AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Comme des enfants [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elizabeth Dashwood
M.U.M
M.U.M
avatar



 
▌Né(e) le: 9 avril
▌Pays d'origine: France et Angleterre
▌Statut: 4ème année

MessageSujet: Comme des enfants [PV]   Sam 19 Fév - 17:13

Sur le chemin de l'amphi d'un cour à une des salles de travaux pratiques, la brunette suivait distraitement ses amies le long d'un des grands corridors. Trottinant silencieusement à quelques mètres derrière elles, le nez en l'air, distraite, la tête dans les nuages et l'esprit plus loin encore.
Les beaux jours de septembre étaient encore là et la verdure qui s'étalait au-dehors ferait bientôt place à un épais manteau neigeux tout comme le soleil qui entamera bientôt sa partie annuelle de cache-cache derrière les sombres nuages d'hivers.
Les vacances loin du château et de son parc luxuriant avait pourtant été courtes cette année et , malgré le fait que les cours n'aient repris que depuis quelques jours la dorelly s'ennuyait déjà, n'ayant qu'une envie, c'était de profiter du soleil encore un peu avant qu'il disparaisse totalement.

Elle repensa aux piqueniques qu'elle avait organisés avec ses camarades durant leur séjour forcé sur le campus, mais aussi à ceux qu'elle avait pris de façon plus discrète seule avec un garçon.
Un plume! Un de ces garçons que la plupart des filles tentent d'attirer dans leur filet. À moins que ce ne soit l'inverse...
Un de ces garçons dont la réputation était si sulfureuse, qu'elle n'aurait jamais imaginé un instant qu'il puisse, ne serait-ce que lui accorder un peu d'intérêt.
Ho, bien sûr, elle croisait régulièrement certains d'entre eux avec qui elle s'entendait assez bien.
Il fallait aussi dire qu'Andrew et Ted ne devaient pas la trouver à leur goût, son style un peu vieillot ne plaisait pas à tout le monde... Ou peut être avaient il dût penser qu'elle n'était pas le genre de fille à se laisser aller à ce genre de relation au lance-pierre et avaient déjà renoncé à leur sport favori pour se contenter de la platitude d'une relation amicale et des quantités infinies de biscuits et sucreries qui allaient avec.
Et même s'il en était autrement, c'est ce que son imagination trop naïve lui avait fait croire et elle s'en contentait parfaitement.

Elle n'avait jamais non plus vraiment réalisé comment elle avait bien pût finir par accepter de sortir avec l'un des plus dragueurs d'entre eux.
Il y avait bien eu un pari stupide, un de ces soirs où l'on tente de tromper l'ennui comme on peut en allant rejoindre les autres étudiants dans la salle commune et en jouant à des jeux idiots faits de 'cap ou pas cap' qui finissent toujours par vous faire faire des choses qu'on aurait jamais osées et qu'on aurait aimé ne jamais avoir fait immédiatement après et qui donne une furieuse envie de lancer des sorts d'oubliette sur le moindre témoin de ces petits délits licencieux afin que cela s'efface à jamais et qu'il ne reviennent jamais vous hanter en refaisant surface pour venir entacher votre intégrité si durement acquise et maintenue.
Mais plus que tout, la jeune fille n'aurait jamais cru que le garçon tienne parole aussi longtemps, malgré les conditions strictes qui allaient avec le prix remporté !

Et puis voilà… l'été avait passé, la fréquentation plus régulière et le temps faisant son office, aidant à le connaitre un peu plus, elle devait bien reconnaitre qu'elle commençait à le porter un peu plus dans son cœur chaque jour.
Mieux, il avait même réussi à lui faire oublier une ancienne blessure et elle avait maintenant appris à être plus détachée vis-à-vis de ces choses là.

'Prend ce qui vient et profite, on ne sait jamais ce que la vie te réserve après.'
Pour sûr, la grande Mani dont elle admirait l'audace et le panache et dont elle buvait les paroles et conseils aurait été fier d'elle.
Et temps-pis pour les qu'en-dira-t-on. Ses amis la connaissaient et lui faisaient confiance, et certains l'avaient même encouragé dans cette relation présumée courte et sans vraiment de conséquence.
Et cela suffisait à son propre contentement.

Un choc sourd à l'épaule suivi d'un fracas la firent immédiatement sortir de sa rêverie. Une seconde plus tard, elle réalisât qu'elle avait dût bousculer une autre élève qui circulait dans le sens inverse.
Cette dernière avait même commencé à l'apostropher de manière peu avenante et si les amies de la dorelly n'étaient pas venues immédiatement calmer le jeu, la jeune fille serait encore surement sous le choc de la surprise.
Rendue muette par la douleur de la commotion, elle ramassait silencieusement les livres qui jonchaient le sol aidé d'une camarade tandis qu'Adélice défendait férocement son amie dans une joute verbale dont Elizabeth n'aurait jamais osé prononcer la plupart des mots proférés à l'encontre de son agresseur.
Les livres ramassés, et les importunes chassées, elle remercia ses amies et après les avoir rassurées sur son état elles reprirent leur route ainsi que leur débat …

Liz reprit sa place derrière le duo, suivant silencieusement ses amies tout en massant son épaule où ce soir un bel hématome fleurirait surement dans un superbe camaïeu de teintes bleutées et violettes, jetant tout de même un regard en arrière, essayant de comprendre comment elle avait bien pu percuter quelqu'un alors qu'elle prenait soin de suivre ses amies de près, longeant justement le mur du couloir afin de ne pas entrer en collision avec quelqu'un de la file inverse.
C'est le regard malveillant de son agresseur ainsi que les rires sardoniques de sa cour qui résonnèrent dans le long couloir qui lui firent réaliser qu'elle n'était pas en faute…

Un soupir de lassitude s'échappa de ses lèvres. Ce n'était pas la première fois qu'un groupe de fille avait ce type d'égard à son encontre. Il semblait que sa relation, qui semblait avoir battu un record de pérennité jusqu'ici inégalé et jamais atteint attisait la jalousie de certaines qui n'avaient pas eu autant de chance qu'elle avec les membres du groupe des plumes.
D'un naturel pacifiste et indulgent, elle n'accordait pourtant pas d'importance à ces démonstrations d'hostilité qui devenaient pourtant de plus en plus fréquentes, et les attribuait plus à la longévité de sa relation qu'à une attaque personnelle. De la jalousie toute bête en somme...
Déjà repartit dans sa rêverie, elle continua son chemin en trottinant, le nez de nouveau dans les nuages lorsqu'un autre accrochage la sortit de nouveau de sa douce torpeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Comme des enfants [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S.W.Y.N ¤ Someone Wants You Nuts ¤ :: •• ÉTABLISSEMENT •• :: » Premier étage :: Les Couloirs-
Sauter vers: