le regard curieux de l’homme qui venait de se mettre à l’aise, laissant apercevoir une chemise vieillotte et de mauvais goût.

Il déposa alors un parchemin de grande taille, recouvert de schémas complexes tracé à l’encre noire avec une propreté époustouflante qui contrastait avec le caractère qu’on pouvait lui attribuer. C’était pourtant mal le connaitre. Il n’était pas Plumentine pour rien, et bien des choses qu’il faisait étaient murement réfléchies et pensées… et lorsqu’il s’agissait d’une création, il n’y allait pas à moitié. Le professeur, visiblement curieux l’interrogea, et, tirant une chaise derrière lui, Elias s’y assit avec désinvolture.


- C’est simple, comme j’en avais parlé au professeur Pirandello après son cours d’améliorations techniques, j’envisage d’apporter quelques modifications aux portoloins… Il pointa de la baguette son schéma qui se mit à s’animer afin d’expliquer au mieux son idée.

- Alors, comme vous pourrez le voir, j’essaie de gagner en confort durant les voyages via portoloin. J’ai commencé à moduler les effets de la gravité grâce à ces enchantements – fit-il en montrant une petite liste à un stade du schéma, dont l’écriture se mit à briller légèrement.

Il se tut alors, afin de ne pas noyer le professeur Cortéz sous une montagne d’explications. Il préférait déjà savoir ce qu’il en pensait…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ricardo Cortéz
Professeur
Professeur
avatar



 
▌Né(e) le: 27 mars
▌Pays d'origine: Portugal
▌Statut: Professeur

MessageSujet: Re: En attendant Godot euh... Ricardo   Dim 16 Mai - 0:42

« Voyons voir tout ça... »

Le jeune Jensen venait de déployer devant lui un arsenal de schémas au soin irréprochable. Bien plus clairs que ceux du professeur, à vrai dire, mais cela reflétait clairement un manque d'habitude, vous dira-t-il. Un habitué de la matière a tant d'aisance qu'il peut se permettre de négliger quelques détails futiles, en sachant très bien qu'un autre professionnel comprendra de façon évidente. Lorsque le jeune homme lui expliquait assez rapidement l'idée générale, le vieillard regardait dans le vide, les yeux pourtant en direction des croquis. Lorsque ce fut fini, il sembla sortir d'une espèce d'état second et leva les yeux vers Jensen. Il haussa furtivement les sourcils, les faisant légèrement sautiller une fois au-dessus de ses lunettes, sans oser faire de commentaire pour l'instant. Il se retourna et avança vers la fenêtre de la salle, en semblant repartir dans ses pensées. Mais contre toute apparence il déclara :

« Ma foi l'idée est... assez intéressante, en soi. Oui, pourquoi pas... »

Après cette preuve évidente d'enthousiasme, le vieux bonhomme prit une posture de sage en pleine réflexion, fronçant les sourcils et se grattant le menton. Puis après avoir cogité quelques secondes comme pour se préparer à annoncer un élément qui serait absolument décisif pour la suite du projet, il enchaîna :

« Oui... Ça me rappelle la fois où mon oncle nous avait emmenés, un cousin et moi, à une compétition de Baveboules à Lisbonne. Eh bien vous savez quoi? On en a pas vu une miette de ce fichu tournoi! Tout ça pourquoi? Parce qu'à l'atterrissage mon cousin Manuel s'est cassé au moins deux dents tellement on est tombés fort contre le sol. Faut dire que ça secoue ces machins-là, je sais pas qui a eu l'idée d'inventer ce truc là, mais c'est pas un truc à prendre à mon âge, j'vous le dis. »

Puis remarquant qu'il venait de faire une bourde énorme, le prof d'Objets Magiques se reprit :

« Enfin si, je sais qui c'est qui a inventé ça mais enfin bon voilà, bref... »

Il leva les yeux au ciel en remuant un peu la main, comme si Jensen venait de lui poser une question stupide dont la réponse était évidente. Oui, Cortéz avait le don de pouvoir entretenir une conversation à lui seul, parfois. Il sortit alors magistralement sa baguette et pointa en direction de la liste d'enchantement pour la faire briller à son tour.

« Alors avec tout ça vous espérer réduire les effets des forces centrifuges en gros? Hmmm...Je vois. C'est vrai que pour le coup ça ferait moins tourniquet fou ce machin... »

Il esquissa un léger sourire en regardant son interlocuteur. Ce qu'il venait de dire était assez drôle, visiblement. Mais à présent qu'il avait apporté sa contribution au projet de l'étudiant (si, si), il était temps de savoir ce qu'il en avait été de ses collègues avant lui. Après tout il finirait bien par avoir un poste où il serait contraint de devoir surveiller de près le bon déroulement de leurs tâches.


« Hmmm et qu'en dit Mr Pirandello quant à lui? Ses conseils ont du vous être utiles, j'imagine. Et j'imagine aussi que vous avez frappé chez Ivanov, monsieur le pro des enchantements, pour cette petite liste là non? »

A vrai dire, il n'y avait sûrement pas besoin de ce jeune prof pour de simples enchantements de la sorte. Mais bon, il était toujours utile de rappeler toute l'admiration que Cortéz pouvait avoir pour lui et à quel point son poste au sein de l'université le plaçait de manière si arbitraire parmi les grandes personnalités actuelles du monde des enchantements. Mais que voulez-vous? Ajoutez à cela le fait qu'on laisse Cortéz au rang de simple professeur, et après on s'étonnait que le système marchait mal... Et encore Ivanov, n'était pas le pire du lot.

Sans attendre de réponse, il déboutonna le haut de sa chemise qui l'étouffait un peu et s'assit tout en lourdeur sur une chaise en bois qui en grinça de douleur, sans oublier de joindre ses mains au sommet de son ventre, histoire d'achever en beauté ce moment de relaxation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: En attendant Godot euh... Ricardo   

Revenir en haut Aller en bas
 

En attendant Godot euh... Ricardo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S.W.Y.N ¤ Someone Wants You Nuts ¤ :: •• ÉTABLISSEMENT •• :: » Deuxième étage :: Salle de Travail-
Sauter vers: