AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 [Fête d'Eté] OpenBar Becue!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Malloy Van Basten
M.U.M
M.U.M
avatar



 
▌Né(e) le: 3 Décembre
▌Pays d'origine: Pays-Bas / Singapour
▌Statut: 5ème année

MessageSujet: [Fête d'Eté] OpenBar Becue!!   Jeu 9 Juil - 17:59

« Hum hum... Sonorus. GRILLADES A VOLONTE, HOT-DOGS, SANDWICHES MERGUEZ ET COMPAGNIE AU BAR BECUE!! »

Bon, ça c'était fait. Maintenant, il allait falloir affronter les dizaines de gens qui allaient se jeter dans moins de 3 secondes chrono sur les bouts de viande bien cuits.

Malloy venait de terminer son match de volley contre Alex. Enfin, match de volley... la piscine avait plutôt fait office de piège à filles, les deux équipes constituées entièrement de personnes de sexe féminin, les deux Plumes mis à part. Et d'ailleurs, ils avaient fait bonne pêche cette fois-ci puisqu'à côté de Malloy se trouvait Amanda, étudiante en quatrième année en Journalisme, et visiblement toute à lui pour la journée, voire surtout la soirée... Elle était là, grignottant quelques saucisses tout en buvant un cocktail à la cerise.

Malloy était là, parce que visiblement, Andrew n'était déjà plus en état d'assurer le barbecue tout seul, ayant quelques soucis au niveau de la coordination des mouvements et de l'équilibre. Ce n'était pas encore le cas de Malloy qui, à part peut-être une bière et un peu de chlore, n'avait pas encore bu grand chose depuis le début de la fête.


« Allez allez, c'est à volonté les amis, profitez-en! Les elfes ne sont pas là pour limiter les quantités et venir râler après! »

Donnant frénétiquement des coups de baguette, il faisait se retourner les bouts de viande grillée, sous les yeux amusées d'Amanda... et l'air conquérant d'Andrew. Malloy le regarda du coin de l'oeil et s'approcha de son oreille, histoire de le prévenir:

« Celle là elle est pour moi, alors dégage tes doigts plein de graisse et sers les Hot-Dog! Compris? »

Affichant d'abord un air sérieux, un sourire vint rapidement illuminer son visage. Décidément, cette fête était réussie et à part quelques énergumènes isolés, tous semblaient s'amuser à leur manière. Quelques guignols les avaient remplacé dans la piscine, Alex était on ne savait où, les deux autres s'occupaient du bar. Tout se passait à merveille pour le moment. D'ailleurs, les gens commençaient vraiment à affluer du côté du barbecue.

« Pour vous mademoiselle ce sera...? »

Des hot-dogs, des hamburgers et autres sandwiches, quelques brochettes par-ci par là, il en servit des dizaines et des dizaines. A côté, Andrew faisait ce qu'il pouvait mais avait bien du mal à suivre un rythme relativement correct.

« Ah non, désolé jeune fille, mais j'peux pas te servir. Ici c'est maillot de bain obligatoire et maillot de bain uniquement! Reviens lorsque t'auras la tenue correcte exigée, on est pas n'importe où ici! A tout de suite! »

Et ainsi de suite. Les gens venaient et revenaient chercher de quoi se nourrir, à croire qu'ils n'avaient pas mangé depuis 3 jours pour en profiter aujourd'hui! Malloy, dans son short de bain vert et ses tongs, jouait le rôle du parfait serveur de sandwiches pendant que de l'autre côté du bar, ses potes jonglaient avec des bouteilles.

« Bon Andrew, maintenant va falloir que tu fasses tout tout seul comme un grand hein! »

Et liant les gestes à la paroles, il cessa toute activité pour se rapprocher d'Amanda qui n'arrêtait pas de l'observer depuis tout à l'heure, un sourire niais sur les lèvres. Il la prit par la taille et ils s'adossèrent contre le bar, c'est à dire dos à tous les affamés qui venaient réclamer leurs burgers. Amanda se serra contre lui et après avoir plongé son doigt dans son cocktail, elle se mit à dessiner un petit coeur sur le torse de Malloy, de quelques gouttes de pêche.

« Hmm, fais attention, ça fait frissonner ces choses là...Ce serait dommage d'attraper froid aujourd'hui... »

* C'est dingue comme elles peuvent être connes des fois... *

Il lui sourit, d'un air amoureux, tendre, angélique, ou tout ce que vous voudrez, histoire de ne trahir aucune envie de se foutre d'elle. Elle émit un petit gloussement à ses mots et posa sa tête exactement à l'endroit où elle avait dessiné son coeur, qui devait s'être évaporé déjà.

« Hm, moui? »

On venait de le tapoter à l'épaule, derrière lui. Encore un morfale qui venait chercher de quoi se remplir le ventre?


[Sujet complètement libre pour le plus de monde possible!!! (pour Andrew aussi, bien évidemment =D) ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elias Jensen
M.U.M
M.U.M
avatar



 
▌Né(e) le: 5 Octobre
▌Pays d'origine: Danemark
▌Statut: 5ème année

MessageSujet: Re: [Fête d'Eté] OpenBar Becue!!   Ven 17 Juil - 18:29



« Bar Becue »… ça c’était un nom évocateur ! Andrew en était à l’origine. Il avait même impulsé la fête, il faut dire. L’idée avec jaillit, comme ça, et tout le monde avait approuvé. Quelle meilleure façon de fêter le beau temps avec brio qu’une fête admirablement bien gérée, arrosée, et sexy… bref, cela résumait bien l’idée. Piscine, barbecue, filles bikinis, alcool et musique, quoi de mieux pour étendre la popularité des Cinq Plumes tout en faisant passer un agréable moment aux étudiants de l’université ? Tout le monde était convié, hormis, cela va de soi, les membres du personnel. Il était hors de question d’avoir des chaperons et de se voir imposer des limites ! C’était l’été, les vacances, et les étudiants qui restaient dans l’établissement durant ces jours-ci avaient bien besoin de s’aérer l’esprit après une éprouvante période d’examens. Certains, mis au courant par le bouche à oreille étaient même revenus spécialement à S.W.Y.N pour cette occasion !

Il faut dire que la petite idée entre potes avait pris une sacrée tournure. Usant de leur charme, les Cinq Plumes étaient allés voir Miss Kalawei pour lui demander l’autorisation d’organiser un tel évènement. Ils avaient fait les yeux doux, ils avaient enjolivés la chose et mis en silence certains détails, et, au final, avaient réussi à avoir son acceptation ! Autant vous dire que cette formalité leur avait par la suite donné des ailes, et des idées de toute sorte avaient jailli : beach volley, décoration sympa, musique à vous en briser les tympans, cache-cache amélioré et concours de boissons, on n’allait pas se priver ! Après tout, une autorisation était une autorisation. Si quelqu’un souhaitait protester, qu’il aille voir Chenoa Kalawei. Pratique, ça je vous le dis.

Par chance, il faisait beau ce jour-là. Les Cinq Plumentine avaient préparé la fête depuis plusieurs jours, et le jour J s’étaient rendus assez tôt dans le parc, afin de préparer l’endroit. Un grand bar à l’américaine avait été installé, à côté duquel se trouvaient deux grandes grilles de barbecue avec des braises magiques, ne s’éteignant que lorsqu’on le décidait. Voyant grand, des litres et des litres d’alcool avaient été achetés, ainsi qu’une impressionnante quantité de viandes, de sauces, d’amuse-gueules et de pains en tout genre. Il y en aurait pour tous les goûts et pour tous les estomacs !

La fête avait officiellement commencé en début d’après-midi. La chaleur aidant, la majorité des présents s’étaient précipités dans la piscine, pendant que les autres s’attroupaient autour du bar, pour s’y rafraichir. A faire le barman, les heures défilaient vite. Avec Ted à ses côtés, Elias enchainait les cocktails en tout genre avec une grande agilité. C’était à croire que le shaker n’avait aucun secret pour lui. De l’autre côté du bar, Andrew faisait les yeux doux aux étudiantes qui s’adossaient, tout en leur proposant des amuse-gueules. Un peu plus loin, Malloy et Alex lançaient une partie de beach-volley dans la piscine. Les équipes, quasiment exclusivement féminines furent idéalement choisies, sous les yeux jaloux des spectateurs masculins.


- Un Cosmopolitan pour Mademoiselle ! Un Blue Lagoon pour Monsieur. Et toi, Cindy, j'te fais quoi ?
Murmura-t-il à une grande rousse qui venait de s’asseoir au bar.

- Tu fais les… Aphrodisiaques ? répondit-elle d’une voix susurrante.
Au moins, le sous-entendu était clair, et cela ne passa pas par l’oreille d’un sourd. Lui jetant son regard de séducteur, Elias chercha parmi l’étalage d’alcools et de diluants divers le Gin et la liqueur d’orange, il les posa alors devant les yeux de l’étudiante.


- Comme si Elias Jensen pouvait faillir à son rôle. Les cocktails, ça me connait. J’te fais ça.


Et en quelques secondes, la glace pilée et les différents ingrédients se trouvaient dans le shaker. A l’aide de sa baguette, il le fit tourner dans tous les sens, tout en prenant déjà une nouvelle commande. Il versa ensuite le cocktail dans un grand verre et le tendit à la dénommée Cindy.


- Tiens, tu m’en donneras des nouvelles. Même si je doute que tu en aies beaucoup besoin… d’Aphrodisiaque.

Avec un clin d’œil entendu, il se tourna vers les autres qui se pressaient au bar. Être au bar avait aussi ses avantages, cela permettait de se remplir son propre verre. Et Elias et Ted ne se gênaient pas le moins du monde. Tout deux étaient de grands buveurs et avaient l’habitude de se défier aux culs-secs… Mais pour le moment, il faisait des cocktails à la chaine… Et ainsi de suite… dans la piscine, la partie de beach-volley était avortée, et les participants, surtout participantes, sortir de la piscine. Un spectacle agréable que ses jeunes filles en maillot aux corps humides. Non sans discrétion, Elias profitait du spectacle. Il devait être aux alentours de 16h que déjà, rare devaient être les étudiants sans un seul gramme d’alcool. Vu la quantité de verres qui étaient servis, cela devait relever du miracle, ou de la mauvaise volonté. Le barbecue avait déjà été lancé, et une voix familière retentie toute proche. Malloy, à peine séché, retournait les grillades, sous le regard langoureux d’une grande blonde qu’Elias reconnut pour être une Dorelly. Amandine… quelque chose comme ça. Les coudes sur le bar, Andrew n’était lui non plus pas indifférent, et visiblement plus occupé à discuter avec sa cours qu’à s’occuper du barbecue. Au moins, Malloy assurait la relève. Du moins, un certain temps. Quand Amanda se fit plus insistante, il redonna les rênes à Andrew. Tout en servant ses cocktails, Elias jetait quelques coups d’œil à la scène, amusé. Pour le moment, lui n’avait pas de proie attitrée pour la soirée mais Malloy avait visiblement été plus rapide.

Il s’approcha alors de lui, et vint lui tapoter dans le dos.


- Alors, le beach-volley, ça a donné quoi ? T’en as séduit plus qu’Alex ? J’vois qu’tu commences bien !

Sur le côté, Andrew faisait de son mieux au barbecue, alors que les ventres affamés s’approchaient, de plus en plus nombreux.

- Ca va aller mec ? Il fait quoi au fait Alex ? On risque d’avoir besoin de lui s’ils rush tous au même moment…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew McAllen
M.U.M
M.U.M
avatar



 
▌Né(e) le: 08 Avril
▌Pays d'origine: États-Unis
▌Statut: 6ème année

MessageSujet: Re: [Fête d'Eté] OpenBar Becue!!   Ven 17 Juil - 21:04

Au courant de la dernière heure, Andrew avait arbitré le concours d’alcool organisé par Elias et Ted. Un véritable duel. Quelques filles s’en étaient mêlées, et d’autres, plus téméraires, y avaient participé. On avait rapidement perdu le compte des points, mais tout le monde s’en fichait, à l’exception d’Elias et Ted qui s’obstinaient sur leur victoire respective, pour changer. Près d’eux, Malloy, qui venait de terminer son match de volley-ball, terminaient les derniers préparatifs du barbecue avant d’annoncer à tout le monde que le repas était servi. Sous l’effet du sonorus, Andrew chancela sur sa chaise, se bouchant les oreilles – l’oreille en fait – d’une main, l’autre étant occupée à tenir une bière.

" Argh ! Malloy, gueule pas si fort, on est juste à côté, vieux ! "

Mais Malloy ne fit pas attention à Andrew, trop prit par les beaux yeux d’Amanda quelque chose, une quatrième année plutôt bien foutue. Conscient de la quantité de bière qu’il avait dans le corps, Andrew se tint à la table du bar pour se lever et rejoindre Malloy au barbecue, adressant au passage un sourire charmeur à Amanda qui loucha en sa direction l’espace d’une seconde suffisamment longue pour que Malloy le remarque et lui dise de ne pas toucher à sa proie. Levant les bras d’un air innocent, Andrew rétorqua.

" Ça va, Casanova, t’énerve pas. "

Joignant le geste à la parole, Andrew fit quelques mouvements de sa baguette magique et les pains hot-dog se déposèrent simultanément sur la grille. Cette fête lui rappelait les soirées bien arrosées au bord de la plage avec Alex, en Californie. Un sourire traversa son visage, rapidement transformé en rictus méprisant et Andrew fit un tour d’horizon de la piscine – qu’il n’approcherait pour rien au monde – et trouva Alex sur une chaise longue en compagnie de Laetitia qui cherchait à lui faire avaler des raisins. Andrew détourna le regard, à moitié satisfait. Son meilleur pote s’affichait comme toujours avec des filles différentes, mais depuis quelques semaines, disons que l’enthousiasme y était moins. Andrew avait fini par le soupçonner de s’être entiché d’une des filles de l’école, et par conséquent d’être le dernier des abrutis. Alex s’était défendu, mais Andrew était tenace à ce propos, et en bout de ligne ils s’étaient disputés non sans coups bas. Qui était la fille, Andrew n’en savait rien, et Merlin sait que s’il la trouvait, il allait se charger personnellement de la faire changer d’avis sur Alex. Dans l’immédiat, Andrew retournait les pains hot-dog quand Malloy lui annonça qu’il lui confiait la le barbecue, non sans une dose de moquerie à laquelle Andrew n’accorda pas d’intérêt
.


" Le barbecue est sous contrôle, c’est bon, va briser des cœurs. "

Malloy sembla se satisfaire de cette réponse car il s’écarta un peu plus loin pour flirter avec Amanda. Andrew se chargea alors aussi de retourner les saucisses. Quelques personnes s’étaient attroupées autour du barbecue dans l’attente de nourriture. Tout sourire, Andrew leur souhaita la bienvenue, et tendit un hot-dog grillé à la fille que Malloy avait renvoyée plus tôt, et qui était revenue vêtue d’un joli maillot de bain deux pièces rouge à fleurs blanches. La fête se déroulait bien, les filles étaient venues nombreuses, et l’alcool coulait à flot. Trop à flot, peut-être ?

* Bordel qu’il fait chaud ici ! *

Andrew essuya quelques gouttes de sueur qui perlaient sur son front, quand sa tête se mit à tourner légèrement. La chaleur du barbecue, mélangée à tout l’alcool qu’il avait bu rendait son équilibre très incertain, d’autant plus qu’Andrew ne portait pas de t-shirt à une si petite distance des braises magiques. Il fit deux pas en arrière pour s’éloigner du barbecue, s’arrosa à l’aide d’une bouteille d’eau, et servit une autre fille d’un coup de baguette, quand la voix d’Elias s’éleva. À la mention d’Alex, Andrew se bomba le torse, et s’exprima avec nonchalance.

" On peut se passer d’Alex sans problème. Je maîtrise entièrement la situation. "

Il n’y avait pas si longtemps, Alex les avait plantés lors d’une soirée au Corn Flex. C’était ce soir-là où Andrew s’était engueulé avec lui. Pour prouver qu’il avait raison, Andrew fit tourner les pains dans les airs à l'aide d’un sortilège informulé, et les saucisses d’un sort qu’il lança à haute voix. Lorsque le tout retomba dans un même mouvement, chaque saucisse avait son pain, et chaque pain son assiette. Quatre ou cinq filles qui passaient par-là furent impressionnées par le spectacle, voire simplement par la vision d’Andrew torse nu et les cheveux ruisselant d’eau, et poussèrent de longues exclamations avant de se rapprocher du barbecue en salivant sur la bouffe... ou le chef. Andrew adressa un sourire moqueur et victorieux à ses potes.

" Voyez ? "

Même saoul, Andrew ne ratait jamais un sort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ricardo Cortéz
Professeur
Professeur
avatar



 
▌Né(e) le: 27 mars
▌Pays d'origine: Portugal
▌Statut: Professeur

MessageSujet: Re: [Fête d'Eté] OpenBar Becue!!   Mar 21 Juil - 22:48

Voilà! C'était fin fait! Le vieux Cortéz venait enfin de rendre les notes d'examens qu'il avait données aux ACAII de sa matière. Comme d'habitude, rien de bien brillant. Malgré un professeur exceptionnel, aucun étudiant ne parvenait réellement à sortir du lot, ce qui était décevant. Mais que voulez-vous, on finissait par s'y habituer. Chaque année, le niveau baissait, c'était indéniable. Alors que S.W.Y.N avait formé les hommes les plus prestigieux du siècle, ce n'était maintenant qu'une bande d'incapables qui quittaient l'établissement chaque année. De son temps, les choses étaient bien différentes, croyez-moi! D'ailleurs, Ricardo en était l'exemple vivant! 61 ans et une forme olympique, accompagnée d'une compétence pédagogique inégalable! On se demande bien pourquoi ce vieux sage n'a pas encore été hissé au rang de Directeur de S.W.Y.N. Peut-être trop modeste pour accepter le poste? Ce n'est pas ce qui se dit dans les couloirs de la fac...

Mais après tant de travail, il était temps de prendre deux bons mois de vacances bien mérités! Tous ses collègues qui le souhaitaient avaient déjà quitté les lieux quelques jours avant, mais c'était parcequ'il s'agissait de feignants! On leur avait probablement donné moins de copies ou ils avaient bâclé leur travail. Au moins, Ricardo, même face à l'ignorance globale, avait accompli son devoir correctement. A présent, il s'agissait de rentrer sous le soleil du Portugal au plus vite. Pour une fois, tout était déjà prêt, et c'est après un passage plus que furtif par sa chambre que Cortéz courut comme il put dans les immenses escaliers du château. N'étant pas totalement incompétent, il avait fait en sorte que sa valise le suive où qu'il aille, en flottant à quelques centimètres du sol. C'est donc essoufflé et ruisselant de sueur sous cette chaleur abominable que le vieux Cortéz s'arrêta devant la grande porte du château, toujours suivi de son bagage. Après une courte pause, l'ancêtre continua son chemin, en direction du Boat-en-Train. Cependant, il fut stoppé par une voix, comme venue d'un autre monde... ou de son esprit. Vous savez, à cet âge, on voit et on entend des choses que les autres n'aperçoivent même pas, ou plutôt qui n'existent pas...


"GRILLADES A VOLONTE, HOT-DOGS, SANDWICHES MERGUEZ ET COMPAGNIE AU BAR BECUE!!"

*Hot-dogs? Neutral *


Son imagination lui jouait des tours... ou plutôt... oh non! Il était victime d'un sortilège de Confusion! Son ennemi tentait de l'attirer dans un piège en lui proposant des hot-dogs! C'était l'autre Creedpeur, c'était certain! Ou alors un complot avec Ivanov... voire même Kalaweï, bien plus manipulatrice qu'elle n'en avait l'air! C'était évident, qu'elle était fourbe! Vous trouvez ça normal qu'elle débarque comme ça sous le nez de Cortéz et qu'elle lui vole son poste? Il y avait de quoi se méfier! Mais bon... des hot-dogs quand même, ça valait au moins le coup de vérifier, non?
Autour de Ricardo, tout paraissait flou. Après avoir paniqué 3 secondes en croyant à de nouveaux effets du sortilège, il sortit de sa poche un mouchoir usé et essuya la sueur qui avait embué ses verres. Telle une taupe, Ricardo tenta tant bien que mal d'ouvrir les yeux en grand et de regarder autour de lui. Au loin, dans le parc, il semblait se passer quelque chose. Une énorme bande d'étudiants à moitié dénudés semblait s'amuser à faire la fête et visiblement plonger dans ce qui ressemblait à une piscine. Plus curieux qu'une fouine, Cortéz s'approcha de ce curieux rassemblement. Ils étaient bien plus d'une centaine à vrai dire, presque tous un verre à la main et pour certains, les fameux hot-dogs.

Le professeur ne se gêna pas pour se mêler à la foule, ne remarquant même pas qu'au fur et à mesure qu'il se frayait un passage entre les étudiants, sa valise en faisait tomber un ou deux tous les cinq mètres. Il arriva alors près de ce qui semblait être le bar. Pas loin, Jensen, un ancien élève, faisait le barman de manière enjouée, tandis que non loin de lui, McAllen distribuait des sandwiches avec un autre qui se la coulait douce avec une jeune fille. Toujours sans scrupule, le vieillard tapota sur l'épaule de celui qui ne faisait rien, avec sa copine et demanda, en s'adressant aux deux garçons :


"Dites-moi jeunes gens, c'est quoi tout ce bordel?"

Autour de lui, les jeunes en maillot de bain le regardaient de travers, comme s'il était une chose venue d'ailleurs. Il était professeur à S.W.Y.N bon sang! Qu'ils regardent ailleurs!


"Mais euh... avant de répondre, donnez-moi un hot-dog. Je réprimande moins bien le ventre vide..."

Parce que mine de rien, partir en vacances aussi vite, ça creusait l'appétit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Fête d'Eté] OpenBar Becue!!   Mer 29 Juil - 21:20

Anoki passait une bonne journée. Très bonne même. Quoi de mieux, en effet, qu'une bonne vieille fête remplie d'éclats de rire, d'alcool, de filles... Et de jeunes gens inconscients, tellement inconscients. Des esprits euphoriques et embrumés par l'alcool, faciles à manipuler, facile à dépouiller. Quoi de mieux, oui, qu'une telle fête. Dès son annonce, Anoki avait bouclé ses valises à Las Vegas, retour en Irlande direct. Il se devait de préparer, lui aussi, un tel événement. En passant par chez le petit Zahry d'abord, bien évidemment. Ce garçon était vraiment très bien, surtout pour un première, il pouvait vous trouver de ces choses... Il avait ensuite tenté de se rapprocher des 5 Plumes, pour en savoir un peu plus. Non pas qu'il ne les connaisse pas, non, ça, tout le monde les connaissait, ils étaient en quelques sortes les people de Swyn, chacun avait sa propre réputation et faisait se pâmer toutes les filles ou presque. Et justement, cet amas incessant de fille les entourant l'avait totalement empêché d'adresser la parole ne serait-ce qu'une seule fois à un des garçons. Sans oublier qu'ils passaient leurs journées à préparer cette fête. Finalement, Anoki décida d'improviser le jour-même et de ne pas s'en inquiéter, comme il le faisait toujours. Ca lui avait plutôt bien réussi jusque là...

Vint donc le jour J et c'est avec délice que se leva le jeune homme ce matin-là, le sourire aux lèvres et le pas conquérant. L'heure venue, il arriva sur la plaine déjà fourmillante de monde avec pour seul vêtement un bermuda noir garni sur le côté d'imprimés rouges représentant ses quatre signes fétiches: le carreau, le trèfle, le coeur et le pique. C'étaient les hôtes qui avaient insisté pour que chacun soit en maillot de bain, Anoki s'y était donc plié sans résistance, avec plaisir même: de temps à autre il aimait exhiber son corps mince et doré qui ne manquait jamais d'en faire chavirer quelques unes...
Mais il n'était pas là pour draguer, pas encore du moins. L'air assuré, il mit ses éternelles lunettes de soleil et commença les affaires du jour: les paris. Pratique cette idée de match tournoi de volley, ça lui facilitait la tâche. Les esprits étant déjà échauffé, il n'en fallut pas beaucoup pour que bientôt petits amis, meilleures amies et ennemis en tous genre défendent ou attaquent telle ou telle équipe à coup de paris et de surenchères. L'argent fusaient de tous sens avec comme preneur de paris... Anoki bien évidemment. Il menait la danse, en rajoutait à chaque tir, à chaque point marqué et, comme d'habitude des sommes colossales finirent par s'accumuler.

Ce n'est que lorsque la partie arriva à son final que le garçon s'éclipsa discrètement, vers le bar, plantant là tous les parieurs bien trop absorbés par ce qui pouvait causé leur fortune ou leur ruine, sans savoir que dès le départ, leur ruine avait été assurée. Car quand le jeune homme prenait les paris, il en tirait toujours profit et c'est donc en comptant ses gallions qu'il se dirigeait vers le bar, le sourire aux lèvres.


*35, 36, 37,...*

Arrivé à destination, il commanda d'un air nonchalant un mojito à Elias et commença à le siroter tranquillement. Rêvassant, ses yeux allaient de Andrew semblant avoir quelque peu abusé du Whisky Pur Feu à Malloy draguant comme à son habitude pour finir sur Mani. Mani Leverenz. Cela faisait quelques années qu'il la connaissait, plus de vue qu'autre chose bien sûr mais il sentait que ce soir il pourrait... disons approfondir ces liens d'amitiés. Après tout, après l'effort le réconfort et, prenant une pose décontractée, il allait lui lancer un salut un peu plus que chaleureux quand il aperçut la silhouette d'un adulte. Il fit rapidement disparaitre le fruit de son "travail" quand il s'aperçut qu'il s'agissait du bon vieux Cortèz, encore une personne connue parmi toute l'école. Mais pas vraiment pour sa beauté ou son succès, celui-là...

Anoki se demandait bien ce qu'il pouvait faire là, il n'était pas exactement le bienvenu... Puis il capta son regard gourmand sur le barbecue et comprit rapidement, décidément, ce prof était plus que pathétique. Il allait lancer une réplique soulignant cette aptitude à se ridiculiser que possédait ce personnage quand Mani le fit à sa place à l'aide d'une phrase ne manquant pas de panache. Le garçon vit là son ouverture et glissa à son tour dans un sourire:


"Du jus de fruit? Je crains pour son coeur avec toutes ces vitamines... Mieux vaut lui donner de l'eau, on se déshydrate vite à cet âge, on ne voudrait pas le perdre n'est-ce pas?"


Sur cette phrase, il jeta un regard à la sulfureuse jeune fille tout en buvant une autre gorgée de son excellent cocktail.
Revenir en haut Aller en bas
Gabrielle E. Dimitrov
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 13 Novembre.
▌Pays d'origine: Corée.
▌Statut: 3ème année

MessageSujet: Re: [Fête d'Eté] OpenBar Becue!!   Dim 2 Aoû - 1:18

La chaleur était étouffante. Mais plus que cela, c’était la foule qui rendait la respiration difficile à Gabrielle, pourtant éloignée du troupeau humain.
Assise au pied d’un arbre, la jeune fille finissait de se vider une bouteille d’eau fraîche sur le visage tout en contemplant d’un œil critique la bêtise adolescente dans toute sa splendeur. Et heureusement qu’elle ne se considérait pas comme une fille car elle aurait eu tôt fait de mettre fin à sa vie, honteuse d’appartenir à une race aussi écervelée… Prenez bien en compte l’ampleur de ce que je viens de dire : Gabrielle était machiste au possible, et ça ne la dérangeait pas la moins du monde. Avouons qu’en cet instant et en ces lieux, la gente féminine ne brillait pas par son intelligence… C’était si naïf, une fille. A croire au prince charmant, à s’inquiéter de savoir si on la regarde… De quoi dégoûter n’importe qui.
Oui, Gabrielle haïssait décidément le genre féminin.
Oh, vous me direz, ces jeunes idiots pré pubères n’étaient pas en reste non plus… S’ils n’ignoraient pas la naïve sottise de leur égal féminin, ils ne se rendaient en revanche pas compte de leur propre connerie. Prétentieux, égoïstes et aussi perspicaces que des tabourets, la seule chose qui pouvait les rendre sympathiques était leur volonté incompréhensible de conquérir un représentant d’une race qui leur était par bien des abords inferieure. Un mec, ça ne demandait généralement pas grand-chose… des seins et un Q.I. ne dépassant pas 90, histoire de ne pas être découvert. Par contre, pour une fille… Grand, beau, fort, intelligent, attentionné, et puis pourquoi pas musicien et cuisinier ?
Enfin, ça c’était pour le commun des mortels.
Après il y avait les meneurs et les marginaux.
Gabrielle était une marginale, les Cinq Plumes étaient des meneurs, et de loin.
Les meneurs arrivaient à séduire tout le monde, sauf les marginaux.
Quant aux marginaux, il leur arrivait de séduire les meneurs, pour peu qu’ils se faisaient remarquer – involontairement ou pas.
Cependant, Gabrielle était loin de plancher sur toutes ces choses et réfléchissait plutôt à la nécessité de plonger dans la gueule du loup, au risque de commettre un meurtre, ou de rester ici pour dépérir lentement sous un soleil de plomb. En théorie, le choix était vite fait : Sa vie lui importait plus que celles de ces cruches ; mais restait la supposition qu’elle se fasse engloutir par la vague humaine et périsse sous ces corps visqueux et indésirable… Subsistait aussi le fait qu’elle devrait se mettre en « maillot de bain » et que cette idée ne l’enchantait guère. Alors finalement, ne valait-il pas mieux vider une seconde bouteille d’eau minérale en continuant de s’extasier devant l’étendue du pouvoir qu’exerçaient les Cinq Plumes sur les faibles esprits de leurs fans ?
Ah ! Et puis au Diable tous ces idiots et leurs fanfaronnades, elle n’allait pas éviter la piscine sous prétexte qu’elle était envahie par de jeunes imbéciles ! ( Admirez la quantité de termes péjoratifs… ) Poussée par son incorruptible désir de vaincre, Gabrielle fit un tour aux dortoirs des Cinnacrow pour revêtir un maillot et un short de bain de tout ce qu’il y avait de plus simple – garçonne un jour, garçonne toujours – et prit son courage à deux mains avant de s’avancer vers la masse adolescente, telle…une tierce personne défiant les Dieux tout en sachant au fond d’elle-même qu’elle va être foudroyée à coup sûr.
Quand elle arriva devant le bord de la piscine, elle se demanda un instant si elle avait fait le bon choix, et puis s’élança en balançant un énorme « Fuck off » à ses questions, lassée par tant d’hésitation. Son plongeon décrivit la gracieuse courbe d’une flèche lancée avec amour et se termina en une immersion brutale dans l’élément aqueux, laissant tomber en fine gouttelettes le déluge miniature ainsi créé... Par un heureux hasard, personne ne se trouvait sur la trajectoire de l’énergumène qui se félicita d’avoir trouvé un coin presque désert. Presque. Il y avait encore un manant bien bourré pour s’autoriser à poser ses mains rougies par l'alcool sur le corps peu féminin de la demoiselle. Mal lui en prit ; ladite demoiselle s’autorisa, elle, à écraser son poing contre l’ignoble nez de l’importun…
Mais bordel, que c’était bon de pouvoir nager sous le cagnard… Gabrielle savait qu’elle allait se chopper un beau coup de soleil, et pour tout dire, elle s’en foutait carrément. Ce ne fut que quand un groupe de lourdauds hilares vint envahir son territoire qu’elle se décida enfin à quitter la piscine et à s’allonger dans l’herbe molle, nullement gênée par les regards peu amènes de jeunes passant à côté d’elle. Les gouttes qui maculaient son corps encore pâle s’évaporèrent à une vitesse surprenante ; et bientôt elle sentit son estomac crier famine. Le mécanisme diabolique des Cinq Plumes se mettait en place… l’odeur alléchante de viande grillée semblait l’appeler aussi sûrement que l’eau fraîche et l’ombre d’un arbre. Mais à ces effluves épicés venaient s’ajouter les relents pestilentiels de sueur et d’alcool, barrières humaines dégoûtant la jeune fille au plus haut point. Fallait-il que l’homme empeste autant ? Tout autour de lui inspirait l’harmonie et le bien-être, et il fallait que sa puanteur parasite le reste pour ne suggérer plus que la décadence et l’horreur. Abomination. Gabrielle se maudit d’être aussi humaine et se leva pour traverser la masse mouvante que formaient les corps dénudés de ces alcooliques anonymes, bousculant sans scrupules ceux qui peinaient à s’écarter et jouant des pieds et des mains pour ne pas se faire étouffer avant d’arriver. Qu’on lui explique pour ces idiots traînaient dans le passage ! La plupart étaient trop soûls pour parler intelligiblement… Gabrielle eut soudain l’estomac trop retourné pour songer à manger quoi que ce soit et posa une main sur sa bouche, écœurée par l’odeur lourde d’alcool mélangée à celle du chlore. Omniprésente. Elle éprouva le besoin immédiat de respirer de l’air pur. Et se retrouva confrontée à une réalité déformée par son imagination… Les badauds lui semblèrent menaçants, se resserrant sur elle à mesure qu’elle tentait de s’enfuir, sa tête se mit à tourner, les ombres à se refermer sur elle, épaisses, pareilles à des prisons. Elle frappa, devant elle, n’importe où. Et tout devint plus clair.


« Oh putain. »

Boum. Le gaillard qui la précédait quelques secondes auparavant gisait au sol, bien sonné et le nez en sang.

« Mon Dieu, Rémy ! Qu’est-ce qui te prends, espèce de tarée ?! »

Mince. Il avait une petite amie. Avec une voix aigüe, en plus.

« Ça va, j’suis désolée… »

Peine perdue.

« Désolée ? Désolée ?! Tu l’as défiguré ! »

« Putain mais calme-toi, c’est rien ! »

Sbaf. Elle ne vit pas venir l’immense gifle qui lui laissa une marque rouge sur la joue. Mauvaise idée de la blondasse, il en fallait peu pour énerver Gabrielle… Furax, la garçonne voulut répliquer mais sentit un poing étranger la cueillir au niveau du ventre et une série de coups se mit à pleuvoir sur corps retenu à terre, incapable du moindre mouvement. A ce moment-là, la haine que portait Gabrielle à l’alcool était à son sommet. De même que celle des idiotes populaires… Quand une gerbe de sang éclaboussa son visage, le colosse cru bon de cesser les hostilités et s’éloigna d’une démarche pesante, persuadé d’avoir accompli son devoir de chevalier servant et totalement inconscient du fait que c’était une fille qu’il venait de tabasser, et non un mec. Et c’est une Gabrielle couverte de bleus et la lèvre éclatée qui se releva sans verser une larme, tremblante d’une colère froide et difficilement retenue. Claudicante, elle repoussa l’aide que voulut lui apporter un jeune homme et marcha en direction du coin des Cinq Plumes, ignorant les regards étonnés posés sur elle pour s’adosser au bar avec un soupir mesuré.

Tout doux, calme-toi ma poule, éviter de tout casser…

Gabrielle ne vit même pas à côté d'elle le professeur qui s'en prenait plein la figure, raillé par deux ados survoltés. D’une voix enrouée, elle interpella le garçon qui semblait s’occuper des boissons et secouait énergiquement un shaker en souriant à ses clients.

« Dis, t’aurais pas des glaçons ? »

[L'alcool c'est mauvais, les enfants *S'enfuit*]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Fête d'Eté] OpenBar Becue!!   Lun 3 Aoû - 1:59

Le soleil déclinait à l'horizon. La fête d'été était commencée depuis un moment quand Dorothy s'y présenta, mais les célébrations allaient bon train. À vrai dire, ça sentait la débauche à plein nez. Disséminés un peu partout selon l'activité choisie, des étudiants de tous âges riaient, buvaient, se chamaillaient, buvaient encore, flirtaient... Qu'ils soient couvert de coups de soleil ou trop imbibé d'alcool pour tenir sur leurs jambes, rien de semblait être un obstacle à la bonne humeur dont tous faisait preuve. Il fallait l'avouer, les choses avaient été bien organisées. Du Volley-Ball, une piscine, un barbecue, de l'alcool... que demander de plus? Même la météo s'était mise de leur bord!

Pour Dorothy, qui regardait les choses évoluer légèrement en retrait de l'action, tout aurait été parfait. En temps normal, elle aurait été la première à se jeter dans la fête et, à cette heure-ci de la soirée, elle serait certainement déjà en train de faire des discours sans queue ni tête sur l'avenir du monde, très inspiré par quelques martinis et de bloody ceaser... En temps normal. Mais là, vraiment, elle avait un blocage. Pourquoi, mais pourquoi, par Merlin, les Cinq plumes avaient-ils obliger le port du maillot de bain?

Non parce que, porter le bikini c'était bien beau quand on avait la taille d'un mannequin, mais sinon, c'était chiantissime! C'était dans des moment comme celui-là que Dorothy regrettait d'être aussi lamentable au Quidditch. Un peu de sport l'aiderait certainement à perdre un peu de poids... Pour l'instant du moins, elle et ses kilos en trop se contentaient de bougonner, bien caché derrière la serviette où elle s'était enroulé... Tu parle d'une arrivé dans une nouvelle école!

Heureusement, l'arrivée pour le moins déconcertante d'un professeur et les répliques acerbe que lui adressa une élève plus âgée piquèrent sa curiosité. Faisant mine de rien, Dorothy s'approcha de la scène.



- Un jus de fruit, peut-être ? Je crains que nous ne proposions pas de tisanes.

Dorothy pouffa, bien malgré elle. Habituellement, elle aurait déplorer le comportement de sa condisciple. S'adresser de la sorte envers un professeur était à son avis, très irrespectueux, mais le comportement du-dit professeur l'était tout autant. On avait pas idée de bousculer tout le monde rien que pour un hot dog...

Toujours drapée dans sa serviette, Dorothy se tourna vers le bar pour commander un Drink. Tant qu'à être présente, aussi bien profiter de ce que la fête pouvait offrir! Elle allait simplement siroter son breuvage en observant quelle serait la réaction de Cortèz, et au diable le reste!


-Excuse-moi, j'aimerais bien un Bloody C...

Mais le reste de la phrase resta coincé dans sa gorge. Un gout de fer se répandit dans sa bouche et bien vite, elle se sentit mal. À ses côtés, chancelant, venait de surgir un élève. Dans sa confusion, Dorothy ne pu dire s'il s'agissait d'un garçon ou d'une fille, tout ce qu'elle arrivait à voir, c'était la bouche de ce dernier. Lèvre inférieur éclatée, bleue et boursoufflée... le pauvre crachait littéralement du sang! Et Dieu seul savait à quel point Dorothy ne supportait pas la vue du sang.

« Dis, t’aurais pas des glaçons ? »

La jeune fille poussa un hurlement strident, incapable de se retenir plus longtemps. Attirant, du même coup, l'attention générale sur l'élève blessé

(hj: j'en ai mis beaucoup de manière délibéré vue que Dorothy a peur du sang, elle dramatise pas mal la situation... j'espère que ça va)
Revenir en haut Aller en bas
Elias Jensen
M.U.M
M.U.M
avatar



 
▌Né(e) le: 5 Octobre
▌Pays d'origine: Danemark
▌Statut: 5ème année

MessageSujet: Re: [Fête d'Eté] OpenBar Becue!!   Mer 5 Aoû - 23:53

Leur fête était véritablement un succès… presque plus qu’ils ne l’auraient espéré ! Au comptoir comme aux grillades, des gens se pressaient pour réclamer leur dû, ou ce qu’ils considéraient presque comme tel. Elias, au top de la forme et du taux d’alcoolémie, enchainait les cocktails, et parvenait, c’est un véritable mystère, à ne jamais se tromper ni dans les dosages ni dans les ingrédients. Ou du moins, nul ne portait réclamation. Sauf lui, en fait, qui voulait que l’on admette qu’il avait gagné le concours de cul-secs. Mais rien à faire, Ted baragouinait qu’à cause de l’arrivée de Samia qui avait absolument tenu à participer à son tour, le concours n’était plus un concours d’hommes et donc ne valait plus rien. Dans un soupir, Elias s’en était retourné à ses cocktails, au côté de Ted puisque lui aussi tenait le même rôle.

Andrew n’apprécia visiblement pas le Sonorus dans l’oreille que Malloy eut le tact de lui infliger, et suite à la question d’Elias, perdit son regard dans les environs de la piscine. Notre cinquième année le remarqua, mais ne dit rien. Si Andrew disait que tout était sous contrôle, alors tout était sous contrôle. Il arrivait à Andy d’être susceptible, alors Elias n’insista pas. Le ton qu’employa son pote pour parler d’Alex était un peu étrange, mais là encore, il valait mieux laisser couler. S’il voyait Alex trainer pas loin du comptoir, Elias l’appellerait. Et puis, à la différence de lui, Andrew maitrisait sans trop de problème les sortilèges informulés et en profita pour faire le zouave au barbecue. Des exclamations se firent entendre une fois qu’il termina sa prestation, et le danois, haussant les épaules maugréa :


- Ouais j’vois… frimeur.

Mais il n’était certes pas mieux, et comme pour avoir lui aussi ses ovations, se mit à faire deux cocktails en même temps, les faisant tournoyer à l’aide de sa baguette dans tous les sens. En quand ça secouait plus, ça secouait encore. Il n’en fallait pas beaucoup pour attirer l’attention, et ça marchait toujours. Toutefois, lorsqu’il reposa les deux cocktails devant lui pour les vider dans leur verre respectif, la vue d’une silhouette au loin le refroidit de suite. Dans un coup d’coude à Malloy, il lui fit remarquer :

- Hé, r’garde. Y’a un paumé.

Effectivement, quelqu’un qui n’avait rien à faire là s’y trouvait pourtant. Le professeur Cortéz, ce cheeer professeur Cortéz qu’Alex et Elias connaissaient bien pour l’avoir eu en ACAII. Le professeur d’Etude des Objets magiques, visiblement perdu, déambulait entre les chaises et la piscine, les yeux grands ouverts. Il finit par arriver au comptoir du bar, où Elias ne se gênait pas pour le scruter d’un air sévère. Pour une fois qu’il le pouvait ! L’homme les questionna, tout d’abord pour leur demandait ce qui se passait ici, puis finalement pour réclamer un hot-dog. Elias n’étant pas chargé des sandwichs se permit de lui faire remarquer :

- Hé, M’sieur Cortéz, on a obtenu la permission de faire cette fête ! C’est placardé partout dans les couloirs… C’est strictement réservé aux étudiants. Acheva-t-il pour faire clairement comprendre les choses. Il aurait bien ajouté un « donc, dégagez », mais un je-ne-sais-quoi lui fit se retenir. Peut-être la perspective de son prochain entretien avec le professeur en question pour ses avancées en innovations expérimentales.

Mais bon, tout cela serait purement inutile, et une voix caractéristique lui fit tourner la tête. Mani. Sa demi-sœur. Ô joie. La présence du petit professeur l’amusait, semblait-il, et elle se permit de le chambrer légèrement. En l’entendant, Elias esquissa un sourire. Même s’il ne voulait pas l’admettre, ils se ressemblaient pas mal… lorsqu’elle demanda un Blue Lagoon, il acquiesça :


- T’as d’la chance qu’on ait pas mis de limite d’âge. On sait jamais trop d’alcool pourrait abîmer ton corps ou te faire des rides.

Il se moquait peut-être, mais cela ne l’empêcha pas de faire le Blue Lagoon en question, attrapant la vodka et en versant dans le shaker.

- Comme ça, ça ira ?

Arriva alors Anoki Craft, un quatrième année qui se faisait sa réputation avec les divers jeux d’argents qu’il proposait toujours, au nez des professeurs. Il fallait dire qu’il se débrouillait bien dans la manipulation des cartes et trouvait toujours des pigeons à plumer. Si Elias s’était laissé tenté, une fois, il n’avait plus re-essayé, prétextant à chaque fois une poisse légendaire. Se dernier vint commander un Mojito que le danois lui servit en vitesse, prenant encore d’autres commandes. Il intercepta quelques bribes de conversation – l’avantage d’être au bar – et ne put retenir un ricanement en remarquant le regard appuyé du quatrième année envers sa demi-sœur. Dans un murmure, suffisamment fort toutefois pour être entendu, il lâcha :

- Y’en a qu’ont vraiment mauvais goût…

Mais il ne put poursuivre. Une nouvelle étudiante s’approchait, afin de commander à son tour. Elle avait d’étonnants cheveux clairs, et Elias avec un sourire qui se voulait ravageur s’avança à son niveau. Seulement, levant les yeux, il s’arrêta dans son geste. Quelques mètres plus loin, un attroupement se forma. Elias put cependant y voir la silhouette d’une jeune fille qu’on était carrément en train de passer à tabac. Un mec qu’il reconnut pour être un troisième année. Elias n’était pas vraiment un gentleman, loin de là, mais y’avait des choses qu’il ne supportait pas. Lâchant tout ce qu’il avait dans les mains, il bondit par-dessus le comptoir, s’avançant vers ce qui s’était passé. Il n’eut cependant pas de pas à faire, la jeune victime s’était relevée, la lèvre en sang et le visage couvert de coups, et s’approchait dans une allure drapée de fierté vers le bar. Elle lui rappelait quelqu’un, tiens. Se repositionnant derrière le bar, Elias la dévisagea un instant. Il ne savait pas qui elle était. Une première année sans doute. Au lieu d’hurler, pleurer, crier ou quoi, elle se contenta de lui demander des glaçons. A ses côtés, l’étudiante aux cheveux clairs la remarqua enfin, et se mit à pousser un hurlement. Elias la fixa un moment puis essaya de calmer le jeu :

- Hé ! Héééé !

Il se pencha sur le comptoir pour attraper la fille qui hurlait à l’épaule.

- On se calme, c’est rien.

Et ne trouvant rien de mieux, il la força à se tourner dans l’autre sens, vers là où se trouvaient Mani et Anoki.

- Là, comme ça tu verras rien. Et puis, si t’arrêtes pas de crier, j’te fais pas ton Bloody Ceasar. Vu que dans sa tête il ne pouvait s’agir que de cela, à la façon dont elle avait commencé à passer sa commande.

Il reporta alors son regard vers la blessé qui attendait ses glaçons, comme s’il n’y avait rien de plus naturel. Il la fixa un moment en ouvrant de grands yeux avant de se sentir con, et de lui répondre :

- Euh ouais, des glaçons, bien sûr.

Il alla remplir une poche de glaçons qui se trouvaient dans un bac refroidit magiquement. Et la lui tendit.

- Tiens, ça ira mieux.

Par-dessus l’épaule de l’étudiante, il put alors apercevoir le type qui lui avait infligé les coups, et qui riait dans son dos. Oubliant la présence d’un professeur juste à côté, il se mit debout sur le comptoir et gueula :

- Hé, ducon, les types qui tabassent les filles et les plus jeunes qu’eux ont rien à foutre là. Casse-toi, t’es pas invité à cette fête.

Le tout accompagné d’un geste que je me retiendrais de décrire ici, afin de ne pas choquer les âmes sensibles.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle E. Dimitrov
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 13 Novembre.
▌Pays d'origine: Corée.
▌Statut: 3ème année

MessageSujet: Re: [Fête d'Eté] OpenBar Becue!!   Jeu 6 Aoû - 21:42

Ah, putain, mes oreilles !
Qui donc avait eu la délicate attention de hurler juste à côté d'elle, terrorisée par on-ne-savait-quoi... ? Ah, mince, visiblement c'était elle-même la fautive. Baah, pour juste quelques bl... ah, non. Levant la main à la hauteur de son visage, elle essuya le sang qui coulait encore de ses lèvres et en profita pour faire l'inventaire de ses blessures, passant ses doigts experts sur la surface de son visage. Tcheu. Un gros bleu sur la pommette droite, un autre au niveau de l'arcade sourcilière gauche et un petit à la mâchoire. Sans oublier sa lèvre inférieur fendue et les multiples ecchymoses qui fleurissaient sur ses membres et surtout sur ses hanches. Bilan moyen, visiblement. Restait bien sûr son épaule droite, mal en point depuis son arrivée à SWYN... mais ça c'était autre chose.
Se massant pensivement la joue, Gabrielle observa le bonhomme qui, chevaleresque, sauva la pauvre victime de la vue de sa carcasse et se retourna finalement vers elle, l'air un instant fasciné par toutes ces couleurs rouges, bleues, violettes et j'en passe. Oui bon ben, hein. C'était pas elle qui avait demandé à se faire matraquer.

« Euh ouais, des glaçons, bien sûr. »

Éveil du prince. Avec son taux d'alcoolémie, on lui pardonnera sa maladresse... Gabrielle se saisit de la poche froide qu'il lui tendait et se posa une seconde la question de 'où fallait-il bien la poser ?'. Allez, va pour la joue...
Beh, qu'est-ce qu'il fait, lui ? Neutral

« Hé, ducon, les types qui tabassent les filles et les plus jeunes qu’eux ont rien à foutre là. Casse-toi, t’es pas invité à cette fête. »

Ah, d'accord. La garçonne esquissa un sourire tordu et se prit à penser que, finalement, tout avait du bon à être vécu... La toxicomanie peut-être un peu moins, m'enfin bon, on va pas chipoter, hm ? Quand l'oiseau redescendit de son perchoir, elle lui marmonna un merci à peine audible et détourna les yeux pour observer ses voisins, notamment la fille aux cheveux clairs qui avait hurlé en la voyant. Son plus grand frère aussi, avait du mal à se contrôler devant du sang... Ça expliquait pourquoi il ne prenait pas part aux bagarres entre Chris et sa chère sœur. Quoique quand elle se trouvait en mauvaise posture face à des inconnus, il n'hésitait pas à montrer les crocs. Et c'était l'une des choses que Gabrielle admirait chez lui.
Appliquant la poche de glace sur son arcade douloureuse, la coréenne se prit à vouloir nommer les élèves qui l'entouraient. Exercice plutôt difficile puisque, étant nouvelle, ses connaissances étaient très limitées et même les patronymes des cinq plumes restaient encore flous dans son esprit. Elle reconnut tout de même Mani Leverenz, dont la réputation d'allumeuse était arrivée à ses oreilles, et crut pouvoir nommer son voisin Martin Schultz - à tort, d'ailleurs. Et le bonhomme des cinq plumes qui s'occupait des boissons, c'était... mince. Elle ne parvenait plus à s'en souvenir. Edward... non. Jason, peut-être ? Jérôme, Jenny... Jensen. Mais ça c'était seulement le nom de famille... Illiane Jensen. Non. El...

« Elias Jensen. »

Oups. Elle avait pensé un peu trop fort, pour le coup. L'intéressé baissa les yeux sur elle avant même qu'elle puisse espérer qu'il ne l'avait pas entendue. Tant pis.

« J'aime beaucoup tes lunettes, fit-elle du tac au tac sans même les regarder. Le rappel des couleurs avec tes mèches bleues fait très 'Matisse'. »

Et voilà qu'elle divaguait sur un sujet qu'elle ne connaissait même pas. Sûrement les vagues restes d'une conversation passée avec son frère sur les peintres moldus... Gabrielle suça sa lèvres inférieure dont le sang continuait de couler avant de se demander si les relents d'alcool pouvaient soûler ceux qui s'y exposaient. L'esprit embrumé, elle s'attela à la tâche de tenir la conversation au plumentine.

« C'est étonnant, ce palmarès de couleurs que peuvent offrir les différents cocktails, non ? Les goûts aussi j'imagine, quoique je me demande si le but de boire est de rassasier une soif de gourmet ou une simple envie de se bourrer la gueule... Ça manque terriblement de classe, je trouve. Retirer l'ivresse du goût à petite dose, se saouler en humant le parfum de ces mélanges, mieux encore, en se perdant dans la contemplation de leurs couleurs, n'est-ce pas bien plus raffiné ? Tu m'diras, on s'embarrasse rarement de principes tels que le raffinement, dans ce genre d'actes, mais l'un n'empêche pas l'autre, hm ? J'aime à me dire que l'ivresse est cachée en soi, et que l'alcool n'est qu'une clef pour en ouvrir la porte, la lampe qui permet de la retrouver... Un peu utopique, je le conçois. Il parait pourtant que le cerveau humain n'est utilisé qu'à un pourcentage infime. »

Oubliant d'avoir mal, la jeune fille posa la poche de glace sur le comptoir et termina d'une voix presque chantante :

« Par exemple. J'suis capable de tenir un discours sans intérêt au premier venu sans avoir un seul gramme d'alcool dans le sang. »

Fallait-il s'en réjouir ? La situation avait un aspect comique... irréel, aussi. Peut-être que le colosse de tout à l'heure avait frappé un peu fort sur sa pauvre tête. Gabrielle ne faisait à vrai dire pas vraiment attention à son interlocuteur. La possibilité qu'il n'ait rien écouté depuis le début était envisageable, voire très probable. Mais sur son petit nuage, la jeune fille découvrait à quel point tous ses actes étaient futiles et dénués de sens... Demain, Elias Jensen l'aurait oubliée, de même que la blondasse de tout à l'heure. Alors pourquoi se priver de cet agréable laisser-aller ? Ce ne serait pas aujourd'hui qu'elle accorderait de l'importance à sa réputation. Et puis sa vie était décidément trop monotone alors quitte à se foutre de tout, autant faire bouger les choses.
Faisant fi des convenances, Gabrielle se mit à lorgner sur un briquet abandonné au comptoir et s'adressa une fois de plus au plumentine, l'air plongée dans ses pensées :

« T'as pas des clopes ? »

C'est dépendant à la nicotine et ça se permet de critiquer les soulards, inconscient de sa propre ivresse. Passez-la à la douche froide, cette insolente !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elias Jensen
M.U.M
M.U.M
avatar



 
▌Né(e) le: 5 Octobre
▌Pays d'origine: Danemark
▌Statut: 5ème année

MessageSujet: Re: [Fête d'Eté] OpenBar Becue!!   Jeu 24 Sep - 8:58

[Vu que tout l’monde semble mort, je réponds]

Avec une réactivité à toute épreuve, Elias avait géré de son mieux l’animation au bar. Et animation, ce n’était pas peu dire. Entre les divers cocktails à servir, Ted bien plus occupé avec Samia qu’avec son shaker, et la venue de Cortèz dans une fête réservée aux étudiants, il fallait donner de la tête partout. Pour le moment il s’en sortait bien, d’autant qu’une jeune fille ensanglantée vint couronner le tout. Elle était de taille moyenne et son allure, si on aurait du lui attribuer une couleur aurait été grise. De long cheveux noirs, mais surtout, surtout… de magnifiques yeux bleu océan. D’un bleu extrêmement intense. Elias scotcha un moment dessus avant de reprendre l’un des cocktails commandés non loin, l’air de rien. Cette étudiante avait une apparence particulière. Oh, ce n’était pas un top-modèle tel qu’il s’en trouvait des dizaines ici, au contraire même, elle n’était pas bien épaisse mais tout en elle transpirait un certain tempérament. Il ne doutait pas une seule seconde qu’elle puisse être ailleurs qu’à Cinnacrow. Elle était le corbeau. Métaphoriquement parlant, bien sur.

Après son intervention des plus héroïques à l’encontre du type responsable des coups de l’étudiante, il descendit du comptoir d’un bond et adressa un sourire charmeur à la blessée. Certes, il avait fait ça parce qu’il le devait, en tant que l’un des organisateurs de la fête, mais également parce qu’il aimait se lâcher, par moment, et puis tous les regards s’étaient braqués sur lui, la classe. Que l’autre con s’approche s’il le voulait, le danois avait suffisamment la pêche pour lui asséner des coups de poings bien placés. Il crut entendre un vague merci de la part de l’étudiante mais ne le releva pas plus que cela. Il avait fait ce qu’il avait à faire, point. Le paquet de glaçons sur le visage, elle semblait souffrir pas mal… Elias esquissa une grimace et lui demanda :


- Tu veux aller à l’infirmerie ? Sinon doit bien y’avoir un Santé magique qui peut arranger ça. Fit-il en pointant du doigt son arcade gauche de laquelle perlaient quelques gouttes de sang. L’étudiante, visiblement perdue dans ses pensées ne donnait pas l’air de l’avoir entendu. Elle ne le regardait même pas, il faut dire, fixant tour à tour les personnes présentes au bar. Au bout d’un moment, elle finit par arriver à Elias, et après un silence, finit par prononcer : « Elias Jensen ». Étonnée peut être de l’avoir dit à voix haute, elle baissa rapidement les yeux. Amusé, le Plumentine répondit :

- Ouep, c’est moi.

Ce fut tout ce qu’il parvint à placer, car la jeune fille partie dans un étonnant constat. Les lunettes du danois lui rappelait Matisse. Matisse ? Ah oui, c’est un peintre… un peintre moldu ou quelque chose comme ça, songea rapidement Elias. Déjà, la brune partait dans une longue tirade dont le membre des Cinq Plumes ne retient que quelques bribes : les cocktails offraient un étonnant palmarès de couleurs, se bourrer la gueule n’est pas raffiné, et mieux, l’alcool est une clé pour ouvrir une porte. Trop complexe pour lui tout ça… Heureusement, consciente de l’étrange conversation qu’elle tenait à cet étudiant à qui elle parlait pour la première fois, la Cinnacrow finit par s’arrêter.

- J’avoue que j’ai pas tout saisi, mais j’admire ton talent à parler pour ne rien dire. Tu veux un cocktail, quelque chose ? Peut-être que ta conversation sera plus… moins psychédélique avec de l’alcool dans le sang, justement. Et puis, même si ça ne soigne pas les blessures extérieures, tu peux être certaine que ça désinfectera le dedans.

Drôle de remarque, mais ne dit-on pas que l’alcool est le meilleur désinfectant ? Chez les moldus du moins… Elias ne pris conscience qu’en retard que si elle n’avait pas une naissance moldue, elle ne comprendrait rien et le prendrait peut-être mal. Tant pis, il verrait bien. Et puis, n’avait-elle pas évoqué Matisse ? Avec un peu de chance… Au moins, cette rencontre avait l’avantage d’être plus intéressante que la masse des beautés qui s’agglutinaient autour des Cinq Plumes, d’habitude. Elias tendit deux verres préparés pour un couple et, ce faisant, intercepta le regard de l’étudiante aux cheveux d’ébènes sur son briquet qu’il avait passé à Ted, quelques minutes auparavant. Elle finit par lui demander une clope. D’un geste rapide, Elias dégaina son paquet qui se trouvait toujours dans sa poche arrière et le lui tendit, avant de se rétracter, un air mesquin sur le visage.

- Ouep, mais j’veux savoir ton nom avant.

Dans le genre direct, on fait pas mieux.

- Et puis, c’est passé quoi là-bas ? questionna-t-il en référence aux coups qu’elle avait reçu. Intérieurement, il se demandait ce qu’une fille seule de son genre faisait ici. Rares étaient les premières années suffisamment à l’aise pour venir à ce genre de fête. Non pas qu’il était contre, au contraire, la politique des Cinq Plumes s’était « ouvert à tous ! » mais il savait que certains caractères étaient contre ces rassemblements… Par exemple, il savait sans mal que jamais Mélite d’Orcy n’y mettrait les pieds. Que faisait-elle à l’heure actuelle ? Etait-elle enfermée dans un manoir obscur à revoir ses gammes ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle E. Dimitrov
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 13 Novembre.
▌Pays d'origine: Corée.
▌Statut: 3ème année

MessageSujet: Re: [Fête d'Eté] OpenBar Becue!!   Ven 25 Sep - 23:23

Une clope. C’était rien, juste un bout de papier rempli de trucs divers, une tige végétale qu’on allume d’une flamme, le temps de quelques minutes. Dans un sens, c’était ça. Dans un autre, c’était des petits bouts de sérénité … Gabrielle réfléchissait, s’énervait, stressait pour tout et pour rien, et ce toute la journée. Gabrielle, c’était une bombe ambulante. Un truc qui peut exploser à tout moment. Un chien malade dans le corps d’une fille qui ne prend pas soin d’elle. Gabrielle c’était ça, mais c’était aussi une feuille de papier qu’elle aimait à consumer lentement … Elle se consumait elle-même, consumait cette maladie, cette haine de chaque chose différente d’un idéal qu’elle ne parvenait pas à cerner. Indécise, toujours. Parce qu’elle ne savait pas ce qu’elle voulait, puisqu’elle ne voulait rien. Et c’était là son principal défaut … Quand on n’a pas de but, on n’a pas de limite, mais on ne sait pas non plus quoi faire. On se fout en l’air sans que ça ne serve à rien. On s’use sans s’utiliser. Gabrielle, c’était un immense vide qui voulait s’étouffer dans sa propre inconsistance.
Gabrielle et les clopes, c’était une histoire d’amour. Longue et plate, limpide. Gabrielle et les clopes, c’était une aventure sans rebondissement, sans monts et vaux pour vous cacher la vue, sans pièges, juste avec cet immense brouillard au bout. La certitude de vivre de cet amour pour finalement en mourir.
Gabrielle et les clopes, ça remontait à loin … des années et des années. L’on aurait pu dire, si ça n’avait pas paru si ridicule, que cette entité était sa plus grande amie et sa confidente. N’allez pas vous imaginer là qu’elle parlait à un bout de carton, le soir, pour se vider le cœur. Non, ses peines s’échappaient avec la fumée qu’elle soufflait, doucement, comme pour se purger. Et tout allait mieux, comme si le monde était enfin revenu à son état normal. A ce qu’il aurait dû être.
Gabrielle avait deux occupations dans la vie ; fumer, et s’énerver. Et quand elle ne faisait ni l’un ni l’autre, elle ne faisait rien. Restait donc à trouver comment tuer le temps. Inutile de dissimuler le fait que c’était à ces moments-là que la jeune fille faisait le plus de bêtises … Tout était bon. Se battre, suivre les autres, les insulter, faire leur connaissance, les baiser, regretter ensuite. Dilapider son argent en futilités. Quoique cette activité devenait progressivement inaccessible, vu l’étendue de ses économies … Mais malgré ce taux gênant d’hostilités et de conneries, ils restaient les seuls moments où la coréenne entretenait des liens sociaux avec les autres. Alors finalement … pourquoi pas ? Seulement, elle pouvait toujours s’énerver d’un moment à un autre et tout recommencerait. Alors pour ça … y’avait la clope.
Tout ceci pour dire que s’il avait fallu danser nue sur le comptoir pour avoir cette putain de clope, elle l’aurait fait, juste pour ne pas gâcher cet instant où elle parvenait à communiquer avec un individu dont l’âge ne dépassait pas la trentaine.

Cependant, elle n’eut nullement besoin de se livrer à telle sottise pour enflammer ce bout de bonheur qu’elle tenait à présent entre ses lèvres puisqu’elle emprunta tout bonnement le briquet laissé seul sans se soucier une seconde de savoir à qui il appartenait. Une, deux, trois secondes s’écoulèrent avant qu’elle ne se remette soudain à vivre, entièrement concentrée sur cette activité passionnante. Et putain – si vous m’le permettez – c’est que ça faisait du bien. Seulement, devant elle, le petit Jensen affichait une mine frustrée et tendait à fusiller Mani du regard, coupé net dans son élan … Prise de pitié, la coréenne souffla un troisième nuage de fumée, laissant l’odeur du tabac se répandre autour d’elle, et esquissa un semblant de sourire.

« Gabrielle. »

Et il n’y avait rien de plus à dire. Estimant qu’elle avait gagné son dû, la jeune fille s’empara de l’objet de ses convoitise et retira l’autre que l’on lui avait gracieusement donnée, déjà entamée, pour la coller de la même façon entre les dents d’Elias. Ne restait plus qu’à allumer la nouvelle et à se faire plaisir. La vie était simple, parfois. Quoiqu’elle aurait pu aussi tout simplement laisser Elias avec sa clope mais l’auteur aurait moins tripé, quoi.
Subsistait encore une question, à laquelle la réponse ne tarda pas à venir, naturelle :

« J’ai frappé un mec et sa nana a pas aimé. »

Pas de quoi en faire un plat. Gabrielle n’y pensa plus et se prit juste à espérer que son interlocuteur ne soit pas tenté par la proposition de cette dévergondée de Leverenz. C’est vrai, quoi, parler toute seule, ça n’avait rien de drôle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malloy Van Basten
M.U.M
M.U.M
avatar



 
▌Né(e) le: 3 Décembre
▌Pays d'origine: Pays-Bas / Singapour
▌Statut: 5ème année

MessageSujet: Re: [Fête d'Eté] OpenBar Becue!!   Lun 26 Oct - 21:15

[Oups désolé du retard... ]

Lorsqu’Andrew prit la relève tout seul, soit-disant capable d’assurer le service, Elias s’approcha d’eux. Pas besoin d’être voyant pour savoir quel genre de remarque il venait faire. Ce léger sourire amusé, il n’y avait aucun doute possible.

« Plus qu’Alex ? Heureusement ! Ce serait triste sinon… »

Il afficha un léger sourire mi-moqueur, mi-vantard. Il fallait bien avouer que faire le faux modeste n’était pas vraiment son genre. Surtout quand il s’agissait de charier un peu un autre Plume, c’était toujours amusant. Ca renforçait l’esprit de groupe…

« Quoique, c’est bizarre, on le voit plus d’un coup. Il est sûrement caché quelque part à faire ses p’tites affaires. Faudrait pas le déranger pour quelques saucisses… »


Il sourit davantage lorsqu’Elias retourna à ses cocktails tandis qu’Andrew jouait les super-cuistos, protestant encore une fois qu’il y arriverait bien tout seul. Un sourire qui s’estompa bien vite lorsqu’il remarqua que celui qui lui tapotait l’épaule n’était autre que le vieux Cortéz. Quel boulet celui-là. Se pointer là, en plein milieu d’une fête pour faire son chieur. Fallait oser quand même. Sauf que là, même en tant que professeur, il n’était pas vraiment en position de force. Malloy se détacha un peu d’Amanda et alors qu’il allait rétorquer quelque chose à la demande culotée de hot-dog, Mani arriva, visiblement bien décidée à renvoyer chez lui le vieillard. Du coup, au lieu de dire quoique ce soit, Malloy lui offrit le sourire qu’il ne sortait qu’à l’occasion de grand foutage de gueule et lui fit un p’tit signe de tête pour bien lui faire comprendre qu’il n’aurait rien ici, pas même le plaisir de commenter la débauche de cette nouvelle jeunesse. Comme prévu, Mani se chargea de faire ce qu’il fallait pour le faire fuir et à sa plus grande surprise, elle fut rejoint par un bon nombre d’autres étudiants pour faire boire de l’eau au papi. Finalement tout le monde était d’accord sur une chose : Cortéz n’était pas le bienvenu.

Mais alors que tout le monde s’amusait à titiller le vieux, Malloy vit comme un mouvement étrange dans la foule. Puis plus rien. Et un mec qui en ressortait le nez en sang. Vu que plus rien ne se passait, Malloy regarda les autres et ne bougea pas, attendant de voir la suite des évènements. Rien n’arriva, mise à part une jeune première année, le visage en sang et plein de bleus, loin de paraître traumatisée. Plutôt fière même, quand elle lâcha un : « Dis, t’aurais pas des glaçons ? ».


* Qu’est-ce que c’est que ça ? *

Amanda le regarda avec un air de dégoût sur le visage. On était loin du maquillage, des ongles limés et des cheveux blonds impeccables. Elias s’occupait de la situation, fournissant à la jeune femme ce qu’elle avait demandé. Apparemment, il n’y avait pas qu’Amanda que ça choquait, une autre Plumentine hurla à la vue du sang et de la face défigurée. Le pauvre type derrière ricanait de la raclée qu’il avait foutue à une première année. Elias réagit immédiatement, Gabrielle renchérissant derrière, et voyant que quatre des cinq Plumes le fixaient, l’autre ne traîna pas trop dans le coin. Il emmena sa blonde avec lui en murmurant probablement quelques insultes qu’il n’avait pas le courage de leur crier.
Finalement, la fête reprit son cours, sous des flots d’alcool et un soleil éclatant. Elias discutait avec la jeune Gabrielle et la sulfureuse Mani s’était délicatement rapprochée d’Anoki. Amanda quant à elle revint dans ses bras lorsqu’il s’appuya de nouveau sur le comptoir, pour l’embrasser aussi langoureusement que possible, aux yeux de tous bien évidemment. Mais dans ce décor, l’acte passait presque inaperçu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Fête d'Eté] OpenBar Becue!!   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Fête d'Eté] OpenBar Becue!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S.W.Y.N ¤ Someone Wants You Nuts ¤ :: •• EXTÉRIEUR •• :: » Le Domaine de S.W.Y.N-
Sauter vers: