AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Je cherche les étoiles, tu ne les aurais pas vu ? [PV] [terminé !!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lauréline McShane
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 12 Juin
▌Pays d'origine: France
▌Statut: 2ème année

MessageSujet: Je cherche les étoiles, tu ne les aurais pas vu ? [PV] [terminé !!]   Lun 28 Nov - 21:48

Domaine McShane - Irlande du Nord





Tous les plus grands hommes d’affaires étaient réunis au domaine McShane pour une réunion concernant les affaires du Maître de maison. Prenant part dans les affaires familial depuis la mort de sa mère, Lauréline était bien évidement présente. Le dessert arriva rapidement et Edward McShane le père de famille, principale gérant des affaires de famille prit la paroles pour porter un toast.

« J’aimerais vous annoncer le mariage de mon très cher fils, Eöl, ainsi que de Diane, sa futur femme »

Laure lança un regard noir à son frère assis face à elle puis se leva dans un élan de colère, jetta sa serviette sur la table sans bouger son regard.

« Lauréline, veux tu bien t’asseoir s’il te plait ! » insista son père


« -Je n’ai plus faim, je prend congé ! Messieurs veuillez m’excuser »

Elle sortit de la grande salle sans se retourner et commença à descendre les grands escaliers amenant vers la porte d’entrée. En entendant la voix de son frère, crier son nom, elle s’arrêta et se tourna pour lui faire face.

«- Te marier? »
« - Je n’ai pas eu le temps de t’en parler »
« - Tu n’as pas eu le temps entre La semaine dernière et se soir pour m’en parler ?! »
« - Je ne l’ai … »
« - La ferme Eöl, un hiboux c’était pas possible non plus? »

Eöl resta silencieux comprenant parfaitement la réaction de sa sœur. Il n’avait rien dit car il savait d’avance qu’elle réagirait ainsi, qu’elle s’énerverait !

« - Pourquoi tu l’épouses? Tu ne l’aimes pas »
« - Les affaires familiales ne vont pas très bien, Laure »
« - Les affaires ou les magouilles ? »
« - Lau’, tu sais que le père de Diane est associé avec notre père. Cela liera nos deux familles si demain le besoin nous arrive dessus. Il est bien plus fortuné que nous »

Comment pouvait il penser ainsi? Qui était il devenue ? Lauréline ne reconnaissait plus son propre frère. Cette phrase était celle de trop, elle tenta tout de même de garder son sang froid. Son visage était sans expressions, seuls ses yeux reflétaient la colère en elle. Son propre frère -connaissant la véritable histoire de la mort du soleil- prenait partit pour un salop sans cœur ayant préféré sacrifier sa famille pour une histoire d’elfes de maison vendu en contrebande ou autres créatures magique, tout ca étant question de pouvoir.
Elle essaya encore et encore.

« - Acceptes tu d’être mon témoin Lauréline?! »

Un profond silence s’installa, elle le regarda -encore- sans baisser son regard presque insolent et provocateur. Il avait osé demander. Il fallait que tout ce qu’elle pensait sorte, maintenant! Qu’importe que les hommes d’affaires entendent leur conversation, il fallait qu’elle s’exprime.

« - Non! Je ne veux pas être le témoin d’une chose que je ne cautionne pas, d’un amour arrangé tout cela pour Edward ? Non ! Je serais ton témoin pour la fille que tu aimes, c’est pas ca l’amour Eöl! Ce n’est pas une question d’affaire familiale. »

« - Je pense que je n’ai aucune morale à recevoir de la part d’une fille qui n’a pas été capable de l’assumer quand ce dernier lui est tombé dessus. »

La giffle était partit, machinalement, inconsciemment, c’était trop tard.

« - Va te faire Eöl !! »

Lauréline continua de descendre les marches sans se retourner, ni écouter la défense de son frère.









Parc de swyn, tard dans la nuit..




La plumentine était là, assise à contempler les étoiles. C’Est-ce qu’elle faisait quand elle avait besoin de se retrouver seule, ou de faire un point sur elle-même. Le mariage de son frère l’affecté beaucoup, comme pouvait il se marier alors qu’il ne ressentait rien pour elle?! Où était passé le frère avec qui elle était partit faire le tour du monde après la mort de Laucian?! N’était ce pas lui qui avait promis que dès qu’il pourrait il reprendrait les affaires familial pour arranger les problèmes. Tout faire revenir à la normal ?!

Elle était assise dans l’herbe humide accompagné d’un paquet de cigarettes et d’une bouteille d’alcool
Ainsi que pour seule lumière une lune complètement pleine. Elle portait encore la robe de soirée Noir et avait posé ses talons à côté d’elle. Le long de sa joue un larme tentait de se faire discrète, comme si cette dernière n’était pas autorisé à sortir mais n’avait pas pu résister. Cela faisait bien longtemps que laure ne pleurait plus, même à la mort de sa mère rien n ‘était sortit, même pas un crie.
Elle s’alluma son joint et regarda le ciel comme pour le provoquer! En réalité elle ne provoqué pas vraiment la nuit mais plutôt son jumeau caché la haut, dans les étoiles. Peut être cela la consoler un peu de se dire que toute les nuits il veillait sur elle parmi les étoiles, il savait ce qu’elle faisait et ou elle était. Il savait très bien que depuis juillet elle enchainait les soirées, les verres d’alcool et les joints . Il savait tout, elle en avait honte dans un sens mais c’Est-ce qui lui permettait de combler se vide en elle. Celui qu’il avait laissé avec son absence. Ils leur arrivés souvent à tous les deux, de partir en cachette pour fumer et boire mais toujours dans la limite du raisonnable. Elle savait que s’il était présent il lui en aurait mis deux. Mais s’il était encore présent elle ne serait pas perdu, elle n’aurait pas une âme déchiré en deux cherchant désespérément sa moitié disparue. Ce n’était que dans un état second qu’elle ne pouvait plus penser au fait qu’il lui manquait et qu’elle se sentait terriblement seule. Alors au final -selon elle- il ne pouvait pas vraiment lui en vouloir.

Elle parlait aux étoiles sans vraiment attendre de réponse, quand bien même il l’a voyait il ne pouvait rien lui dire, rien lui répondre… Simplement écouter. Elle tira une nouvelle fois sur le joint, en prit une grosse bouffée qu’elle recracha le plus lentement possible. Elle bu une gorgée d’alcool dans la bouteille et la garda en main.


« - On en est là par ta faute !! »

Il était facile de blâmer un mort, il ne pouvait rien répondre, rien dire. Elle s’énervait contre l’esprit de son frère pour ne pas s’énerver contre elle-même. Même si elle campait sur ses positions, Eöl avait eut raison, le jour ou il lui était tombé dessus il avait préféré partir plutôt que d’assumer quoi que se soit.
Enfin de compte c’Est-ce qu’elle avait toujours fait, prit la fuite. Sauf pour Thèdes, Elle n’avait pas prit la fuite pour elle. Elle avait commis une erreur irréparable et elle le savait, elle n’attendait pas que cette dernière lui pardonne et par conséquent elle ne lui en tenait pas rigueur mais elle n’osait pas non plus lui dire qu’elle lui manquait affreusement et qu’elle regrettait en fin de compte. Elle regrettait de ne pas avoir été assez forte en juillet pour ne pas agir comme une garce, pour ne pas agir égoïstement.

Elle reprit ses esprit un instant, réalisa ce qu’elle venait de lui dire et laissa couler une seconde larme sur sa joue. Sa gorge était serré. La peur qu’il la quitte était bien trop présente, elle ne voulait pas la froisser…


« -S’il te plait, me laisse pas… Reviens! »

Elle restait là, dans la fraicheur de la nuit, sans veste ni couverture. Laure était tellement énervé, fatigué, à bout qu’elle ne sentait pas la froideur de l’hiver lui geler les os. Et puis même si elle le sentait, ce n’était pas important, plus rien n’était important dans le fond !



_________________




Dernière édition par Lauréline McShane le Lun 20 Fév - 13:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thèdes Konstonhalu
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 27 juillet
▌Pays d'origine: Norvège
▌Statut: 2ème année

MessageSujet: Re: Je cherche les étoiles, tu ne les aurais pas vu ? [PV] [terminé !!]   Mer 30 Nov - 14:41

Il faisait nuit noire, mais à deux heures du matin, c'est une réelle perte de temps, une erreur de le dire. Bien sûr qu'il fait toujours noir, à deux heures du matin. Et puis, ces temps-ci, il faisait toujours nuit noire, il faisait froid et noir. Le duo infernal qui mettait ses nerfs en bouillie. Ca la rendait réellement plus vulnérable qu'à l'ordinaire, mais ça aussi, c'était une réelle perte de temps de le dire, parce que tout le monde le savait.

Thèdes était devenue de plus en plus obsédée par la course, ces derniers mois. Dès qu'elle avait une heure de libre, elle partait courir. N'empêche que c'était surtout la nuit qu'elle en profitait pour partir un peu. Il n'y avait jamais personne dans le parc, la nuit, ou sinon les étudiants qui revenaient de soirée, mais ils ne la reconnaissaient jamais. Thèdes, en survêtements et en baskets ? Réellement ? Mais non, tu t'es sans doute trompé, ça ne peut pas être elle. Alors voilà. Il n'y jamais personne pour la reconnaître, jamais personne pour la déranger. Il faut dire qu'elle en avait besoin, Thèdes, il fallait qu'elle respire, qu'elle évite de réfléchir ces derniers temps. Du coup, c'était parfait. Elle se concentrait sur le rythme de son coeur, sur les brûlures de ses poumons qui ne cessaient de croître au fil des minutes, et puis sur la douleur de ses jambes qui lui criait un peu plus fort chaque seconde de s'arrêter. Elle ne l'écoutait jamais. À quoi bon ? Elle était bien, là, et ses jambes suivraient, comme elles avaient toujours suivies. Il n'y aurait pas de problème, et puis, au pire, qu'elle heurte un arbre pour s'arrêter, qu'elle s'affale dans l'herbe et tête la première s'il le fallait, qu'elle mange du gazon, qu'elle se fasse mal, qu'elle ait des bleus par dizaine, par centaine même, si c'était réellement nécessaire, qu'elle apprenne, un peu. Mais jamais personne ne lui enseignait quoi que ce soit, et elle n'était encore jamais tombée.

Ca viendrait.

Ce soir-là était un soir comme les autres, un soir de janvier, glacial et sans nuage. plein d'étoiles et pourtant noir, tout noir, toujours tout noir. Rien n'aurait dû sortir de l'ordinaire, ce soir non plus, tout aurait du être comme les six autres derniers mois.

Sauf que non. Non, et non.

Il y avait quelqu'un là-bas, et la voix lui fit froncer les sourcils. Lauréline. La voix de Lauréline, elle s'arrêta de courir brusquement et manqua de tomber. Mince, une prochaine fois. Elle calma doucement le rythme de son coeur et enleva la capuche qui la protégeait du froid tout en s'approchant de la personne qui, il fut un temps, était celle en qui elle croyait le plus. Sans un mot, elle s'assit à côté de la plumentine, regardant fixement le ciel.

« Tu lui parles toujours ? »

Thèdes connaissait l'histoire du frère de Lauréline, avait compati à sa douleur et avait tenté de la consoler, mais il y a des peines qui ne peuvent l'être, et celle-ci en était une.

« Moi, je suis sûre qu'il t'écoute. Les frères, ça écoute toujours, d’où qu’ils soient. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lauréline McShane
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 12 Juin
▌Pays d'origine: France
▌Statut: 2ème année

MessageSujet: Re: Je cherche les étoiles, tu ne les aurais pas vu ? [PV] [terminé !!]   Mer 7 Déc - 20:57


Elle fut énormément surprise en entendant cette vois connue derrière elle. Thèdes ?! Laure ne s’y attendait vraiment pas, déjà d’une de la croiser à une telle heure et de deux que celle-ci lui adresse la parole.

Elle sécha ses larmes - pour rester discrète même si Thèdes n’était pas dupe - leva la tête et ne laissa paraitre aucunes émotions sur son visage. Elle se contenta tout simplement de la fixer puis de détourner le regard en tirant une nouvelles fois sur son joint avant de l’éteindre.



« Je pense que je l’ai vexé, je ne le sens plus … Il est plus là… »


Elle but une gorgée au goulot même de la bouteille et en proposa à thèdes en guise de drapeau blanc, de toute façon Laure n’était pas d’attaque pour armé les canons. Elle n’aimait pas vraiment se prendre la tête même si parfois elle cherchait la situation mais dans ces cas c’est parce qu’elle en avait besoin et qu’il le fallait pour adoucir les mœurs. Autrement, se prendre la tête et arracher les tifs du voisin n’était pas son truc. Lauréline n’aimait pas non plus se disputer avec son frère, elle n’aimait pas que le ton monte et que les mots ou les gestes blessants fassent leur apparition. Manques de bol, bilan de la soirée : Un va te faire, une baffe et un léger sarcasme… Bilan Catastrophique !
Laure n’aimait pas vraiment parler de tout ça elle changea donc rapidement de sujet avant que les larmes ne la rattrapent.



« Tu cours souvent la nuit comme ça, quand il fait froid? »


Thèdes connaissait les plus grande partit de la vie de la plumentine. Ce n’était pas agréable d’être vulnérable même si celle-ci était une amie fut un temps. C’était encore moins recommandé sachant que cette ex amie lui en voulait encore. Cela n’est pas vraiment rare d’entendre deux anciennes amies être de véritables garces entre elles, il parait qu’a un moment le but étant de faire du mal à l’autre autant que l’on en à reçue. Même si thèdes n’était peut être pas comme ça, ou du moins pas avec laure, il était difficile de penser que rien de malheureux pouvait arriver. Consciemment oui même inconsciemment !

La rouquine ramena ses jambes vers elle et passa ses bras autour. Elle se remémora alors de la dernière fois ou elles s’étaient retrouvés seules dans le parc pour la dernière fois. Cela remonté à loin en faite … Peut être trop loin.



« La dernière fois c’était en mai, Il ne faisait ni froid ni chaud et la lune éclairé entièrement le ciel! »


Depuis mai, elles s’étaient certes parlés et avaient vécue pas mal de soirées arrosées mais n’étaient pas vraiment revenue au parc pour admirer les étoiles. Enfaite elles n’étaient pas revenu dans ce parc près de swyn…

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thèdes Konstonhalu
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 27 juillet
▌Pays d'origine: Norvège
▌Statut: 2ème année

MessageSujet: Re: Je cherche les étoiles, tu ne les aurais pas vu ? [PV] [terminé !!]   Jeu 8 Déc - 15:20

« Il te joue un tour, c’est tout. Les frères répondent toujours présents, il faut juste que t’attendes. »

Thèdes parlait en connaissance de cause, même si elle n’était jamais venue ici pour parler aux étoiles en espérant que son frère lui réponde. Tejho n’avait pas besoin d’étoile pour exister ou quoi que ce soit d’autre, il était là, c’était tout. Dans sa tête, toujours. Elle ne lui parlait pas, cela dit, se contentait de se l’imaginer ou de se remémorer les quelques expressions qu’il avait faites. Mais ce n’était pas la même histoire, aussi. Le frère de Lauréline était mort plus vieux, bien trop jeune certes, mais il avait un peu vécu. Les souvenirs de Lauréline devaient sans doute être plus vivaces, plus persistants. Plus nombreux, aussi. Dans un sens, Thèdes enviait Lauréline, non pas pour avoir perdu son frère plus tard qu’elle-même avait perdu le sien mais pour avoir pu apprendre le connaître et avoir pu s’attacher à lui de manière à ce qu’elle vienne ici, des fois, pour ne pas le perdre de vue, même s’il n’était plus vraiment là, même s’il ne serait plus jamais là non plus.

Elle hocha doucement la tête lorsque Lauréline lui tendit la bouteille et l’attrapa sans d’abord boire. Vraisemblablement, Lauréline ne cherchait pas la guerre ce soir, et Thèdes non plus. C’était un soir de paix, pas comme un soir d’avant où tout allait toujours bien, où les rires fusaient, mais un soir où elle était persuadée qu’il n’y aurait ni cri, ni coup, ni douleur. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle se permit un sourire en l’entendant.

« Oui. Une nouvelle lubie, ça brûle plus de calories quand il fait froid, tu ne le savais pas ? »

Elle rit discrètement et but au goulot en pensant que jamais Lauréline ne la croirait. Malgré tout ce que Thèdes pouvait dire, Lauréline avait le don de savoir quand la norvégienne mentait, bon, ce n’était pas non plus très difficile de le savoir, mais l’ironie et le sarcasme avait toujours été présents dans leur relation, et même si celle-ci s’était finie de manière un peu violente, ça ne les avait jamais vraiment quittées.

« La dernière fois qu’on est venues ici, tu veux dire ? Je ne m’en souviens pas. J’ai fait en sorte d’éradiquer un peu tous les souvenirs que j’avais de nous deux, tu vois. Et ma tête est beaucoup moins pleine, du coup. »

Elle n’aurait jamais pu le dire autrement. Il y avait tellement de moments partagés entre Lauréline et Thèdes que tous les effacer aurait fait une place folle dans son cerveau. Dommage que ça ne marche pas comme ça, d’ailleurs, parce que tout y était ancré, et visiblement rien ne voulait sortir. Ce n’était pourtant pas faute d’avoir essayé.

« Pourquoi t’es habillée en tenue de soirée ? Tiens, c’est une situation bizarre, ça. Pour une fois que t’es mieux habillée que moi… »

Elle but de nouveau à la bouteille et la rendit à Lauréline en souriant. Thèdes ne se rappelait pas d’une seule soirée où elle n’avait pas été pour choisir les vêtements de Lauréline. … Ca aussi, ça aurait du être éradiqué. Elle baissa les yeux, ignorant les étoiles, Lauréline les regardait bien assez pour deux, de toute façon, et arracha une poignée d’herbes, pour lancer une par une les brindilles devant elle.

« Pourquoi t’es là, Lauréline ? »

Elle arracha une nouvelle poignée d’herbe et soupira.

« Et si on se voilait la face, cette nuit ? Et si ton frère était encore là, qu’est-ce qu’il te dirait pour te consoler ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lauréline McShane
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 12 Juin
▌Pays d'origine: France
▌Statut: 2ème année

MessageSujet: Re: Je cherche les étoiles, tu ne les aurais pas vu ? [PV] [terminé !!]   Ven 16 Déc - 18:05

« Attendre? »

Laure fit un timide sourire à Thèdes assise à côté d’elle

« Tu devrais pourtant savoir que la patience et moi ne sommes pas tellement copine. Elle ne fait pas partit des vertus que je cultive »


Lauréline n’avait jamais eu la faculté d’être patiente. Elle n’aurait pas pu dire combien de fois elle s’était énervé contre Laucian parce que celui-ci prenait toujours son temps pour agir ou mettre en place quelque chose. Son jumeau lui répétait toujours la même phrase « Il faut te détendre, tu mourras avant moi à force de te stresser ». Ils avaient beau être jumeau ils ne fonctionnaient pas du tout de la même façon, laucian ne stressait jamais… Jamais il n’avait été angoissé parce que tel ou tel chose ne se faisant pas dans les temps. Sa philosophie tournait presque au bouddhisme tellement il était calme et proche de la nature. Quand quelque chose l’énervé il cherchait à en comprendre la cause, voir plus loin que le bout de son nez sans s’énerver . Il ne détruisait pas le bâton qui l’avait frapper mais tentais plutôt de comprendre pourquoi la main avait agit ainsi. Lauréline n’était pas capable de faire cela, bien trop impulsive pour réfléchir avant d’agir. Les seules fois ou la demoiselle préparait ses actions cela tournée au plan calculateur

Cela faisait longtemps qu’elles ne s’étaient pas retrouvé calme toutes les deux l’une à côté de l’autre. D’habitude, dans la salle commune, elles savaient parfaitement lancer des piques à l’autre pour l’embêter ou même parfois la blesser. C’était devenue comme un jeux dans le fond, sans trop de but particulier et par se montrer mutuellement qu’elles étaient forte. Pour ce elles étaient pareil, forte! Leur orgueil prenait bien souvent le dessus.. Voir trop souvent ! Mais elles se comprenaient ainsi, c’était leur relation ce qui les caractérisé, elles ! Fut un temps -pas si loin - c’était une complicité… aujourd’hui il est difficile d’expliquer ce qu’il s’est passé.



« Brûle plus les calories la nuit en plein froid ? »


Ce raisonnement fit rire laure, elle n’était pas dupe et savait très bien que si thèdes courait le plus part du temps c’était pour ne penser à plus rien. Elle se contenta de sourire et tente de le tourner à dérision.


« Et boire réchauffe notre âme ? »


Thèdes était au courant des manigances de laure, mais elle n’avait encore rien dit. Leur relation était plus qu’étrange, à la fois ennemie mais malgré tout il restait en elles un brin d’amitié autre fois présente. Elles prenaient la défense de l’autre quand celle-ci recevait des reproches. Elles prenaient des nouvelles par certains intermédiaires et s’inquiétait de bien être de l’autre sans jamais se l’avouer.
Lauréline sortit un petit sachet de son sac de soirée, prit un cachet dedans et l’avala tout naturellement. Thèdes était au courant de toute façon qu’allait elle faire de plus ? Rare était les fois maintenant ou elle en prenait et puis elle avait réduit les doses. Non que cela pardonné la faute, mais être une petite fille modèle n’était pas chose facile pour une succube .



« Tu as réussis à tout enlevé toi ? Je fais que dire que je m’en fiche mais … J’ai … »


A ce moment il était plus facile de regarder dans le vide et de s’allumer une cigarette plutôt que d’affronter le regarde de thèdes. Elle ne pouvait pas lui dire ce qu’elle pensait en face. Déjà lui avouer ce qu’elle pensait n’était pas chose facile mais il était temps - selon elle - d’arranger les choses. Thèdes lui manquait affreusement, c’Est-ce que l’on pouvait appeler un secret de polichinelle puisque bien évidement tout le monde le savait.


« J’ai du mal moi … J’arrive à me convaincre une heure peut être deux … mais jamais plus »


Elle se souvenait de tout, de l’anniversaire, de la première fois ou elles se sont adressées la parole, de la soirée des 50’s et même des nombreuses soirée passé l’une avec l’autre à boire et danser sur les fauteuils de la salle commune. Laure se souvenait de presque tout, rare étaient les détails qui avaient pu échapper à sa mémoire.
Elle avait pourtant tenté de faire un deni total, comme si rien ne s’était passé, comme si son frère n’était jamais mort, que son amitié avec Thèdes ne lui avait jamais vraiment été importante. Elle avait essayé … en vain !



« On a échanger nos rôle pour la soirée… se soir c’est moi qui tente de jouer le rôle de la petite fille modèle »


Lauréline tourna la tête vers Thèdes et afficha un léger rictus. En général c’est Thèdes qui portait les robes de hautes couture et Laure préférait les vêtements un peu plus vintage.
Thèdes n’avait jamais - ou rarement - vu Laure vêtu ainsi. Sa réflexion était donc compréhensible !



« Il y avait une soirée importante se soir au domaine. Ma présent était vivement recommandé ! »


La robe de Lauréline avait beau être simple elle ne restait pas moins chic. Vêtement de grand couturier, longue, noir avec un en simple col en diagonal ne couvrant qu’une seule épaule et pailleté du haut en bas. Elle regarda ce que faisait Thèdes ave l’herbe et se mit à sourire, amusé de voir que son ancienne amie avait l’attitude d’une petite fille mal à l’aise, venant de se faire crier pour une bêtise.


« Un besoin de prendre l’aire j’imagine, la soirée fut mouvementée … »


Laure garde le silence un instant, hésitante à dire quoi que se soit sur son frère comme si le simple fait de le prononcer lui écorcherait la bouche !


« Eöl se mari .. Avec la fille de l’associé D’Edward ! Mais il ne l'aime pas… »


Répète à voix basse « - il ne l’aime pas … »

Elle resta surprise aux propos de Thèdes, la fixa un instant sans rien dire … Que dirait il ?
Il crierait surement, lui dirait qu’elle déconne, qu’elle n’a rien à prouver



« - Il dirait surement que … »


Lauréline avait honte, depuis quelques semaine maintenant elle faisait tout et n'importe quoi tant que cela lui permettait d'oublier!
Il lui arrivait même de temps en temps que cela tourne mal comme un bad trip par exemple...
Elle garda le silence et regarda thèdes un instant avant d'ajouter sur un ton froid



« Il me dirait la même chose qu'à chaque fois, qu'on est invincible tant que l'on serait tous les deux ... Sauf que je ne suis pas vraiment invincible même si je tente de m'en convaincre ! »

_________________




Dernière édition par Lauréline McShane le Lun 19 Déc - 18:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thèdes Konstonhalu
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 27 juillet
▌Pays d'origine: Norvège
▌Statut: 2ème année

MessageSujet: Re: Je cherche les étoiles, tu ne les aurais pas vu ? [PV] [terminé !!]   Lun 19 Déc - 17:10

« Je sais bien que tu n’es pas patiente, mais des fois, c’est pas comme si on avait le choix. On parle quand même de... »

Elle ne savait pas si elle devait le dire à haute voix, ou le murmurer, ou même taire le prénom du frère de Lauréline. Pour sa part, c’était tellement dur de dire « Tejho » qu’elle ne savait vraiment pas quoi faire. Des syllabes qui lui écorchaient la gorge, et qui lui donnaient la migraine, et le mal au coeur. Tejho. Tejho. Tejho. Tejho ? Et puis, c’était si aggressif à prononcer. Ca ne lui écorchait pas la gorge seulement parce que c’était Tejho, parce que c’était son frère, mais aussi à cause de la prononciation. Et puis, elle n’avait pas la force de la faire, cette prononciation-là, quand on parlait de lui. Tejho ? Mais non, c’était trop dur, trop fatigant. Tejho ? Évidemment qu’elle pouvait bien faire un effort pour lui, mais jamais personne ne lui en donnait l’occasion. Jamais personne ne parlait de lui, et Thèdes ne le ferait pas d’elle-même, alors voilà. Tejho était tu. Tejho n’était jamais prononcé, mais ça l’arrangeait bien, à Thèdes. Ca l’arrangeait bien de le taire. Mais Lauréline n’était pas Thèdes. Lauréline devait avoir la force de prononcer et t’entendre le prénom de son frère.

« Laucian. »

Et puis, c’était tout doux, plus mélodieux. Plus enchanteur. Bien plus simple à prononcer. Comme Lauréline. Lauréline était la préférée, elle était belle, drôle et intelligente. Elle savait faire la fête, faire oublier aux autres leurs problèmes. Lauréline était enchanteresse. Lauréline était douce. Lauréline était mélodieuse. Et dire que c’était si compliqué de l’admettre, même maintenant. Et dire que c’était si dur à dire que Thèdes avait trouvé mieux qu’elle. Meilleure. La meilleure.

« Ca fait bien longtemps que boire ne me réchauffe plus rien du tout. »

C’était la vérité. Boire ne la faisait plus rien oublier tant tout était trop douloureux. Et ce que Lauréline disait n’en rajoutait que d’autant plus. Elle essayait d’oublier, et elle n’y arrivait pas ? Ou sinon, quelques heures au mieux ? Qu’est-ce que Thèdes pouvait bien répondre à ça ? Tu as de la chance, Lauréline. Parce que moi, oui, moi, je n’arrive pas même pas à oublier ne serait-ce qu’une heure. Ce n’est pas faute d’essayer pourtant, je t’assure Lauréline, que j’essaie, tous les jours, toutes les heures, et toutes les heures me ramènent à toi. Je m’oblige à penser à autre chose, pourtant, je m’oblige à tout effacer, à tout éradiquer. À me dire : Mais non, c’est faux, tu n’as jamais existé. Mais tu existes, Lauréline, et tu es là, assise à côté de moi, et j’entends bien le son de ta voix, et je sais que je ne délire pas. Tu existes. Et le pire, dans tout ça, c’est que je ne sais pas si je dois dire si c’est un avantage ou bien un inconvénient.... C’est qu’elle aurait bien aimé en faire un tableau, Thèdes. Inconvénient : Lauréline restera toujours Lauréline. Avantage : ... Lauréline restera toujours Lauréline. Repartie au point zéro, impossible de faire marche arrière. Lauréline était là, elle était comme elle était, et il fallait faire avec, parce que ce sont des choses qui arrivent, quelques fois.

Et voilà que Lauréline était Thèdes, ce soir. Habillée en robe du soir, coiffée comme il fallait. La remarque la fit rire jaune, d’ailleurs. Les rôles étaient échangés, ce soir. Non, ils ne le seraient jamais. Parce qu’une resterait l’une, et l’autre resterait l’autre, et il n’y a qu’une place tout en haut, et Thèdes l’avait perdue, et elle se maudissait de l’avoir perdue, aussi. Et elle se détestait, et elle s’en voulait tellement. Mais c’était trop tard. Et jamais plus elle ne serait Lauréline, parce que non, bien évidemment que non, plus jamais les rôles ne seraient échangés. Parce que non, bien évidemment que non, plus rien ne redeviendrait comme avant. Thèdes n’aurait plus l’occasion de croiser le regard de Lauréline et d’y voir tout ce qu’elle voulait. Lauréline n’aurait plus l’occasion de voir Thèdes sourire comme elle seule en était capable de la faire sourire. C’était tout. C’était fini.

« Tu sais, des fois, je me dis que c’est vieux, tout ça. Ce ‘nous’. Des fois, je me dis qu’il est périmé, qu’il est daté, qu’il est fini. J’ai l’impression que ça remonte à des siècles en arrière. Et pourtant, je me souviens de tout, oui, mais il y a un voile dessus. Comme si j’avais été aveugle, ou que je n’avais pas assez profité. C’est compliqué, tu sais. »

Et puis, Lauréline lui parla de sa soirée, de son autre frère, de son futur mariage. Vraisemblablement, il était inutile de féliciter les futurs mariés, et encore moins en présence de la soeur McShane. « Il ne l’aime pas. » Le pessimisme de Thèdes la rattrapa, mais elle retint à la dernière seconde que c’était tant pis, que c’était comme ça, qu’on y changerait rien, même en le voulant vraiment. Alors, elle hocha la tête, doucement, comme pour signifier que oui, elle avait compris, que oui, elle était désolée, mais non, elle ne pouvait rien y faire.

« T’es pas invincible, Lauréline. Personne ne l’est, mais tu es forte. On se l’est assez prouvé, non ? Tu es forte, et je ne plaisante pas. Tu devrais le savoir, tu devrais en avoir conscience, te le répéter souvent, comme une vérité universelle. Et tu sais, des fois, être forte, c’est mieux que d’être invincible. Sérieusement, on ne ressentirait rien, sinon. »

Elle oublia de dire que oui, c’était mieux d’être forte, mais c’était aussi bien plus douloureux. Tant pis, le ton qu’elle prenait en parlant en disait bien assez.

Lauréline, t’entends comme j’ai mal, là ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lauréline McShane
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 12 Juin
▌Pays d'origine: France
▌Statut: 2ème année

MessageSujet: Re: Je cherche les étoiles, tu ne les aurais pas vu ? [PV] [terminé !!]   Lun 16 Jan - 21:47

Le prénom de son frère raisonnait dans la nuit comme une douce mélodie chantait à un enfant de 4ans pour l’endormir. Rien que d’entendre ce prénom, les larmes vinrent doucement aux yeux de Laure. Il lui était très difficile de l’écouter et encore plus de le prononcer, généralement elle parlait de lui à la troisième personne du singulier ou disait son prénom si rapidement que même son esprit n’avait pas vraiment le temps de réagir. Le seul qui savait dire Laucian c’était Eöl, lui rien ne l’embêtait! Son frère avait beau être mort, il l’acceptait relativement bien comparé à sa sœur… Surement le fait que cette dernière soit sa jumelle, une partit d’elle manqué à l’appel! Elle ne put vraiment répondre à la phrase de Thèdes, elle avait raison, pour Laucian, Laure pouvait bien faire cet effort de patience, il n’était pas n’importe qui !

Les deux jeunes filles étaient là dans le froid, en plein mois de Janvier. L’une en sur vêtement et l’autre en robe de soirée avec pour simple dessus une veste qui ne tenait pas vraiment chaud en fin de compte.
Pendant un instant c’était comme si rien n’avait changé, comme si ces deux personnes ne s’étaient jamais fait le moindre mal. « Je suis désolé, je m’en veux et je regrette tu sais … » Elle voulait le dire, sa bouche voulait le sortir mais rien a faire, rien ne sortait ! Elle le pensait pourtant mais … le néant, elle avait déjà bien assez fait de mal comme ca. Rien ne servait de revenir dans le passé, de dire a quel point le mal être était présent, a quel point le remord occupé ses pensée.
Laure vue le sourire de Thèdes et se mis à sourire à son tour faisant contraste avec la larme encore présente sur sa joue. Pendant que Thèdes parlait, la jeune rouquine repenser à tous ses bons moments avec elle… Les nombreuses fois ou dans la salle commune elles se mettaient à deux pour faire les 400 coups, ou alors les fois ou elles n’étaient pas particulièrement gentille avec les nouveaux arrivant juste parce que c’était marrant de prendre les gens de haut et leur faire peur au premier abord. Toute leur énergie se canaliser, elles étaient comme un duo! Un duo si parfait qui ces derniers temps était devenu diabolique. Elles étaient devenue les meilleures ennemis !



«  S’il n’y avait pas eu cette histoire de ... »


Lauréline hésita un bref instant avant d’en parler puis après tout … autant mettre les choses à plat, la soirée s’y prêté parfaitement bien


« … baiser avec Andrew, on serait toujours amie pas vrai?! Des fois j’y repense et… je regrette. Ce soir là ce fut le troue noir dans ma tête. Comme si rien n’avait existé avant cela et que plus rien n’aurait de gout par la suite… En faite tout est fade maintenant ! »


Elle aurait aimé lui dire tant de chose. Lui que sa vie ressemblait à un plat auquel on y met un sel qui n’assaisonne rien du tout et qui ne laisse aucune trace de son passage. Lauréline aurait aimé dire à Thèdes que rien n’avait d’importance à part leur amitié, qu’après avoir perdu Laucian, elle avait été la seule personne capable de lui redonner confiance en la vie, en un futur … Elle aurait voulut la rassurer en lui disant que fumer tout et n’importe n’était qu’une simple façon de pouvoir ressentir quelque chose à nouveau, car même si cela la détruisait il n’y avait que peu d’importance tant qu’elle pouvait ressentir une émotion, que même si elle avait mal, même si elle se prenait des tripes hallucinogène elle s’en fichait pas mal, c’était la preuve qu’elle vivait! Elle ressentait quelque chose alors elle était vivante. Même si cette chose lui faisait du mal, même si ce bien être n’était pas saint… Lauréline ne réfléchie pas vraiment à cela, elle avait simplement besoin de se prouver qu’elle était encore vivante, malheureusement ou heureusement selon les points de vue. Oui elle aurait aimé pouvoir lui dire tout cela mais ce n’était pas son truc à Laure d’étaler autant ses sentiments et puis Thèdes devait s’en doutait de toute façon alors à quoi bon perdre du temps …
Sentant le cachet faire son effet, Lauréline s’allongea dans l’herbe fraiche et contempla le ciel entouré de millier d’étoiles. Elle prit une grande inspiration pour dissimuler la boule dans sa gorge et continua d’une voix posé



« Tu penses qu’un jour on y arrivera ? Tu penses qu’un jour … ca redeviendra comme avant? »


Elle connaissait la réponse, les choses ne pouvait pas redevenir comme avant, rien ne pouvait revenir en arrière mais cela pouvait être différent. Les choses pouvaient être autrement et même peut être mieux, qui sait?!

« Tu trouves toi ? Moi pas … T’es bien plus forte que moi, le pari était affreux ! Je savais qu’il te ferais du mal parce que dans le fond il n’avait pas besoin de toi … Alors la plus forte de nous deux, c’est toi! Tu as toujours gardé la tête droite malgré tout ce qu’il s’est passé ces derniers mois. »


Lauréline laissa courir sa main le long de sa jambe pour attraper la lanière de son sac et y prendre un joint cacher au fond. Elle l’alluma et en tira une grosse latte, laissant la fumé entrer dans ses poumons et ressortir doucement. Sa tête commencé à tourner, son esprit ne réfléchissait plus vraiment, L’herbe la portait et elle se sentait bien. C’est tout ce qui comptait, l’effet recherché était présent. Laure savait que vu son état d’esprit le bad n’était pas vraiment loin comme à chaque fois mais ce n’était pas ce qui la préoccupé, elle savait qu’un jour elle arriverait à se stabiliser, qu’un jour elle arriverait à trouver un équilibre.


« Tant qu’il est là haut, tout va bien en fin de compte… Tout va bien parce que tout doit aller bien, la vie continue et elle ne s’arrête pas. On se lève le matin sans but vraiment précis, mais tout va bien puisqu’on se lève… tu vois c’est ca que je me dis tous les jours. Et tout va bien parce que tant que je ressens encore quelque chose c’est que je suis en vis, alors ca me va! Ca me rend pas vraiment forte, mais ca me rend intouchable . Inatteignable. Je m’en fiche pas, je passe au dessus de tout! »



~ Crois moi je t’en supplie, me demande pas de détailler. Dis que tu me crois quand je te dis que ca va, parce que je ne me sens pas de te dire que j’en crève tellement ca fait mal… que j’ai l’impression de suffoquer tellement je compresse. Dis que tu me crois quand je te dis que je vais bien… Je me sens pas de m’effondrer là sur place et devoir accepté tout ce que je n’ai pas accepté jusqu’à aujourd’hui. J‘ai passé tant de temps à construire les murs, ne me fait pas plier, j’y survivrais pas … Dis que tu me crois… ~

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thèdes Konstonhalu
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 27 juillet
▌Pays d'origine: Norvège
▌Statut: 2ème année

MessageSujet: Re: Je cherche les étoiles, tu ne les aurais pas vu ? [PV] [terminé !!]   Mer 18 Jan - 17:26

S’il n’y avait pas eu toute cette histoire de baiser, entre Andrew et Lauréline. Si. Il était encore et toujours là, celui-là. Imaginer ce qui aurait pu se passer si. Si. Il était plus de minuit, comme d’habitude, et comme d’habitude, elle se posait la même question. En fait, elle ne savait pas quelle heure il était, elle s’en moquait aussi. Quelle importance ? Pourquoi se poser la question ? Lauréline avait demandé ce qui aurait pu se passer si. Elle ne savait pas. Elle n’en savait rien. Elle aurait voulu savoir, pourtant. Qu’est-ce qui aurait pu se passer ? Andrew aurait embrassé quelqu’un d’autre, il lui aurait brisé le cœur de la même manière, peut-être, mais il y aurait eu Lauréline. Lauréline aurait été là pour elle, pour surmonter ça, du moins, elle espérait. Elle n’aurait pas été toute seule, elle ne serait pas devenue cette fille insensible et trop droite, méchante et bilieuse. Elle aurait aimé être quelqu’un d’autre, vraiment. Changer d’air, partir loin, faire quelque chose de bien. Elle avait eu besoin de se sortir de tout ça, elle avait cru pouvoir devenir quelqu’un d’autre, quelqu’un de mieux, elle s’était trompée, elle avait voulu prendre de l’air, elle n’y était pas arrivée. Elle avait essayé de se concentrer sur quelque chose de plus grave, elle avait réussi. Elle s’était concentrée sur Tejho, sur lui et seulement lui, et la douleur qu’Andrew lui avait infligée n’existait plus à l’instant même où Thèdes pensait à Tejho. Elle avait eu encore plus mal, peut-être que c’était ce qu’elle avait cherché à faire. Mais ce n’était plus supportable, et répondre à Lauréline ne l’était pas non plus. Mais elle était là pour ça, elle était forte, et Lauréline devait savoir, parce que Thèdes ne supportait simplement plus de garder ça pour elle.

« Tu serais restée ma meilleure amie, j’aurais fini par rompre avec Andrew d’une façon ou d’une autre, tu serais restée de mon côté et tu m’aurais aidée à m’en remettre. Tu m’aurais emmenée dans des tas de bars, pour me faire rencontrer plein de nouveaux visages. Tu aurais été là, et je t’aurais collée au point que tu ne veuilles plus me voir parce que j’aurais eu réellement et indéniablement besoin de toi. Voilà ce qui se serait passé si, Lauréline. Voilà. »

Et pourtant, elle resta impassible. Elle n’adressa pas un regard à Lauréline. Des fois, elle avait envie de la regarder sous un nouveau jour, de lui trouver des qualités et des défauts. Elle ne le faisait jamais. Elle aurait voulu lui dire qu’elle aimait ses yeux, qu’elle aurait voulu les mêmes, qu’elle ne voulait plus de collier, qu’elle avait envie de se l’arracher des fois, qu’elle aimait son nez, que c’était la plus belle, lui dire qu’elle gâchait tout, qu’elle se gâchait. Pourquoi faire ? Elles n’étaient plus amies, elles n’étaient plus rien, c’était fini, le temps était passé, tout le monde avait avancé, et c’était le devoir de Thèdes de faire de même, même si c’était dur. Et Lauréline brisa toutes ses barrières, en une seconde, elle se tourna vers elle. Elle venait de demander ce qui normalement ne se demandait jamais.

Elle resta d’abord silencieuse, parce qu’honnêtement, elle n’en savait rien, mais qu’elle avait envie de lui hurler que non, plus jamais, elle ne se laisserait plus berner de la sorte, qu’elle ne se ferait plus avoir, qu’elle avait assez donné, que c’était fini, que les amis, c’était la fin. Elle avait envie de lui crier de partir, de lui dire de ne plus jamais lui demander une telle chose, parce que la réponse serait obligatoirement non, un non catégorique et sans retour. Et pourtant…

« Je l’espère. »

Et c’était sincère, parce que ça lui manquait, c’était indubitable, et que les choses devaient retrouver leurs valeurs, et leurs couleurs, et que rien n’avait de sens en ce moment. Et Thèdes avait besoin de valeurs et de couleurs. Les couleurs, c’est toujours jolis, et les valeurs, c’est bien pour avancer, et il fallait que Thèdes avance, et pour ça, elle devait redevenir celle qu’elle était avant, il le fallait vraiment.

« Ton frère sera toujours là. T’as pas besoin d’étoiles pour le savoir, ni d’un ciel dégagé, ni d’une lune pleine. Il est là, c'est tout. »

Elle leva immanquablement les yeux au ciel, pour y distinguer n’importe quoi, mais sans succès ; elle voyait tout flou.

« Fais pas comme si t’allais bien. »

Sorti de nul part, il fallait juste que ce soit dit. Ça, c’était fait, voilà.

Voilà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lauréline McShane
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 12 Juin
▌Pays d'origine: France
▌Statut: 2ème année

MessageSujet: Re: Je cherche les étoiles, tu ne les aurais pas vu ? [PV] [terminé !!]   Ven 20 Jan - 21:28

~ Quand je t’ai vu le soir du nouvel an j’ai cru pendant un instant que l’on était redevenue à cet été, quand on se parlait encore. Je ne m’attendais pas à te voir à la même fête que moi … J’étais vraiment loin de me douter que l’on aurait encore à l’heure d’aujourd’hui des connaissances en commun. Je te dis ca comme si le temps ou on était amie était comme un souvenir de guerre, lointain et dépassé par les années qui ont suivit alors qu’en faite cela ne fait même pas un an.
Oui ! Ce soir là, pendant un instant, j’ai cru revoir ma meilleure amie affichant un sourire plus que radieux, venant s‘asseoir à côté de moi … Sauf que tu n’es pas venue, tu es resté debout! Alors au final tu t’y fait vraiment ?! ~


Thèdes avait raison, s’il ne s’était rien passé ce fameux soir, elles seraient resté amie et Laure aurait tenté d’être là pour elle. Elle en aurait oublié ses problèmes, oublié le fait qu’elle est perdu sa mère, oublier de se demander pourquoi il faut se lever le matin. Elle aurait eu mal mais elle aurait oublier. Elles auraient même surement fait tous les bar de bourg-en-bière et des villages alentours. Thèdes et elle auraient certainement fait la même chose que fait Laure à l’heure d’aujourd’hui - la drogue en moins - mais au moins elles auraient été deux. Parce que c’Est-ce qu’elles ont toujours été, deux ! Il n’y avait pas l’une sans l’autre. Laure savait qu’elle était fautive, quoi qu’elle dise elle n’avait pas a agir ainsi parce que sa mère venait d’être enterrée. Mais se soir là, à la pimentine, elle aurait bien aimé voir entrer son amie… La voir venir vers elle et la prendre dans ses bras! Se soir là, c’était Laure qui avait besoin de faire la tourner des bars pour tout oublier, même si ce n’était que le temps d’une soirée. Même si au petit matin tout devait revenir…


« - J’aurais aimé te voir toi se soir là. Te voir pousser la porte de la pimentine et voir ton sourire une fois encore, comme pour me dire que même si tout allait mal… tu étais là ! Mais c’est Andrew qui est rentré. J’aurais aimé que se soit toi qui me fasse faire la tourné des bars et qui me fasse oublier Oh combien ca faisait mal, Oh combien le trou grandissait d’avantage chaque minutes qui passaient … Je ne cherche pas d’excuse, on aurait pas du. J’aurais pas du ! Mais se soir là, c’était le mauvaise endroit et surtout le mauvais moment … surtout le mauvais moment … »

Laure tenta de garder ses larmes pour elle. Elle avait aimé par-dessous tout l’été précédent, même si celui-ci avait signé la fin d’amitié avec Thèdes. Elle l’avait aimé parce qu’il y avait eu Rome - quoi que Thèdes en dise - et puis paris et les nombreuses soirée à rire toutes les deux… Oublier la mort de sa mère était impossible mais au moins elle en gardait tout de même un bon souvenir. Et pourtant en y repensant, en repensant à cet instant ou elle du rentré en Irlande - après un week end en France plus que mortuaire - elle se rappela tout ce qu’elle avait pu ressentir se soir là ! La solitude, la tristesse … Elle ravala la boule qui se formé dans sa gorge et se détendit légèrement en entendant Thèdes dire qu’il y avait peut être un espoir. Rien ne serait plus comme avant bien évidement, peut être que les choses seraient mieux ? Oui voir moins bien, mais quoi qu’il en soit elles seraient différentes.

«  Je sais que sa présence ne tient pas à une étoile … »

La gorge de la plumentine se resserra d’avantage encore, elle s’arrêta un instant, prit une grande inspiration le plus discrètement possible et essaya de garder ses yeux grand ouvert pour ne pas faire couler une quelconque larme.

« … Mais… C’est un peu comme une lumière de phare. Elle est devant moi et me permet de garder le cap, du moins je tente de le garder …»

Sur la fin de sa phrase, Laure se faisait plus silence… La boule dans sa gorge l’empêchait de parler distinctement. Elle ne voulait pas pleurer, elle voulait se montrer forte. Si les larmes devaient couler, elles couleraient plus tard dans la nuit quand elle serait seule. Du moins c’est qu’elle aurait voulut. Elle aurait voulut attendre et se laisser aller une fois seule. Et au plus elle retenait ses émotions et au plus elle se sentait mal. Exactement la même sensation de bad tripe qu’elle pouvait ressentir après de forte doses. La même sensation qui précédé ses hallucinations extravagantes de sang sur les mains, d’impression de suffocation ou autre comportement psychotrope. En ce moment Laure les connaissaient bien les comportement psychotropes … Drogue et état fragile ne faisaient pas bon ménage.

« Fais pas comme si t’allais bien. »

Elle ne pu tourner sa tête vers son amie pour la regarder dans les yeux et lui dire que c’était faux parce qu’elle allait parfaitement bien et qu’il fallait enlever de suite cette idée sordide… Non elle ne pu faire ce qu’elle faisait à chaque fois. Ses mains se mirent à trembler et elle commença à avoir bien plus froid que d’ordinaire. Laure se pencha et se laissa tomber contre Thèdes posant sa tête sur les jambes de cette dernière. Elle mit ses mains en poing pour ne plus les voir tremblait et se mit à fondre en larme… Ce n’était pas ce qu’elle avait prévue mais en faite … rien n’était comme elle avait prévue.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thèdes Konstonhalu
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 27 juillet
▌Pays d'origine: Norvège
▌Statut: 2ème année

MessageSujet: Re: Je cherche les étoiles, tu ne les aurais pas vu ? [PV] [terminé !!]   Jeu 26 Jan - 13:10

C’était Andrew qui avait fait son apparition le soir où elle aurait voulu que ce soit Thèdes qui vienne. Elle avait beau tout essayer, elle n’arrivait pas à pardonner, pas concrètement, pas vraiment. Elle pouvait bien se dire qu’il était venu au mauvais moment, qu’il s’était passé des choses qui ne seraient jamais passés en temps normal, ça ne marchait pas. Elle n’arrivait pas à se dire que ce n’était la faute de personne, et quitte à mettre la faute sur quelqu’un, autant la mettre sur eux. Mani l’avait prévenue, le lui avait dit de faire attention à Lauréline, et Thèdes avait eu un doute, pendant une seconde et demi, peut-être que Mani avait raison, tiens, c’est vrai qu’Andrew et elle se rapprochaient à l’époque, mais finalement, elle avait renoncé à l’idée, ce n’était tout simplement pas possible, pas Lauréline. Non mais c’est vrai, tout le monde mais pas Lauréline, et pourtant si. Prends ça dans ta tête, Thèdes.

Et dans le mille, bravo Mani, t’avais raison, j’aurais espéré que non, mais si. Comme d’habitude. Il s’était passé ce qui aurait bien dû se passer un jour ou l’autre, qu’elle le veuille ou non, elle avait feint « Mal, moi ? Tu plaisantes, j’espère. » Mais si, évidemment que si, ça lui avait réellement fait mal. Et pardonner, à l’heure d’aujourd’hui, même si elle le voulait vraiment –parce qu’elle le voulait vraiment, elle n’y arriverait pas. Mais elle y croyait, pourtant, un jour, elle viendrait à bout de ce sentiment de rejet, et Lauréline serait bien la première à être mise au courant.

Lauréline continua de parler de son frère, le comparant à une lumière à suivre et la comparaison l’aurait sans doute fait rire si elle n’avait pas été si criante de vérité. C’était ce qui la faisait tenir debout, en ce moment, le fait que son frère la regarde, et voilà pourquoi elle devenait folle quand elle ne voyait pas les étoiles. Son frère ne la regardait pas, et Lauréline semblait réellement avoir besoin de quelqu’un pour prendre soin d’elle, même si cette personne n’était pas purement matérielle. Le truc, c’est que Lauréline avait une passion inavouable pour les extrêmes, pour la limite de la vie, et elle avait l’impression d’être immortelle si son frère la regardait, mais c’était faux, évidemment. Elle n’avait rien d’immortelle, et encore moins quand il y avait des étoiles dans le ciel, et elle s’y brûlerait les ailes, un jour, à trop jouer avec le feu. Et Thèdes se sentit presque coupable de lui lâcher qu’elle n’allait pas bien, sans délicatesse, sans signe de compréhension, presque parce que non. À trop faire semblant de la croire, elle la poussait à faire n’importe quoi, et elle en avait assez de la voir se détruire, comme ça. La seconde suivante, Lauréline avait posé sa tête sur les jambes de Thèdes, et, comme un réflexe, elle posa sa main dans ses cheveux, sans même la regarder.

Et peut-être qu’il était temps.

« J’ai un petit frère, aussi. »

Sa gorge se serra lorsqu’elle se rendit compte de ce qu’elle venait de dire.

« Enfin non, j’avais. Mais il était tout jeune quand il est mort, mais il me manque aussi. Je ne le compare pas aux étoiles, mais je pense souvent à lui. »

Tout le temps aurait été plus d’actualité mais tant pis, Lauréline saurait bien y voir la vérité, elle ne savait pas quoi dire de plus, en fait, parce qu’il n’y avait jamais grand chose à dire sur lui. Alors, elle baissa les yeux vers elle et observa sa main entremêlée dans sa chevelure, et murmura, en sachant très bien qu’elle l’entendrait :

« Laucian n’aurait pas aimé que tu te mettes dans des états pareils. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lauréline McShane
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 12 Juin
▌Pays d'origine: France
▌Statut: 2ème année

MessageSujet: Re: Je cherche les étoiles, tu ne les aurais pas vu ? [PV] [terminé !!]   Mar 31 Jan - 19:52

Que pouvait elle dire ? Laure n’était absolument pas au courant que Thèdes avait eu un petit frère, mais que pouvait elle lui dire? À part un « Je comprend ce que tu ressens » ou encore un «  Je ne le savais pas désolé .. Je compatis » , Laure ne pouvait rien dire de particulier, elle se releva doucement et plongea son regard dans celui de Thèdes. Elle se contenta de la regarder un instant sans rien faire, parce qu’il n’y avait rien a faire en fin de compte, il n’y avait rien a dire non plus. Que pouvait on dire à quelqu’un qui avait perdu un être cher ? C’était comme pour laure… Les gens ne savaient jamais quoi lui dire puisque quoi qu’ils ai pu dire ou tenter de faire elle regarderait toujours les étoiles en pensant à son frère, comme elle aurait toujours autant mal en elle à cause de ce manque qui ne se comble pas. Elle aurait toujours cette envie de danser -comme autrefois- en sachant pertinemment qu’à présent il n’était plus là pour l’accompagner… alors que pouvait elle bien dire à part écouter son amie ?

Lauréline n’avait jamais entendu Thèdes parlait d’un quelconque petit frère, inutile donc de dire que malgré le silence la surprise fut belle et bien présente. Le silence continua de planer entre les deux jeunes, les yeux plantés dans le vide pour chacune d’entre elles… La plumentine sentait toujours ses mains trembler, ainsi qu’un feu ardent à l’intérieur d’elle. Un feu voulant exprimer la douleur, la peine ou encore la colère. Elle ferma les yeux un instant et inspira profondément.


« Tu ne m’en a jamais parlé… tu dis tout le temps que tu es fille unique. »

Sa voix n’était ni agressive, ni sèche … Non ! Il n’y avait aucun timbre particulier dans cette voix ou peut être si, un peu de compassion. Un pourquoi tu ne m’as jamais rien dit avant, j’aurais pu comprendre tu sais. Elle savait que ce n’était pas un sujet facile à aborder et que cela ne se lancé pas entre le repas et le dessert, mais Laure aurait aimé le savoir avant. Elle arracha a son tour l’herbe, comme une petite fille ne sachant pas vraiment quoi répondre… Se sentant mal de n’avoir jamais remarqué que son ami vivait la même chose et que même si elle n’avait pas eu le temps de grandir avec, cela faisait tout aussi mal.
La dernière phrase de son ami résonnait dans sa tête. Il était clair que Laure ce la faisait souvent cette réflexion ! Une multitude de chose n’auraient pas plus à Laucian, comme la Norvège, les soirées de débauche en Thaïlande et sa consommation excessive de toutes drogues pouvant lui faire oublier son absence.


«  Il y a surement une tonne de chose que Laucian n’aimerait pas voir et il me tuerait surement s’il pouvait en avoir l’occasion. »

Lauréline en était consciente et elle voulait changer, elle voulait vraiment arrivé à trouver la stabilité sans son frère. Elle savait qu’elle y arriverait un jour mais la date lui était encore inconnue. Elle pensait pouvoir compter sur son frère, ce crétin ayant toujours fait de magnifique discours à sa sœur sur ce que pouvait être le véritable amour et la véritable façon de vivre. Eöl avait beau ressemblait comme deux gouttes deux au patriarche de la famille, il était celui qui défendait -en général- les idées de sa mère, un peu comme un complexe d’Œdipe fini et clarifié et qui pourtant persisté dans la pensée. Sur ce coup là, il en était loin !


« Confidence pour confidence … »

Cela faisait bien longtemps que les deux jeunes filles n’avaient pas autant parlés et Laure pensait que puisque l’instant s’apprêtait aux confidences pourquoi ne pas en faire une elle aussi?! Elle s’alluma une nouvelle cigarette en espérant faire passer sa tremblote et quand bien même elle n’était plus à ça prêt. Laure garda son regard dans le vide et tira une latte avant de laisser la fumée sortir doucement entre ses lèvres, apaisant aussi la boule toujours présente dans sa gorge.

« Il s’appelait Nicklaus, il était Norvégien … »

Lauréline n’en avait jamais parlé à personne, elle l’avait peut être sous entendue une ou deux fois mais sans plus. Elle lança cette phrase dans le vide sans grande conviction mais elle savait que Thèdes comprendrait de quoi elle parlait. Lauréline avait plus ou moins parlé de la Norvège à Thèdes sans vraiment approfondir le sujet… Il n’y avait jamais eu de moment pour l’approfondir de tout façon et puis Laure n’en avait pas l’envie non plus. Ce soir ce n’était pas le moment non plus mais après tout autant dire tout ce qui n’avait jamais été dit. Parait que c’Est-ce qui se fait entre amie !


« … ça a duré 5 mois et un matin je suis partie... »

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thèdes Konstonhalu
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 27 juillet
▌Pays d'origine: Norvège
▌Statut: 2ème année

MessageSujet: Re: Je cherche les étoiles, tu ne les aurais pas vu ? [PV] [terminé !!]   Sam 4 Fév - 18:46

Bien évidemment qu'elle se disait être fille unique puisqu'elle était une. Son petit frère était mort, et elle ne l'avait connu que quelques jours, ça ne faisait pas d'elle une grande soeur, une personne sur qui comptait ou n'importe quoi d'autre. Tejho était mort ; Thèdes était fille unique. Il aurait pu en être autrement mais ce n'était pas le cas alors elle était seule, et il n'y avait rien à rajouter là dessus parce que c'était comme ça et pas autrement et que, puisqu'il en était ainsi, il n'y avait rien à dire. Lauréline le saurait, elle saurait qu'on ne pouvait pas parler d'une chose pareille, elle saurait qu'il était difficile de l'accepter, impossible, même. Surtout pour elle. Son frère avait vécu, littéralement. Pas Tejho. Elle ne l'avait pas connu, elle, pas comme Lauréline. C'était un degré de douleur différent, et Lauréline devait morfler bien plus que Thèdes. Elle avait vécu avec son frère, avait été éduquée avec son frère. Thèdes pouvait seulement se vanter d'être aller le voir à l'hôpital et encore, en sachant qu'elle ne le verrait jamais que là-bas, parce que c'était ainsi qu'on le lui avait présenté. Une sorte de frère avec une date de péremption. Il est là pour le moment, et on ne sait pas jusqu'à quand, mais on a pas trop d'espoir là-dedans. C'était Tejho, et on avait eu raison, en plus, parce qu'il n'avait pas duré bien longtemps, et comme tout denrée périssable, lui aussi avait été jeté. Et Thèdes s'était retrouvée seule, voilà. Il n'y avait rien d'autre à dire, elle ne voulait rien dire d'autre, aussi.

Alors, Thèdes hocha la tête. Elle était désolée de ne pas lui avoir dit, certes, mais pas plus que ça, parce que personne ne savait rien à propos de lui, quelques détails stupides, à la limite. Andrew savait, et encore, pas tout.

« Alors pourquoi tu continues de faire n'importe quoi si tu sais pertinemment que ton frère aurait été contre ? C'est idiot de ta part, Lauréline, mais je t'apprends rien, là. »

Elle se permettait de lui dire tout ça parce qu'elle connaissait Lauréline, parce qu'il n'y a pas si longtemps que ça, les deux avaient été les meilleures amies du monde et que voilà, Thèdes se savait en droit d'essayer de la remettre sur le droit chemin à défaut d'y arriver réellement. En fait, elle ne savait pas si ça allait marcher, parce qu'elle avait pris en compte que Lauréline n'était plus la Lauréline qu'elle connaissait. Parce qu'elle avait changé, en mal selon elle, et Thèdes doutait fortement qu'à l'heure d'aujourd'hui, ses paroles pourraient avoir un impact - fort ou non - sur la rousse. Elle essayait juste, en tentant de se persuader que c'était en souvenir du bon vieux temps, tout en tentant d'écraser une voix dans sa tête qui lui disait que le bon vieux temps était mort, et que le nouveau serait peut-être meilleur. Blasphème, elle avait envie de lui dire. Blasphème, rien ne serait aussi bien qu'avant, parce que ce ne serait justement plus avant.

« Il s'appellait Nicklaus, et il était norvégien. » Elle sourit au nom, elle en connaissait un, de Nicklaus norvégien. Un amour de garçon. La voix de Lauréline continuant sur sa lancée lui effaça son sourire parce que ça expliquait tellement de choses, en fait. Elle était partie, et elle l'avait quittée, et ça avait été la fin de l'histoire, voilà, et rien ne pourrait changer ça. Confidences pour confidences, tu parles.

« Pourquoi t'es partie ? »

Parce qu'elle avait peur, elle connaissait Lauréline suffisamment pour déjà connaître la réponse, n'empêche qu'elle avait envie de l'entendre de sa bouche.

« C’est pas parce que tu l'as fait une fois que ça recommencera, tu sais. Ça veut rien dire, c'est des foutaises tout ça, de penser que rien ne change jamais. »

À bon entendeur, salut. Qu'elle le prenne pour le norvégien ou pour elles deux.

T'as voulu un pas en avant, Lauréline, j'en ai fait trente pour me rapprocher de toi. Je te promets tout et j'insinue même des trucs louches. Voilà.... Voilà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lauréline McShane
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 12 Juin
▌Pays d'origine: France
▌Statut: 2ème année

MessageSujet: Re: Je cherche les étoiles, tu ne les aurais pas vu ? [PV] [terminé !!]   Mer 8 Fév - 13:23

Thèdes n’apprenait évidement rien a laure. Elle ne lui apprenait rien parce que Lauréline savait pertinemment que ce qu’elle faisait ne servait à rien et pourtant elle le faisait, sans savoir vraiment pourquoi dans le fond. Comme si une douleur pouvait être apaisait avec de l’amusement, de la fête, du charme et de la drogue… La jeune rouquine n’était pas vraiment choquée en entendant Thèdes, seule elle pouvait lui faire de telle réflexions, elle et Elei. Il n’y avait qu’elles deux pour faire une réprimande à laure et que celle-ci encaisse sans broncher.

Lauréline regarda thèdes en acceptant les remontrances et, ne pouvant rien de plus pour sa défense elle baissa les yeux vers l’herbe -presque mouillé par l’humidité de l’air - et laissa ses pensées prendre le dessus.

~ C’est dur de se dire que tu as raison, parce que oui tu as raison .. Et je le sais, je le sais très bien que rien ne passe. J’ai beau tenter d’oublier, rien ne part. Tu sais je pense à passer aux extrême mais au plus j’y pense et au plus je me dis que sauter en parachute ne me fera rien … Et ces images tout le temps présentent !! Ce sang … J’ai l’impression de devenir folle. Sans le soleil la lune perd la raison ! ~

La scène faisait un peu penser à deux sœurs tentant de remettre les choses à plat, tentant d’arranger une longue période de guerre froide - mais pas que froide… Un guerre bien présente avec les poings et les paroles aussi - pour enfin se retrouver. Lauréline releva la tête et regarda son amie dans les yeux. Elle ne pouvait pas lui dire tout ce qu’elle venait de penser, elle aurait bien voulut mais… se soir les mots lui manquaient !


« Je reviendrais .. »

C’était un peu comme une promesse. Son regard s’intensifia, brillant, essayant de ne pas laisser tomber une quelconque larme. Elle savait qu’elle était en tord, qu’elle n’était plus elle-même, qu’il fallait se réveiller. Fallait qu’elle prenne conscience qu’elle n’était plus sur les railles et que le train partait sans elle… ! Mais réveille toi bon sang !!

«  Tu sais cette sensation qui t’oppresse … Quand tu te dis que quelque chose te fait peur et que l’air te manques…?! C’est un peu ce que j’ai eu ce matin là, l’air manqué ! »

Laure avait aimé Nicklaus, peut être même avait il été son première amour . Le soucis primaire de leur histoire c’est que tout avait été bien trop vite, dès sa rencontre avec Nick, il ne se passa pas un instant sans qu’ils soit ensemble… Laure habitait dans l’appartement, enfin les appartements de ce dernier un peu comme une petite amie officielle. Certes les parents connaissaient son existence mais ne la croisé pas tant que ça, la jeune rouquine tentait de se faire discrète. Il était difficile pour elle de se rendre compte qu’elle devenait dépendante de lui au niveau affectif, la seule personne dont elle était accroché au par avant était son frère … il était dur à présent d’assumer, assumer que son frère était partit et que le vide pouvait être remplacé, dur d’assumer qu’elle pouvait potentiellement ressentir quelque chose pour lui bien plus que simplement de l’affection … Pour elle, elle n’était pas la personne qui lui fallait, elle ne s’était pas encore trouvé et avait tant de réponse auxquelles il fallait répondre avant tout. Certes La fuite était tellement plus simple ! Elle se disait que si elle restait avec lui elle ne lui causerait que des ennuis et puis … l’aristocratie ce n’était pas pour elle. La famille noble tout ca, elle n’y avait jamais prit part et ne se sentait pas prête à le faire maintenant.

«  On était aveuglé par la facilité, je n’étais pas une fille pour lui ! C’était facile de passer d’agréable moment, il n’y avait jamais rien qui clochait … »

~ J’ai eu peur Thèdes, peur de m’attacher et d’avoir mal encore.. Peur d’être à nouveau deux pour me retrouver seule par la suite … J’étais devant ce vide n’ayant qu’une simple ficelle pour traverser ce putain de pond … L’autre côté m’intéressait mais la traversé, elle … oui c’est la traversé qui ma foutu la trouille. C’était Laucian qui adoré l’extrême … pas moi ! »


« En faite toi et moi c’est un peu pareil… J’ai pas réfléchie et j’ai agis. Et quand je nous vois la se soir j’ai l’impression qu’à présent quoi que l’on fasse on est tout de même liée, un lien important et solide que rien ne pourrait casser… même s’il est certes abimé. »

Lauréline regarda a nouveau son amie, son amie qui était devenue bien plus que cela, presque comme une sœur.

« Oui toi et moi c’est un peu pareil, sauf que toi je regrette ! »

À peine les mots furent prononcés que Laure attrapa Thèdes dans ses bras pour l’enlacer.

~ Je ne regrette pas la Norvège, non je ne regrette pas parce que je n’ai jamais rien regretté… sauf ce qui te concerne!



_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thèdes Konstonhalu
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 27 juillet
▌Pays d'origine: Norvège
▌Statut: 2ème année

MessageSujet: Re: Je cherche les étoiles, tu ne les aurais pas vu ? [PV] [terminé !!]   Lun 20 Fév - 12:11

Arrêt sur image.

Peu importait leurs noms, et ce qu'elles avaient pu faire et ce qu'elles auraient du faire. Elles s'en moquaient, ça n'avait aucune importance. Ce soir, elles étaient là, envers et contre tout, contre toute attente, ensemble, alors que plus rien ne les destinait à revenir l'une vers l'autre. Elles avaient tout oublié. Une promesse pour aller de l'avant, Lauréline le lui avait dit : Elle reviendrait. Alors voilà, elles étaient là, plus rien ne comptait, elles s'en fichaient puisqu'elle reviendrait. Elle redeviendrait celle qu'elle avait connu, celle qui lui avait tout prouvé, il fut un temps, celle qui était tout, celle qui ne l'avait pas blessée. Tout recommencerait. On enlève les bavures et les mots de trop, et on s'arrange. Voilà, tout allait s'arranger. Tout allait se rééquilibrer. Fini les paris, c'était de trop, ça n'allait plus. Tout ça, c'était terminé. Il fallait tirer un trait dessus.

Elle hocha la tête. Une situation oppressante, elle connaissait ça, et elle savait aussi que c'était qui avait poussé le départ de Lauréline. Elle savait, il n'y avait rien à dire d'autre, c'était tout. Et Lauréline recommençait, encore et toujours, à se mettre des fichus barrières en travers de son chemin. Elle n'était pas une fille pour lui, elle trouvait que ça marchait trop bien entre eux. Alors quoi, quel était le problème ? Justement le fait qu'il n'y en ait pas. Pas de problème égale silence, et silence pour Lauréline égale problème. Voilà, tout était dit, encore une fois, Lauréline avait une trouille insurmontable du bonheur, ça n'allait pas justement quand ça allait trop bien. C'était irrationnel, mais pas pour quelqu'un qui ne connaissait déjà rien à la raison.

Mais ce n'était pas grave, rien n'était grave parce qu'elle avait promis qu'elle reviendrait et Thèdes ne pouvait rien faire d'autre que de la croire, d'accord, d'accord, tu reviendras et je serai là. Elle le disait, elle n'avait pas réfléchi et elle avait agi, comme ça. Ça se pardonne, non ? ... Non, encore une fois, non, pas normalement, en tout cas, pas pour Thèdes, mais c'était bien une situation exceptionnelle, et Lauréline était l'exception qui confirmait la règle. Thèdes était rancunière, oui, trop peut-être, mais elle en avait de ne pas l'avoir à ses côtés, elle avait été éloignée d'elle pendant quatre mois, et c'était suffisant, elle avait assez eu mal et c'était suffisant. Et c'était suffisant, et c'était suffisant et c'était suffisant. Maintenant, elle voulait autre chose, avancer, déjà pour recommencer, mûrir aussi, pourquoi pas. Peut-être qu'il lui avait manquée de maturité à ce moment-là, peut-être que ce n'était pas que de la faute de Lauréline et d'Andrew, peut-être que c'était aussi la sienne et même si c'était terriblement dur à accepter, il allait falloir faire des choix, faire du tri dans toutes ses pensées.

C'était décidé, elle allait le faire. Non pas pour Andrew, non pas pour Lauréline, mais pour elle-même, parce qu'il fallait que ça change, il fallait que ce qu'elle avait à l'intérieur d'elle, cette haine immense, il fallait que ça disparaisse, ou il fallait que ça se transforme, mais il ne fallait pas que ça reste comme tel. C'était trop fatigant et douloureux d'être méchante avec ceux qu'elle avait aimés un jour, ou qu'elle aimait toujours ça. Ça aussi, il fallait qu'elle se le mette dans le crâne.

Andrew et elle, ces derniers temps, c'était compliqué, ça l'avait toujours été, bon, mais là, c'était devenu vraiment très étrange et vraiment très embrouillé. Elle l'aimait, elle ne l'aimait pas, elle l'aimait, elle ne l'aimait pas, elle l'aimait, elle ne l'aimait ? Honnêtement, pour tout avouer, elle n'en savait pas plus que quiconque. Peut-être qu'elle l'aimait encore, peut-être qu'elle ne l'aimait plus. Peut-être que ça recommençait, peut-être que ça partait. Il fallait savoir, elle avait besoin de le savoir, mais elle n'était pas sûre d'en avoir réellement l'envie non plus. C'était déjà compliqué de le détester, alors s'il fallait en être amoureuse aussi et en même temps, la catastrophe n'était vraiment pas loin d'arriver. Mais elle allait voir, parce que pour ça aussi, il fallait qu'elle fasse des choix et du tri. Et elle allait y réfléchir. Peut-être que lui aussi méritait à ce qu'on réfléchisse à tête reposée sur son cas.

Mais plus tard, parce que là, Lauréline et Thèdes étaient ensemble, et qu'elle ne sentait plus le froid, parce que c'était tellement idiot d'y penser maintenant, et qu'elles étaient toutes les deux, et que c'était tout.

Et puis, la promesse était là. Thèdes l'attendra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Je cherche les étoiles, tu ne les aurais pas vu ? [PV] [terminé !!]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Je cherche les étoiles, tu ne les aurais pas vu ? [PV] [terminé !!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S.W.Y.N ¤ Someone Wants You Nuts ¤ :: •• EXTÉRIEUR •• :: » Le Domaine de S.W.Y.N :: Le Parc-
Sauter vers: