AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  


 

Partagez | 
 

 Sunday morning (Libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tyrek Harris
M.U.M
M.U.M
avatar



 
▌Né(e) le: 17 avril
▌Pays d'origine: États-Unis
▌Statut: 5ème année

MessageSujet: Sunday morning (Libre)   Mar 3 Juil - 18:11


Lendemain de veille. À un certain âge, presque personne n’y échappe. Ça fait partie de la vie et de ses plaisirs, et même si on s’obstine à croire que boire trois verres d’eau et prendre deux cachets aidera à se sentir mieux le lendemain, après une certaine quantité d’alcool ingéré, ce remède moldu ne fonctionne plus. Et quand on vient d’une famille où la magie est une exception, peut-être même une première, les potions ne sont pas la première chose à laquelle on pense. Il était quatre heures trente du matin lorsque son cadran enchanté sonna pour le tirer violemment de son sommeil lourd d’alcool. Au moins il s’était couché relativement tôt – minuit – et lorsque sa tête avait atteint son oreiller, il s’était endormi tout de suite, instantanément. Il aurait voulu rester plus longtemps; l’alcool était bon, et les filles étaient jolies. Il avait bu, il avait discuté, il avait dansé, il avait échangé quelques mots prometteurs avec une jeune femme. Mais il était rentré au château, décidé à dormir un peu avant sa routine du dimanche matin. Dévotion, quand tu nous tiens. Cette fois, il aurait presque voulu laisser ses habitudes du dimanche pour l’après-midi. Mais il aurait eu des remords, c’était certain.

Tyrek s’étira longuement dans son lit, donnant de lourds efforts pour garder ses paupières ouvertes. Il faisait toujours nuit dehors, le soleil n’avait pas pointé le bout de son premier rayon. Le jeune homme laissa un soupir d’inconfort percer ses lèvres alors que ses grandes mains venaient rejoindre ses yeux pour les frotter vivement. Allez, Ty’. La douche et hop, on y va. Ces quelques mots répétés à lui-même suffirent à le motiver. Il se redressa rapidement et se retrouva assis sur son lit. Trop rapidement. L’afro-américain lâcha un maigre grognement alors que sa tête se mit à lui tourner, ses tempes violemment percées de douleur. Il fouilla dans le tiroir de sa table de nuit et en sortit une petite fiole de potion anti-douleur. Ça allait le faire. Chez lui, il ne ramenait presque jamais de potions même si ses parents et ses sœurs acceptaient totalement ses capacités de sorcier. Il endurait, quand il buvait trop. Mais là, la ressource était disponible, ne pas en profiter aurait été idiot. Il décapsula la fiole et en avala le contenu d’une traite, frissonnant un peu au passage du liquide âcre. Deux minutes, et ça serait mieux. Yeux fermés, le New-Yorkais attendit. Et comme prévu, deux minutes passèrent et la douleur n’était plus qu’un mauvais souvenir. Il pouvait sourire, à présent.

Le jeune homme se leva de dans son lit et se dirigea, le pas stable, vers les douches. Il n’y avait rien comme un jet puissant, chaud et constant contre la nuque pour se sortir de ses rêves. La douche fut rapide – il ne prit pas le temps de se raser. Le corps séché, il appliqua quelques gouttes de son parfum préféré à son cou puis se dirigea une nouvelle fois vers son lit, qu’il fit en silence, une serviette nouée autour de sa taille. Il alla ensuite vers sa commode, l’ouvrit et la fouilla du regard avant d’en sortir un jean. Il enfila son boxer, puis son jean un peu délavé, et regarda dehors. La journée s’annonçait fraîche; ce matin, il ne devait pas faire guère plus que dix degrés. Il choisit donc un pull de petite laine couleur sable, à l’encolure en V, et le passa par-dessus sa tête puis son tronc. Chaussettes, chaussures et beanie sur la tête, il était prêt. Tyrek agrippa sa baguette de sur sa table de chevet puis, le plus discrètement possible, quitta sa chambre et traversa les couloirs pour finalement arriver dehors. Personne n’était debout. Moment de solitude rassurant, magique.

Sa marche le mena jusqu’au cimetière. L’herbe était trempée de rosée, l’air était frais, humide, et une file brume gris pâle s’élevait dans les airs. Les oiseaux chantaient doucement, et cela le fit sourire. Il ne regrettait pas sa décision de s’être forcé hors du lit. Tyrek passa calmement entre les pierres tombales puis vint s’installer sur un petit rocher qui faisait face à cet auditoire macabre pour certains. Mais pas pour lui. Il leva ses yeux noirs au ciel, joint les doigts de ses mains puis commença ses prières. On oublie trop souvent de prier pour les gens déjà décédés. Lui le faisait, chaque dimanche matin. Même un lendemain de veille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Smith
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 10 août
▌Pays d'origine: Angleterre
▌Statut: 3ème année

MessageSujet: Re: Sunday morning (Libre)   Mer 4 Juil - 10:16

Ses yeux s'étaient ouverts subitement vers les quatre heures du matin, peut-être plus tôt, Alex' n'aurait su dire. Il était sorti, comme tous les samedis soirs, il avait fait la fête, modérément. Il avait un peu bu, mais seulement de quoi le rendre joyeux, pas assez pour lui donner la gueule de bois le lendemain matin. Cela ne faisait que deux heures qu'il s'était couché que déjà, le voilà réveillé. Il cligna des yeux, grogna, se retourna dans ses couvertures. Il obligea ses paupières à se refermer, espérant que Morphée accepterait de le reprendre dans ses bras. Ou pas. Il resta dix minutes ainsi, à tempêter contre son envie de dormir ainsi que son incapacité à retrouver le sommeil. Insomnie quand tu nous tiens. Il n'arrivait même plus à savoir ce qui l'avait réveillé si brutalement. En vue des frissons dont son corps étaient transpercés de toute part, il pensait bien qu'il s'agissait d'un cauchemar. Il fit donc tous les efforts du monde pour ne pas y repenser et chasser ce souvenir flou de sa mémoire. Il était inutile de s'ajouter des pensées maussades à peine le pied levé. Se mettant assis sur son lit, il ébouriffa ses cheveux avant de s'extraire de son nid douillet pour se diriger directement vers la salle de bain. Une douche, tout de suite. Il n'était pas matinal pour un sou et il avait besoin d'un jet d'eau froide pour mettre de l'ordre dans sa petite tête. Une fois qu'il avait passé par cette étape, il était fringuant comme une p'tit jeune. Tant mieux.

Il s'observa un temps dans la glace, observant ses yeux, puis ses cheveux. Ces derniers temps, il avait trouvé qu'ils perdaient peu à peu de leur couleur éclatante. Le sort perdait de sa puissance et il aurait pu en lancer un autre pour changer de couleur. Les cheveux tout bleus, ça le tentait pas mal. Les profs risquaient pas d'apprécier mais il était majeur, il faisait ce qu'il voulait. Et puis son look était déjà étrange à leurs yeux, alors un peu plus ou un peu moins... Il se contenta néanmoins de relancer le même sort, histoire de faire ressortir ses mèches blondes à travers sa chevelure aux teintes sombres. L'excentricité, ce serait pour plus tard et puis, il affectionnait particulièrement cette coupe comme elle était actuellement, autant ne pas la changer. Il chercha brièvement dans ses affaires pour retrouver sa boite à lentilles. Une vraie petite merveille, celle-là. Entre les couleurs flashis -orange électrique, vert clair, azure-, il prit les dorés... Bien qu'elle tirait bien plus vers un jaune criard que vers l'or, mais soit. Après s'être occupé du haut, autant s'occuper du reste. Week-end, donc pas de raison de mettre son uniforme. Il pouvait s'habiller comme il le voulait, aujourd'hui et il en profitait. Il chercha dans ses affaires des fringues noirs, déchirés, allant tout à fait avec son look habituel de punk. Une fois habillée, il réfléchit enfin. Et maintenant ?

Il quitta les dortoirs, étouffant un bâillement. Il n'avait pas envie de rester enfermé. Le soleil ne s'était pas encore levé. Le silence régnait entre les murs, les rendant quelque peu pesant. Alex' n'était pas fan de cette ambiance. Il décida alors de quitter le bâtiments, afin de profiter de la nature. Il avait le choix ; la forêt ou le lac ? Il aimait bien squatter les deux, le lac pour se baigner et la forêt... Pour y rencontrer des créatures. Après tout, c'était sa future vocation et la curiosité guidait souvent ses pas. Il avait eu la chance, une fois, de tomber nez à nez avec une licorne. Elle avait été sublime. Sinon, plus fréquemment, il côtoyait les Sombrals. Il ne savait pas vraiment pourquoi, mais il aimait ses animaux. Peut-être parce qu'il y avait une larme de Sombral dans sa baguette, ou parce qu'il aimait bien ceux qui se trouvaient à Poudlard. Il n'aurait su dire. Comme il était un peu tôt pour se baigner, il préféra se rapprocher du boisé. Un coup de vent frais le fit frissonner alors qu'il regardait le domaine qui se dressait maintenant face à lui. Il ne regrettait pas un instant d'avoir continuer ses études. Le monde de la magie était tellement surprenant... Bien plus que le monde moldus. Il aurait aimé pouvoir s'en vanter devant deux personnes... Aujourd'hui, il n'en avait plus l'occasion.

Soudainement, il se rappela la raison de son réveil. Il fallait vraiment qu'il apprenne à faire la potion violette qui permettait d'effacer les rêves. Il se promit de faire des recherches dessus dès son retour au château. Mais maintenant, il était trop tard. Il poussa un soupir, sortant une cigarette de sa poche et l'alluma. La nicotine, ça aidait parfois à calmer ses nerfs. Cependant dans le cas présent, il avait surtout le droit à un coup de déprime. Il leva les yeux au ciel, partant dans un autre monde. Celui des pensées, qui n'étaient pas le meilleur. Il ne savait pas exactement combien de temps il resta là. Il décida finalement à bouger, non pas pour rentrer et retourner dormir, mais pour se rendre au cimetière. Ben quoi ? Il y avait bien le droit. Généralement, il évitait d'y aller. Ses proches n'étaient pas enterrés ici, de toute façon. Il ressentait néanmoins le besoin de s'isoler un peu. Personne ne pourrait le surprendre à cette heure là. Enfin, il le pensait.

Il fut surpris de constater que quelqu'un était déjà présent. Il ne le connaissait que de vu, il semblait qu'il était plus âgé et appartenait à une autre maison que la sienne. Alex' n'avait pas la moindre idée de son prénom, ni de son nom d'ailleurs. Il hésita un instant, souhaitant faire demi-tour. L'autre semblait être en train de prier et le jeune sorcier n'avait pas envie de le déranger. Mais, évidemment, la discrétion n'était pas son fort. Alors qu'il s'apprêtait à partir, il se cogna le pied contre une pierre tombale... Et lâcha un cri de douleur, suivi de quelques jurons. Mais c'est que ça faisait sacrément mal en plus ! Une larmichette coula le long de sa joue alors qu'il serrait les dents. Merde, l'autre l'avait surement entendu. T'en loupes pas une.

« Euh... Désolé. »


Parce que tu trouves rien à dire d'autres ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tyrek Harris
M.U.M
M.U.M
avatar



 
▌Né(e) le: 17 avril
▌Pays d'origine: États-Unis
▌Statut: 5ème année

MessageSujet: Re: Sunday morning (Libre)   Jeu 5 Juil - 17:17

Les mots du jeune homme perçaient doucement l’air frais et légèrement humide du petit matin, alors que le ciel s’éclairait lentement d’une lueur calme et paisible. Les oiseaux dans les arbres qui entouraient la petite nécropole chantaient de plus en plus, ponctuant les phrases de ses prières d’une mélodie enjouée. La vie reprenait, après une autre nuit de sommeil et de torpeur. Il n’aurait voulu être nulle part ailleurs. Ni dans son lit, ni à côté d’une femme, ni en train de prendre un café avec des amis ou ses sœurs. Tyrek ouvrit les paupières un instant, observant ses alentours. C’était un joli cimetière. Rien à voir avec ceux parfois trop modernes qu’on voyait apparaître ces derniers temps. Et pas effrayant non plus, négligés et abandonnés. Les pierres étaient entretenues et nettoyées, l’herbe était verte et pleine, les arbres autour offraient une voûte de verdure fine mais pas étouffante. Les défunts étaient visités assez souvent, les fleurs et les petits cadeaux près des pierres en témoignant. C’était un cimetière qui invitait à se sentir bien. Peut –être nostalgique mais pas triste et las. Les larmes qui avaient été versées ici n’avaient que rarement était d’amertume, il pouvait le sentir. L’amour et les souvenirs heureux irradiaient l’endroit, alors que la douce luminosité naissante faisait disparaitre la couverture de brume qui était là juste un peu plus tôt. Un fin sourire restait accroché au coin de ses lèvres. Il ferma les yeux et continua ses prières.

Il se sentait bien, quand il priait. Non seulement faisait-il un geste pour les gens à qui ses prières étaient adressées, mais ça lui apportait beaucoup. Il se ressourçait, ne pensait plus à ses soucis, se concentrait uniquement sur ce qu’il devait faire. C’était un genre de méditation, où il oubliait le temps qui passait et où il ne faisait qu’un avec son entourage. C’était arrivé, littéralement, qu’il ferme les yeux pour prier et qu’il ne les rouvrait que deux ou trois heures plus tard, sans avoir pris conscience des minutes qui avaient défilé. C’était un moment sacré et magnifique. Bon nombre de fois, il s’était demandé pourquoi pas plus de gens ne prenaient le temps de faire cela. La religion et le monde des sorciers, c’était parfois un sujet tabou. La plupart des sorciers s’abstenaient d’un tel concept. Les gens étaient même surpris de le voir prier ou de l’entendre dire qu’il était chrétien protestant. Mais pour lui, ça n’était pas qu’une question de s’adresser à Dieu, ou n’importe quelle déité. C’était de faire de l’introspection, de se centrer sur soi, de prendre conscience de ce qui nous habite et d’explorer notre âme, nos gestes. Si on répond à un dieu, pourquoi pas, mais on peut très bien « prier » sans s’adresser à qui que ce soit d’autre que nous-même, ou l’univers.

Un cri de douleur sortit violemment Tyrek de ses prières. Le jeune homme sursauta, l’union de ses mains se rompant, puis se retourna vivement en direction de la source du bruit, attendant de voir ce qui se passait avant de descendre de son perchoir. Et il vit des cheveux. C’est la première chose qui attira son attention. Des vêtements noirs, l’air punk. Puis des yeux aux iris dorés, presque jaunes, larmoyants. Ça avait l’air vachement douloureux. C’et en voyant le jeune homme sautiller légèrement sur un pied qu’il comprit ce qui s’était passé, et l’afro-américain ne put s’empêcher de sourire en coin. Ça lui était arrivé, presque exactement sur la même pierre, en plus. C’est solide, ces trucs, et les coins sont abrupts. Puis, faut dire que chaque cimetière n’est pas tout à fait disposé de la même façon. Les proportions restent presque les mêmes, mais une mauvaise estimation de ses distances et hop, ça cogne. Et ça fait mal.

Tyrek sauta en bas de la roche et essuya brièvement ses mains l’une contre l’autre, s’approchant du nouvel arrivant de quelques pas. Il le regarda encore un instant, se rappelant qu’il l’avait déjà croisé quelques fois dans les couloirs. C’était le genre de personne qui était difficile à oublier, look oblige. Lui-même se faisait remarquer; l’Irlande manquait cruellement de punks et de noirs. Deux marginaux, chacun à sa manière. Une fois qu’il fut bien face à lui, Ty’ offrit un sourire désolé au Cinnacrow et regarda brièvement son pied meurtri avant de dire, le ton calme et bas :


« Les pierres sont traitres ici, faut faire gaffe. Ça m’est arrivé quelques fois. Ça réveille beaucoup trop brutalement, surtout à cette heure-ci. »

Le jeune homme lâcha un petit rire, se remémorant ses propres mésaventures de pierres tombales (c’est presque glauque, dit comme ça) , puis tendit l’une de ses mains vers son interlocuteur matinal, l’autre se nichant au creux de sa poche.

« Tyrek Harris, enchanté. C’est presque rassurant de voir quelqu’un d’autre debout à cinq heures du mat’ un dimanche. Et tu es…? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Smith
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 10 août
▌Pays d'origine: Angleterre
▌Statut: 3ème année

MessageSujet: Re: Sunday morning (Libre)   Mar 10 Juil - 9:49

Pourquoi se rendre dans un cimetière se recueillir si l'on ne croit pas en Dieu ? Alex' ne saurait dire. Ses pieds l'avaient guidés, instinctivement. Et ce n'était pas la première fois que cela lui arrivait. Il éprouvait parfois le besoin de se retrouver dans un endroit comme celui-ci, à méditer sur sa vie passée, bien qu'il se plongeait souvent ensuite dans une déprime silencieuse. Mais il refusait de faire comme si de rien n'était totalement. S'il refusait de parler à qui que ce soit de son passé, ce n'était pas pour autant qu'il l'enterrait au plus profond de son âme avec dans l'idée de l'oublier. Ça jamais. Son histoire, il y tenait comme à la prunelle de ses yeux. Il était juste... Trop difficile d'évoquer Tyler ou Sara. Il n'arrivait pas à extérioriser. Il n'y avait qu'une personne à laquelle il avait réussi à parler de son père adoptif ; aujourd'hui, elle était avec lui, chez les anges. Si anges il y avait. Le jeune sorcier ignore parfaitement ce qu'il y a après la mort et a été quelque fois tenté de le découvrir. Cependant, il se ravisait souvent et bien rapidement. La mort l'effraie au plus haut point. Jadis, il avait fait une promesse et il comptait bien s'y tenir. Il n'avait qu'une parole même si parfait, c'était plus difficile que ça ne pouvait paraitre. Mais il savait qu'il était capable de se battre pour réussir.

De toute évidence, il avait gêné le Dorelly durant sa prière avec son cri et le punk se sentit honteux, et tout aussi stupide. Il n'était pas réputé pour être maladroit, pourtant. Il ne savait pas pourquoi il avait frappé la pierre de son pied. Une chose était sûre, c'était qu'il avait mal et que sa bêtise était punie. Et puis dès le matin, s'il n'était pas totalement réveillé, c'était le cas maintenant. Est-ce qu'un mort avait trouvé ça drôle de déplacer sa tombe pour qu'il s'y cogne ? Il eut un léger sourire ; lorsqu'on appartenait au monde des sorciers, tout était possible et envisageable. Cependant il doutait que cela fut réellement faisable, même si l'homme en question était un fantôme. Il serait immatériel, donc dans l'incapacité de déplacer les objets, comme les fantômes du château de Poudlard. Il s'égarait dans ses réflexions et il préféra chasser les êtres immatériels de sa tête. Il ne l'avait jamais avoué à personne mais avec sa peur de la mort, il avait quelque peur de ses « créatures ». Et des crapauds aussi, mais ceci est une autre histoire.

Il se massait le pied lorsque Tyrek se rapprocha. Alex' étouffa un juron alors qu'il se retournait vers lui, écoutant avec attention les paroles de ce nouvel interlocuteur. La douleur vive qui lui traversait la pied s'estompait petit à petit, le laissant capable de penser.

« Je me sens moins con sur le coup si je suis pas le seul à qui ça arrive. Désolé, j'ai voulu te laisser prier tranquillement et ne pas te déranger et je lâche un cri débile. Je repasserai plus tard pour la discrétion. »

Il passa par habitude sa main dans ses cheveux, l'air gêné. Même s'il ne croyait pas en Dieu, il respectait ceux qui y croyait et il se sentait mal d'avoir ainsi dérangé le jeune homme. Mais, d'un autre coté, ce dernier ne semblait pas lui tenir rigueur. Sinon il ne sourirait pas, si ? Ou alors il serait débile, ou alors ce serait une ruse pour mieux contre-attaquer. C'est du grand n'importe quoi comme réflexion, tu le sais Alex' ? Bref. Il offrit à son tour un sourire. Ce mec était plutôt amical et sympathique au premier abord, bien qu'il soit plus âgé que lui. Le sorcier pensait qu'ils devaient avoir trois ou quatre ans d'écart. Il avait appris -conséquence des années passées à l'orphelinat- à respecter ses ainés, chose qui semblait se perdre au fil du temps, ce qui était bien dommage. Les jeunes d'aujourd'hui étaient d'une arrogance affolante. Il se souvenait parfaitement des premières années qui se croyaient tout permis lors de sa dernière année à Poudlard. Il ne s'était pas gêné d'ailleurs pour en mettre quelques uns à leur place. Soit. Il finit par serrer la main de Tyrek, enregistrant son prénom dans sa petite tête. Tyrek. Tyrek. Il savait déjà que si on lui rappelait pas le soir même, il aurait déjà oublier. C'était ça, quand on avait une mémoire de poisson rouge pour les noms.

« Alex' Smith, Smithy pour les intimes. Disons que j'ai passé une sale nuit et plutôt que de me retourner sans cesse dans mon lit, j'ai pensé que ça ne me tuerait pas de faire un tour dehors. »

Tu choisis vraiment bien tes verbes, c'est dingue. Le pire, c'était qu'il ne le faisait pas exprès. Utiliser ce genre d'expression dans un cimetière, c'était glauque à souhait dans son esprit et il espérait que l'autre ne s'en formaliserait pas. Peut-être même qu'il rirait ? Qui sait. Et puis dehors, ça ne voulait pas forcément dire le cimetière, mais pour l'instant, il préférait éviter de donner les raisons de sa venue ici. Il observa d'un air absent l'assemblée silencieuse qui leur faisait face, pour finalement reposer son attention sur son interlocuteur.

« Et toi ? Insomniaque ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tyrek Harris
M.U.M
M.U.M
avatar



 
▌Né(e) le: 17 avril
▌Pays d'origine: États-Unis
▌Statut: 5ème année

MessageSujet: Re: Sunday morning (Libre)   Mar 10 Juil - 15:35


Tyrek secoua légèrement la tête lorsque le jeune homme aux cheveux singuliers s’excusa de l’avoir dérangé. Il était très loin d’être de ceux qui s’offusquaient pour ce genre de choses, sans pour autant manquer de défendre son choix lorsque c’était approprié. Il avait souvent subi l’intolérance de ses pairs, surtout à Salem, et avait vite appris que ça ne servait à rien de s’indigner ou de prendre les choses sur soi. Il ignorait ceux qui se moquaient de lui et qui s’amusait à renforcer le stéréotype du noir pieu de mauvaises blagues. À quoi bon? Ceux qui valaient qu’on s’attarde sur ceux, c’était les gens qui étaient curieux, parfois sceptiques mais toujours ouverts à la compréhension. Jamais il n’avait voulu convertir qui que ce soit ou forcer ses amis à croire en Dieu. Mais il leur expliquait, simplifiait des concepts et la plupart du temps, les gens qui étaient venus l’interroger repartaient avec une idée complètement différente de ce qu’était sa religion. Avec une nouvelle ouverture d’esprit, aussi! C’était tout ce qui comptait pour lui. Que les gens comprennent son choix et que les gens le respectent. Autant que lui comprenait les personnes athées ou les pratiquants des autres religions et qu’il les respectait. Vivre et laisser vivre, c’était bien simple.

L’Américain serra fermement la main du garçon devant lui et enregistra son prénom. Alex. Diminutif d’Alexander? Peut-être bien, mais il ne s’en formalisa pas. S’il s’était présenté comme étant Alex, c’est qu’il voulait qu’on l’appelle ainsi. Tyrek lui lâcha la main, ramenant la sienne dans l’autre poche de son jean. En revanche, le choix de mots coloré de ce dernier lui arracha un sourire, puis un rire franc. Il n’avait aucune idée si le jeu de mots avait été fait exprès ou si c’était par erreur, mais c’était drôlement bien placé. La Mort avait quelque chose d’angoissant pour tout le monde, et une des étapes les plus importantes dans la vie d’un enfant, c’est la réalisation que la vie n’est qu’un passage et qu’un jour ou l’autre, notre cœur s’arrêtera de battre. Et puisqu’elle est inévitable, mieux vaut profiter de chaque jour qui passe et en rire, sans pour autant l’ignorer et lui manquer de respect. Lui-même avait été longtemps tourmenté par la fatalité des années. Sa foi avait ça d’apaisant. Elle lui donnait une réponse, calmait sa peur viscérale de mourir. Pour lui, mourir n’était que le début d’une autre étape, où il récolterait le fruit de ses gestes posés de son vivant. L’âme en paix, le corps au repos.

D’un sourire et d’un signe de tête, l’Américain lui désigna la grande pierre où il s’était assis un peu plus tôt et marcha dans sa direction. Il s’y hissa habilement et s’assied, faisant face aux pierres tombales, et attendit qu’Alex se joigne à lui avant de répondre à sa question d’un peu plus tôt.


« Non, pas d’insomnie pour moi. C’est une… routine, une tradition. Les dimanches matins, depuis que je suis jeune, je prie pour les morts. On les oublie souvent. Pas parce que je m’y sens obligé, juste parce que je trouve cela important. Et que j’espère que quand ce sera mon tour, on viendra se recueillir à ma tombe et on m’adressera quelques mots. Pour ce qui est de l’heure… Je ne sais pas. Tôt le matin, on dirait que ça connecte plus, que les messages passent plus facilement, que la frontière entre eux et nous est plus mince. »

Tyrek posa ses yeux foncés sur Alex et lui sourit en coin. Ça lui semblait être un type sympa, excentrique, expressif, intéressant. Différent de lui , ça c’était certain. Il devinait déjà qu’ils n’écoutaient pas la même musique. Leurs vêtements n’étaient en rien semblables, et leurs cultures non plus. Mais cela n’empêchait pas une discussion, loin de là.

« Ce n’est pas à tous les jours qu’on entend parler de sorciers pieux. Mais je t’assure, j’suis pas trop bizarre… Tu veux faire quoi plus tard dans la vie? Juste à te regarder, j’aurais dit musicien dans un groupe rock ou punk, mais ça ne nécessite pas d’études universitaires dans un bahut sorcier, j’pense. », dit-il sur un ton amical, sans que son sourire ne quitte ses lèvres.

Parce que, rien qu’à le regarder lui aussi, on ne se douterait pas une seule seconde de ce qu’il voulait faire plus tard.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Smith
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 10 août
▌Pays d'origine: Angleterre
▌Statut: 3ème année

MessageSujet: Re: Sunday morning (Libre)   Mar 10 Juil - 17:21

Au moins, ce type ne lui en avait pas voulu de l'avoir dérangé. Alex' aurait été capable de citer au moins dix noms de personnes croyantes qu'il connaissait dans sa vie de moldu qui lui auraient jetés un regard noir et balancer des paroles cassantes à la figure. « C'est un cimetière ici, on ne fait pas de bruit, on ne jure pas ! ». Ce n'était tout de même pas de sa faute s'il s'était tapé le pied contre la pierre. Et puis est-ce que le mort enterré là dessus dirait quelque chose ? De toute évidence non, et puis cela devait faire bien longtemps qu'il n'avait pas eu de contact humain. Ça devait être le premier depuis des années. C'était glauque ? Sans doute. Le jeune homme avait l'impression que les gens reposant dans ce cimetière étaient là depuis plusieurs années, peut-être même qu'ils avaient été abandonnés par leur proche, qui sait ? C'était assez triste, aux yeux du sorcier. Il ne se faisait pas d'idée sur sa propre mort et des conséquences qu'elle engendrait... Mais il préférait se taire et ne pas évoquer ses pensées intimes. Il était préférable de continuer à sourire et faire comme si c'était des sujets auxquels il n'apportait pas d'importance. Et pourtant, il se surprenait à désirer être enterré dans un cimetière comme celui-là, calme et reposant, d'une certaine façon. Cela n'avait rien à voir avec ceux de Londres. Qui a dit que le sujet d'aujourd'hui était sa propre mort ?

Alex' ne donnait jamais son vrai prénom. Parfois, il s'amusait à mentir et à donner le nom de son père, mais il ne le faisait jamais avec ses ainés. Question de respect, il y tenait beaucoup. Et puis même s'il n'était pas croyant, il avait du mal à mentir dans un lieu comme celui-ci. Il n'avait pas envie d'être foudroyer par le Très Haut s'il racontait des cracs, si jamais il existait vraiment. On ne pouvait pas dire qu'il était formel sur l'existence du Père des pères... Il était sceptique, simplement. Et en vue des effets sur le monde des Moldus qu'avait la religion, il préférait ne pas s'y attarder. Peut-être était-il nécessaire de croire en quelque chose pour vivre. Croire aux OVNI, ça marche ? Quoi qu'il n'y croit pas vraiment... Mais en y réfléchissant, il ne croyait pas non plus à la magie, lorsqu'il était enfant. Il avait appris qu'il se trompait méchamment lorsqu'il avait reçu la lettre de Poudlard. Peut-être se trompait-il aussi pour Dieu, il n'aurait su dire. Il venait à se demander ce qu'il était venu faire dans cet endroit. Lorsque Tyrek retourna vers le rocher, il hésita. Voulait-il que l'anglais le laisse seul ? Apparemment non. Alex' le suivit lorsqu'il lui fit signe et alla s'installer à ses cotés. Il observa un temps le cimetière face à eux avant de porter sa main à son pantalon avant de se raviser. Non, on ne fumait pas dans un cimetière.

Une tradition donc. Le jeune punk écouta savamment les paroles de Tyrek, y réfléchissant par la même occasion. Une connexion avec le monde des morts, en gros ? Prier créait vraiment un lien avec l'au delà, si au delà il y avait ? Il restait d'autant plus sceptique. Il ignorait totalement ce qu'il y avait après la mort, mais il se plaisait à croire que quelque part, là haut, son père et Sara gardaient un œil sur lui et était fiers -ou non- de l'homme qu'il était devenu. Il se mordit la lèvre inférieure, essayant de trouver les bons mots pour exprimer son impression.

« Je crois que j'arrive à comprendre, même si perso', je serais pas de ceux qui prient toutes les semaines. De ceux qui prient tout court en fait. Je sais même pas vraiment pourquoi je suis venu ici... »

Il laissa échapper un soupir, passant une nouvelle fois sa main dans ses cheveux. Il fallait avouer qu'il n'était pas le plus détendu. Il n'était pas à son aise, ici. Et si des zombies sortaient de sous terre ? Ou pire... Des Inferi ? Il avait toujours eu ses « créatures » en horreur. Il trouvait que la magie noire avait un certain attrait, mais si c'était pour faire ça... Il frissonna. Il se faisait bien trop d'idées. Il fallait plutôt qu'il se concentre sur l'effet apaisant que ce décor avait sur lui. Il n'aurait su dire pourquoi, mais la vue des pierres tombales le faisait paniquer, tout comme elle arrivait à lui apporter la paix intérieure dont il avait besoin. Les impressions étaient vraiment étrange, n'est-ce pas ? Il laissa échapper un petit rire, rien de méchant, juste que Tyrek marquait un point.

« J'avoue. La religion, on en parle surtout chez les Moldus. Faut croire que les sorciers se croient trop puissant pour imaginer qu'il y ai quelqu'un au dessus d'eux. J'imagine que tu viens d'une famille moldu ? » Il n'y avait pas la moindre animosité. C'était juste une remarque, une déduction qu'il avait naturellement faite. Ce n'était en rien un reproche, lui même venant de ce monde avant d'apprendre qu'il appartenait à celui des sorciers. « La bizarrerie me fait pas peur, j'aime ça plutôt. Ça se remarque à mon look je crois ? » Il se mit à rire doucement, d'autant plus à la remarque sur le groupe de rock. « C'est trop vrai ça. Y va avoir des auditions en plus mardi, j'espère que je serais pris. Je croise les doigts. Sinon plus sérieusement, j'espère décrocher ma M.U.M en Créaturologie. Je suis encore qu'en troisième année mais j'approche petit à petit du but. Et puis je suis bientôt un Animagus. Et toi ? Je dirais Spiritisme, par déduction. » Tu t'es vraiment senti obligé de préciser pour l'Animagus hein ? Alex' n'était pas quelqu'un de vantard habituellement, mais il était tellement fier d'avoir presque réussi qu'il voulait en parler. Cela faisait maintenant trois ans qu'il s'y exerçait et en vue de ses talents en métamorphose, il était quasiment sûr qu'il y arriverait dans les semaines à venir.

« Dis-moi euh... Ça te dérange si je fume ? »

Nicotine, quand tu nous tiens. Discuter lui permettait de se détendre petit à petit, mais une cigarette avait le même effet et ce dernier serait plus long. Toutefois, il refusait de fumer si cela dérangeait Tyrek, question de principe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tyrek Harris
M.U.M
M.U.M
avatar



 
▌Né(e) le: 17 avril
▌Pays d'origine: États-Unis
▌Statut: 5ème année

MessageSujet: Re: Sunday morning (Libre)   Mer 11 Juil - 2:26

Autant Tyrek avait affirmé ses croyances il y avait presque dix ans de cela, il comprenait très bien ce qui pouvait bien traverser l’esprit d’Alex à ce moment-là. Il comprenait le doute et l’avait même déjà vécu. Après tout, pourquoi – et comment – croire en quelque chose qu’on ne peut pas voir ou entendre. Pourquoi et comment croire en quelque chose qui laisse des nations entières mourir de famille, qui laisse des enfants se faire agresser et battre? L’Afro-américain ne prétendait pas avoir les réponses à ces questions, puisque sa religion ne les lui donnait pas. Ce n’était pas l’un de ses cultes qui se justifie sans cesse, qui ne s’actualise pas et qui reste au rang de ce qui est archaïque. C’était bien cela qui lui avait plus, les fois où sa mère l’avait emmené, vers ses dix ans, à sa première vraie messe protestante. Il s’était senti à l’aise, à sa place, accepté, et surtout il savait pertinemment que n’importe qui passant les portes de cette chapelle serait le bienvenu. Il aimait le mélange de simplicité et de force qui émanait des lieux et des temps de culte, il aimait l’air jovial sur le visage du pasteur, il aimait que les gens soient souriants.

À chacun sa foi, c’était-il déjà dit souvent, et il comprenait très bien que cela devenait de plus plus en plus difficile de lui donner un nom. Il pleuvait des agnostiques. Car selon lui, une foi, tout le monde en a une. On ne sait pas toujours en quoi elle consiste, on peut même ignorer en avoir un, on peut se faire des idées, vouloir mélanger des éléments de plusieurs religions différentes pour se bâtir une foi qui nous convient, mais tout le monde en a une. Parce que sans foi, l’être humain est perdu. Et c’est lorsqu’il est perdu qu’il désespère. Pas de ceux qui priaient tout court. Le Dorelly sourit en coin et hocha légèrement la tête. La crainte de la religion trop sévère était ce qui l’avait tout de suite désintéressé du catholicisme. Confessions, chapelet, Vierge Marie, communion régulière, soumission à la fois aux commandements de l’Église qu’à ceux de Dieu… Il respectait les catholiques, ça, c’était certain. Mais très peu pour lui, franchement. Le jeune homme leva les yeux au ciel un instant. Il ne voulait pas du tout donner une leçon de vie à Alex, encore moins lui donner l’impression qu’il cherchait à promouvoir son propre culte, mais il ressentait le besoin de lui en parler encore un peu plus.


« Tu n’as pas besoin de prier pour croire. Et tu n’as pas besoin de donner de nom à ta foi pour en avoir une non plus. Moi j’ai choisi le protestantisme parce que c’est ce qui me convenait le plus, c’est ce qui me donne espoir. Mais si toi, tu crois, par exemple, au Nirvana du Bouddhisme, à quelques lois du Coran et à une pointe de l’Église Luthérienne, grand bien te fasse. La foi, ça nous appartient, à tous et chacun. Tant qu’au final, tu te sentes bien dans ce que tu fais et dans la vie que tu mènes. »

Ty’ posa les yeux sur Smith lorsque celui-ci commença à lui répondre et l’écouta, le sourire aux lèvres. Comme quoi ils n’avaient, à première vue, à peu près rien en commun, mais qu’ils réussissaient quand même à s’entendre très bien. C’était cela le charme des rencontres impromptues. On n’a pas le temps de juger la personne par la première impression. Il l’écouta d’abord, en se disant qu’il garderait ses réponses pour la fin du petit monologue de l’étudiant. Il n’était pas gêné, c’était tant mieux. Il n’était pas rare que les gens le prennent pour un type ultra imposant – le mètre quatre-vingt-quatorze et les années de breakdancing aidaient à maintenir cela – mais Alex s’ouvrait tout naturellement. Et puis, à bien y penser, probablement que certaines personnes s’attardant au look lui laissaient aussi la place dans les couloirs. Les punk-rockers n’étaient pas toujours perçus comme étant les plus sociables non plus. Drôle de duo, et c’était tant mieux.

« Les sorciers ont parfois l’impression d’être Dieu, avec leurs baguettes et leurs pouvoirs. Et j’imagine que si j’avais été né sorcier, j’aurais la même impression. Mais à voir le vécu des moldus, et à voir les petits miracles se produire chez eux aussi même sans l’aide de la magie, ça porte à y penser. Je suis le premier sorcier de ma famille, semble-t-il, mais apparemment quelques-uns de mes ancêtres en Côte d’Ivoire pratiquaient le Vaudou. »

Il s’apprêta à préciser qu’il était New-Yorkais, mais se douta bien que ça s’entendait à l’accent. Lorsque l’étudiant lui demanda si ça lui dérangeait qu’il fume, Tyrek secoua simplement la tête, toujours souriant. Lui-même ne fumait pas, mais il n’était pas difficile et pouvait faire sans problème avec la fumée secondaire. Il reprit par la suite, alors qu’il se laissait aller un peu vers l’arrière, ses coudes se pressant contre le roc.

« J’t’enverrais de bonnes pensées pour tes auditions, dans ce cas. Guitare? Il me semble que je te vois bien avec une Fender ou une Gibson dans les mains… Créaturologie, c’est bien ça, tu as envie de faire quoi avec ton diplôme? Et puis, Animagus, c'pas rien! Tu sais déjà quel est ton Animae? »

Il rit un peu à la déduction du jeune homme et hocha la tête.

« Spiritisme, bien vu. J’ai une tête de pasteur? » Il rit franchement avant de reprendre. « Non mais en fait tu aurais pas tort, si c’était le cas. Je veux devenir exorciste. Autant pour des cas de possessions de lieux que de personnes. Ça me fascine, et puis, ça appelle l’humaniste en moi, aussi. »

Il regarda Alex dans les yeux un instant avant de dire :

« Parce que si on admet l’existence de Dieu, on admet celle du Diable aussi. Et vice-versa. L’un ne va pas sans l’autre, c’est comme la Magie blanche et la Magie noire. Inséparables malgré elles. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Smith
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 10 août
▌Pays d'origine: Angleterre
▌Statut: 3ème année

MessageSujet: Re: Sunday morning (Libre)   Sam 21 Juil - 10:51

Alex' s'était plusieurs fois retrouvé face à la religion. Si Dieu existait, il l'avait tout d'abord adoré, puis détesté. Sa colère avait fini par se dissiper, pour revenir en force quelques années plus tard. Il ignorait pourquoi il avait vécu ce qu'il avait vécu. Durant une bonne période, il avait pensé qu'il en était la cause, qu'il avait fait quelque chose pour mériter ce qui lui était arrivé. En grandissant, il avait fini par comprendre que la vie était aléatoire ; elle pouvait être parfaite pour certaines personnes et un véritable enfer pour les autres. Lui, il se trouvait au milieu. Il avait du passer par des étapes difficiles. Mais il avait réussi à se relever, à chaque fois. Il tenait bon, parce qu'il se disait qu'au fond, son père et Sara n'auraient pas aimé qu'il baisse les bras. Bien que parfois, le sentiment de solitude qu'il éprouvait lui écrasait la poitrine, il savait qu'il était capable de s'en sortir. Pour eux. Et s'il croyait qu'ils le regardaient de là haut, il admettait qu'une vie après la mort existait, n'est-ce pas ? Un paradis, l'au delà, le Valhalla ou il ne savait quel nom ce monde avait, il devait bien exister. Cela le rassurait de penser ainsi. Alors... Peut-être qu'il admettait qu'une entité céleste existait, elle aussi. Dieu, Yahvé, Allah... Il y avait tellement de noms pour le définir. Le jeune homme était du genre à penser que toutes les religions avaient le même dieu, bien qu'elles lui donnaient un nom différent à chaque fois. Sans doute s'attirerait-il les foudres de quelques croyants s'il affirmait à voix haute ses pensées, mais il assumait. Néanmoins, il prenait grand soin de ne pas les évoquer devant Tyrek. Il ne savait pas grand chose sur lui et il préférait limiter les dégâts, au cas où. Il n'avait aucune envie de prise de tête dès le réveil. Mais apparemment, il était bien plus ouvert d'esprit que les croyants qu'il avait rencontré par le passé.

« J'apprécie ce que tu dis, tu sais ? Ça devient rare maintenant les croyants qui admettent que les autres croient en quelque chose de différent. Ils veulent tous te convertir à leur dieu, à leur croyance. Je dois dire que ça m'agace assez. Je suis assez grand pour penser comme je veux, je me fais moi même mes pensées. Après je serais bien incapable de te dire en quoi je crois. Je crois juste... Que nos morts sont quelque part -là haut peut-être- et qu'il veille sur nous. »

Il se racla la gorge, passant sa main dans ses cheveux. Mince, il avait bien trop parlé à son goût. Il ne se souvenait pas avoir un jour eut une conversation comme celle-ci. En général, il fuyait les sujets comme celui-ci. Mais, étrangement, il était facile d'en parler en compagnie du New-yorkais. Peut-être parce qu'il avait justement cette ouverture d'esprit qui manquait aux gens, et que la plupart des sorciers ne se souciaient pas de la religion, il n'y avait donc aucune raison d'en parler avec eux. Et même, ce serait trop étrange. Alex' appartenait au monde des sorciers, mais aussi à celui des Moldus. Il avait grandi chez eux. Son père était un moldu, Sara était une moldue. Les deux personnes les plus importants à ses yeux venaient d'un monde différent de celui dans lequel il vivait, actuellement. Alors pouvoir parler un peu de sujet de moldu... Ça faisait du bien, il fallait croire. Il n'était pas du genre de toute façon à s'arrêter à l'apparence. Avec son look, il n'allait surement pas ce le permettre. La carrure de Tyrek ne l'impressionnait pas plus que ça. Après tout, il n'y avait pas de raison qu'ils en arrivent aux mains ou aux sorts. C'était juste une discussion tranquille, ou chacun donne sa façon de voir. C'était calme et apaisant, le genre de chose qui faisait un bien fou sans qu'on s'en aperçoive.

« Le Vaudou ? C'est particulier... C'est vraiment de la magie tu crois ? Vu que les moldus sont au courant... J'y ai jamais réfléchi en fait. Mais tu viens pas d'Europe ? J'ai pas souvenir qu'il y ai eu ce genre d'histoire ici... Après je connais pas tout. Puis ton accent, il vient pas d'ici. Américain ? Je viens aussi d'un milieu moldu et parfois j'ai l'impression qu'ils me ressemblent plus que les sorciers. »

Une autre réflexion qu'il évoquait à voix haute alors qu'il n'avait pas souvenir d'y avoir déjà pensé. Il disait ce qui lui passait par la tête. Il ne pensait pas que Tyrek lui tiendrait rigueur. Il était étrange de constater qu'il était beaucoup plus facile de parler de sujet sérieux à un parfait inconnu plutôt qu'à un ami. En tout cas, il venait d'en apprendre plus sur le jeune homme et il en était d'autant plus intrigué. Il fut soulagé d'être autorisé à fumer et il tira une cigarette de son pantalon qu'il s'empressa de la porter à ses lèvres. Il l'alluma grâce à un briquet. Il aurait pu le faire par magie, mais il avait l'impression qu'après, la nicotine n'avait pas le même effet. Cela devait être dans sa tête... Il avait toujours été un peu bizarre.

« Merci, une fender yep. Je me débrouille aussi au chant, mais on verra bien. Après ? Je t'avoue que j'en sais rien. Les dragons, j'aime bien, mais je préférerai travailler avec des Sombrals. T'imagines, des courses de Sombrals comme les courses de chevaux des Moldus, ce serait délire. - Il se mit à rire, soupirant face à sa propre bêtise.- J'ai encore le temps d'y penser, je suis qu'en troisième année. Et ouais, je bosse dessus depuis le collège. Mon Animae c'est un loup noir ! C'est moins discret qu'un chat comme McGonagall, mais c'est classe aussi. Ça fait bizarre au début, mais on s'habitue vite. J'arrive à me transformer, je plante juste sur la durée. Je me fatigue vachement vite. Faut que j'apprenne juste à être plus endurant. Tu veux voir ? »

L'excitation et la passion se ressentait dans sa voix et son sourire disparut soudainement lorsqu'il s'en rendit compte.

« Excuse-moi, ça fait vantard à mort là. Je le suis pas du tout d'habitude. C'est juste que... J'adore la métamorphose. »


Et voilà, de quoi passer davantage pour un taré. Remarque, sa passion pour la métamorphose se rapprochait un peu de la folie. Il était capable d'en parler tout le temps, de ce qu'il savait faire, de ce qu'il voulait faire... S'il n'avait pas choisi la créaturoligie, il aurait fait prof. On pouvait pas dire qu'il avait la tête de l'emploi mais... On ne juge pas une baguette sur sa boite n'est-ce pas ? Il avait tapé juste en plus avec le spiritisme. Il fut soulagé de constater que Tyrek n'en était pas vexé pour un sou, même qu'il trouvait ça amusant. Tant mieux.

« Avec ce que tu m'as dis oui... Ça va bien avec tes pensées je dirais. Exorciste ? Comme dans les films de moldus ? » Autant avouer directement qu'Alex' y connait que dalle dans cette branche. Il ne s'était jamais vraiment intéressé à l'occulte et la magie qui tournait autour. « Le Diable... Hum. Tu sais comment faire pour savoir si un type est possédé ? J'en ai jamais vu, si ce n'est à la TV. Ma sœur adore ce genre de film, bien que ce soit une froussarde. » Il resta songeur, grimaçant légèrement. Il avait dit « ma sœur »... Mouais, ou pas.

[Excuse moi pour le retard ^^' La fin est pas top je trouve, sorry : x]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tyrek Harris
M.U.M
M.U.M
avatar



 
▌Né(e) le: 17 avril
▌Pays d'origine: États-Unis
▌Statut: 5ème année

MessageSujet: Re: Sunday morning (Libre)   Jeu 26 Juil - 3:30

Le sourire de Tyrek ne voulait tout simplement pas quitter ses lèvres. Le dimanche matin, il était toujours seul. Personne, jusqu’à maintenant, n’était venu se joindre à lui. En général, personne n’était même dans les parages lorsqu’il se ressourçait près des tombes des défunts. Et il avait longtemps cru que c’était bien comme ça. Qu’il devait à ces gens six pieds sous terre le silence le plus paisible des silences. Que la prière était plus facile lorsque l’air était figé, libre des ondulations de voix qui pouvait le briser. Pour lui, communier en groupe et prier seul étaient deux choses différentes, qui n’avaient pas la même utilité. Bien que certains chrétiens voulaient se présenter aux messes de façon régulière, il n’en était pas la même chose pour Tyrek. Il trouvait quelque chose de rassurant à être seul avec ses prières. Il appréciait le sens de communion et d’unité qui ressortait des regroupements, mais il préférait s’y prendre seul. Il réalisait cependant, ce matin, que sans même s’en rendre compte ou sans même le vouloir, Alex aussi envoyait de ses bonnes pensées aux défunts. Il était là, parlait d’eux avec respect, et Ty’ s’imaginait bien que le jeune homme à ses côtés pensait à plus de choses qu’il n’osait dire par rapport à cela. C’était quelque chose de particulier, surtout s’il considérait qu’Alex ne semblait pas être adepte de la religion. Le respect et l’humilité, c’était amplement suffisant.

La conversation qu’il entretenait avec le jeune punk avait quelque chose de rafraichissant. C’était sincère, authentique, pas compliqué du tout. L’Américain se sentait bien et il n’aurait pas voulu être ailleurs. L’air était bon, la brise délicate et fraîche, le soleil brillait tout doucement. Il ne savait pas s’il allait entretenir une relation amicale avec Alex après cette discussion singulière. Ils ne partageaient pas la même salle commune ou les mêmes cours. Mais une chose était certaine; c’était que s’il le croisait dans les corridors, un sourire éclairerait son visage. Rien ne les empêchait d’aller prendre une bière au village un soir. L’amitié était quelque chose de délicat, à leur âge. Rare, précieuse. Cela ne veut pas dire que l’on discute avec quelqu’un que c’est notre ami. Tyrek n’avait aucune idée de ce qui l’attendait par rapport à cela, mais il serait toujours heureux d’échanger quelques mots avec Alex.


« En fait, le Vaudou c’est un peu comme un mélange de magie et de religion, avec un brin d’occultisme. C’est particulièrement intéressant. Même que j’ai l’intention d’aller passer quelques semaines en Côte d’Ivoire cet été. Un retour aux origines, en quelque sorte. Et puis, tu as bien vu, je ne suis pas Européen. Américain comme tu l’as souligné, de New York plus précisément. J’ai un de ces accents, tu l’as toi-même bien remarqué… Enfin, j’essaie de le contrôler. Tu serais surpris du nombre de fois où on m’a demandé de répéter quelque chose. »

Tyrek garda un œil sur le jeune homme alors qu’il tirait sur sa cigarette et songea un instant qu’il n’avait jamais vraiment essayé. Il n’était pas de ceux spécialement à cheval sur les conditions entourant la nicotine – ça ne le dérangeait pas, que certains fument pendant qu’il était à côté – mais il l’avait toujours trouvée inutile. Coûteuse, dangereuse, et il n’y avait rien de glorieux à une haleine de goudron. Non, très peu pour lui. Il était toujours ouvert à quelques petites touches sur un joint, mais la cigarette ne lui faisait ni chaud ni froid. Il n’avait pas besoin de cela pour se sentir bien. Sans quitter Alex des yeux, l’afro-américain l’écouta parler, sans l’interrompre. Il avait l’air passionné, intéressé, intelligent. Un type bien, quoi, avec l’avenir devant lui. Tyrek rit légèrement à l’enthousiasme de son interlocuteur et hocha la tête :

« C’est clair que je veux voir! Ce sera la première fois que j’assiste à cela en dehors des cours techniques. J’t’en prie. Et puis, pour répondre à ta question… Comme dans les films moldus, pas vraiment. Ça ressemble beaucoup plus à quelqu’un qui souffre d’une maladie mentale grave. Pour faire la différence, ça peut être plusieurs indices… La personne peut parler une langue qu’elle ne connaît pas, son corps peut se tordre de façon inexplicable et physiquement impossible puis redevenir normal, les iris deviennent complètement noirs. Et puis, ça se sent. C’est plus fort que soi, mais les entités possédées ont cette façon d’alourdir l’air autour d’eux, de créer un malaise profond, viscéral. Je pense… qu’il faut le vivre pour vraiment savoir ce qui il s’agit. »

Pensif, le jeune homme regarda le ciel un bref instant mais reporta bien vite son attention sur Alex. Il jeta un coup d’œil à sa montre et sourit à l’Anglais.

« Montre-moi ça. Mais après, je dois partir, j’ai un Portoloin à prendre pour rentrer à New-York, quelques jours. »


[Hj : On peut conclure dans ton prochain message, ou dans celui que je ferais ensuite Smile ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Smith
A.C.A.I.I
A.C.A.I.I
avatar



 
▌Né(e) le: 10 août
▌Pays d'origine: Angleterre
▌Statut: 3ème année

MessageSujet: Re: Sunday morning (Libre)   Mer 8 Aoû - 15:26

Il était inutile de jouer les mystérieux, ce n'était pas le genre de la maison. Alex' avait pris l'habitude de parler en toute franchise, dissimulant parfois intentionnellement des détails dans le but de se protéger mais sinon, il disait les choses comme il les ressentait. Passer par quatre chemins, utiliser des métaphores trop complexes pour être comprises de suite, cela ne l'intéressait absolument pas. Il avait appris à être clair dans ses propos. C'était ainsi que son père l'avait éduqué et il le gardait en mémoire. Tant que cela ne touchait pas à l'honneur, il n'y avait pas de raison de jouer les cachotiers, et il estimait qu'il n'y avait aucune honte à parler de ses croyances confuses. Il devait avouer qu'il ne s'était jamais réellement penché sur la question, d'où son incertitude. Mais au moins, Tyrek respectait cela et c'était tout ce qui était la base de la relation. Peut-être qu'ils étaient fait pour s'entendre. Pas forcément pour devenir les deux meilleurs amis du monde, ni même ami si cela se trouvait, cependant ils semblaient fait pour s'entendre. Ouvert d'esprit sur un sujet aussi discuté et sujet à des disputes qu'était la religion, ce n'était pas rien. Cela démontrait un certain contrôle et une acceptation de la différence, ce qui plaisait grandement au jeune punk. Il ne restait plus qu'à savoir jusqu'où cette ouverture d'esprit pouvait aller.

« La Côte d'Ivoire... J'aimerai bien voyager comme ça. J'ai jamais quitté l'Angleterre avant de venir ici. On peut pas dire que L'Irlande c'est loin de chez moi. » Il laissa échapper un petit rire tandis qu'il passait sa main dans ses cheveux, habitude dont il n'arrivait pas à se défaire. « New-York... C'est une ville que j'aimerai beaucoup visité. Personnellement j'arrive plutôt bien à te comprendre jusqu'à présent, pas besoin de répéter. Mais c'est vrai que l'accent américain pur et dur c'est... Wouah quoi. Ça m'a plusieurs fois fait marrer, j'avoue. » Sans vouloir se moquer, évidemment. Mais il trouvait drôle les différentes intonations que l'on pouvait donner dans des syllabes, les différents mots qu'on utilisait pour définir la même chose... Il trouvait ça intéressant, tout comme c'était à ses yeux divertissants. Il avait la sincère impression que S.W.Y.N regroupait un nombre incalculables d'ethnie tout en les acceptant toutes, sans aucune exception. C'était sans doute l'une des beautés de la faculté.

« Sinon je peux me concentrer sur les dragons pour aller en Roumanie... »

C'était une réflexion plus personnel, s'adressant essentiellement à lui même. Les dragons attiraient son attention, mais peut-être moins que les Sombrals. Le problème était que les quadrupèdes étaient moins diversifiée que les animaux à écailles et il devait avouer qu'il connaissait tout ce qu'il fallait savoir sur eux. Il était donc plus naturel de se tourner vers un travail qui lui apprendrait des nouvelles choses et non répéter ce qu'il savait déjà. Il se serait volontiers laisser aller à ses pensées, tirant sur sa cigarette mais la voix de Tyrek lui rappela qu'il n'était pas seul. Il se lança alors dans une tirade emplie de passion pour sa matière préférée dont il se plaisait à chanter les louanges. Il finit par se calmer, rassurer de constater qu'il n'était pas considéré comme un fou ou un vantard, dépendamment de l'interprétation de ses paroles. Il se mit debout, ne tenant plus vraiment en place après avoir parler de son animae. Et puis son interlocuteur voulait le voir en œuvre. Néanmoins, il grimaça lorsque les symptômes de la possession lui fut énoncée ; le cou qui tourne sur lui-même, il trouvait cela franchement glauque.

« Je crois pas que j'ai été une seule fois dans ce genre de situation... Et ça me donne pas particulièrement envie perso'. J'admire ton envie de combattre ce genre de... Phénomène -à défaut de trouver un meilleur mot-, ça ne doit pas être évident. Je ne pense pas avoir la force mentale nécessaire néanmoins. Mais j'imagine que ça s'acquiert avec le temps. »

Il sourit, bien qu'il fut pris de court par la suite. A vrai dire, il appréciait cette discussion et il était quelque peu attristé qu'elle se termine aussi vite. Néanmoins, il comprenait parfaitement le jeune homme. Son pays, sa ville et sa famille devaient lui manquer un minimum et il devait avoir hâte de rentrer chez lui. Il acquiesça, souriant une nouvelle fois.

« Ça marche, profite bien de ton retour chez toi alors. Je voudrais pas que ton Portoloin parte sans toi. Ravi de t'avoir rencontré et discuté avec toi, on se reverra sans doute une autre fois qui sait ? Je vais rester un peu ici, en attendant que le jour se lève totalement... »

Il écrasa sa cigarette au sol avant de fermer les yeux un instant. Il avait besoin de concentration. Il lui fallait quelques secondes pour trouver la paix intérieure afin de pouvoir se transformer. La sensation était étrange ; il sentait chaque membres de son corps muter. Ses jambes devenaient plus courtes le forçant à se mettre à quatre pattes, tout comme ses bras. Ses vêtements prenaient une teinture noirâtre, se mêlant à sa peau. Son nez s'allongea et il sentit des crocs poindre sur ses lèvres devenues tantôt des babines. Ses yeux gardèrent le jaune vif de ses lentilles et il rouvrit ses paupières sur son ami, la mutation finit. Il constatait qu'il était plus grand que lui, dans la logique des choses. Sa transformation était quasi-parfaite, bien qu'il avait encore des progrès à faire sur la vitesse de sa métamorphose. Mais dans l'ensemble, il était bon. Pas loin d'avoir le droit au nom d'Animagus et d'être inscrit au ministère de la magie comme l'un d'eux. Il était fier et pour manifester son entrain, il laissa échapper un aboiement alors qu'il retournait sur le rocher, s'installant, la langue pendante. Son regard se perdit sur les tombes qui lui faisait face et il laissa son esprit vagabonder, jusqu'à retrouver, au bout d'une dizaine de minutes, sa forme humaine.

[HRP : Et voilà pour moi ! Sincèrement navrée pour le retard, quelques soucis personnels. Je pense que c'est bon pour moi, sauf si tu veux rajouter encore quelque chose. Ce fut un plaisir de RP avec toi ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sunday morning (Libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sunday morning (Libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
S.W.Y.N ¤ Someone Wants You Nuts ¤ :: •• EXTÉRIEUR •• :: » Le Domaine de S.W.Y.N :: Le Cimetière-
Sauter vers: